Négociations israélo-palestiniennes ? Pourquoi faire ?


608124-president-autorite-palestinienne-mahmoud-abbasIl y a des cycles comme ça, incontournables. Les jeux olympiques, les jeux d’hiver, la coupe du monde de Football… Et aussi les négociations de paix israélo-palestiniennes. Régulièrement, on les remet sur le tapis, au rythme des présidents américains. C’est leur chasse gardée, leur prérogative absolue. Il ne peut y avoir négociations qu’avec et par l’intermédiaire d’un président américain. Et chaque président se doit d’avoir ses négociations à lui. Ce n’est pas seulement une question de prestige, c’est presque un devoir sacré devenu routine. S’il y a deux choses qu’un président américain doit avoir fait avant de se retirer c’est d’avoir bombardé au moins un pays et avoir fait dialoguer israéliens et palestiniens. Le dialogue terminé, il peut partir l’âme en paix, à défaut de l’avoir obtenue entre les deux protagonistes. Son successeur reprendra tout à zéro quand son tour sera venu, et le cycle recommence.

Ils sont donc toujours trois à participer à ces négociations dites de paix. Ils sont aussi trois à savoir qu’elles ne mèneront à rien. Ils savent que c’est du cinéma, mais ils joueront leurs rôles le plus sérieusement du monde. Ils le feront parce qu’il y a tout de même des enjeux, même s’ils sont très éloignés des objectifs avoués. Après la mascarade des pourparlers, tous en sortiront gagnants, mais la Palestine restera toujours occupée, Gaza sera toujours bombardée avant chaque investiture présidentielle américaine, et les colonies continueront à se développer, pendant que l’Europe enverra Mme Ashton à Tel-Aviv pour demander quelle est la conduite à tenir à chaque évènement concernant la région.

Que gagneront nos trois larrons ?

Obama a déjà été payé. Il a à rembourser une grosse dette qui, par ses faits de guerre, s’est alourdie au point de ressembler à la dette américaine. Cette dette c’est ce prix Nobel de la paix qu’on lui a octroyé à peine élu. Un beau piège, finalement. Un président américain a toujours une guerre en cours ou en prévision ici ou là. Lui coller un prix Nobel de la paix, c’est lui lier les mains, l’empêcher de faire son job de président des Etats-Unis. Obama a quand même fait son boulot comme si de rien était. Mais pour que ce prix Nobel encombrant ne devienne pas une imposture historique, l’étape obligée du ‘’processus de paix’’ israélo-palestinien tombe à pic. Pour les vieillards d’Oslo, une rencontre entre un dirigeant palestinien et un dirigeant israélien vaut, à elle seule, au minimum dix prix Nobel. Obama sera donc cet homme de paix qui réussira à arracher, au forceps, la promesse (seulement la promesse) à Netanyahou de ne pas construire plus de 100 logements supplémentaires en territoire palestinien d’ici Décembre.

Netanyahou, par la seule tenue des négociations, a déjà gagné. Un faucon cherche-t-il à dialoguer ? Un belliqueux va-t’en guerre discute-t-il avec l’ennemi ? Voilà déjà de quoi édulcorer, sinon changer, son image. De plus, il connait par cœur ce que veulent ceux d’en face. Il lui suffit, pour bloquer les négociations dès les premières minutes, d’arriver avec des propositions qu’ils ne peuvent ni personnellement, ni politiquement accepter. A supposer que Netanyahou ait vraiment envie de mener de vrais négociations en vue de la paix (ce qui serait quand même  étonnant), il n’a aucun moyen, ni lui, ni aucun homme politique aujourd’hui en Israël, d’accéder aux demandes du peuple palestinien pourtant simples. Citons-en deux. Disparition de ces enclaves que sont les colonies qui font ressembler la Palestine à du gruyère.  Techniquement Netanyahou n’a pas les moyens de s’y attaquer, et économiquement Israël n’a pas la capacité de le supporter. L’autre exemple concerne le retour des réfugiés ou leurs descendants. L’accepter signifie, dans un premier temps, dire adieu à la notion d’état juif et, dans un deuxième temps, la mort du sionisme dans cette partie du monde. Ce que les promoteurs du sionisme, dans leurs bureaux à New-York ou Londres, n’accepteront jamais.

Et justement, ces promoteurs qui sont les principaux intéressés par ces négociations, y sont absents. Physiquement seulement. Mais leur ombre est omniprésente. Si Netanyahou joue bien son rôle, son avenir politique sera assuré, et les dollars pleuvront sur Israël.

Et Mahmoud Abbas ? Puisqu’il est dit qu’il y aura dialogue, il faudra un interlocuteur. Ce sera donc lui. Il n’est là d’ailleurs que pour être interlocuteur en cas de besoin. Après les pourparlers, on le rangera au placard en attendant la future séance. Aucune de ses revendications n’aboutira et il le sait, il connait trop son monde. Il sait aussi que son protagoniste va essayer de le tourner en bourrique. Mais qu’à cela ne tienne. Ces pourparlers, malgré tout, assoiront un peu plus l’image de la Palestine du point de vue diplomatique et politique. C’est peu et beaucoup à la fois. Pour lui et son parti, ces négociations renforceront encore un peu plus une légitimation de représentants du peuple palestinien qui ne repose sur rien.  Les pourparlers pourront même repousser d’éventuelles élections aux calendes grecques. Là aussi, il est primordial de bien jouer son rôle, sans couacs. Si tout se passe bien, c’est, comme pour Israël, une pluie de dollars et aussi d’euros qui pleuvra sur la Palestine. Par ces euros, les européens auront l’impression d’avoir participé et d’avoir encouragé la paix, tout en satisfaisant leurs grands sentiments humains mis à mal par les raids israéliens sur Gaza.

Puisque seule la cause palestinienne (comme d’habitude) n’y gagne rien, pourquoi avoir entamé les négociations si tard ? Pour Obama, ça n’a pas dû être simple. Les printemps arabes qui n’en finissent pas, les positions russes et chinoises qui compliquent l’équation, l’attentat de Benghazi et, surtout, ce maudit Bachar Al Assad qui a tout fait capoter. S’il était parti tout de suite, comme cela avait été prévu, les choses auraient été plus faciles. On y aurait vu beaucoup plus clair dans le nouveau paysage qui se serait dessiné. Il aurait même été possible de trouver des solutions qui satisfassent tout le monde : Israël, les palestiniens, les colons et même les réfugiés. Mais avec l’entêtement des russes et des chinois, deux ans après Assad est toujours là, malgré les rappels incessants de ‘’Bachar Al Assad doit partir’’. Deux ans de perdus. On ne peut plus attendre. Il faut s’entendre avec les russes, peut-être même les iraniens  (horreur !), car le temps passe vite. Une négociation à minima vaut mieux que pas de négociation du tout.

Il ne sera pas dit que Barak Hussein Obama, prix Nobel de la Paix, n’aura pas rajouté son nom dans la longue liste des négociateurs de paix au Proche Orient.

Avic

5 réflexions sur « Négociations israélo-palestiniennes ? Pourquoi faire ? »

  1. Après avoir écouté James Woolsey se faire applaudir parce qu’il venait d’annoncer que les USA allaient utiliser les « islamistes » pour détruire et asservir l’Égypte, la Libye, la Tunisie et la Syrie [2006], vous écouterez feu Kaddhafi prophétisant aux Arabes et surtout aux « Ourbanes » qu’après la très démocratique pendaison de Saddam Hussein, ils sont les prochains sur la liste ! Il leur reproche leur volonté de persister à trainer en longueur les « discussions de paix » avec Israël, qui ne les programme que pour envahir et coloniser encore et toujours plus de leur terre. Certains rient de bon cœur, d’autres rient jaune… mais aujourd’hui personne ne peut plus rire, ni même pleurer !

    James Woolsey : Nous fabriquerons un Islam qui nous arrange !

    Feu Mouammar kadhafi : l’Amérique a pendu Saddam et nous sommes les prochains sur la liste !

    Bonne journée à vous avic…

    1. Bonsoir Amira
      C’était évident depuis longtemps, et c’est seulement maintenant que le monde semble le découvrir. Quel gâchis.

    2. Pardonnez moi ma réserve de vous dire que cette vidéo est une propagande qui rentre dans le cadre d’attiser la guerre fratricide entre les musulmans. La qualité de l’information est pour provoquer des sensibilités en mettant en relief l’exécution du dictateur Saddam Hussein le jour sacré de l’Aid El Kebir.

      Et pour conclure, j’aimerais bien savoir pourquoi l’arrogance ne s’arrêtent de se plaindre de leur échec cuisant en Irak et prochainement en Syrie, en Égypte, en Tunisie ….

      Nous fabriquerons un Islam qui nous arrange ! C’est certain, mais les peuples libres sont entrain de le balayer. L’islam authentique adhère a la resistance a composante multiple dont feu Commandante Chavez est une Icône.

  2. La solution pour le cas de la Palestine est déjà définie par la résistance comme la seule et l’ultime alternative possible a la tragédie palestinienne.
    —————————————————————–
    80 pays vont célébrer la Journée mondiale d’Al-Qods

    Le coordinateur propagande islamique iranienne Intifada et Al-Qods, a annoncé que la Journée mondiale d’Al-Qods aura lieu dans toutes les villes en Iran et dans 80 pays à travers le monde.
    ABNA: Dans une conférence de presse mercredi à la presse nationale dans la capitale de Téhéran, Sharif a également introduit le thème de cette année pour cette date: « Journée d’Al-Qods, et a continué à s’opposer à l’éveil islamique les régimes, sous prétexte d’établir la paix à Al-Qods ».

    « Les Iraniens ont célébré avec grand enthousiasme et la Journée mondiale de courage d’Al-Qods, en particulier après la création d’une des plus grandes épopées de l’histoire politique à l’élection présidentielle Juin 14, qui met en évidence la grandeur, La puissance et la volonté du peuple persan et leur fidélité aux aspirations de la révolution islamique à la communauté internationale « , a-t-il ajouté.

    Il a également souligné que la Journée mondiale d’Al-Qods de cette année est la révélation des plans et des parcelles de système impérialiste satanique du Moyen-Orient, notamment en Egypte et en Syrie, le même qui visent à mobiliser la violence, la différence religieuse et de briser le bouclier de la résistance islamique anti-israélienne au Moyen-Orient.

    Sharif a fermement condamné récentes négociations de paix entre les Palestiniens et le régime israélien, et a estimé que ces négociations, prétendument appelé «pourparlers de paix», juste fournissent la sécurité de cet usurpateur et le régime raciste dans la région.

    Enfin, Ramazan Sharif a souligné que l’analyse de l’environnement stratégique qui prévaut au Moyen-Orient, en particulier au cours des 10 dernières années montre que, tout à fait contraire à la volonté et les efforts des États-Unis et le régime israélien, le processus de mondialisation fondée sur l’éveil islamique, la connaissance mondiale et la formation d’une société internationale anti-israélienne et anti-impérialistes sont atteints progressivement.

    Fin/229

    http://abna.ir/data.asp?lang=8&id=447247

  3. Un discoure que nous nous aimons pas entendre tant que l’orateur est un perse et musulman chiite…

    Quel gâchis!

    —————————————————————–

    Ahmadinejad :  » Israël, l’hideuse incarnation du capitalisme »!!

    IRIB- Au cours de son dernier discours qu’il a prononcé à l’occasion de la journée mondiale de Qods, le président Ahmadinejad a dénoncé Israël à titre d’incarnation du capitalisme :  » il est simpliste de croire qu’Israël n’est qu’un bout de terre, quelques 127 milles kilomètres carrés que disputent depuis plus de 70 ans palestiniens et Israéliens.. ce n’est pas la question de terre du tout pour que les divergences puissent être résolues autour d’une même table, via des marchandages habituels, non..cela fait 70 ans que ces pourparlers ont lieu en vain… Israël est tout autre chose qu’un simple régime ou pays …. Aucun pays au monde n’est d’ailleurs autant sacré aux yeux des puissances occidentales. s’agit-il des juifs ? bien sûr que non. les occidentaux ont-ils été sociaux de sauver les juifs des persécutions de les mettre à l’abri des dangers qui les menaçait dans une Europe en guerre? …Pourquoi le simple fait de citer le nom d’Israël suscite autant de réaction, d’indignation? tout ceci m’amène à cette conclusion qu’Israël est l’incarnation du visage hideux du capitalisme, de ce système qui dans le temps a permis la naissance de l’esclavagisme et qui au cours du temps a changé de visage pour devenir le colonialisme… Israël est garant des intérêts des colonialistes dans une région (Moyen Orient) qui est la porte culturelle, énergétique, géostratégique du monde… c’est pour cette même qu’Israël a été crée au Moyen Orient et il n’a rien à avoir avec les Juifs… j’ai même du mal à dire que les sionistes sont des juifs ..; ils sont les valets des impérialistes, leurs agents, leurs exécutants..

    les colonialistes qui se livraient à la traite des noirs en Afrique , qui dans leurs ports , les embarquaient à bord des bateaux comme des animaux pour les ramener dans leurs propre pays , ce sont ces gens là qui avec le temps ont planté au cœur du Moyen Orient Israël qui a en effet exaucé leurs vœux plus que millénaire, coloniser le Moyen Orient , en piller les richesses ad vitam eternum. … c’est pourquoi personne ne peut critique Israël et ses politiques…. dans notre monde on peut insulter toutes les valeurs sauf celles liées à Israël… vous en étiez témoins comment le monde a réagi quand j’ai critiqué le régime sioniste… ce tabou existe par ce qu’Israël n’est rien d’autre que la manifestation du capitalisme, du matérialisme, de la toute puissance de l’argent qui a remplacé Dieu dans notre monde…

    http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/268365-ahmadinejad-isra%C3%ABl,-l-hideuse-incarnation-du-capitalisme

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s