Israël traîne le monde dans la gadoue


Tribune libre SAID

PALESTINE_2Les Palestiniens sont sans doute partis à Washington sans se faire trop d’illusions. Cependant, après la nouvelle provocation d’Israël, la question est inévitable. D’aucuns se demandent en fait, pourquoi l’Autorité palestinienne a-t-elle accepté de revenir s’asseoir autour d’une table avec les Israéliens – après trois années de boycott – alors que les choses n’ont pas évolué d’un iota? La question est également pertinente si l’on excipe du fait qu’Israël (les dirigeants israéliens) n’a jamais caché qu’il n’était pas prêt à céder sur aucun des principaux points qui configurent le contentieux israélo-palestinien: les frontières, la colonisation et les constructions de logements, le retour des réfugiés.

Depuis l’accord d’Oslo de 1993 – qui s’est avéré être un accord de dupes – les négociations entre Israël et les Palestiniens ont eu pour seule finalité, non point d’assurer la paix et la concorde entre deux peuples, mais de faire gagner du temps à l’Etat hébreu. Cela se vérifie encore par une reprise à tout le moins aventureuse de négociations solidement coincées dans l’impasse où les ont égarées les oukases israéliens. Israël qui n’accepte de conseils de personne ne manque pas en revanche d’imposer son diktat à ses «amis» ou présumés ennemis.

Pour dire que la reprise des négociations israélo-palestiniennes sont déjà mortes avant même que d’être amorcées. Le coup de grâce a été donné, dimanche dernier, par le ministre israélien du Logement, l’ultranationaliste religieux Uri Ariel. En marge de l’annonce faite le même jour de la publication d’un appel d’offres pour la construction d’un millier de logements dans les colonies en territoires palestiniens occupés celui-ci a dit – allusion aux critiques internationales considérant illégales la colonisation -«aucun pays au monde n’accepte de diktats d’autres pays sur les endroits où il peut construire ou pas» ajoutant «nous allons continuer de mettre des appartements sur le marché et de construire partout dans le pays». Quel pays? Israël? Les territoires palestiniens occupés sont-ils le «pays» auquel il se réfère? Si c’est le cas, à quoi rimerait alors le cirque de la reprise de «négociations» annoncées en grande pompe, alors que celles-ci n’ont pas bougé depuis 20 ans?

Les déclarations du ministre israélien et l’annonce de l’appel d’offres interviennent à quarante-huit heures du retour à Washington des négociateurs palestiniens et israéliens. Si ces développements ont pour but de faire capoter les négociations, voire provoquer leur rupture de la part des Palestiniens, alors que font ces derniers dans la capitale US? Qu’en disent les parrains américains du processus de paix, qui n’ont pas réagi à la nouvelle provocation israélienne? Et ce n’est pas la première fois que cela a lieu. Il y a deux ans, Israël avait lancé un appel d’offres à la construction de logements à Jérusalem-Est occupée en pleine visite du vice-président états-uniens, Joe Biden.

Le fait est établi, Israël ne respecte personne, pas même le pays qui le porte à bout de bras, lui assure l’impunité au Conseil de sécurité de l’ONU par ses veto et par une aide financière qui se chiffre en milliards de dollars. Que dit l’ONU qui s’est défaussé de sa mission qui reste celle d’aider les peuples sous le joug colonial à recouvrer leurs droits? Que dit le Quartette pour le Proche-Orient, qui s’est surtout signalé par un mutisme coupable, se dérobant à ses responsabilités envers la paix au Proche-Orient? Que dit ladite «communauté internationale» encore une fois tétanisée par la peur de dire ses vérités à Israël fomentateur de guerre au Moyen-Orient?

Au début de ce mois, à la reprise des discussions entre Israël et les Palestiniens, nous écrivions sur ces mêmes colonnes: «Qui peut ignorer ou feindre ignorer les tenants et aboutissants d’un dossier qui interpelle les instances internationales depuis plus de six décennies? Comment croire, qui croira que les retrouvailles, entre Palestiniens et Israéliens travaillés au forceps par le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, aboutiront à plus ou moins long terme – forçons-nous à l’optimisme – à quelque chose de concret?» Nous ne croyons pas si bien dire. L’appel d’offres d’Israël pour de nouvelles constructions à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupées, montre en fait le mépris que ce pays affiche envers, outre son parrain américain, l’ONU et ladite «communauté internationale» lesquels ont démissionné face à l’arrogance de l’Etat hébreu, car assuré de l’impunité. En effet, qui osera mettre Israël face à ses devoirs et responsabilités? Impuissante face à Israël, ladite «communauté internationale» se rattrape en gonflant le torse face à l’Iran! Hélas!!

Karim MOHSEN

http://lexpressiondz.com

10 réflexions sur « Israël traîne le monde dans la gadoue »

  1. J’ai cinq questions qui me paraissent fondamentales à la suite de la lecture de cet article…

    a)Pourquoi l’auteur évoque-t-il un « état hébreux » alors que « Israël » s’est lui-même défini et proclamé « état juif » dans ce qui lui tient lieu de « constitution », sa déclaration unilatérale d’ « indépendance » ?…

    b)Les colons européens débarqués de l’ « Exodus » étaient-ils des « hébreux » ?…

    c)La « reconnaissance » de cet état par une ONU balbutiante, sous domination absolue des vainqueurs de la seconde guerre mondiale, confère-t-elle légitimité et légalité à cet « état juif » ?…

    d)l’adhésion à l’ONU de tout état souverain implique-t-elle la « reconnaissance obligatoire de cet « état juif »…

    e)Les « négociations » dont on parle sont-elles autre chose qu’une négociation entre ‘Israël » et son parrain étasunien en vue de déterminer le sort des palestiniens avec l’aval d’un figurant, l’ « autorité palestinienne » ?…

    1. OUI Bernard .

      La fin de l’Etat hébreu .

      L’histoire politique du peuple juif durant les années qui ont suivi la mort de Jésus est sombre. C’est celle d’une escalade de la violence provoquée par la révolte contre l’occupation romaine, de son échec et de ses conséquences dramatiques pour la nation israélite.

      L’histoire de la fin de l’Etat de Judée est connue essentiellement grâce aux récits de Flavius Josèphe, qui relate en détail dans son ouvrage
      « La guerre des Juifs » les tensions politico-religieuses entre les Romains et les Juifs et les opérations militaires qui provoquèrent sa disparition.

      Les incidents commencèrent avec une série de provocations commises par le préfet de Judée Ponce Pilate à l’égard du peuple hébreu. Au début de son mandat (26-36 ap. J.-C.), il fit entrer les enseignes romaines dans Jérusalem, objets interdits par la loi judaïque car ils portaient l’image de l’empereur. Le gouverneur fit une autre maladresse en s’emparant du trésor du Temple sous prétexte de financer la construction d’un aqueduc. Enfin, sa plus grave faute fut de rassembler des troupes sur le mont Garizim et d’y faire massacrer un groupe de Samaritains armés qui s’y étaient regroupés.

      Ce dernier évènement coûta à Pilate sa place de préfet. En l’an 36 son supérieur le légat de Syrie Lucius Vitellius, dont dépendait la Judée, le renvoya à Rome pour qu’il justifie sa conduite. Pilate s’embarqua pour l’Italie où il fut sans doute démis de ses fonctions et peut-être sanctionné.
      suite….

      http://bible.archeologie.free.fr/etathebreu.html

  2. f pourquoi on t il voulu ce coin du monde a tous pris alors que le monde est vaste il n y a personne sur la lune a ce que je sache

    1. Ce petit coin du monde est le centre du croissant fertile …c’est le sens même du passé….. mamane .

      entre deux monde il se trouve ! ( pour tuer et piller les caravanes ) …comme les arabes à cette époque .mdrrrr 😆

  3. ne nous fessons pas d illusion cet état la ne lâchera rien du tous ce n est qu un faux semblant ils feront subir au palestinien ce que l europe leur a fait subir pour un nombre d entre eux je precise

      1. quelles valeurs une fois la population massacré ecrassé ils commencent a ce dire au faite sa craint ce que fait notre armé mais c du délire tous sa

        1. lol ici ( façon de parler !!!
          Sur l’île de Komodo, les dragons sont mieux protégés que les hommes

          DES ANIMAUX ET DES HOMMES – Alors que le site de Komodo vient d’être désigné comme l’une des sept merveilles naturelles du monde, le sous-développement et la misère règnent toujours sur l’île. Qui est loin de pouvoir accueillir dignement
          les touristes, souligne le quotidien. 😦

          http://www.courrierinternational.com/article/2013/08/14/sur-l-ile-de-komodo-les-dragons-sont-mieux-proteges-que-les-hommes

  4. Le mensonge fondateur de l’Etat hébreu encore démystifié, cette fois par la génétique?

    Vous connaissez surement le grossier mensonge selon lequel les Juifs SSionistes ont osé prétendre que la colonisation de la Palestine est synonyme de « retour sur la terre des ancêtres », or des historiens et des écrivains ont démystifié cette ineptie en soutenant la théorie de la descendance khazare des Ashkénazes, qui représentent plus de 90% des 13 millions de juifs dans le monde aujourd’hui.

    Cette fois c’est la génétique qui vient confirmer l’hypothèse khazare,
    au détriment de l’hypothèse rhénane complètement invraisemblable et
    impossible en termes de démographie.

    http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20130125050014AAgcxyN

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s