L’humanité est en train de sombrer à cause de la criminalité de Washington – Paul Craig Roberts


dictator-obama-450x318Les américains vont bientôt être enfermés dans un pays avec un État policier irresponsable sauf si les représentants et les sénateurs américains trouvent le courage de poser des questions et de sanctionner les responsables du pouvoir exécutif qui enfreignent la loi, violent la Constitution, dissimulent des informations au Congrès, et donnent de fausses informations sur leurs crimes contre le droit, la Constitution, le peuple américain et ceux de l’Afghanistan, du Pakistan, du Yémen, de l’Irak, de la Libye, de la Syrie, de la Somalie, de Guantanamo et d’ailleurs. Le Congrès doit utiliser le pouvoir de destitution que la Constitution prévoit et cesser d’être inféodé au pouvoir exécutif sans foi ni loi. Les États-Unis ne font face à aucune menace qui justifie l’illégalité et l’abus de pouvoirs qui caractérisent le pouvoir exécutif au 21e siècle.

La destitution est le pouvoir le plus important du Congrès. La destitution est ce qui protège les citoyens, la Constitution et les autres branches du gouvernement de l’abus par l’exécutif. Si le pouvoir de révoquer des responsables de l’exécutif abusifs n’est pas utilisé, le pouvoir cesse d’exister. Un pouvoir inutilisé est comme une loi qui reste lettre morte. Son autorité disparaît. En acquiesçant aux illégalités du pouvoir exécutif, le Congrès a permis à l’exécutif de se placer au-dessus de la loi et d’éviter de rendre des comptes pour ses violations de la loi et de la Constitution.

Le directeur de la National Intelligence, James R. Clapper a ouvertement menti au Congrès et demeure en fonction. Keith B. Alexander, directeur de l’Agence de sécurité nationale, a également trompé le Congrès, et il demeure en fonction. Le procureur général Holder évite dire la vérité au Congrès sur à peu près tous les sujets, et il reste également en poste. La même chose peut être dite pour le président Obama, l’un des grands mystificateurs de notre temps, qui est si allergique à la vérité que celle-ci trouve rarement le moyen de sortir de sa bouche.

Si un citoyen américain ment à un enquêteur fédéral, même s’il n’est pas sous serment, il peut être arrêté, poursuivi, et envoyé en prison. Pourtant, ces mêmes fonctionnaires fédéraux peuvent mentir au Congrès et aux citoyens en toute impunité. Quelle que soit la manière de considérer le système politique américain, il n’a rien à voir avec un gouvernement responsable. En Amerika personne n’est responsable, sauf les citoyens, qui doivent rendre des comptes non seulement vis-à-vis de la loi mais aussi face à des accusations gratuites pour lesquelles aucune preuve n’est nécessaire.

Le Congrès a le pouvoir de destituer toute personne nommée par le Président ainsi que le Président lui-même. Dans les années 1970, le Congrès allait destituer le Président Richard Nixon simplement parce qu’il avait menti au sujet de la date à laquelle il a appris le cambriolage du Watergate. Pour éviter la destitution, Nixon a démissionné. Dans les années 1990, la Chambre des représentants avaient destitué le président Bill Clinton pour avoir menti sur sa liaison sexuelle avec une stagiaire de la Maison Blanche. Le Sénat n’a pas suivi, sans doute parce que beaucoup avaient eux-mêmes des aventures sexuelles et ne voulaient pas avoir des comptes à rendre à leur tour.

Dans les années 1970, quand je faisais partie du personnel du Sénat, les lobbyistes des entreprises envoyaient de jolies femmes pour séduire les sénateurs afin de pouvoir les faire chanter et obtenir leur soumission. Ne soyez donc pas surpris si la NSA a adopté cette pratique des entreprises.

Les irrégularités de Nixon et Clinton étaient mineures, et de bien peu de conséquence, par rapport aux crimes de George W. Bush et Obama, leurs vice-présidents, et l’ensemble de ceux qu’ils ont nommés. Pourtant, la destitution est «sur la table», pour reprendre l’expression devenue tristement célèbre de Nancy Pelosi. http://www.nytimes.com/cq/2006/11/08/cq_1916.html. Pourquoi les électeurs californiens enverraient-ils une personne au Congrès qui refuse de les protéger contre un pouvoir exécutif absolu ? Qui Nancy Pelosi sert-elle ? Certainement pas le peuple de Californie. Certainement pas la Constitution américaine. Pelosi est en totale violation de son serment d’office. Est-ce que les Californiens la rééliront encore une fois? Pas étonnant que l’Amérique aille mal.

La question primordiale est : Quel est le but de la surveillance de tous les Américains ? C’est une surveillance hors de toute proportion au regard de la prétendue menace terroriste. La Constitution américaine est ignorée et le droit national violé. Pourquoi ? Est-ce que le gouvernement américain a un agenda non déclaré pour lequel la «menace terroriste» est une couverture ?

Quel est cet agenda ? Quel agenda est plus important que la Constitution américaine et la responsabilité du gouvernement devant la loi ? Les citoyens ne sont en sécurité que si le gouvernement est responsable devant la Constitution et la loi. C’est une idée absurde que de penser que les américains sont plus menacés par le terrorisme que par un gouvernement avec un pouvoir absolu qui peut les exécuter, les torturer et les jeter en prison à perpétuité sans procès ou aucun motif valable. Sous Bush / Obama, les Etats-Unis sont revenus au pouvoir absolu des Césars,  des tsars, et des autocrates.

Dans la célèbre pièce de théâtre, « A Man For All Seasons », Sir Thomas More, chancelier d’Angleterre, demande: Alors, vous voulez que je réduise la loi afin de pourchasser les démons ? Et que ferons-nous, avec cette loi réduite, lorsque le diable sera en nous ?

C’est la question juridique le plus importante jamais posée, et elle est rarement posée aujourd’hui, pas dans nos facultés de droit, ni par nos associations d’avocats, et certainement pas par le (sic) ministère de la Justice ou les procureurs américains.

Les conservateurs américains considèrent les libertés civiles comme de simples excuses permettant à des juges libéraux de choyer des criminels et des terroristes. Ne vous attendez jamais à ce qu’un républicain conservateur, ou plus de deux ou trois d’entre eux, défendent votre liberté civile. Les républicains ne croient tout simplement pas à la liberté civile. Les Démocrates ne peuvent pas concevoir que Barack Obama, le premier président noir dans le Bureau Ovale, membre d’une minorité opprimée, ne défende pas la liberté civile. Cette combinaison de désintérêt et de déni est la raison pour laquelle les Etats-Unis sont devenus un État policier.

La liberté civile a peu d’amis au sein du gouvernement, des partis politiques, des écoles de droit, des barreaux ou de la magistrature fédérale. Par conséquent, aucun citoyen n’est sécurisé. Récemment, une femme au foyer faisait des recherches pour une cocotte-minute sur internet, à la recherche de la meilleure affaire. Son mari était à la recherche d’un sac à dos. Le résultat a été que l’équipe SWAT entièrement armée est apparue à la porte demandant à fouiller les lieux et leur enjoignant de répondre à leurs questions.

http://www.theatlanticwire.com/national/2013/08/government-knocking-doors-because-google-searches/67864/

Je suis toujours étonné quand quelqu’un dit: «Je n’ai rien fait de mal. Je n’ai rien à craindre. « Si vous n’avez rien à craindre du gouvernement, pourquoi les Pères fondateurs ont mis des protections dans la Constitution que Bush et Obama ont démolies ? Contrairement aux pères fondateurs qui ont conçu notre gouvernement de manière à protéger les citoyens, le troupeau de mouton américain fait confiance au gouvernement pour sa propre disparition.

Glenn Greenwald a récemment expliqué comment la masse de données qui sont accumulées sur chaque Américain est exploitée pour détecter tout signe de comportement criminel non lié au terrorisme. Etant donné que ces perquisitions sans mandat sont des preuves illégales dans un procès pénal, les autorités cachent la manière illégale dont la preuve a été obtenue afin de garantir la condamnation fondée sur des preuves obtenues illégalement. http://www.informationclearinghouse.info/article35773.htm

En d’autres termes, l’utilisation de la surveillance justifiée par la «guerre contre le terrorisme» s’est déjà propagée dans les poursuites des criminels de droit commun où elle a corrompu les garanties juridiques et l’intégrité, le cas échéant, du système de justice pénale, les procureurs et les juges.

Ceci est juste l’une des nombreuses façons dont vous avez beaucoup à craindre, si vous pensez que vous faites quelque chose de mal ou non. Vous pouvez être inquiétés pour les crimes basés sur des déductions tirées de votre activité sur Internet et des blagues avec des amis sur les médias sociaux. Les jurés rendus paranoïaques par la «menace terroriste» vous condamneront.

Nous devrions être très méfiants vis-à-vis de la motivation derrière l’espionnage universel des citoyens américains. Les autorités sont conscientes que la menace terroriste ne justifie pas l’espionnage inconstitutionnel et illégal. Il n’y a eu que très peu d’événements terroristes réels aux États-Unis, ce qui explique pourquoi le FBI doit trouver des gens désemparés autour desquels organiser un complot orchestré par lui afin de garder la «menace terroriste» vivante dans l’esprit du public. Au dernier décompte, il y a eu 150 «opérations d’infiltration» dans lequel le FBI a recruté des personnes qui sont déconnectées de la réalité, pour les engager dans un complot bien rémunéré conçu par le Bureau Fédéral. Une fois que les dupes sont d’accord, ils sont arrêtés comme des terroristes et le complot révélé, toujours avec la déclaration qui l’accompagne que le public n’a jamais été en danger, que le FBI avait le contrôle de la situation.

Lorsque 99% de tout le terrorisme est organisé par le FBI, pourquoi avons-nous besoin que le NSA espionne toutes les communications de tous les Américains et des gens dans le reste du monde?

Le terrorisme vient rarement de l’extérieur. La source est presque toujours le pouvoir en place. La police secrète tsariste faisait sauter des bombes dans le but d’accuser et d’arrêter les agitateurs du travail. Les nazis ont brûlé le Reichstag afin de décimer les communistes et prendre le pouvoir absolu au nom de la «sécurité publique». Une prétendue menace terroriste est une façon d’utiliser la peur pour bloquer l’opposition populaire à l’exercice arbitraire du pouvoir du gouvernement.

Afin d’être «à l’abri des terroristes », la population américaine, avec quelques exceptions, a accepté la disparition de ses libertés civiles, comme l’habeas corpus, qui remonte à plusieurs siècles au Magna Carta comme une contrainte sur le pouvoir du gouvernement. Comment, alors, peuvent-ils se protéger de leur gouvernement? Les Américains sont aujourd’hui dans la même position que les anglais avant la Grande Charte de 1215. Les américains ne sont plus protégés, par la loi et la Constitution, de la tyrannie du gouvernement.

La raison pour laquelle les Pères fondateurs ont écrit la Constitution était de faire que les citoyens soient protégés vis-à-vis de leur gouvernement. Si les citoyens permettent au gouvernement de supprimer la Constitution, ils pourraient être à l’abri des terroristes étrangers, mais ils ne sont plus sûrs de leur gouvernement.

Qui pensez-vous a plus de pouvoir sur vous, les terroristes étrangers ou «votre» gouvernement?

Washington définit toute résistance à son impérialisme et sa tyrannie comme du «terrorisme». Ainsi, les américains qui défendent l’environnement, qui défendent la faune, qui défendent les libertés civiles et les droits humains, qui protestent contre les guerres et le vol du peuple en faveur des intérêts particuliers, deviennent tous des « extrémistes de l’intérieur », le terme Homeland Security ayant été remplacé par «terroriste». Ceux qui ne sont pas en phase avec Washington et les puissants intérêts privés qui nous exploitent, nous et tous les autres peuples de la terre pour leurs profits et leur pouvoir, tombent du mauvais côté de la division du monde en noir et blanc de Bush: «vous êtes avec nous ou contre nous».

Aux États-Unis la pensée indépendante est sur le point d’être criminalisées alors que les manifestations sont garanties par la Constitution ainsi que la liberté de la presse. http://www.theguardian.com/commentisfree/2013/aug/10/james-risen-prison-journalism-criminalised. Le principe constitutionnel de la liberté d’expression a été redéfini et est considéré maintenant comme une trahison, comme une aide à un ennemi indéterminé, et comme visant à renverser le gouvernement en jetant le discrédit sur ses motivations et en révélant ses méfaits secrets. Les locataires assoiffés de pouvoir de Washington ont mené les Etats-Unis si proche de la Gestapo en Allemagne et de la Russie stalinienne que ce n’est plus drôle. En effet, il est parfois difficile de voir la différence.

Les néo-conservateurs ont déclaré que les américains sont un peuple «exceptionnel» et «indispensable. » Pourtant, les libertés civiles des Américains ont diminué bien plus qu’ils ne sont devenus « indispensables » et « exceptionnels ». Nous sommes maintenant tellement exceptionnels et indispensables que nous n’avons plus aucun droit.

Et pas plus que le reste du monde. Le Néo conservatisme a créé un nouveau nationalisme américain dangereux. Les néoconservateurs ont donné à Washington le monopole du droit et doté ses agressions militaires d’une morale qui remplace les Conventions de Genève et les droits de l’Homme. Washington, du fait de son «exceptionnalisme», a le droit d’attaquer les populations dans les pays avec lesquels il n’est pas en guerre, comme le Pakistan et le Yémen. Il utilise la couverture de son «exceptionnalisme» pour assassiner des gens dans de nombreux pays. http://news.antiwar.com/2013/08/11/us-drones-pound-yemen-but-targets-arent-all-militants/print/. Hitler a essayé de commercialiser l’exceptionnalisme du peuple allemand, mais il lui manquait les compétences de Madison Avenue de Washington.

Washington est toujours moralement irréprochable, quoi qu’il fasse, et ceux qui dénoncent ses crimes sont des traîtres qui, dépouillés du cocon des libertés civiles, sont enfermés et maltraités jusqu’à ce qu’ils avouent leurs crimes contre l’État. Ceux qui disent la vérité, comme Bradley Manning, Julian Assange, et Edward Snowden, sont étiquetés comme des ennemis de l’État et sont impitoyablement persécutés.

Comment la nation  « indispensable, exceptionnelle » peut-elle avoir une politique diplomatique? Un département d’État ‘’néoconisé’’ peut-il être fondé sur autre chose que la coercition ? Bien sûr que non. C’est pourquoi Washington ne produit que la guerre et les menaces de guerre.

Où que l’on porte son attention, on entend toujours la même rengaine, Washington qui menace « nous allons vous bombarder et vous ramener à l’âge de pierre » si vous ne faites pas ce que nous voulons et si vous n’êtes pas d’accord avec ce que nous exigeons. Nous allons imposer des « sanctions », l’euphémisme de Washington pour les embargos, et affamer vos femmes et vos enfants à mort, nous ne vous permettrons de recevoir aucune fourniture médicale, nous vous interdirons le système de paiement international à moins que vous ne vous repentiez et consentiez à être notre marionnette, et nous vous interdirons de publier vos bulletins d’information sur Internet.

C’est le visage que Washington présente au monde: le visage dur d’un vrai tyran.

La puissance de Washington survivra encore un peu, car il y a encore des hommes politiques en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande, et les ONG en Russie, qui sont payés par le tout-puissant dollar. En échange de l’argent de Washington, ils approuvent l’immoralité de Washington et ses destructions meurtrières du droit et de la vie.

Mais le dollar est en train d’être détruit par l’assouplissement quantitatif, et l’économie américaine intérieure est en train d’être détruite par la délocalisation des emplois. http://www.manufacturingnews.com/news/TAA0731131.html

Rome était puissante jusqu’à ce que les germains cessent d’y croire. Ensuite, l’édifice pourri s’est effondré. Washington sera confronté tôt ou tard au même sort. Un régime illégal, inhumain, inconstitutionnel basé sur la seule violence, dénué de toute morale et de toute compassion humaine, n’est pas acceptable pour la Chine, la Russie, l’Inde, l’Iran et le Brésil, ou les lecteurs de ces colonnes.

Le mal qu’est Washington ne peut pas durer éternellement. Les criminels pourraient détruire le monde dans une guerre nucléaire, mais l’illégalité et le manque d’humanité à Washington, qui assassine toujours plus de gens, n’est plus acceptable pour le reste du monde, pas même pour ses marionnettes européennes, malgré leurs leaders à la solde de Washington.

Gorbatchev a raison. L’effondrement de l’Union soviétique a été une débâcle pour le monde entier. Il a transformé les États-Unis de la « ville sur la colline», le «phare pour l’humanité », en un état militariste agressif. Par conséquent, l’Amerika est maintenant méprisée par tous ceux qui ont une conscience morale et un sens de la justice.

Paul Craig Roberts

Traduction Avic

http://www.paulcraigroberts.org/2013/08/13/humanity-is-drowning-in-washingtons-criminality-paul-craig-roberts/

Craig Roberts withkitties_150_120Le Dr Roberts fut Secrétaire Adjoint au Trésor US de la politique économique dans l’administration Reagan. Il a été rédacteur en chef adjoint et éditorialiste du Wall Street Journal, chroniqueur pour Business Week et du Scripps Howard News Service. Il a occupé de nombreux postes universitaires. Son dernier livre, The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West est disponible ici: http://www.amazon.com/Failure-Capitalism-Economic-Dissolution-ebook/dp/B00BLPJNWE/

17 réflexions sur « L’humanité est en train de sombrer à cause de la criminalité de Washington – Paul Craig Roberts »

  1. Merci avic… Tant qu’il y aura des hommes de la trempe de Paul Craig Roberts, nous devrons garder espoir.

  2. la constitution américaine est le pretexte pseudo-libertaire parfait à un systeme crypto-fasciste (ce qui est expliqué dans l’article). les pires horreurs peuvent être commises à partir du moment ou elles sont constitutionnelles, ce qui est le cas depuis très longtemps. les américains ont tort de considérer la constitution comme sacro-sainte. elle est sensée defendre les libertés, mais ceci n’est qu’un mythe fondateur à un système tyrannique.

    1. Il est maintenant établi que les 2 « pères fondateurs » de l’Europe étaient inspirés et financés par la CIA. Dès l’origine, dans une logique impérialiste, le but est de réaliser une union transatlantique sous
      domination US. Pour certains, il s’agissait de faire face à l’autre empire, l’URSS. Pour d’autres, il s’agit d’éliminer la concurrence en contrôlant les institutions stratégiques, les normes et règlements.

      Depuis 2012, l’idée d’un « grand marché transatlantique  » prend forme avec la constitution d’un « Groupe de haut niveau » piloté par le commissaire européen au Commerce et son confrère américain. Un projet en est sorti, baptisé « Accord de partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement » par Obama, Barroso et Van Rompuy le 13 février 2013. Tous ces projets et documents sont relayés par le très puissant institut euro-américain, le « Transatlantic Policy Network » (TPN). Bénéficiant de l’appui financier d’une multitude de multinationales (Boeing, Microsoft, Nestlé…) et d’une myriade de think tanks (Chatham House, CFR, Bruegel…), le TPN est dirigé par le député anglais au parlement européen, James Elles.

      La raison de cette accélération se trouve dans la crise, qui enfonce l’Europe dans la récession et freine la reprise aux USA. L’appauvrissement des classes moyennes européennes est à la fois inéluctable et pour le moment suffisamment progressif pour éviter l’explosion sociale. Le projet part du constat que les échanges UE-USA constituent la moitié des échanges internationaux et s’équilibrent à peu près, alors que les deux marchés sont soumis à la concurrence des marchandises venues des pays émergents. L’idée est de créer une
      barrière aux importations sur les frontières de la zone UE-USA pour
      favoriser le développement des échanges intérieurs.

      la suite….

      http://2ccr.unblog.fr/2013/06/26/le-grand-marche-transatlantique-et-puis-et-puis-et-puis/

  3. Qui suis-je pour critiquer un article de Paul Craig Roberts? Et pourtant! Il y en aurait long à dire.

    Ainsi, P.C.R. évoque l’État US en nommant son président, ses élus du Congrès, ses fonctionnaires. Mais quel pouvoir ces pauvres gens ont-ils encore aux USA? Peter Dale Scott créé le concept d’«État Profond» pour désigner les véritables dirigeants des USA. Et ils sont occultes, échappant ainsi à tout contrôle, toute exigence de rendre des comptes. De plus, ils sont multiples et se livrent une guerre sans merci les uns aux autres. Ceci explique d’ailleurs les crachotements, les hésitations, les contradictions de la politique US.

    Comment connaître la position précise des pétrolières, du lobby juif, du complexe militaro-industriel? Quelle est la puissance respective de chacun? Serait-ce là les États Profonds (le pluriel semble nécessaire) évoqué par Scott? Ou y aurait-il des acteurs caché derrière ceux-ci?

    À quoi servirait la destitution de tel ou tel fonctionnaire? De tel ou tel élu? Ou du Président lui-même, puisque le pouvoir véritable est ailleurs. Ne voit-on pas qu’Obama n’est qu’une pitoyable marionnette qui ploie régulièrement du côté vers lequel souffle le vent le plus puissant de l’heure? Quitte à ployer dans la direction contraire quelques heures plus tard?

    Hélas! Il faut s’en rendre compte. Cette superpuissance en mesure de détruire dix fois la planète entière est dirigée par des pouvoirs occultes.

    En proposant la destitution, P.C.R. propose tout simplement de faire exploser un pétard pour pulvériser les Montagnes Rocheuses

    1. Mine de rien Paul Craig Roberts est un nouveau venu dans ces « nouvelles façons de voir les choses ». Tous les jours on sent qu’il progresse. Mais comme vous le montrez, c’est un monde de poupées russes. J’espère simplement qu’il ne sera pas déçu quand il constatera que ces mêmes bases qui lui permettent d’y voir plus clair (la constitution, les pères fondateurs…) sont vermoulues, comme le dit sbra plus haut.

  4. La gaucholalie et son ministre des finances se réjouissent du dernier rapport produit par le FMI car celui-ci indiquerait que le gouvernement français devrait desserrer l’étau austérité pour relancer la croissance.
    Rendez-vous compte, si même le FMI le dit ! Je me marre ! Je me marre parce que ce n’est pas tout à fait ce que dit le FMI.

    Ce qu’il dit c’est que pour nous sortir de la mouise dans la quelle nous sommes enlisés le gouvernement et Pépère doivent absolument ralentir le durcissement de la pression fiscale si nous ne voulons pas gâcher les maigres espoirs d’une timide reprise de la croissance tout en poursuivant avec rigueur la réduction de la dépense publique. Le FMI invite donc le gouvernement français à réduire les dépenses publiques pour baisser le déficit, plutôt que de créer de nouvelles taxes, qui « sont parmi les plus élevées sur le plan international et ont un effet négatif sur l’investissement et la création d’emplois ». Cépapareil. Dans trois semaines, la TVA, comme prévu, augmentera et les embauches massives de fonctionnaires sont toujours d’actualité…

    Selon BFM, Moscovici relève une grande convergence de vues avec le FMI sur le diagnostic et l’analyse des risques qui pèsent sur l’activité en Europe et en France ! Repoilade, car dans ce même rapport le FMI dit :  » le taux de chômage (selon les critères du Bureau International du Travail) devrait dépasser 11,6% en 2014 et il ne devrait pas baisser en deçà de 10,6% pendant le mandat de François Hollande. « , ce qui serait en parfaite contradiction avec la promesse délirante mais
    maintes fois répétée de Pépère d’inverser la courbe du chômage d’ici
    la fin de l’année. mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr 😉

    la suite..
    .
    http://corto74.blogspot.fr/2013/08/fmi-le-sombre-rapport-qui-annonce-une.html

  5. Vous le saviez, nos pravdas locales et Présiflan s’en étaient gargarisés à l’époque: Fin 2012, il n’y aurait plus de troupes combattantes en Afghanistan. C’était une promesse de campagne de pépère. Alors,
    unilatéralement et sans même en discuter avec ses alliés, à peine élu, Pépère organise le retrait des troupes: 88 morts, c’était assez. On rapatrie les combattants et on laisse sur place entre 500 et 1 000 hommes, des militaires non-combattants, à supposer qu’il puisse exister des militaires non-combattants… Apparemment, en Socialie, c’est possible.

    Enfin bref, qui dit retrait des troupes combattantes, dit, dans l’esprit des gens et de Pépère, plus de morts, plus de cercueil à honorer aux Invalides ou sur le Pont Alexandre III à Paris.

    Alors, si tu es militaire non-combattant, resté en Afghanistan pour ranger et plier les gaules et que tout à fait par hasard, tu meures, faut pas t’étonner si personne n’en parle. Tu crèves en silence et sans les honneurs. Silence radio.

    Le 5 août dernier, le sous-officier Gwénael Thomas ( 39 ans, marié, 3 enfants), de l’armée de l’Air française est décédé dans l’exercice de ses fonctions à Kaboul. Son décès, passé sous silence, porte à 89 le nombre de militaires français tués en Afghanistan.

    La République, « reconnaissante », aura su oublier qu’il y a des militaires « non-combattants » qui meurent encore là-bas.

    Une pensée à lui et à sa famille. 😦

    http://corto74.blogspot.fr/

  6. Yémen : Al-Qaïda de nouveau au service des Etats-Unis !

    Il y a une semaine, les Etats-Unis alertaient l’opinion public sur un
    risque élevé d’attentat de la fameuse nébuleuse al-Qaïda. Cette annonce avait alors entraîné la fermeture de nombreuses ambassades occidentales au Yémen (américaine, britannique, française, allemande, etc.) faisant basculer le pays dans une impasse politique et sécuritaire.

    Les ministres yéménites de la Défense et des Affaires étrangères ont qualifié d’injustifiable, la fermeture de ces ambassades. En réalité, le Yémen est, depuis longtemps, un lieu d’insécurité et d’instabilité, aussi bien pour les diplomates étrangers, que pour ses citoyens. Reste à savoir quels sont les éléments à l’origine de cette flambée de violence au Yémen ?

    Selon des responsables yéménites, les activités d’al-Qaïda et les raids des drones américains sont à l’origine de l’insécurité accrue sévissant au Yémen. Les éléments liés à al-Qaïda, qui instrumentalisent l’instabilité politique et sécuritaire au Moyen-Orient et au Maghreb dans le sens de leurs intérêts, se sont infiltrés au Yémen, en pleine protestation populaire et grâce au feu vert d’Ali Abdallah Saleh, le dictateur déchu.

    De son côté, Washington a montré, à plusieurs reprises, comment il faisait appel aux groupes terroristes comme al-Qaïda, afin de garantir ses intérêts dans les pays où il se trouve dans une impasse politique. Pour d’aucuns, c’est grâce au feu vert des Etats-Unis qu’al-Qaïda est présent au Yémen, afin d’empêcher la mise en place d’un ordre
    démocratique…

    http://www.partiantisioniste.com/communications/yemen-al-qaida-de-nouveau-au-service-des-etats-unis-1653.html

  7. *Des accords secrets ont été conclus inclus un accord entre Paris et Ryad sur l’achat et la livraison d’armes sophistiquées au bénéfice
    de l’opposition. 😦

    Ces armes inclues des missiles anti- tanks français MILAN et des MANPADS de fabrication française ou des lances missiles anti aériens portables. Les Saoudiens ont déjà acheté une cargaison de missiles MILAN livrés avec l’aide de la France pour aider l’opposition en Syrie tandis que l’accord sur les MANPADS attend le feu vert des US avant d’être délivrés au commandant de la FSL Salim Idriss en provenance des entrepôts d’ Arabie Saoudite.

    Les Saoudiens ont déjà acheté une cargaison de missiles MILAN livrés avec l’aide de la France pour aider l’opposition en Syrie tandis que l’accord concernant les MANPADS attend un feu vert des US. Ces missiles de fabrication française ont été acheté au marché noir plutôt
    que directement en France avec l’aide de trafiquants d’armes
    autrichiens. !!!

    http://www.planetenonviolence.org/La-Coalition-Nationale-Syrienne-Relookee-Par-L-Arabie-Saoudite_a3142.html

  8. Les Emirats Arabes Unis Une Dictature Monarchique Arabe Sioniste !!!

    Bien que les adeptes du Sionisme soient majoritairement des Juifs et des Chrétiens le colonialisme juif sioniste ne pourrait survivre au Moyen Orient sans la complicité de ceux que l’on peut appeler des Arabes sionistes, états organisations individus. Les EAU en font partie le commerce des diamants entre l’entité juive sioniste et la dictature monarchique de Dubai est florissant au point que des Israéliens impliqués dans ce commerce font la navette entre Tel Aviv et Dubaï utilisant ouvertement leurs passeports israéliens et que des
    diamantaires des EAU se rendent régulièrment à des conférences à
    Tel Aviv. . 😦

    http://www.planetenonviolence.org/Les-Emirats-Arabes-Unis-Une-Dictature-Monarchique-Arabe-Sioniste_a3141.html

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s