À Pékin, le métro se paie en échange de bouteilles en plastique


Tribune libre Résistance

pekin_recyclageUn État digne de ce nom est un État qui résout (ou tente de résoudre) les problèmes systémiques en imposant des politiques visant à obtenir des résultats. Un exemple qui nous vient de Chine – pays me direz-vous qui a encore beaucoup de progrès à faire en matière de protection des travailleurs et de l’environnement – illustre « plastiquement » ce concept.

Le métro de Pékin permet aux passagers de voyager gratuitement en échange de bouteilles de plastiques usagées. Les voyageurs peuvent de cette façon contribuer à la préservation de l’environnement tout en économisant de l’argent.

Ainsi, chaque usager pourra recharger sa carte de transport en insérant des bouteilles dans des machines futuristes. Se déplacer librement sur les huit lignes et cent-cinq stations de la capitale chinoise « coûtera » ainsi une vingtaine de bouteilles plastiques.

Seule la ligne 10 est actuellement concernée par l’installation de ces machines à recycler. Le service est encore en phase d’essai. Mais les autorités chinoises comptent bien équiper dans les prochains mois le réseau métropolitain de quelque 3.000 machines, tout en envisageant la possibilité d’étendre ce service aux autobus et aux autres transports en commun.

Cette innovation permet non seulement de favoriser le recyclage en incitant le public à acquérir les réflexes écologiques, mais aussi de favoriser l’utilisation des transports en commun.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/

24 réflexions sur « À Pékin, le métro se paie en échange de bouteilles en plastique »

  1. a quand la meme methode en france les transport sont trop cher ont ne devrais pas avoir a payer si cher pour traverser notre ville ou notre pays enfin si il mette un jour se system a la sncf il faudras combien de bouteille pour faire PARIS BORDEAUX vu que le billet varie entre 30 et 150 euro!!

  2. Bah, souvent ce systeme est utilisé en contrepartie d’une consignation de toutes les bouteilles plastiques dans les magasins, de l’ordre de 20 à 25 cts… si ça arrive, vous allez vite déchanter xD…

    1. Pourquoi déchanter ? Puisque l’argent que tu « perds » dans la consigne est utilisé pour payer ton ticket que tu aurais de toute façon dû payer (sauf si tu fraudes mais ça c’est une autre histoire)!
      Ils font pareil en Suède sauf que l’argent t’es redonné sous forme de bons d’achat à utiliser dans les supermarchés. On est d’accord qu’il n’y a pas réellement de gain financier mais le gain écologique est important. Je te mets au défi de trouver une bouteille plastique ou une canette alu dans les rues des villes suédoises !

      1. En effet, c’est impressionnant en Suède.
        Le défi, je l’ai pourtant déjà relevé. A Lulea° dans le nord de la Suède, après avoir ramassé littéralement TOUTES les bouteilles et canettes jetées dans la ville, nous nous sommes dirigés vers le supermarché pour récupérer notre bon d’achats…
        Haha, pas une seule de ces bouteilles n’était concernée par la démarche !

        Donc, la conscience écologique a eu une limite.

        Mais ceci dit, je supporte à 100% une telle initiative, dont j’ai même étudié la potentielle implantation en France…

        1. Bien sûr qu’il y a des bouteilles et canettes par terre en Suède, j’ai intentionnellement forcé le trait pour appuyer le propos mais vu que 90% des bouteilles plastiques sont consignées et que plus de la moitié des canettes alus le sont aussi; il y aura toujours quelqu’un pour les ramasser. Très souvent ce sont des gens dans le besoin, immigrés ou non, comme le soulignait un internaute à propos de la Chine. L’important c’est de lancer une telle proposition en France et ailleurs et de chercher à faire évoluer le système. Seul le verre n’est plus consigné en Suède alors qu’il l’était il y a quelques dizaines d’années de ça en France. Comme quoi certaines bonnes choses se perdent…

    2. encre un qui ne pense qu’a son petit confort personnel et qui ne pense pas à ses enfants …s’il en a 🙂
      C’est comme un sourire ou un bonjour, cela ne coûte rien de mettre les bouteilles dans la machine.

  3. Et on en est où de cette phase de tests et dans le déploiement du système? Sachant que l’article source date de décembre 2012 il doit y avoir du nouveau…

  4. C’est totalement absurde, en Chine les bouteilles vides sont ramassees par les plus pauvres pour etre revendues… c’est la seule et ultime source de revenus pour ces gens, ces vieux, ces infirmes… non seulement ca ne sert a rien mais en plus c’est anti-social… et c’est tout sauf gratuit car 20×0,2 kuais (le prix a la revente d’une bouteille) = 4 kuais soit 2x plus cher que le ticcket normal… encore de l’esbrouffe et du foutage de gueule, et un article totalement a cote de la plaque… et « favoriser l’utilisation des transports en commun » dans une ville ou ces fameux transports sont totalement congestionnes… la bonne blague ! Pas de besoin de favoriser une option quand elle est la seule disponible !

  5. L’idée est bonne en théorie, dans le but d’encourager à recycler, mais est-ce que ça ne pénalise pas les gens qui, comme moi, essaient d’éviter d’acheter des bouteilles plastique ?
    Pourquoi encourager l’achat de bouteilles jetables, au détriment de la réutilisation des contenants en verre ou métal ?
    Encourager le recyclage, c’est bien… Encourager le 0 déchet, c’est mieux.

  6. petit récapitulatif :
    il n’a jamais été dit, sauf par notre pollueur national PEB, que les bouteilles à mettre dans la machine devait être des bouteilles consignées. Je suis pas sur qu’à PEKIN, vu le niveau de vie, les bouteilles soient consignées (en Allemagne et en Suisse oui dans certaine marque).
    Pour AZZOTE, je crois qu’il en a trop respiré et congestionné son cerveau tels les transports en commun chinois. Je crois franchement que non seulement c’est de l’éducation civique pour une population qui ne s’en soucie pas et encore moins de l’écologie. Si cette idée permet de ne pas avoir des monceaux de détritus sur le sol, c’est une très bonne idée … cela me fait penser à certaines banlieues et centre ville où les habitants se plaignent de la saleté mais qui sont les premiers à créer par le jet de papiers, sachet de chips, snack, frite, sandwiches, canette, bouteilles, … et j’en passe le soir. Pourquoi toujours chercher le négatif d’une initiative positive.
    Pour petite info, dans ma ville, c’était les ouvriers communaux qui faisait le nettoyage des rues avant les années ’80, enfin nettoyage est un bien grand mot vu que les gens avaient une éducation civique. Mais suite au développement énorme des boissons en canette et bouteilles, des fast-food, sandwicherie et autres ainsi que du laxisme des parents qui laissent tut faire à leur enfants, les ouvriers ont été vite dépassés et ce sont des sociétés privées qui s’en chargent et pas à faible coût … coût répercuté sur vos taxes et impôts. Alors, vous préférez une initiative comme celle-ci ou payer encore un peu plus d’impôt tous les jours par le manque de respect de la population (à méditer).
    En résumé, si chacun met un peu du sien, on vivra dans un monde … ville plus propre et on pourra être fier du lieu où on habite. Je doute sérieusement que vous seriez fier d’inviter des gens à votre domicile si il y avait des détritus partout sur la voirie et le trottoir pour accéder chez vous.
    Remarque : dans nos festivals (je suis belge), il y a une coutume où les enfants qui rapporte 100 goblets de plastique jetés par les festivaliers, ils reçoivent une boisson gratuite. Bien qu’il ait fallu un petit temps pour que la mayonnaise monte, dites vous que le succès est tel que le ramassage des détritus après le festival est hyper limité. Les enfants courent entre les gens pour les récupérer. Je vois déjà la remarque du négativiste qui va dire que c’est se moquer des enfants. Pour moi, cela a permis à conscientiser mes enfants tout en ayant une récompense à la fin (depuis ce système, les festivals ne m’ont jamais coûtés un seul euro en boisson pour les enfants)

    1. C’est bien beau de vouloir faire de l’éco éducation et penser qu’en Belgique ça marche comme en Chine (tout en essayant de casser l’argument d’Azzote).

      Le fait est qu’Azzote a raison. Nous pouvons observer chaque jours les pauvres, vieux, handicapés ou mutilés pour qui il est impossible de vivre fouiller dans les poubelles pour récupérer les bouteilles en plastique et ainsi pouvoir « survivre » avec un revenus plus que ridicule.

      Si un ticket (a 2 RMB) est « gratuit » en échange de 20 bouteilles revendus a 0.2 RMB, cela fait effectivement un ticket a 4 RMB. Alors oui pour les usagers le ticket seras « gratuit », mais pour le gouvernement, les usagers auront en premier lieu payé leur tickets ET payé un surplus de 2 RMB sous forme de bouteille en plastique.

      Pour les usager, gain réel (bien que très minimal).
      Pour le gouvernement, le ticket est vendus 2 fois plus cher.
      Pour les pauvres, les vieux, les handicapés et mutilés, ben il ne reste plus rien, plus de quoi vivre…ils continueront a fouiller dans les poubelles mais cette fois pour chercher des restes de nourritures…

      1. C’est bien ce que je disais.
        Encourageons tout le monde à jeter les bouteilles en plastique par terre.

    2. Votre comportement n’est pas coherent, et votre raisonnement non plus d’ailleurs.

      D’un cote vous vous faites le defenseur des bonnes manieres et de la politesse ( « C’est comme un sourire ou un bonjour, cela ne coûte rien de mettre les bouteilles dans la machine… » ) et vous insultez azzote, qui d’une part est reste poli, et qui d’autre part a raison a 100%.

      Ensuite vous vous souciez de nos enfants, du futur etc… Mais supprimer le travail des plus demunis ca n’a pas l’air de poser de probleme. Se soucier du futur c’est une bonne chose, mais la plupart des gens ici pensent deja au present.

      Cela ne sert a rien d’apporter d’autres arguments, car certaines personnes ici l’ont deja fait. La ville a tout simplement trouve un moyen de gagner beaucoup d’argent.
      Avoir tord c’est une chose, ne pas le reconnaitre quand on vous mets sous la verite sous le nez, s’en est une autre.

      Vous ne connaissez pas la chine.
      Certes les rues ne sont pas toujours propres, mais ce n’est pas a cause du peuple. Le plus souvent ce sont les usines, les boutiques, la vetuste des batiments et des canalisations.
      Toutes ces petites mains se chargent de tout ramasser, recuperer et recycler, et ce 24h sur 24. Et d’ailleurs, ce ne sont pas que les marginaux qui font ce travail, tout le monde le fait plus au moins pour gagner quelques billets de plus.

      Posez une bouteille en plastique par terre, faites un tour, vous pouvez etre certain qu’en revenant elle aura disparu.

      Cela va surement vous choquer ( encore plus ), mais si les gens jettaient plus de choses par terre ( ce qui je le repete ils ne font pas, il y a des poubelles partout ), et bien cela fera plus d’argent pour ceux qui en on le plus besoin.

      Si vraiment la ville se souciait de l’ecologie, elle attaquerait certainement le gros dossier de l’air.
      Oui, l’air de Pekin est constamment saturee de metaux lourds, de produits chimiques et de charbon, et ce a des niveaux records.
      En plus de detruire nos poumons, cela doit aussi avoir des tonnes de repercussions sur la nature, les plantes, la nourriture, l’eau.

      Bref, c’est bien triste d’etre aveugle a ce point.

  7. Si gu, je ne sais pas si tu vis dans le même Pékin que moi mais je crois que tu hallucines passablement…
    Les pékinois (je dis bien le peuple, le quidam, monsieur et madame tout le monde et rien à voir avec les usines…) jettent TOUT PARTOUT PAR-TERRE. Les bouteilles en plastiques, les gobelets, les emballages de bouffe… genre la poubelle (il y en a effectivement partout) est à moins de 2m mais ils ouvrent leur paquet de glace/boisson/nourriture et le jette DIRECT par-terre… parfois même dans les marchés fermés (pas les nouveaux mall mais genre les marchés fermés, ceux qui sont ‘populaires’ et moins ‘occidentalisés’).
    Juste pour remettre les choses dans leur contexte quand même ^^’

    Sinon, je pense que c’est encore une ‘belle opération de comm’ pour le gouvernement chinois par les pékinois, eux, s’en foute passablement de ‘gagner’ un ticket de métro en ramassant leur bouteilles en plastique… c’est même se faire beaucoup chier pour rien pour 2 rmb !! Donc bon, cette opération, je n’y crois pas du tout sauf si ce n’est pour faire jaser en occident (et visiblement ça marche, lolilol ^^ »’). D’autant plus, comme rappelé par de nombreux autres commentateurs, que les bouteilles en plastiques sont déjà bien recherché par les ‘petits recycleurs’ (clochards, vieux, infirmes et autres laissés pour compte) donc les pékinois s’en fouttent doublement : 1. c’est chiant à ramasser pour ‘économiser’ 2rmb 2. y’a des gens qui les ramassent ces bouteilles en plastique.

    Et encore pour répondre à Si gu (qui doit définitivement vivre dans un Pékin d’une dimension parallèle), si l’air est si pollué à pékin (surtout en hiver d’ailleurs) c’est grandement à cause non pas des usines mais des cheminées de charbon qui servent à chauffer quasiment gratuitement toute la ville, restes du système communiste (et c’est bien la seule chose de ‘communiste’ qui doit leur rester aux pékinois… u_u »’). Du coup, comme c’est gratuit, tout le monde tire à balle sur le chauffage sans se soucier d’économie d’énergie. Donc le pékinois veut bien que son air soit moins pollué mais pas qu’on lui sucre son chauffage ‘gratuit’ ^^ »’

    Conclusion, le recyclage et éduquer les enfants à le faire (ce que ne font pas les pékinois, d’ailleurs… u_u’), c’est super ! Mais aller dans le sens de la Chine en leur disant « whaa c’est bien ! » alors que c’est précisément de la poudre au yeux vu le contexte dans lequel ils installent ça, c’est kikoulolilol.
    Soit dit en passant, ces machines sur la ligne 10, j’attends encore d’en croiser… ou alors elles ont fonctionné sur une station pendant 2 mois et n’ont jamais été réparées depuis o/

  8. Et les sources de l’article, non? Mon blog par exemple, avec cet article qui fait le tour du web depuis vendredi…
    cnkick.wordpress.com
    Cela ne coûte rien de mentionner vos sources, que diable.

    1. Réseau International n’a fait que publier un article qui lui a été proposé par l’auteur lui-même, dont la source se trouve être son propre blog, qui est référencé au bas du texte. L’auteur cite ses sources, qui proviennent d’un article de CCTV.com de 2012. Je ne vois pas comment faire mieux.
      Mais rajouter en commentaires d’autres références de blogs qui traitent du même sujet ne peut nuire.

  9. La source officielle est effectivement celle de CCTV, en 2012. Mais la news officielle n’a rien provoqué de spécial sur le web… l’article de cnkick a quant à lui fait un beau buzz, repris par de nombreux sites dont minutebuzz, le blog du modérateur et consorts… et votre site, comme par hasard dans la même journée 😉 (d’ailleurs votre article est antidaté de deux jours, c’est évident, ne serait-ce que par les commentaires). C’est donc bien évidemment l’article de CN KICK qui vous a apporté l’info, ainsi une référence même discrète en remerciement n’aurait rien coûté… même les gros sites l’ont fait. Mais sur le web la courtoisie se perd. Mais qu’importe, il n’y a pas mort d’homme, juste une très belle mauvaise foi un brin énervante…

    1. Vous ne voulez pas nous croire, c’est votre droit. C’est que vous ne connaissez pas, comme les lecteurs assidus de ce blog, la nature de celui-ci. Dommage que nous ne puissions pas compter sur vous dans notre communauté de confiance. Il n’y a pas mort d’homme comme vous dites si bien.
      Quant aux dates, il suffit d’aller sur le blog de l’auteur, et si vous avez vraiment envie de chercher querelle, cherchez ailleurs, sil vous plait.

  10. 2 visions divergent : celle de la responsabilité individuelle (mais pas que, car en responsabilisant les enfants par des initiatives à visée « écologiques » comme le recyclage … on responsabilise tout un pan de la future humanité) et celle de l’attente d’une hypothétique solution par le haut (décision politique, progrès scientifique …).
    Pendant des années je me suis demandé ce qu’il fallait faire pour combattre la pollution et autres incohérences de notre système, et je ne suis pas certain d’avoir trouvé la ou les réponses mais en voici une bribe : d’abord les deux approches peuvent être considérées conjointement et non s’opposer, mais il ne faut guère se faire d’illusion sur des solutions politiques.
    Solution n°1 :
    A titre individuel on peut faire beaucoup : par exemple fabriquer sa propre lessive : perso ça me prend une 1 heure, ça me coute entre 5 et 10 fois moins cher selon le prix des différentes lessives vendues en supermarché, j’en fabrique pour 6 mois en une seule préparation : résultat —> plus d’emballage plastique à recycler, un produit naturel (vos lessives, shampoings … contiennent des substances non traitées par les stations d’épuration et directement rejetées dans la nature) et économique (plus d’essence dépensée pour aller l’acheter au supermarché, certes il faut se réapprovisionner en matières premières mais la différence reste énorme) et enfin les pollueurs comme Unilever ont perdu un client (et en faisant un peu de prosélytisme dans mon entourage, ils en ont perdus d’autres). Que des avantages.

    Et on peut multiplier ce genre d’initiatives à foison : limiter ses déplacements motorisés nécessairement polluants (même l’électrique est polluant avec la fabrication des batteries, c’est juste un peu moins pire que le diesel, le 95/98, GPL …) en les substituant à des modes de transport sains pour soit et pour les autres, comme la marche et le vélo, et/ou privilégier les TC.
    On peut aussi produire sa propre nourriture (même s’il est difficile de tout produire évidemment mais le reste est acheté à des producteurs et éleveurs locaux en direct) : 3-4 poules au fond du jardin correctement nourries produisent une quantité d’oeux suffisante pour la famille (et elles mangent quasiment tous les restes, ce qu’elle ne mange pas est recyclé en compost). Coût : le poulailler lui-même est amorti en moins de 10 mois, les poules sont amorties très rapidement par rapport à l’achat d’oeux en supermarché : Bénéfice : Plus de consommation d’oeux issus d’élevage en batterie, plus d’emballages à recycler, plus de déplacement au supermarché et les coûts environnementaux et financiers que cela implique, etc … Que des avantages
    Ma forêt à côté de chez moi est sale : 2 solutions : tanner l’ONF ou tout autre autorité pour qu’ils fassent le ménage et installent davantage de poubelles. Efficacité : quasi-nulle,mais il n’est pas interdit d’essayer quand même. L’autre solution : on prend une paire de gants, des sacs poubelles (la pollution génère de la … pollution pour la combattre, c’est le seul hic et paradoxe ici), on y va avec les enfants et … on ramasse tous les déchets que l’on trouve : Les gens (enfin certains du moins) qui nous voient faire s’interrogent en voyant les gosses des autres nettoyer leurs/nos déchets pour le bénéfice de tout le monde, croyez-moi. Les enfants comprennent les conséquences de leur propre comportement, on peut leur apprendre en même temps les différentes essences d’arbres, les champignons, les animaux … et ils font une activité saine pour leur tête comme pour le reste du corps. Que des avantages là encore.
    Idem, pour la fabrication du shampoing (là encore le plastique contenu dans le flacon du supermarché, et celui du flacon lui-même, est un dérivé du pétrole rejeté dans les océans en bout de chaîne), savon, produit vaisselle. C’est simple, ludique, éducatif, sain et économique. Que des …
    Idem, si vous êtes à la campagne :
    – Un mouton est au moins aussi utile qu’une tondeuse bruyante fabriquée par des esclaves à l’autre bout du monde et transportée par cargos polluants, camions polluants, voiture polluante et alimentés par une énergie – électrique ou essence – elle-même polluante)
    – Un potager (plus de culture intensive inefficace et destructive de manière irréversible pour la biodiversité) engraissé au fumier de cheval
    – Le puits au fond du jardin (ou alors un puits commun avec le voisin qui à les mêmes besoins que vous)
    – La collecte des eaux de pluie,
    – L’échange des produits (je n’ai pas de cheval, c’est le voisin qui me donne un peu de son fumier, en échange je lui donne des oeux car il n’a pas de poules) et donc entre-aide, convivialité (c’est quand même plus sympa que de se foutre sur la gueule pour une place de parking la plus proche de l’entrée du supermarket, non ?), échanges sociaux de services (j’apprends à ses gosses le piano gratuitement au lieu qu’il prenne sa voiture pour les emmener à un cours payant, lui s’y connais mieux en botanique que moi et nous prodigue ses précieux conseils gratuitement tout en éduquant les enfants …), pas d’échange de fric, pas de banque (le moins possible du moins), pas ou peu de crédit.
    – Faire des bocaux avec le surplus de légumes, bocaux réutilisables d’années en années, finito les emballages),
    – Etre attentifs aux matériaux utilisés pour construire sa maison en privilégiant l’entreprise locale …

    J’arrête là (on pourrait continuer longtemps) mais la philosophie consiste simplement à couper le problème à sa source (s’attaquer efficacement aux causes de nos maux) et parallèlement essayer de traiter à son niveau quelques conséquences, sachant que nos moyens d’action restent limités (mais si tout le monde s’y met …). En étant davantage autonomes on économise, éduque et pérennise tout, là où le supermarché, le transport individuel motorisé, la surconso en moyens de communication génère pollution, pb de santés (liés grandement aux pollutions, aux comportements alimentaires avec leurs conséquences : obésité, faiblesse du sys immunitaire, etc … et donc baisse de l’espérance de vie, coût très cher à la sécu, renforce ment de l’industrie pharmaco-chimique…). A part Servier et ses amis qui se sont enrichit en refourguant pendant des années leurs cachets-tueurs comme le médiator (et combien d’autres ?), je ne vois pas bien qui se plaindrait de ces solutions. Ah si, les gens qu’ils emploient/exploitent pour faire la basse besogne souvent sans même conscience de ce qu’ils font. C’est vrai ça supprime des emplois. Mais là il convient de s’interroger si ces emplois-tueurs sont vraiment un bénéfice pour les autres et leur descendance.

    La solution n°2 est d’écrire à son député ou à son maire (qui la plupart du temps ne vous répondra pas, ou s’il le fait ce sera via son service communication avec une réponse formatée, et même s’il vous répond il n’a pas les moyens d’actions) et l’interpeller sur son inaction. On peut aussi fustiger l’individualisme, la sur-consommation qui est l’inverse même de l’économie (faire des « économies », c’est rationaliser ses dépenses et ses recettes, ni plus ni moins, et n’importe quel peuple prétendu « primitif » a compris empiriquement que l’économie c’était la rareté : si on chasse systématiquement telle espèce, elle disparait définitivement, si on consomme trop d’eau, il n’y en a plus, etc … c’est aussi simple que ça), fustiger ces grandes entreprises (qui au passage font un lobbying infernal au député à qui vous aurez écrit pour rien) et leur relais médiatiques (conditionnement par la pub à tous les étages dés l’enfance), bref toujours fustiger l’autre (car il y a toujours un responsable), voir la paille dans l’oeil du voisin pour ne pas voir la poutre qui est dans le notre et in fine sombrer dans la dépression de ne pas voir de réaction à des questions pourtant évidentes et cruciales pour notre survie à tous. Fustiger ceux qui n’ont que le mot de « croissance » à la bouche et qui oublient juste de préciser qu’elle s’accompagne de la destruction de tout (éco-systèmes, monde minéral, végétal et animal au travers des forêts rasées, des océans pollués, des sols, sous-sols, air contaminés jusqu’à l’espace lui-même truffé de détritus en orbite) et accélère notre extinction. Où est la croissance ? Où sont les bénéfices et pour qui si ce n’est une infime minorité d’individus ? Combien de temps pensez-vous que ce système va perdurer ? Des experts se penchent bien sur les différentes solutions pour aspirer le carbone dans l’air, mais comment vont-ils décontaminer les milliards de mètre cube de sols pollués et irradiés ? Comment vont-ils faire pour régénérer des espèces sachant que celles-ci ont définitivement disparu, et continuent de disparaître avant même d’avoir été répertoriées ? Qui peut encore croire que la science et le progrès auront les réponses appropriées à ces questions ?

    Il ne s’agit pas de perdre totalement espoir : certaines politiques et initiatives (comme celle du transport en commun cité en exemple ici à Pékin) peuvent changer les choses même si elles ont également des conséquences et ne peuvent pas traiter toutes les aberrations humaines. Mais en attendant que les décisions politiques arrivent il y a la solution 1 directement applicable (en ville il y a aussi des solutions simples à mettre en oeuvre). Faites votre choix, sinon on le fera (on le fait déjà) pour vous, aucun doute là-dessus. L’entre-aide et l’auto-prod les court-circuite là où la surconso (que des inconvénients) les enrichit.
    Nos ainés n’étaient pas des abrutis. Ils savaient tout ça par nécessité, par apprentissage et humilité (et ce commentaire un peu donneur de leçons en manque forcément, j’en conviens), et n’avaient pas besoin d’un site internet pour se faire. Nous nous contentons de réapprendre leurs enseignements (comme quoi c’est pas foutu). Malgré la profusion de connaissances les gens sont de moins en moins conscients et de plus en plus dépendants de médocs (pour corriger la mal-bouffe), de transports polluants, de communication polluante… On peut faire des choses à titre individuel (l’inverse de l’individualisme en quelques sortes) et diffuser nos pratiques.
    C’est un peu le sens de ce message (un peu long désolé), et si ça peut donner l’idée (car malheureusement nous restons – et je me met dans le lot – hermétiques à la seule idée que cela puisse être possible) à une seule personne qui l’aura lu de faire sa propre lessive demain ça sera toujours ça de pris…

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s