Les banquiers rêvent d’une aube dorée


Tribune libre Résistance

JPMorgan Shares Tumble After $2 Billion London Trading Loss« Il est devenu manifeste qu’il y a des problèmes politiques profondément enracinés dans la périphérie qui, à notre avis, doivent être changés si l’Union monétaire européenne (UME) est censée fonctionner à long terme. » L’équipe de Recherche Économique sur l’Europe de J.P.Morgan Chase, la plus grosse banque étasunienne, n’y va pas par quatre chemins. Dans un document publié fin mai, et intitulé « L’ajustement de la zone euro – bilan à mi-parcours », elle propose des solutions pour sauver l’euro, menacé selon elle par : « une protection constitutionnelle des droits des travailleurs ; des systèmes recherchant le consensus et qui encouragent le clientélisme politique ; et le droit de protester si des modifications peu appréciées sont apportées au statu quo politique ».

Traduction : il faut interdire les grèves et les manifestations, et permettre aux gouvernements en place de ne plus avoir à se soucier des résultats des élections à venir quand ils prennent des mesures impopulaires – la dénonciation du « clientélisme politique » est une des dernières trouvailles des communicants payés par les barons de la finance pour attaquer le suffrage universel et la protection sociale : ainsi, Chavez a-t-il été régulièrement accusé de « clientélisme » pour avoir versé des aides aux plus pauvres, qui du coup votaient pour lui. En revanche, le fait que les dirigeants de J.P.Morgan Chase aient pu échapper à la justice moyennant une amende de 300 millions de dollars pour avoir sciemment vendu des produits financiers pourris à leurs clients en 2007 et 2008, ce n’est pas du clientélisme…

La crise de l’euro est tellement aiguë qu’elle oblige les cerveaux du capital à s’attaquer aux formes démocratiques issues des révolutions bourgeoises et des conquêtes du mouvement ouvriers, et en Europe, la fascisation est de moins en moins rampante : une loi contraint le Parti communiste ouvrier hongrois à renoncer à son nom, les monuments à la gloire de Thälmann et des Républicains espagnols sont menacés de dynamitage, et le deuxième fer néo- nazi a été spectaculairement remis au feu en Grèce.

L’inquiétude du capital est compréhensible : la détestation de l’euro et de l’intégration européenne monte en flèche. À l’est, les peuples regrettent de plus en plus la période socialiste. Au début de cette année, les gouvernements bulgare et slovène ont été renversés par la rue à cause de la politique d’austérité imposée par Bruxelles. Et dans les pays du sud, la situation est explosive…

Article paru dans Initiative Communiste de juillet-août.

http://www.resistance-politique.fr/article-les-banquiers-revent-d-une-aube-doree-119858287.html

4 réflexions sur « Les banquiers rêvent d’une aube dorée »

  1. Quelle crédibilité accordez-vous à JP Morgan banque d’escrocs, de dangereux malades mentaux? Tous Les banquiers sont des pervers narcissiques, traîtres à leur pays. Ils devraient être en prison. Quand le peuple va-t-il comprendre qu’il doit dire NON tous ces menteurs manipulateurs qui agitent en permanence de chiffon rouge de la peur? La vie est trop courte pour être gâchée par les problèmes inventés par ces ignobles personnages sataniques.

    1. LOL !
      Ce ne serait pas un peu réducteur comme point de vue ? Et surtout sous argumenté (genre: « tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens ») ?

  2. Les organisations économiques peuvent même distribuer des bons points, si un gouvernement se comporte bien. Dernier exemple en date:
    L’OCDE vient de revoir les prévisions de croissance de la France à +0.3% pour 2013. Et tout ça au grand étonnement du FMI et de la BCE.
    Vous voulez sortir de la crise? Envoyez quelques navires et/ou chasseur le long des côtes des pays dirigés par des dictateurs sanguinaires.
    Heureusement pour nous, la Syrie a des côtes, on aurait l’air fin avec nos corvrtte et notre porte-avions Fukushimesque si on devait attaquer la Suisse.
    Enfin, avez-vous remarquez, que l’Occident – cette fois – ne parle pas de libérer les femmes syriennes, mais de sauver les bébés. D’un autre côté, pour sauver les belles syriennes il faudrait éradiquer les rebelles… Alors, l’Occident fait comme pour Saddam, il ne parle pas des femmes, mais des enfants. Allez savoir, si cela se trouve, Bashar al Assad gaze les couveuses.
    Qaund est-ce que l’on sauve l’humanité de la propagande occidentale?

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s