L’Iran et l’holocauste


amanpour_2683889bAvant d’être jugé, jaugé, apprécié ou honni, tout nouveau président iranien doit passer le test de l’holocauste. C’est le test actuellement en cours pour Hassan Rohani. Test délicat où il est interdit de botter en touche. Il est interdit de dire ‘’je ne sais pas’’. Nul n’est censé ignorer ce qu’est l’holocauste. Dire ‘’je ne suis pas spécialiste’’ ou ‘’je ne suis pas historien’’ ? Mauvaise réponse. Cela sera perçu comme une tentative d’évitement. Il est obligatoire de se prononcer, immédiatement et sans détour. Si le nouveau président dit que des problèmes plus urgents et plus vitaux le préoccupent avant toute chose, cela veut dire que le nouvel arrivant n’a pas la moindre étincelle d’humanisme pour pouvoir s’occuper des problèmes humains de son peuple. Quoi de plus important, en effet, que le problème humain soulevé par ce symbole, au-dessus de tous les symboles, l’holocauste que Dieu, Yahvé ou Allah nous a mis sur notre route pour nous guider dans toutes nos actions ?

Une bonne fois pour toute il faudra que les dirigeants iraniens, et le monde aussi, intègrent l’idée que ‘’l’holocauste est unique, n’a pas de précédents, n’as pas d’équivalent actuel et ne sera jamais égalé’’. Il serait bon que tout le monde sur terre puisse se le répéter comme une sourate du Coran. C’est la seule profession de foi qui vaille aujourd’hui.

Apparemment, Rohani n’a pas tout à fait réussi son examen. Comme son prédécesseur Ahmadinejad, il a condamné tout crime contre les humains. M. Rohani, ne sait-il pas que ses examinateurs s’en foutent des crimes contre l’humanité ? En refusant de se plier au rituel exigé quand on aborde la question de l’holocauste il se classe automatiquement parmi les négateurs de la Vérité Universelle, base de toute humanité. Comment peut-on, dès lors faire confiance à ce type d’individus qui arborent ouvertement leur négation de la notion la plus élémentaire de l’humain ? Comment pourrait-on les croire, alors qu’ils dénient le droit d’exister à ceux qui ne pourront jamais se remettre de cette ignominie qu’est l’holocauste ? Car enfin, ne nous voilons pas la face, ne pas reconnaître l’holocauste, c’est le nier. Et le nier c’est nier tous les droits qui en découlent, dont le droit à l’existence d’un pauvre petit état qui cherche désespérément à récupérer et à protéger ses terres qui lui ont été données par Dieu et l’Holocauste.

Aux iraniens, on ne leur demande pourtant pas grand-chose. On leur demande juste de faire leur profession de foi, comme tout le monde. Ça ne mange pas de pain puisque, en reconnaissant l’holocauste, ils reconnaissent implicitement que les allemands, avec la complicité active des autres pays d’Europe ont commis des crimes contre l’humanité. Ces crimes étant imprescriptibles, cela veut dire que la France, l’Allemagne, la Pologne, la Belgique, et bien d’autres pays en Europe, sont encore et resteront à jamais des pays criminels. C’est tout bénef pour la résistance des iraniens contre l’arrogance occidentale. Il eut même été possible, s’ils n’avaient été si obtus, de profiter des compensations que l’Europe doit fournir pour soulager sa conscience d’avoir meurtri l’humanité, et pour faire oublier sa responsabilité dans le Grand Crime Fondateur (qu’il est par ailleurs interdit d’oublier…).

Mais l’Iran résiste. C’est le seul endroit au monde où la doctrine de l’holocauste n’arrive pas à pénétrer. Il a fallu des siècles pour convertir les peuples au judaïsme et aux religions qui en ont découlé (le Christianisme et l’Islam). Combien de temps faudra-t-il pour les convertir à l’holocauste ?

Avic

9 réflexions sur « L’Iran et l’holocauste »

  1. Effectivement, passage obligé: holocauste, oui ou non? Pas de mais, de si, de enfin, c’est oui ou c’est non. Dans le même cadre à New York, le premier belge et son ministre des affaires étrangères, Reynders, ont du s’incliner à Ground Zero, qui est le Yad Vashem états-uniens. Tu t’inclines pas, tu sors du jeu. Liberté chérie…

  2. Le seul pays? Les Vénézuéliens ont l’air de prendre le mauvais chemin.
    L’amérique du sud a déjà passé l’étape 1: Thierry Meyssant est au programme à l’université
    Et les chinois? Trop diplomates pour qu’ils se rebellent sur ce sujet..

  3. Cette histoire est une tempête dans un verre d’eau. Les cris indignés d’Israël sont restés bien isolés et il n’a pas fallu deux jours pour que le soufflé retombe. Pour la presse occidentale dominante c’est déjà du passé, plus personne n’en parle. A force d’intransigeance c’est finalement Israël qui s’isole. Cela est vrai pour cette histoire d’holocauste comme pour le nucléaire.
    Il faut dire aussi que l’Iran a été particulièrement déservi par Ahmadinejad qui semblait plus préoccupé par le besoin de faire de la provocation stérile que par les difficultés de son pays.

  4. Quelques citations pour couronner cet excellent billet.

    D’abord celui-ci de Claude Lanzman qui explique peut-être au moins une des origines de la crise spirituelle dans laquelle l’Occident est plongé :

    « Si Auschwitz est autre chose qu’une des horreurs de l’Histoire, s’il échappe à la “banalité du mal“, alors le christianisme tremble sur ses bases. Le Christ est fils de Dieu dans la mesure où il est allé jusqu’au bout de l’humain, où il a subi les souffrances les plus atroces […]. Si Auschwitz est vrai, alors il y a une souffrance humaine à laquelle celle du Christ ne se peut mesurer… Dans ce cas, le Christ est faux, et il n’est pas celui par qui le salut viendra… Auschwitz est la réfutation du Christ ».

    Puis cette autre pour illustrer le fait que cette opération «mythification» (mystification?) touche essentiellement le monde occidental, et reste à toutes fins pratiques sans effets sur le reste du monde. Ce «reste du monde» est appelé à occuper une place de plus en plus centrale au fur et à mesure que l’Occident est repoussé vers la périphérie par une force centrifuge irréversible, le mythe est appelé à se transformer en événement historique. Il sera donc de plus en plus interrogeable, examinable, discutable, à l’instar de tout événement historique :

    « L’Holocauste, en tant que symbole ultime, maître étalon de toute souffrance, de toute intolérance et discrimination représente le martyre central et, par conséquent, l’épicentre religieux non seulement de l’histoire juive moderne, mais aussi, sinon de l’histoire du monde, en tout cas certainement de l’histoire de l’Amérique et de l’Europe. [Reste que] plus on s’éloigne des vrais événements plus grande est leur sacralisation ».
    Paul Elsen, La guerre pour l’esprit

    Et enfin, cette dernière citation de Pierre Vidal-Naquet qui, par défaut peut-être et sûrement au grand dépit de son auteur s’il était encore vivant aujourd’hui, annonce bien la dilution à venir de ce pouvoir qui a instauré le mythe :

    « la mémoire n’est pas l’histoire, et celui qui impose sa vision du passé est en mesure de contrôler le présent et le futur »…

    Pierre Vidal-Naquet

  5. Les 11 règles d’or des médias dominants

    Règle numéro 1: Au Proche Orient, ce sont toujours les arabes qui attaquent les premiers et c’est toujours Israël qui se défend. Cela s’appelle des représailles.
    Règle numéro 2: Les arabes, Palestiniens ou Libanais n’ont pas le droit de tuer des civils de l’autre camp. Cela s’appelle du terrorisme.
    Règle numéro 3: Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s’appelle de la légitime défense.
    Règle numéro 4: Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l’appellent à la retenue. Cela s’appelle la réaction de la communauté internationale.
    Règle numéro 5: Les Palestiniens et les Libanais n’ont pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépasse pas un soldat.
    Règle numéro 6: Les israéliens ont le droit d’enlever autant de Palestiniens qu’ils le souhaitent (environ 12,000 prisonniers à ce jour). Il n’y a aucune limite et n’ont besoin d’apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le mot magique “terroriste”.
    Règle numéro 7: Quand vous dites “Résistance”, il faut toujours rajouter l’expression « soutenu par la Syrie et l’Iran ».
    Règle numéro 8: Quand vous dites “Israël”, Il ne faut surtout pas rajouter après: « soutenu par les États-Unis, la France et l’Europe », car on pourrait croire qu’il s’agit d’un conflit déséquilibré.
    Règle numéro 9: Ne jamais parler de “Territoires occupés “, ni de résolutions de l’ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l’auditeur.
    Règle numéro 10: Les israéliens parlent mieux le français que les arabes. C’est ce qui explique qu’on leur donne, ainsi qu’à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s’appelle de la neutralité journalistique.
    Règle numéro 11: Si vous n’êtes pas d’accord avec ces règles ou si vous trouvez qu’elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c’est que vous êtes un dangereux antisémite.

  6. cette histoire de 6 millions de morts est le canular du vingtième siècle. les juifs aiment tant s’apitoyer sur « l’antisémitisme ».

  7. On nous bourre le crâne avec « l’HO LOW COST! »
    Mais qu’a donc fait Hitler de plus que ce qu’Israël commet depuis 60 ans à l’encontre des Palestiniens? Pourquoi le vocabulaire change-t-il pour graduer l’horreur et l’abject ? Une minuscule élite assassine et opprime un peuple martyrisé.
    Pourquoi ne parle-t-on jamais du génocide vendéen commis par la « Raie Publique ». Il a également été monstrueux, les femmes, les enfants, les vieillards noyés, massacrés. Nous les Chrétiens pardonnons, ce mot semble parfaitement inconnu d’une large frange de la société occidentale.

  8. Franchement ils nous la gonflent avec l’holocauste. Le passé reste le passé et ce même si je ne crois pas en la version officielle de cette affaire. Je ne nie pas qu’il y ait eu des atrocités contre certains juifs de même que d’autres civils ont eu à subir des abominations notamment les japonais et les habitants de Dresde. Mais ceci est le passé et nous vivons dans le présent. Dans ce présent les juifs sont plutôt bien lôtis mais avec leur parano et la manie de certains d’entre eux d’être constamment considérés comme des victimes ils nous les brisent. Tous les peuples ont souffert et certains notamment les congolais souffrent terriblement actuellement. Alors shoananas !

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s