Syrie / ONU : Qu’est-ce qui a changé ?


2013-09-25T213132Z_1_APAE98O1NSM00_RTROPTP_3_OFRWR-ONU-SYRIE-RUSSIE-20130925Par Nasser Kandil

Cette nuit, nous avons assisté à une avancée soudaine et rapide des négociations sur le dossier nucléaire iranien doublée de la validation, par les USA, de la « version originale » du projet de résolution russe concernant les armes chimiques de la Syrie.

Alors… qu’est-ce qui a changé ?

  • Washington attendait de la Russie, de l’Iran, et de la Chine, une réponse tournant autour des facilités du retrait US d’Afghanistan. Washington a reçu une réponse positive, à condition qu’il mette fin au conflit tournant autour de la Syrie !
  • S’agissant de l’Afghanistan, Washington avait parié sur le temps ; un temps dont il ne disposait plus… Il lui restait quelques mois qu’il a mis à profit, jusqu’au dernier instant, pour obtenir le maximum possible en maintenant une ambiance d’escalade des hostilités.
  • Entretemps, les différentes formations des prétendues oppositions syriennes s’effondrent l’une après l’autre ; Al-Qaïda se maintient militairement sur le terrain ; la Coalition des prétendus révolutionnaires syriens censée servir d’atout à la Conférence de Genève II n’est travaillée que par les ambitions électorales ; l’exécution du projet de résolution russe concernant l’élimination de l’arsenal  chimique syrien demande du temps et exige le maintien des institutions militaire et sécuritaire syriennes sous la direction du Président Bachar al-Assad… Il n’est donc plus question de tergiverser et de continuer à négocier le départ du Président syrien par le dialogue ou les pressions.
  • Les pressions turques et saoudiennes et l’inutile arrogance française ne sont plus de mise, et il est indispensable de faire comprendre à Israël qu’il sera confronté aux mêmes exigences pressantes de signature des traités internationaux sur les armes chimiques et nucléaires.
  • Washington s’empresse de conclure les accords qui servent ses intérêts et laisse à chacun le soin d’extraire l’écharde plantée dans sa main !

Nasser kandil

27/09/2013

Texte traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

Texte original : Top News Syria

http://www.topnews-nasserkandil.com/topnews/share.php?art_id=2216

Monsieur Nasser Kandil est libanais, ancien député et directeur de Top News-nasser-kandil

 

9 réflexions sur « Syrie / ONU : Qu’est-ce qui a changé ? »

  1. Le Chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah a appelé dans un long
    discours passé quasi-inaperçu dans nos médias nationaux, les pays du Golfe et la Turquie à revoir leur stratégie en Syrie pour trouver une solution politique à la crise syrienne.

    Hassan Nasrallah a demandé au Pays du Golfe de revoir leur copie sur le dossier syrien©DR
    Hassan Nasrallah a demandé au Pays du Golfe de revoir leur copie sur le dossier syrien©DR
    Lundi soir la chaîne de télévision Hezbollah Al-Manar a diffusé le discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah afin d’évoquer la position du mouvement politique et militaire dans le cadre du dossier syrien (pour rappel, le Hezbollah est un allié du régime de Damas). Contre toute attente, Nasrallah exhorte au dialogue. Il a demandé aux Pays du Golfe mais aussi à la Turquie alliée de la rébellion, de favoriser une issue diplomatique et non militaire. Il a ajouté que la situation prenait une tournure « sérieuse ».

    “Mettez vos rancœurs de côté et privilégiez la raison et les intérêts des populations de la région pour mettre en avant le dialogue et donner une chance aux initiatives politiques, que certains d’entre vous
    continuent de bloquer” Hassan Nasrallah .

    torredibabel.com/2013/09/26/syrie-le-chef-du-hezbollah-appelle-les-pays-du-golfe-a-une-sortie-de-crise/

    http://torredibabel.com/

  2. La résolution du C.S. de l’ONU a été adoptée après avoir été gelée 30 mois par le veto russo/chinois. Auparavant, tous les moyens avaient été utilisés pour imposer la vision US à une solution de la crise syrienne, y compris l’intervention armée en dehors des Nations Unies. En vain. Le nouveau rapport des forces devient plus clair :

    – Les projets de «Nouveau Proche Orient» et d’atomisation de la Syrie sont probablement remisés. L’unité et l’intégrité de la Syrie et de ses institutions étatiques sont confirmés et renforcés moyennant l’exécution des engagements pris quant à la destruction des armes chimiques. Cela signifie clairement la résignation des USA à accepter le maintien du président Assad au pouvoir.

    – L’admission par les USA de l’influence Russe en Asie est devenu évidente. L’acceptation d’un leadership iranien en Asie et particulièrement dans le monde islamique est en marche.

    Face à cette nouvelle donne, l’Arabie Saoudite, qui a perdu la Syrie et est sur le point de perdre l’Égypte, se tournera-t-elle désormais vers le Soudan pour «offrir ses services» à la défense des intérêts US en Afrique face à la Chine?

    – Les perspectives de nouveaux bains de sang, dans les deux prochaines années, se déplaceront-elles de la Syrie vers le Soudan? Bandar et Al Qaïda orienteront-ils leurs actions criminelles en direction du sud vers le Sinaï et le Soudan?

    À suivre.

      1. Je n’ose pas imaginer ce qui pourrait advenir si les hordes de décérébrés agissant actuellement en Syrie étaient lâchés en Asie du Sud-Est…
        A Singapour, par exemple.

        1. Bonjour,
          Rien ne dit que ces hordes vont quitter la Syrie. Je serais très étonné que les EU, l’AS, la Turquie et quelques autres laissent tomber aussi facilement.
          Pour l’Algérie c’est mal barré. Mali en dessous, Libye et Tunisie à côté. Ca ne sent pas bon.
          Quant au Maroc il doit sans doute sa tranquillité à son statut de premier producteur de shit au monde. Un peu comme la Colombie et le Triangle d’Or en son temps (le cas afghan étant un peu particulier).

          1. « Je serais très étonné que les EU, l’AS, la Turquie et quelques autres laissent tomber aussi facilement. »
            Ho, les graines du chaos ont été semées. Même si les djihadistes rentrent chez eux, l’après-guerre risque de voir de gros règlements de compte. Sans parler de la transition politique. Et si on considère que ce chaos orchestré fasse le bonheur de l’Occident, on peut aussi considérer que la Turquie aura rempli son devoir…
            Adieu l’Recep, on t’aimait bien, tu sais!
            Je rappelle la petite phrase de BHL: « Le flamboyant BHL vient de faire voler en éclats toutes ces précautions diplomatiques. Dans l’interview qu’il a accordée, samedi 24 août, au quotidien d’opposition kémaliste Cumhuriyet, le philosophe ne se paye pas de mots pour qualifier de «potentat», de «paranoïaque», le «roi Erdogan qui est nu», qui a «pété un câble» ou «fumé la moquette», un «personnage» dont la «bêtise» est fascinante et les explications «puériles», un «grand enfant» dont le «jouet s’est cassé» et qui ne serait au final rien d’autre qu’un «Sultan poutinisé» dont les Turcs devraient bien vite «tourner la page». »
            N’oublions pas non-plus que BHL n’est autre que la Pythie de l’OTAN.

            1. Heureux les seniors qui choisissent d’aller vivre au Maroc.
              Heureux aussi les chefs d’entreprise venus dans le royaume pour y lancer des affaires. Pour attirer ceux-ci, pour convaincre ceux-là de transférer leurs euros, le fisc marocain est aux petits soins. Il couve les «expats», il les cajole. Et à Paris, personne ne trouve cela «minable».
              4% d’impôts en tout et pour tout
              Le cas des retraités en est l’illustration caricaturale. En cadeau de bienvenue au Maroc, tous qui font le choix de s’installer dans le royaume ont droit, quelle que soit leur nationalité, à un abattement de 40% avant la détermination du revenu net imposable. Jolie gratification mais qui n’est qu’une mise en bouche lorsqu’on est Français : les pensions de retraite venues de France bénéficient d’une réduction d’impôt de 80% si elles sont rapatriées à titre définitif sur un compte en dirhams, la monnaie nationale, non convertible. Commentaire d’un expert : «Il s’agit en clair d’une exonération presque totale de l’impôt sur le revenu. Le taux d’imposition ne dépasse pas 4% en tout et pour tout». C’est à peu près ça : un retraité qui déclare de l’ordre de 2000 euros de retraite par mois, pour une seule part,
              paiera un peu moins de 700 euros par an d’impôts.

              http://www.demainonline.com/2013/01/11/maroc-lautre-paradis-fiscal-ignore-par-la-france/

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s