Poutine, Xi discutent de coopération technologique militaire


199494978Le sommet annuel de l’APEC a gagné la stature d’un forum de consultations politiques et, à Bali, cette année, il est particulièrement intéressant dans le contexte du ralentissement de la croissance chinoise, les retombées de la paralysie administrative du gouvernement américain, les conflits régionaux, les litiges maritimes, les négociations d’accords de partenariat Trans-Pacifique, la stratégie de rééquilibrage États-Unis, etc.

Un «bilatéral» qui ressort, c’est la rencontre du président russe Vladimir Poutine avec son homologue chinois Xi Jinping. La fréquence de leurs réunions augmente. Xi a choisi la Russie pour sa première visite officielle à l’étranger après son accession à la  présidence de la Chine. Le mois dernier, Xi et Poutine ont participé à deux événements en même temps – G20 à Saint-Pétersbourg et le sommet de l’OTSC à Bichkek.

La transcription des déclarations d’ouverture à la réunion de Bali mérite une lecture attentive. Poutine a fait remarquer que la coordination sino-russe sur les questions internationales est « payante ». C’est une remarque tout en nuances de ce que Poutine a désigné comme les «questions syriennes ».

En effet, il implique la coordination sino-russe au Conseil de sécurité de l’ONU, qui a finalement amené les puissances occidentales – Etats-Unis, Royaume-Uni et la France – à se pencher sur la question syrienne.

Xi en a convenu avec Vladimir Poutine et a également mentionné la Syrie, mais, ce qui est assez intéressant, il a introduit en parenthèse le problème de Corée du Nord, où Xi dit que la Chine et la Russie ont des « positions identiques ou similaires ». En effet, Pékin compte sur le soutien réciproque de Moscou au Conseil de sécurité de l’ONU sur le problème nord-coréen.

Xi a ostensiblement manifesté son intérêt de voir la Russie jouer un « rôle important » dans la région Asie-Pacifique et dans « l’intensification » de la coopération russo-chinoise. Il a fait part de l’acceptation de la Chine à la proposition russe pour célébrer ensemble le 70e anniversaire de la victoire dans la Seconde Guerre mondiale, qui, dans l’estimation de Pékin a une certaine résonance avec le militarisme perçue du point de vue du Japon. La Russie et la Chine ont des préoccupations communes sur le déploiement du système de défense antimissile des États-Unis au Japon .

Tant Poutine que Xi ont mis l’accent sur la coopération dans « certains domaines très sensibles » (Poutine) tel que la technologie militaire. Du point de vue indien, c’est d’un intérêt particulier.

Mais alors, comme on dit, ce qui est bon pour l’un est bon pour l’autre. Il semble qu’il se passera un certain temps avant que le partenariat américano-indien, qui en est à ses débuts, ait un impact sur la coopération sino-russe en matière de technologie militaire, que Moscou avait toujours freinée.

Bien sûr, la Chine a énormément à gagner si elle accède à la technologie militaire de la Russie. Cependant, à la lumière de la déclaration conjointe sur la coopération de défense de l’Inde et des États-Unis le 28 Septembre 2013 publié à Washington lors de la visite du Premier ministre Manmohan Singh, comment l’Inde pourrait-elle alors avoir des brûlures d’estomac?

La déclaration américano-indienne souligne, «Les États-Unis et l’Inde partagent des intérêts communs de sécurité et chacun place l’autre au même niveau que ses partenaires les plus proches. » C’est bien au-delà de ce que disent Poutine ou Xi lors de leur réunion à Bali concernant la coordination russo-chinoise.

M K Bhadrakumar

Traduction Avic

http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2013/10/08/putin-xi-moot-military-technology-cooperation/

32 réflexions sur « Poutine, Xi discutent de coopération technologique militaire »

  1. J’avoue que le fait que les USA soient de plus en plus relégués ,me fait plaisir au plus haut point ! Vive V.Poutine ,vive la Russie !

  2. On assiste en Asie à un grand jeu de bascule qui ne restera pas sans conséquences. Avec les changements d’alliances qui se profilent la position de la Russie me paraît particulièrement inconfortable. A l’inverse, dans le contexte actuel les EU ont tout à gagner et peu à perdre.

    Les relations entre les deux géants asiatiques, l’Inde et la Chine, ont toujours été tendues. Comme l’étaient celles de la Chine et la Russie. L’amélioration russo-chinoise est récente et encore limitée. Elle se cantonne pour l’instant aux relations commerciales et diplomatiques. Dans de nombreux domaines militaires les deux pays sont plus des concurrents que des alliés.
    À l’opposé le partenariat entre l’Inde et la Russie est ancien et soutenu. Le missile Brahmos et le chasseur PakFa en sont deux exemples récents. Il n’y a rien d’équivalent entre la Chine et la Russie.
    Poutine ne peut ignorer que les capacités de production à bas prix de la Chine risquent de ruiner le secteur de l’armement russe si la Chine parvient à obtenir un transfert de technologie à son avantage.

    Le rapprochement de l’Inde et des EU me paraît surtout dicté par la volonté de contenir la Chine et la bonne entente russo-chinoise ne peut que le renforcer avec le risque pour la Russie de voir un marché traditionnel de première importance lui échapper au profit des EU.

    Et comme si tout cela n’était pas déjà assez compliqué on pourra compter sur le Pakistan pour venir jouer les troubles fêtes.

  3.  » la position de la Russie me paraît particulièrement inconfortable. »
    Boniments de votre part: l’Eurasie se construit avec visée sur le Pacifique..

    Eurasie en action: Sommet de l’APEC 2013: toujours plus d’Asie :
    http://stationzebra.zz.mu/2013/10/eurasie-en-action-sommet-de-lapec-2013-toujours-plus-dasie/

    VOIES EURASIENNES – PROJET POUTINE :
    http://miroirs.zz.mu/?cat=178

    Et pour finir.. :
    Tatarstan la route de la soie du XXIème siècle :

    J’ai d’autres biscuits à votre disposition

    1. Vous me faite une réponse dogmatique. Pas du tout rationnelle. Et en partie hors sujet puisque l’article de M K Bhadrakumar traite aussi de la relation et du poids de l’Inde avec la Chine et la Russie. C’est avant tout à cela que je répondais.

      Le problème d’un axe Russie-Chine est de devoir construire toute une série d’infrastructures lourdes (voir vos liens) qui traversent un quasi no man’s land relativement instable dont les dirigeants ont pris l’habitude de jouer sur tous les tableaux (y compris américains lorsque cela les arrange comme pour la base de Manas p.e.). Une fois construit cet axe améliorera considérablement le transit de marchandises sur de courtes distances. Pour les longs trajets le transport maritime reste économiquement imbattable.
      Si la Chine est idéalement placée au milieu de cet axe de développement la Russie est loin d’être dans ce cas. Poutine le sait et s’il se tourne vers ces nouveaux marchés c’est principalement parce que le partenariat avec l’Europe reste hélas entravé par une politique européenne inféodée aux intérêts américains. C’est loin d’être son premier choix. Il l’a dit et redit et nous ne pouvons que regretter l’autisme de nos dirigeants à ce sujet.
      Je suis désolé pour vous Vilistia mais la géopolitique c’est loin d’être un truc qui se limite aux idées simples, partielles et partiales.

        1. LOL !
          Je ne suis pas Français.
          Répond plutôt aux arguments au lieu de t’en prendre stupidement à ceux qui te contredisent. Et sans botter en touche si possible.

          Bisou.

            1. Diablo le sayanim

              Le zozo nous invite à nous détourner , nous européens, de la Russie pour aller faire la guerre à la Chine et Russie en prenant comme couillon ..l’Inde..
              l’Inde a l’intention de rester neutre ( l’Inde ne deviendra pas un comptoir d’Israël..c’est à dire des kazars=fouteurs de merde).

              Pas de bisous !

            2. Tu vois Vilistia, contrairement à toi, moi, je n’insulte personne. La colère et la rancœur sont mauvaises conseillères. Prisonnière de tes obsessions tu n’as tout simplement rien compris. Relis calmement tout ce qui précède et tu comprendras peut-être à quel point tu te trompes.
              Au fait, tu avais oublié de te mettre un « like » à ton dernier post. Je l’ai fait pour toi.

              Bonne journée.

              PS: une guerre froide entre les US et la Chine ? LOL, en voilà une nouvelle !

            3. Un petit rappel via 2011 ici.

              Guerre froide entre Etats-Unis et Chine ? La cyberstratégie
              américaine ou « la menace fantôme »

              Le 6 août 2011, la Chine par l’intermédiaire de son agence de
              presse officielle Xinhua[1], condamnait « l’addiction aux dettes » et les « querelles politiques [de Washington] qui manquent de vision à long terme ». Le communiqué ajoutait en réaction à la dégradation de la note de la dette américaine par Standard & Poor’s (S&P), le 5 août au soir, « La Chine a désormais parfaitement le droit d’exiger des Etats-Unis le réglement de leurs problèmes de dette structurelle et d’assurer la sécurité des actifs en dollars de la Chine ». Cette réaction, qui pourrait être considérée comme un acte d’ingérence dans les affaires intérieures des Etats-Unis, traduit un climat conflictuel entre les deux superpuissances et une montée progressive et tangible des tensions entre ces deux Etats, superpuissances à l’échelle mondiale. Les stratégies américaines de 2011 dans le cyberespace, notamment l’U.S. International strategy for cyberspace et la DoD strategy for operating in Cyberspace, apparaissent ainsi comme le vecteur et le symptôme d’une nouvelle guerre froide.
              Un contexte stratégique tendu
              Les deux véritables superpuissances du XXIème siècle sont la Chine et les Etats-Unis, en raison de leurs poids politiques et économiques mais aussi militaires. Leurs relations plus ou moins tendues se caractérisaient par une coopération, principalement économique, et une compétition politique de plus en plus visible.
              Lors de la crise financière de l’été 2011, la Chine a montré un visage plus agressif vis-à-vis des Etats-Unis qui fait quelque peu écho à quelques démonstrations de puissances dans les premières années du siècle, légitimes pour une puissance qui vient d’émerger.
              Depuis la rétrocession d’Hong-Kong (1997) et de Macao (1999), la Chine, régime autoritaire à parti unique, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et seconde économie mondiale, entend montrer le renouveau de sa puissance au monde :

              suite…

              http://alliancegeostrategique.org/

              http://alliancegeostrategique.org/2011/08/25/guerre-froide-entre-etats-unis-et-la-chine-la-cyberstrategie-americaine-ou-la-menace-fantome/

  4. Le marché asiatique connaît une croissance exponentielle. Selon toute attente, la Chine sera en 2020 la première économie au monde, et l’Inde occupera la quatrième place économique mondiale en 2025. Une croissance représentant des « opportunités commerciales » incroyables, pour les entreprises qui veulent s’implanter en Asie comme pour les entreprises asiatiques désireuses d’exporter.
    L’Asie est donc considérée dans divers domaines comme un marché croissant d’importance stratégique. Et pas seulement à cause de son énorme population – plus de la moitié de la population mondiale actuelle vit en Asie – mais aussi parce que cette région se développe sans cesse davantage, innove, et devient de plus en plus influente.
    Une assistance pour votre stratégie d’expansion vers l’Asie

    Il semble donc tout à fait logique de commencer à investir en Asie, par exemple en inaugurant des agences sur place. Mais n’oubliez pas qu’en matière de Propriété Intellectuelle, le marché international est extrêmement dynamique et connaît une concurrence féroce. Les lois, les règles, et les « meilleures pratiques » diffèrent d’un pays à l’autre, et en Asie notamment les choses bougent beaucoup. Il est donc important d’opter pour la bonne stratégie, spécialement orientée vers le marché asiatique, pour se distinguer et réussir en Asie. Novagraaf dispose d’un large réseau mondial de consultants spécialisés et donc des connaissances et de l’expertise nécessaires pour vous conseiller sur les possibilités que vous offre l’Asie. 😉

    Novagraaf : un repère pour les sociétés asiatiques en Europe !

    http://www.novagraaf.com/fr/services/l-propriete-intellectuelle-une-partie-integrante-de-votre-strategie

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s