François Hollande, bientôt déchu ? par Christian Vanneste


francois-hollandeIl voulait réenchanter le rêve français. Il voulait faire oublier les années Sarkozy.

Il voulait être un Président « normal », c’est-à-dire sans paillettes, remplaçant la gesticulation médiatique par une maîtrise sereine des grands dossiers. Il voulait une politique de justice sociale, appuyée sur une redistribution des revenus énergique et une résorption du chômage. Il voulait une République exemplaire. Il voulait une présence renforcée de la France sur la scène internationale, en Europe en particulier. En un an et quelques mois, l’or de la victoire s’est transformé en plomb, et le rêve a tourné au cauchemar.Avant tout, c’est le manque d’autorité qui frappe. Hollande agit comme les professeurs chahutés, menaçant sans jamais punir. De Gaulle avait théorisé le pouvoir : prestige et distance. Notre Président en est à chercher à renouer le contact avec les Français et se fait huer à chaque apparition tandis que ses interventions télévisées se soldent par de nouveaux reculs dans les sondages.

Sur la scène internationale, la mésaventure syrienne dans l’ombre d’Obama, le mépris évident de la diplomatie russe, le ton ironique ou compatissant d’une bonne partie de la presse étrangère soulignent la perte du rayonnement du pays. En Europe, le succès de Mme Merkel et l’évidente prédominance de l’Allemagne portent un coup sévère à notre orgueil national. Reste à Hollande le Mali, où les attentats reprennent…

La République exemplaire a sombré avec Cahuzac, mais on se doutait un peu que celui qui avait géré les courants du PS pendant si longtemps n’ignorait rien des turpitudes dont certains de ses satrapes étaient capables.

Subsiste le socialisme drapé dans la vertu de la justice sociale, qui voulait faire payer les riches, protéger les emplois, relancer l’industrie et inverser la courbe du chômage. La préférence donnée à la demande sur l’offre, à l’impôt sur la baisse de la dépense publique, à la distribution d’une assistance à crédit sur l’incitation au travail méritent chacune un carton rouge. On a d’un côté une politique de la demande qui se heurte à une baisse historique du pouvoir d’achat de 0,9 % en 2012, et de l’autre un salmigondis de mesures qui finit par redonner en partie aux entreprises d’une manière complexe ce qu’on leur avait pris, tandis que des « ménages » de moins en moins riches paient la note. La politique menée est illisible et tue la confiance, qui est l’élément essentiel de toute bonne santé économique.

Dans cette forêt pétrifiée des erreurs vivait encore l’arbre de l’inversion de la courbe du chômage. Il s’est pris, comme la foudre, un bug informatique qui non seulement a éveillé les doutes sur la sincérité des chiffres, mais qui, surtout, permet à la réflexion de faire son œuvre : le gouvernement cherche à masquer, par la création d’emplois artificiels générés par la dépense publique, la stagnation de notre économie et l’absence d’une production d’emplois réels.

Les Français ne sont pas dupes. Les cafouillages de la communication gouvernementale, l’amateurisme des réformes (du logement à l’enseignement), le bricolage permanent du pouvoir au plus haut niveau posent pour la première fois la question de la légitimité de l’exécutif en raison de son incompétence.

Dans certains États américains, comme la Californie, il existe une procédure de recall. Lorsque la pétition en vue de la démission du Gouverneur atteint un certain nombre de signatures, un référendum est organisé et peut, si les oui l’emportent, obliger le Gouverneur élu à démissionner. On peur rêver que la France atteigne un jour ce niveau de démocratie…

http://french.irib.ir/info/international/item/278029-fran%C3%A7ois-hollande,-bient%C3%B4t-d%C3%A9chu-par-christian-vanneste

18 réflexions sur « François Hollande, bientôt déchu ? par Christian Vanneste »

  1. Petites erreurs de Christian Vaneste, ancien élu UMP si je me souviens bien…Il s’agit d’une priorité de l’offre sur la demande (politique de l’offre néolibérale privilégiée aussi par son parti politique ou ex parti politique de droite ou extême droite..), d’une priorité aussi à la baisse de la dépense publique conformément aux injonctions de l’ UE du FMI et de la BCE et la distribution d’une assistance à crédit sur l’incitation au travail sont également les conséquences des politiques économiques émanant de ces institutions et des banques, qui ont provoqué la crise économique et le chômage important que nous connaissons aujourd’hui…
    Il va de soi aussi que l’on ne peut se satisfaire du système politico économique qui nous gouverne aujourd’hui et que les citoyens aux cours des prochaines élections dont celle de 2017 ne manqueront pas de se souvenir des performances politiques et économiques des deux présidents, des deux gouvernements et majorités présidentielles au parlement qui se sont succédés depuis 2007.

  2. Ce qu’il faudrait ,c’est qu’il passe devant le tribunal pour crimes de guerre étant donné qu’il fournit des armes à des terroristes contre un pays qui a un Président souverain ! c’est un irresponsable qu’il faut à tout prix destituer ! Bachar-Al-Assad ne pourrait-il pas déposer plainte contre les dirigeants des pays qui ont attaqué son pays ? J’espère que cela va se faire ! HONTE à Hollande et son gouvernement ! Honte à l’UMP qui ne s’est pas beaucoup faite entendre !Honte à Juppé ce repris de justice qui poussait à l’attaque !

    1. Bravo Mag, tt a fait avec vous. Surtout ne pas oublier Sarkozy, Fabius, Levy. Et tant d’autres devant le TPI.

  3. Le véritable problème de la France a commencé sous Sarkozy: il n’y a plus d’élites politiques.
    Si les Français devaient voter aujourd’hui je me demande bien pour qui ils pourraient le faire.
    Choisir entre le pire et le « moins pire » n’est pas une solution.

  4. Heureusement je n’ai pas voté Hollande. Mais Sarkozy n’a pas fait beaucoup mieux au niveau des promesses non tenues. Reste que notre président fait du clientélisme avec ses nombreux « fonctionnaires » et leurs statuts trop différents du privé. Mais personne ne touchera à ces statuts comme aux 35 H, c’est la révolution assurée !

    1. La personne à punir n’est pas celle que l’on pourrait croire…
      Je pensais qu’avec un titre pareil, vous auriez fait un joli jeu de mot.
      Ah la la!
      Je suis déchu… 🙂
      Mais je remarque que quand on parle de déchu, Diablo arrive…

  5. La croissance en Europe:

    Portugal: + 1,1%

    Allemagne: + 0,7%

    Finlande: + 0,7%

    République Tchèque: + 0,7%

    France: + 0,5%

    Son petit + 0,5% est suffisant pour que son gouvernement socialiste tout aussi suffisant se masturbe l’esprit et oublie que le pays sort de six mois de récession, grâce notamment à une forte consommation des ménages. Mais les signaux d’une reprise saine se font encore attendre. Les dépenses d’investissement sont toujours en baisse, et le chômage progresse.

    Au deuxième trimestre 2013, le PIB en volume a augmenté de 0,5% après un recul de 0,2% chacun des deux trimestres précédents.L’acquis de croissance annuelle à mi-année est ainsi de +0,1%.

    La méthode socialiste allant dans le sens de la dépense et non de l’économie, avec ses 57% du PIB en dépense publique, une pléthore de collectivités territoriales, 903 par million d’habitants contre 54 en Belgique ou 147 en Allemagne, la France n’est pas prête de connaître une reprise durable avant longtemps.

    Pour pallier à la dette, ce gouvernement n’a trouvé d’autres recettes que d’augmenter les taxes et d’en créer de nouvelles tous azimuts, touchant aveuglément toutes les classes, enfin presque, certains riches ayant élu domicile hors territoire en fuyant un régime trop défavorable, il ne reste pratiquement plus que des riches exonérés du sabrage fiscal : « Artistes » qui d’ailleurs ne pourraient faire de profits qu’en France, sportifs professionnels et autres businessmans néo-colonisateurs des pays du Maghreb.

    A noter que la Pologne obtient aussi 0,5% mais après une croissance de 0,2% au premier trimestre, le PIB de la Pologne a augmenté de 0,4% au second trimestre. Le FMI prévoit une accélération à 2,2% pour l’année 2014. La Pologne, avec ses 38 millions d’habitants, ne fait pas partie de la zone euro (la veinarde !). Elle est le seul pays parmi les 27 à être restée en croissance tout au long de la crise survenue en 2008….étonnant non ?

    Il faut dire que chez eux, le parti socialiste a pratiquement disparu du paysage politique et pour cause…, et que le pays est aussi peu concerné par l’immigration qui reste assez marginale….

    A défaut de croissance, le socialisme nous apporte le croissant et la lune…du drapeau islamiste. 😉

    http://pauvrefrance.centerblog.net/6570100-autosatisfecit-du-president-godillot

  6. A Jouarre, une trentaine d’activistes ont investi la tour de forage du pétrole de schiste appartenant à la compagnie américaine Hess Oil. Oui vous avez bien lu. Le gouvernement qui interdit officiellement la fracturation hydraulique, laisse des compagnies chercher du pétrole de schiste. Pourquoi rechercher ce que l’on a pas le droit d’exploiter ? Tout simplement parce que l’espoir de voir cette interdiction levée est bien présent et s’appuie certainement sur des promesses tenues en secret par nos dirigeants sous la pression du lobbying américain. Si vous nous lisez régulièrement, vous savez que ce genre de lutte entre pro et anti gaz de schiste est bien présente en Europe de l’est (voir mes articles sur la Roumanie) (1) (2). J’entends déjà : « La Roumanie c’est loin, on se moque de ce qui s’y passe. En plus c’est le pays qui nous envoie ses Roms, beurk. ». Cette pensée réductrice n’est pas la mienne mais ce n’est pas le sujet du jour qui lui réside dans cette question : Si la même chose se produit en France doit on s’en moquer également ? L’exploitation des richesses du sous-sol mérite prudence… (3)

    A Jouarre, des activistes ont investi la tour de forage du pétrole de schiste

    Ils en ont assez d’être les « dindons de la farce » : la farce jouée par le gouvernement qui interdit officiellement la fracturation hydraulique, mais laisse des compagnies chercher du pétrole de schiste. Ce dimanche à l’aube, une trentaine d’activistes ont investi la plate-forme de forage de la compagnie Hess Oil, à Jouarre, en Seine-et-Marne. Reporterre raconte.
    Avant qu’ils puissent réaliser ce qu’il se passe, la trentaine d’activistes est parvenue à se faufiler jusqu’à la plate-forme, à monter les escaliers et à investir la foreuse. Certains commencent à s’enchaîner aux structures métalliques. Pendant qu’ils verrouillent leurs cadenas et optimisent le blocage, quatre grimpeurs ont comme prévu pris d’assaut l’échelle qui va leur permettre d’accéder à la tour de forage, et d’atteindre le point culminant du derrick, à 26 mètres de haut. C’est de là qu’ils comptent déployer leur banderole « Stop forage ». Il est 6h40, le jour peut se lever. La plateforme pétrolière de Jouarre, en Seine-et-Marne, est belle et bien occupée.
    Le message, qui s’étend sur douze mètres de long, recouvre tout un côté de la tour. Mais ici, à Jouarre, le mal est fait. Le trou dans la croûte terrestre a déjà été percé. La foreuse est descendue à plus de 3 000 mètres de profondeur et les travaux démarrés le 6 août sont maintenant terminés. Le démontage de l’installation a d’ailleurs débuté cette semaine. Pour les militants, il a fallu agir vite pour être en mesure de réunir les troupes avant que la foreuse ne soit démontée et envoyée faire ses trous ailleurs, « probablement vers Nogent-sur-Seine, sur une plateforme située juste à côté d’une centrale nucléaire, avance l’un d’eux.Mais peu importe la prochaine destination, où qu’elle aille, elle ne sera jamais la bienvenue ».Car faire des trous partout, c’est évidemment contraire aux engagements du gouvernement.!!! 😦

    http://reveil-et-vous.fr/article-schiste-lhypocrisie-francaise.html

  7. Je le dis depuis le début, Il devrait y avoir une loi qui permet de destituer un président quand son incompétence à diriger le pays est flagrante!

  8. Misères de la gauche française !!!

    Obnubilée par les échéances électorales, la gauche au pouvoir en France s’enfonce, chaque jour qui passe, dans les rets tendus par l’extrême droite du Front national. Jusqu’à engager, au plus haut niveau de l’Etat, un « duel » avec une fillette de 15 ans, rom et sans papiers.

    Ce n’est pas un simple effet de loupe, par médias interposés, que de dire que la France est dans une perpétuelle campagne électorale. L’ère Sarkozy, 2007- 2012, avait inauguré un véritable bouleversement dans les mœurs politiques françaises : elle a brisé les lignes de partage qui séparaient, jusqu’alors, les républicains défenseurs des  » valeurs  » qui ont fondé la France, celles contenues dans le triptyque Liberté- Egalité- Fraternité de celles du discours racoleur, démagogique du chauvinisme, du nationalisme étroit, xénophobe et raciste. L’immigration, l’identité nationale, les roms, les étudiants étrangers, les sans-papiers, l’Afrique pré- civilisée etc. Nous eûmes droit à des torrents de verbiages et leçons d’Histoire pour nous apprendre la différence entre les Français et le reste du monde. Puis, ce fût le secours par les armes  » à la démocratie et la liberté  » en Côte d’Ivoire, en Libye et ailleurs en Afrique centrale ou en Afghanistan. La classe politique de gauche, dans l’opposition en ces temps-là, s’offusquait, se révoltait, dénonçait ce déferlement d’ignominies qui blessent les  » valeurs françaises « . Elle clamait, à juste titre, que les vrais problèmes des Français sont l’emploi, l’éducation, la retraite, la sécurité avec la justice et même les questions environnementales. Mai 2012, fatigués par cinq années d’austérité économique, de discours politiques violents et stériles, d’aventures guerrières, les Français rejettent le tribun Sarkozy pour porter leurs espoirs sur la gauche.

    François Hollande devait incarner le renouveau français et le retour aux  » valeurs de la républiques « . Il aura fallu moins de deux années de gouvernance à la gauche pour que les Français découvrent, ahuris, son incroyable conversion aux idées néolibérales sans aucune gêne, asphyxiant les classes sociales moyennes et défavorisées (celles qui l’ont porté au pouvoir) sous un déluge de décisions économiques que lui envierait la droite traditionnelle (impôts jusque chez les petites retraites, licenciement sans plan social, TVA etc.) Et pour être dans l’air du temps, la gauche remet une couche sur les sujets si honnis sous l’ère Sarkozy : immigration, roms…sans oublier sa guerre à elle, au Mali et en Centre-Afrique.

    http://www.legrandsoir.info/miseres-de-la-gauche-francaise.html

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s