Le FMI : à votre bon cœur messieurs-dames…


image-22Après avoir tapé les chypriotes en guise d’essai, les voici qui reviennent à la charge sur une plus grande échelle, l’échelle européenne.

Le FMI veut (et va) ponctionner 10% de votre épargne pour remettre l’économie européenne sur les rails.  On sait très bien où ira cette manne, mais chut ! On sait surtout que ça ne redressera rien et que ce n’est que le début d’un nouvel impôt, un impôt européen. Les nouveaux impôts commencent toujours par un prélèvement unique, suivi de plusieurs autres prélèvements uniques. On connait la chanson.

Quelle sera la réaction des européens ? Aucune. A Chypre déjà, on a vu une molle réaction vite stoppée quand on leur a dit ‘’ne vous inquiétez pas, nous ne taxerons que les gros comptes’’. Il y a eu un tel ouf de soulagement qu’il a failli déclencher un tsunami dans les eaux environnantes.  Les gros comptes ? Ce n’est que justice, après tout. Et vive la Banque Centrale Européenne. Vive le FMI.  Eux, ils se marraient. Avec une telle réaction, ils savaient dès lors que, plus tard, ils pourront faire mieux.

On y est. Certains disaient que les peuples ne se laisseraient pas faire. Que les rues se rempliraient de mécontents prêts à défendre leurs beefsteaks. Mais il y a longtemps que l’oligarchie a compris que tout ça c’est du blabla. Chacun observera son voisin, comptant sur lui pour descendre dans la rue, tout en se disant : à quoi bon ? Et si émeute il y avait, les forces anti-émeutes, en Europe, sont les plus efficaces au monde, bien plus que les forces de l’ordre de tous les ‘’dictateurs’’ réunies. Elles auront vite fait de mater tous ces fauteurs de trouble, limite terroristes. Si malgré tout, ça ne suffit pas, on fera appel aux syndicats ou aux différentes ligues de défense pour reprendre les mouvements de protestation en main. En dernier recours, il sera possible de relever, comme à Chypre, le seuil des comptes prélevables. Et comme à Chypre, on entendra le même ouf de soulagement et tout le monde rentrera chez lui en attendant le prochain round.

Avic

6 réflexions sur « Le FMI : à votre bon cœur messieurs-dames… »

  1. Le FMI reconnaît s’être trompé sur le sauvetage de la Grèce
    Dans un rapport, le Fonds monétaire international admet que son plan de sauvetage en 2010 s’est soldé par des « échecs notables ».

    Mea culpa. Le Fonds monétaire international (FMI) a reconnu,
    mercredi 5 juin, ses erreurs au sujet du premier plan de sauvetage de la Grèce en 2010. Il a admis que celui-ci s’était soldé par des « échecs notables », dans un rapport évaluant les résultats du plan d’aide de 110 milliards d’euros accordé à Athènes en mai 2010, en contrepartie d’un plan d’économies drastiques.

    Des prévisions trop optimistes !!!

    http://www.francetvinfo.fr/monde/grece/le-fmi-reconnait-son-erreur-sur-le-sauvetage-de-la-grece_341078.html

  2. Il ne sert à rien de braquer les chatons, ils n’ont pas une thune.

    Par contre, je me suis laissé dire que les manchots étaient riches…

    Sus à la Belgique!

    Pour en revenir à l’article, j’espère que la Troïka ne compte pas trop sur moi pour sauver l’Europe, parce qu’à la vue de mon livret d’épargne, elle risque d’être déçue…très déçue!

    1. Plutôt que proclamer des vérités interprétables de mille manières selon les convenances de chacun, je préfère nous inviter mutuellement à
      nous unir pour servir et promouvoir des valeurs simples telles que la bienveillance à l’égard de ceux qui nous entourent, une vie sobre pour que d’autres puissent vivre, la compassion, la solidarité, le respect et sauvegarde de la Vie sous toutes ses formes.

      1. Tout à fait, vôtre grandeur.

        Et je fait déjà tout cela. Pas dans le même ordre, mais le compte y est.

        Je rajoute juste ma touche personnelle…l’humour. Sans lequel le monde serait encore pire, il me semble.

  3. Avic,

    J’aimerais avoir plus d’infos sur les sources de ces infos parce qu’il me semble que l’idée de ponctionner « les gros comptes » de 10 % est avant tout une idée européenne qui remonte à la crise chypriote. Il y a déjà plusieurs mois que le parlement européen a voté cette mesure. Dans ce cas pourquoi passer par le FMI plutôt que par un organisme européen ?

    Il n’y aura pas de révolution populaire puisque seuls les gros comptes seront touchés. Ça ne peut que favoriser une évasion fiscale massive. Il serait plus intelligent de taxer légèrement (un peu plus que l’inflation) l’épargne dormante et favoriser la réinjection de ces fonds dans l’économie réelle. C’est à dire non boursière (en dehors des obligations qui sont une forme de prêt à terme).

  4. Six mois après que la crise bancaire a failli emporter son économie,
    Chypre est loin d’être sorti d’affaire. Étranglée par le resserrement du crédit et par l’austérité imposée par la troïka, l’économie tourne au ralenti et la morosité s’installe. Chypre n’est pas sauvé et afin que personne ne s’en étonne on en parle plus dans les médias. C’est la même méthode que pour la Grèce. On en parle plus. Donc on ne dit pas que cela va mal. Cela ne veut pas pour autant dire que tout va bien et d’ailleurs le pire est à venir…

    Même si l’on ne voit plus de manifestations à Nicosie, ni de files d’attente devant les distributeurs de billets, pour les habitants de Chypre, les conditions de vie sont aujourd’hui bien moins bonnes qu’il y a six mois, quand la crise était à son apogée. Depuis que, le 15 mars dernier, le président de Chypre et l’Eurogroupe ont annoncé leur intention de mettre en place une taxe sur tous les dépôts et ainsi déclenché une crise qui est passée, d’abord, par la fermeture des banques durant deux semaines, puis par la création d’une réglementation encadrant les mouvements de capitaux, l’économie et la société chypriotes ont un enchaînement d’événements somme toute prévisibles : affaiblissement du système bancaire, austérité imposée par la troïka, contraction accentuée de l’économie et flambée du chômage.
    Suivant le parcours par lequel sont déjà passés la Grèce et le Portugal, Chypre, petit pays habitué ces dernières décennies à connaître un niveau de vie élevé et à ignorer les crises et la grande pauvreté, est aujourd’hui en passe de découvrir une tout autre réalité.
    Refroidis par les événements de mars dernier (avec la création de la taxe sur l’ensemble des dépôts et une lourde décote sur les dépôts de plus de 100 000 euros dans les deux plus grandes banques du pays), les entreprises n’investissent plus, les ménages consomment le strict nécessaire et l’activité économique est en chute libre.
    Aujourd’hui, Chypre connaît la récession la plus profonde de toute l’Union européenne, devant la Grèce. Au deuxième trimestre 2013, le PIB a reculé de 5,2 % en glissement annuel (chiffres Eurostat), soit le pire taux enregistré dans l’île depuis l’invasion turque. Le taux de chômage, qui en mars atteignait déjà le chiffre record de 14,9 %, n’a
    cessé d’augmenter pour s’élever aujourd’hui à 17,3 %.

    suite….

    http://reveil-et-vous.fr/article-chypre-le-pire-est-encore-a-venir.html

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s