L’Irak depuis l’intervention étasunienne : une décennie mortifère


Tribune libre Résistance

IRAQ-US-WAR-MASSIVE RE-CROPDix ans ont passé depuis l’invasion de l’Irak par les États-Unis. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les objectifs officiels de l’époque, à savoir la libération du peuple irakien de l’oppression de la dictature de Saddam Hussein pour en faire un pays moderne et démocratique, ont lamentablement échoué. Pis, c’est chaque jour un peu plus le chaos dans un pays en ruine.

Les chiffres parlent malheureusement d’eux-mêmes. Ce sont ainsi plus de 4.700 personnes qui ont perdu la vie dans des attentats depuis le début le l’année. 638 victimes sont à inscrire sur le compte du seul mois d’octobre. Personne n’est en mesure de déterminer exactement combien de personnes ont été tuée en Irak depuis l’invasion étasunienne. Selon une enquête menée conjointement par le gouvernement iraquien et l’Organisation mondiale de la santé, 151.000 Irakiens seraient morts de mort violente entre mars 2003 et juin 2006. Les Nations-Unies ont confirmé qu’en 2006 (dernière année où les données sont réputées fiables), au moins 35.000 personnes avaient été tuées.

Dix ans ont passé. Les media occidentaux semblent avoir perdu tout intérêt pour l’Irak, se concentrant sur des sujets plus consensuels ou attrayants. Entre les rives du Tigre et de l’Euphrate, au cœur du Moyen-Orient, une longue et laborieuse transition démocratique est en train de prendre forme depuis la fin officielle de la guerre, le 1er mai 2003.

Un parcours non sans obstacles tant sont nombreuses les contradictions de l’Irak moderne. Le pays est divisé par une guerre civile féroce entre fractions sunnites et chiites. La violence s’est intensifiée après que les forces de sécurité ont violemment réprimé le 23 avril dernier une manifestation sunnite contre le gouvernement, provoquant la mort de dizaines de personnes. Cet épisode a provoqué la réaction des sunnites, qui se sentent marginalisés par le gouvernement chiite. Les milices d’al-Qaïda tentent de tirer profit de la situation, ce qui touche par ricochet le gouvernement.

Les forces d’intervention étasuniennes n’ont jamais vraiment réussi à stabiliser la situation, allant parfois jusqu’à s’engager dans des opérations contraires au droit des conflits armés. Elles ont ainsi utilisé en novembre 2004 des armes chimiques lors de l’assaut de la ville de Falloujah, considérée par les troupes américaines comme un bastion d’insurgés sunnites. Un an plus tard, une folle équipée de Marines tuaient à Haditha vingt-quatre civils irakiens sans défense. Difficile d’apparaître dans ces conditions comme des libérateurs animés des plus nobles sentiments…

Ni les États-Unis, ni même les Nations-Unies n’ont porté un intérêt suffisant à l’actuel gouvernement irakien du Premier ministre Nouri al-Maliki, rongé par la corruption, par la répression et par la longue série de violations des droits humains. Les forces de police, contrôlées par les ministères de l’intérieur et de la défense, sont intervenues massivement entre la fin 2011 et mars 2012 avant un sommet de la Ligue arabe à Bagdad, et ont arrêté des centaines de personnes manifestant contre le gouvernement comme une mesure pour prévenir d’éventuels attentats terroristes. L’ONG étasunienne Human Rights Watch a critiqué très sévèrement dans son rapport annuel le nouvel Irak, l’accusant de devenir un état policier. Plusieurs détenus ont même témoigné avoir été torturés.

Rien d’étonnant à ce que la peine capitale soit dans ce contexte un sujet brûlant. Au moins 125 personnes ont été exécutées depuis le début de l’année ; quarante-deux l’ont été la semaine où on a célébré la journée mondiale contre la peine de mort. Amnesty international fait notamment remarquer qu’en violation des normes internationales, la loi institue la peine de mort pour certaines infractions dont on ne peut considérer qu’elles entrent dans la catégorie des crimes les plus graves, notamment l’enlèvement n’entraînant pas la mort. La peine capitale est ainsi devenue pour le gouvernement un moyen d’asseoir sa mainmise sur le pays.

Le bilan qu’on peut tirer de ces dix années en Irak ne peut être que négatif. L’intervention étasunienne n’a pas apporté que la misère et et la corruption. Il n’y a pas un eu un jour depuis 2003 sans que le pays ne perde une vie des suites des violences terroristes. Si c’est ça le modèle de démocratie que l’Occident s’évertue à exporter depuis des décennies, il n’y a vraiment pas de quoi s’émerveiller tant l’échec de ce système politique, économique et social, est patent.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/

4 réflexions sur « L’Irak depuis l’intervention étasunienne : une décennie mortifère »

  1. Même constat qu’en Lybie, en Tunisie, en Egypte et même au Kosovo: avant, avec Saddam Hussein, Khadafi et les autres c’était pas le top mais c’était  »moins pire »… Partout il est question d’apporter la justice et la démocratie et partout les EU appuyés par quelques pays Otan (et autres) n’ont apporté que la ruine, la désolation et la misère. Des révolutions colorées ont donné des résultats similaires ailleurs (Ukraine p.e). On n’y compte pas les morts à la pelle mais le pays est par terre.

    Comme il n’est pas possible de ne pas se rendre compte du fiasco total de ces opérations en regard des objectifs déclarés j’en suis arrivé à la conclusion que ce chaos est voulu pour différentes raisons. Avec des nuances que je n’ai pas le courage de développer maintenant.
    Si je peux comprendre cette stratégie du pire du point de vue états-uniens il n’en va pas de même pour la logique européenne.
    Tant que les initiateurs de ces carnages ne risquent pas d’être jugés il y a fort à parier que cela continuera.

  2. article à charge contre l’ectuel gouvernement de Nouri Al Maliki qui est arrivé au pouvoir par des élections. Mais il ne covient pas à la Saoudie, ni US, ni à Israel, ni lles monarchies wahabites, car pro_Iran et pro Syrie et trop pro_ axe de la resistance. Alors on le déstabilise par les attentats à tout bout de champs. Al Quaida et l’extremisme sunnite arrivés en Iraq dans les bagages de l’armée US. Il faut souligner que le systéme imposé par les Us apres la »libération »( drôle de mot pour decrire en réalité la destruction de l’Etat et du pays…)est le communautarisme, comme au Liban par le mandat français,ou Chypre par les Britanniques… pire système pour diviser un pays , toujours au bord du gouffre,, toujours sur le ppoint de basculer dans une guerre civile.

  3. je préfere une dictature qu’une democratie proclamée par les USA et l’OTAN succeurs de sang et des imposteurs

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s