NSA: le gouvernement français aurait passé un accord secret


Five-eyesSelon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, un accord secret de collaboration sur la surveillance du nom de code « Lustre » aurait été signé par la France avec les Etats-Unis et quatre autres puissances.

La « Five eyes alliance »: la France participerait au système Echelon anglo-saxon constitué de cinq nations.

TV5 Monde, 27.10.2013, Par Pascal Hérard

De nouveaux documents d’Edward Snowden démontreraient, selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, que la France serait engagée dans une vaste collaboration de surveillance, du nom de code « Lustre », avec ceux que l’on nomme les « Five Eyes », acteurs du programme d’écoutes planétaire Echelon: Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Australie et Nouvelle Zélande.

La ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, interrogée au sujet des écoutes illégales de la NSA dans l’émission « Internationales » de TV5Monde ce 27 octobre 2013 a déclaré qu’elle « espère bien qu’on se défend, qu’on sait quand même ce qu’il se passe chez les autres« , puis expliqué qu’ »un grand pays comme la France doit aussi avoir un outil », et de conclure: « on n’est pas dépourvus en la matière ».

nicole-bricq-au-sujet-de-la-nsaVidéo TV5: [Nicole Bricq, interrogée au sujet des écoutes illégales de la NSA]

Discours contradictoires?

Madame Bricq condamne les écoutes illégales entre partenaires alliés, mais estime logique et normal que de l’espionnage s’opère en matière d’intelligence économique. La ministre admet que la France est en pointe dans ces pratiques: les révélations du Süddeutsche Zeitung semblent démontrer, si elles se révèlent exactes, que la France est en plus un acteur privilégié de la surveillance mondiale et qui collabore avec ceux-là même qu’elle dénonce du bout des lèvres aujourd’hui, les Etats-Unis. Ce qui pourrait expliquer la prudence du chef de l’Etat français pour condamner trop fermement les pratiques de la NSA. Et confirmerait une thèse de Bernard Huygues qui déclarait sur le site de TV5Monde il y a quelques jours: « on peut aussi penser que si la France s’énervait trop fortement pour ensuite être prise la main dans le pot de confiture avec des révélations sur ses propres systèmes de surveillances illégaux, ce serait très ennuyeux… »

Source: http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/Etats-Unis-2013/p-26618-NSA-le-gouvernement-francais-aurait-passe-un-accord-secret.htm

5 réflexions sur « NSA: le gouvernement français aurait passé un accord secret »

  1. A reblogué ceci sur raimanet and commented:
    Australie, Canada, ECHELON, edward snowden, Etats-Unis, France, Grande Bretagne, Nouvelle Zélande, NSA, TV5Monde
    ===
    a malin, malin et demi …

  2. Comment ne pas remarquer que le programme ECHELON est limité aux USA, Grande Bretagne, Australie, Nouvelle Zélande et Canada?
    C’est-à-dire TOUS les pays anglo-saxons et RIEN que les pays anglo-saxons!
    Cela n’a-t-il pas quelques relents de racisme? Si la France s’en rapproche c’est par un accord séparé, LUSTRE, et non par une adhésion.
    Comment interpréter que la France ait signé un accord avec ECHELON, mais pas l’Allemagne, par exemple? En ce qui me concerne, j’ai une opinion personnelle qui vaut ce qu’elle vaut. M’enfin! Je me dis que pour la grand-mère d’ECHELON, i.e. l’autrefois Grande Bretagne, les buts de la guerre de cent ans n’ont toujours pas été abandonnés. Les moyens varient. Le but reste le même. L’entêtement des anglo-saxons est proverbial. Demandez à l’Iran ou à Cuba ce qu’il en est.

  3. Le racisme, c’est quoi ?
    Il n’y a pas de définition universelle et absolue du racisme et la signification de ce terme fait l’objet de nombreux débats. En effet, s’il
    est possible de distinguer un sens large et un sens strict, ces derniers sont souvent confondus ou utilisés à tord.
    Notion classique du terme (sens strict)
    Les idéologies qui classent l’être humain en différentes races biologiques comportant des caractéristiques mentales génétiques et qui dressent une hiérarchie de ces « races biologiques » sont considérées comme racistes.
    Cette notion classique du racisme était prédominante à l’époque coloniale et perdura jusqu’après la seconde Guerre mondiale. Cette idéologie pseudo-biologique servait avant tout à justifier les pratiqu
    es coloniales. 😦

    La définition proposée par Albert Memmi lors des différents débats a
    suscité beaucoup d’intérêt : « Le racisme est la valorisation, généralisée et définitive, de différences, réelles ou imaginaires, au profit de l’accusateur et au détriment de sa victime, afin de justifier une agression ou un privilège. » (Albert Memmi, Le racisme, Gallimard, 1982)
    Notion juridique
    Le domaine du droit n’apporte pas non plus de définition homogène et formelle du racisme. Proche de la pratique juridique, le concept de « discrimination raciale » est entendu comme un traitement inégal, une remarque ou un acte de violence commis dans l’intention de rabaisser une personne sur la base de son apparence physique («race») ou de son appartenance à une ethnie, une nationalité ou une religion.

    http://www.humanrights.ch/fr/Dossiers/Racisme/Le-racisme-cest-quoi-/index.html

  4. Chuuuut …. Quelqu’un est en train d’écouter !

    Les ordinateurs des stations de part le monde sont appelés, à l’intérieur du réséau, les « Dictionnaires ». Des ordinateurs qui peuvent chercher à travers le flux des communications par le biais de mots-clés existent au moins depuis 1970, mais le système ECHELON a été projeté par le NSA pour interconnecter tout ces ordinateurs et permettre aux différentes stations de fonctionner comme des composant d’un système intégré. La NSA et la GCSB sont toutes deux liées aux 5 nations signataires du UKUSA Strategy Agreement, un pacte de collaboration dans la récolte de « Signal Intelligence » fait en 1948, et dont l’existence même n’a jamais été officiellement confirmée par ses 5 adhérents. Les trois autres partenaires ont tous également un nom assez obscure comme le Government Communications Headquarters (GCHQ) en Grande-Bretagne, la Communication Security Establishment (CSE) au Canada, et le Defense Signals Directorate (DSD) en Australie.

    L’alliance naît de l’effort coopératif pour intercepter les transmission radio durant la Seconde Guerre Mondiale, formalisée comme on l’a dit en 1948 dans l’accord UKUSA qui était essentiellement orienté contre l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Les 5 agences signataires du pacte UKUSA sont aujourd’hui les agences les plus importantes de leurs pays. Avec la plupart des communications des affaires qui voyagent via fax, e-mail et coups de téléphone, il est clair que la majorité des ressources sont réservées à ces agences.

    Durant des dizaine d’année avant l’introduction du système ECHELON, les agence l’alliance UKUSA travaillaient de toute façon l’une pour l’autre, mais chacune avait pour habitude d’intercepter et d’analyser ses propres stations.

    Avec ECHELON, les ordinateurs appelés « dictionnaires », contiennent non seulement les mots-clés saisis dans leur propres agences, mais aussi ceux saisis par les 4 autres agences. En Nouvelle-Zélande dans la station d’interception satellitaire de Waihopai (dans l’île du Sud), par exemple, l’ordinateur a différentes listes de recherche pour la NSA, le GCHQ, le DSD, et CSE en plus de ses propres listes. Là où le « dictionnaire » rencontre un mesage contenant un des mots-clés saisis par les agences, il le prend et l’envoi automatiquement au quartier général de l’agence compétente. Personne en Nouvelle-Zélande ne connaît les informations reccueillies par les stations de Nouvelle-Zélande destinée aux agences alliées.

    Ainsi les stations des alliés mineurs de l’alliance UKUSA fonctionne pour la NSA comme si c’était des bases américaines en dehors du territoire des USA.
    Le premier composant du réseau ECHELON est constituer de stations spécialement orientées sur des satellites de communications internationaux (Intelsats) utilisés par les compagnies des téléphones de nombreux pays. Un anneau formé par ces satellites est positionné en orbite stationnaire autour du monde (à hauteur de l’équateur), chacun de ces satellites sert de transmetteur pour des dizaines de milliers d’appels téléphoniques simultanés, de fax et d’e-mail. Cinq stations UKUSA ont été équipées pour intercepter les communications transmises par les satellites Intelsats.

    http://www.infomuslim.fr/documentaire-échelon-le-pouvoir-secret-réseau-echelon-nsa.html

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s