Tous les chemins mènent à l’Iran, la Chine courtise les Arabes du Golfe


Chine-ASaouditeEn passe de devenir la première puissance économique mondiale, sprintant pour rattraper son retard technologique en matière d’armement vis-à-vis des Etats-Unis et de la Russie, devenant le premier partenaire des pays du Tiers-monde et de l’Afrique en particulier, se manifestant de plus en plus dans le Pacifique comme une puissance, ami de tous et de personne à la fois, la Chine mène sa barque en solitaire, de manière souvent illisible selon les critères auxquels nous étions habitués. Le message des chinois semble pourtant fort simple et pourrait se résumer ainsi : chacun sa m…. et il y a assez à faire chez soi pour aller s’occuper de celle des autres. Si vous voulez coopérer pour résoudre nos problèmes en commun, nous sommes partant, sinon, vos rancœurs intestines, vos conflits ancestraux ne nous regardent pas, nous avons assez des nôtres.

Avic

———————————————

Ne soyez pas du tout surpris si le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi n’assiste pas à la conférence de Genève 2 sur la Syrie mardi. Il y a des affaires importantes chez lui à Beijing. Cela dit, il n’y a aucun doute que la Chine apporte son soutien au processus de Genève 2.  

« Quelles que soient l’ampleur de la question, la profondeur des divergences, et les difficultés, tant que les deux parties syriennes seront assises, entament le dialogue et discutent, grâce aux efforts conjoints de la communauté internationale, une solution acceptable pour toutes les parties émergera », a dit Wang lors d’une conférence de presse à Beijing samedi.

C’est une position correcte, neutre et équilibrée, et Wang parlait presque comme un vétéran, après qu’il ait été annoncé que la Coalition nationale syrienne assistera à Genève 2. Il félicite à la fois Moscou et Washington pour leur bon travail. « Pour les deux parties, l’organisation des discussions est une réalisation majeure en soi et un seuil important », a souligné Wang. ( Xinhua )

Dans la perspective de Genève 2, alors que Moscou accueillait les ministres des Affaires étrangères de la Syrie et de l’Iran, Pékin avait aussi des visiteurs du Moyen-Orient – mais du camp d’en face – dans le cadre de la troisième session du dialogue stratégique Chine-CCG, co-présidé par Wang pour la partie chinoise et Cheikh Sabah Khaled al-Sabaha, le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Koweït (qui détient la présidence tournante du CCG pour le moment.)

L’objectif du Dialogue stratégique était d’accélérer la négociation d’un accord de libre-échange (ALE) Chine-CCG. Wang a dit, ici , « La Chine vise à la mise en place d’un partenariat stratégique, grâce à l’ALE comme force motrice pour renforcer la coopération pragmatique dans tous les domaines ».

Pékin a attaché une grande importance à la délégation du CCG. Le Président Xi Jinping a reçu les visiteurs. M. Xi a indiqué que la Chine « renforcera la communication et la coordination » avec le CCG et a salué le « rôle constructif » du groupe dans les affaires mondiales et régionales. Fait intéressant, en se référant à la situation au Moyen-Orient et la région du golfe Persique, Xi a exprimé son « ferme soutien » aux efforts des pays membres du CCG pour « sauvegarder leur souveraineté et la stabilité régionale. » ( Xinhua )

Curieusement, contrairement à la Russie et aux États-Unis, la Chine se porte plutôt bien avec les deux camps opposés au Moyen-Orient. En outre, elle a également fait au cours des dernières semaines, une correction de trajectoire en douceur sur l’Egypte, après avoir pris conscience que Abdel Fattah al-Sisi est l’homme avec lequel il faudra traiter à l’avenir d’une manière ou d’une autre. Cela permettra également de satisfaire Riyad.

D’autre part, la Chine a établi un partenariat large et profond avec l’Iran, basé sur des liens économiques, les ventes d’armes et la coopération de défense. Le commerce bilatéral a touché 45 milliards de dollars ces dernières années. Mais le soutien de la Chine à l’Iran est souvent surestimé. Ainsi, au cours de la guerre Iran-Irak, la Chine a fourni des armes aux deux côtés. Plus récemment, Pékin a utilisé ses rapports avec l’Iran pour négocier avec les États-Unis. En fait, la Chine a traîné les pieds dans la mise en œuvre de ses offres d’investissements énergétiques en Iran et a réduit les importations de pétrole de l’Iran afin d’éviter des sanctions américaines.

Le moteur de Beijing a été double dans ce partenariat : la stratégie de sécurité énergétique de la Chine et, d’autre part, l’Iran comme levier contre les États-Unis. Toutefois, à l’évidence, le contexte du partenariat sino-iranien se transforme avec le début de l’engagement américano-iranien direct. Il est certain que les frictions dans les liens entre l’US et l’Arabie saoudite et la discorde dans leur alliance fonctionnent à l’avantage de la Chine. En tout cas, l’Iran n’est pas un substitut à l’Arabie saoudite comme fournisseur de pétrole pour l’économie chinoise. Le fait est qu’il faudra des années voire des décennies à l’Iran pour retrouver son niveau de production de 6 millions de barils par jour de la période pré-révolution islamique.

Compte tenu de la récente ouverture saoudienne au Pakistan , les activités de la Chine dans le golfe Persique présentent beaucoup d’intérêt, du point de vue indien. La Chine est présente dans le port de Gwadar au Pakistan, elle a déjà un ALE en place avec le Pakistan et les deux pays ont discuté d’un corridor Karakoram . En fait, lors de la réunion vendredi à Beijing avec la délégation du CCG, Xi a ostensiblement ébauché sa vision de la route de la Soie. Xinhua a cité Xi, «La Chine travaillera avec le CCG pour promouvoir la construction de la nouvelle ceinture Route de la Soie Economique à travers l’Eurasie et la Route de la Soie Maritime du 21ème siècle qui relie le Pacifique, l’océan Indien et l’Atlantique, qui sont susceptibles de rejoindre le Moyen-Orient ».

MK Bhadrakumar

Traduction Avic

http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2014/01/19/all-roads-lead-to-iran-china-woos-gulf-arabs/

5 réflexions sur « Tous les chemins mènent à l’Iran, la Chine courtise les Arabes du Golfe »

  1. Adage entendu dans les années 50 : «Les optimistes apprennent le russe… Et les pessimistes le chinois».
    Le communisme a peut-être passé. Mais la Russie et la Chine demeurent. Heureusement pour le rétablissement d’un minimum d’équilibre mondial

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s