Pete Seeger : disparition d’un géant


Pete SeegerPete Seeger, le pionnier du folksong, légende du « protest song » et authentique porte-voix de la classe ouvrière, est décédé à New York à l’âge de 94 ans. Il a inspiré et influencé des générations d’artistes, si bien que même parmi les générations actuelles pour lesquels il est inconnu, il sera difficile de trouver quelqu’un qui ne connaisse pas au moins une de ses chansons.

Pete Seeger n’était pas pionnier que dans la chanson. Il était aussi l’un des premiers protestataires contre le système américain basé sur un capitalisme sauvage et la domination d’une oligarchie insatiable, dans une société américaine raciste et ségrégationniste. Il a été de tous les combats : la lutte des noirs américains pour la reconnaissance de leurs droits, les mouvements pacifistes contre les guerres hégémoniques de son pays, la chasse aux sorcières du Maccarthisme dont il sera d’ailleurs victime et qui l’obligera à s’exiler. Il a dénoncé, bien avant l’heure, tout ce que nous dénonçons aujourd’hui : les mensonges du gouvernement (‘’ what I learned in school today’’), l’hypocrisie du vote devenu un instrument pour légitimer la domination de quelques-uns sur la population, etc…

Et, avec ça, un talent incroyable. Puisant dans le folklore américain et du monde alors que l’Amérique était plutôt renfermée sur elle-même, il a ainsi fait connaître à ses concitoyens, et au monde par la suite, des sonorités et des rythmes inédits tels que ‘’Wimoweh’’ (The lion sleeps tonight), repris par Henri Salvador sous le titre de ‘’Le lion est mort ce soir’’, emprunté au folklore zoulou, ou encore la chanson  ‘’Guantanamera’’ empruntée au folklore mexicain. Il a lancé et popularisé énormément de tubes planétaires que l’on attribue souvent à d’autres mais dont il est le vrai père. On retrouve, entre autres, ‘’The house of rising sun’’ (Le pénitentier de Johnny), ‘’If I had a hammer’’ (Si j’avais un marteau de Claude François), ‘’Turn turn turn’’, pratiquement toutes les chansons de Graeme Allwright, jusqu’à la reprise de l’Internationale.

Infatigable, jusqu’à la fin de sa vie il a chanté et milité. RIP Pete Seeger.

Avic


Un de ses derniers messages. Une chanson qu’il a reprise (pour une fois) de Bob Dylan : « Forever Young »

Turn turn turn avec Judy Collins

If I had a hammer

Michael Row The Boat Ashore

Way out there (dans le film Arizona Junior)

We Shall Overcome

Pete Seeger en Australie

Une réflexion sur « Pete Seeger : disparition d’un géant »

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s