Les JRE, les Journées de Retrait à l’Ecole, contre la Théorie du Genre


jre-journees-retrait-ecoleDe la même façon que certains croient, peut-être sincèrement, qu’ils peuvent et doivent imposer la démocratie, par la force s’il faut, au reste du monde, les mêmes  veulent libérer la société de ce qu’ils appellent ses archaïsmes et utilisent l’Etat pour imposer leurs points de vue à leurs concitoyens.

Derrière ceux qui sont sincères, il y a, de toute évidence, une volonté, et pas seulement à l’échelle du pays. Comment expliquer, sinon, que le sujet de la sexualité ait pris une telle importance politique au point de devenir, du jour au lendemain, la préoccupation principale de tous les gouvernements occidentaux. Le sujet est même passé devant les préoccupations des Droits de l’Homme, tendant parfois à s’y substituer dans les rhétoriques internationales habituelles. Quand verrons-nous bombarder un pays parce qu’il aura refusé d’adhérer aux nouveaux concepts concernant le sexe ?

Ne pas voir qu’il se passe quelque chose est du pur aveuglement, surtout lorsque mêmes les enfants sont touchés et deviennent une cible.

Les parents ont le devoir de protéger leurs enfants, y compris contre l’état. Ce qu’un chien ou un chat ferait, l’homme est-il devenu incapable de le faire ? Les ‘’progressistes’’, en vrais caricaturistes, voient tout en quelques traits grossiers et veulent calquer la vie, la nature et tout ce qui les entoure selon leur vision simpliste. Ils croient pouvoir changer la nature avec des lois et sont prêts à aller jusqu’à la répression pour faire respecter leurs concepts artificiels.

Aujourd’hui, c’est la Théorie du Genre qui va s’imposer peu à peu à toute l’Europe. En commençant à l’appliquer dès la maternelle, on s’assure de son efficacité car on empêche toute prise de conscience d’une quelconque différence entre garçons et filles. Pourquoi oblige-t-on des centaines de millions de personnes à adopter les élucubrations de quelques confusionnistes qui ont mal vécu leur masculinité ou leur féminité et qui considèrent que la différence implique forcément une hiérarchie ? ‘’Différent’’ veut juste dire ‘’pas la même chose’’, rien de plus. Un homme est différent d’une femme, c’est comme ça et l’on n’y peut rien, à moins de vouloir recréer l’Homme. En matière de limitation des naissances, l’occident, pour le coup, relèguerait la Chine avec sa politique de l’enfant unique loin derrière elle.

Certaines voix s’élèvent en France pour résister à cette théorie. Ce ne sont encore que de petites actions, mais peut-être qu’elles feront tâche d’huile. A l’initiative de Farida Belghoul, une enseignante qui s’est rendue célèbre par sa participation à la Marche « antiraciste » des Beurs dans les années 80, un mouvement de journées de retrait de l’école (JRE) a été lancé et a pour objectif de se généraliser dans toute la France. Apparemment ce mouvement progresse et on ne peut que lui souhaiter bonne chance. On sait d’ores et déjà que plus il s’étendra plus les tirs de l’artillerie lourde d’en face seront nourris. Mais il faudra bien qu’un jour ou l’autre le gouvernement entende raison.

Avic

Page facebook de Farida Belghoul

21 réflexions sur « Les JRE, les Journées de Retrait à l’Ecole, contre la Théorie du Genre »

  1. J’ai vu une video a l’assamblee de ce connard de Peillon qui pretend que c’est le role de la Ripoublik d’enseigner l' » Egalite » a ses enfants…il fait l’amalgame pour embrouiller les esprits simples entre l’egalite des droits de « liberte,egalite, fraternite » et l’egalite des genres ou des sexes..pfff!!!…..degage!!! va t’enterrer quelques annees dans un bureau obscur pour nous inventer ta nouvelle religion laique et republicaine que tu nous a promis (veridique)…

  2. Qu’on le veuille ou non l’homosexualité est a la base un rejet du sexe masculin par le sexe féminin ou vice versa donc une anomalie .
    Dans une société a l’esprit libéré on peut donc accepter cette anomalie
    mais rien ne doit nous l’imposer avec des règles idiotes qui sortent de l’entendement .
    Une Mère + Un Père = un couple + des enfants=une famille `
    voilà la bonne équation

    Le mouvement journées de retrait de l’école est une bonne initiative
    qui doit faire reculer ce piètre gouvernement si les parents se mobilisent

  3. Il semblerait que tout soit parti d’une rumeur et d’une interprétation volontairement erronée. Il n’y aurait aucun programme de l’OMS ou de l’Education Nationale qui encouragerait les enfants à se masturber, toucher leurs petits copains de même sexe ou de sexe différent, ou pire des adultes.

    A force de voir des complots partout on fini par dire et croire n’importe quoi sans prendre la peine de vérifier. Pire, on reprend à son compte et en toute bonne fois des infos vérolées. C’est la meilleure façon de se faire manipuler.

    Pour ma part n’ayant pas d’enfant en bas âge je me suis contenté de lire les différents articles parus ici même sur le sujet. Si j’avais eu un enfant je serais resté fidèle à ma façon de voir et de faire: en remontant à la source des infos, c’est à dire aux texte de l’OMS.

    Réveillez-vous, grandissez et prenez-vous en main afin de ne plus (ou de moins) vous faire manipuler. Que ce soit par ce qu’on appelle le système ou les anti-système.
    Ne vous faites pas d’illusion: il ne suffi pas d’être ( ou de se déclarer) anti-système pour être honnête.

    Quelques pistes de réflexion:

    http://www.liberation.fr/societe/2014/01/30/education-sexuelle-il-n-y-a-pas-d-informations-qui-sont-donnees-aux-parents_976597

    http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/30/1806692-climat-empoisonne.html

    http://www.hoaxbuster.com/forum/norme-education-sexuelle-et-oms

    1. B’jour Diablo,

      Tout à fait d’accord. Lorsque les premières rumeurs ont été lâchées je me suis renseigné. J’ai remonté le flot et n’ai rien trouvé de dangereux. Par contre, les sites qui propageaient les rumeurs étaient tendancieux.

      Le Net a fait le reste. J’avais posté des commentaires sur certains sites pour mettre en garde, mais j’ai juste réussi à faire une récolte de pouces rouges.

      Le pire, c’est que maintenant, les sites qui ont repris la rumeur sont tous… »d’extrême droite »; d’après les gouvernants. À qui profite ce crime? À la sécurité nationale, cocorico!

      On se dirige droit vers les Nations-Unies du Net, voulus par Bibi…Super!

      1. Et oui… C’est comme ça qu’on ouvre des boulevards à la mise en place de nouvelles normes et de nouvelles lois.

        Pour le reste vous savez bien ce que je pense des pouces rouges…
        LOL !

        1. Je suis en train d’en faire une provision pour l’hiver sur l’article traitant de Tata…Et vous aussi!

          Mais cela fait certainement parti de la liberté d’expression…
          Cliquer sur une icône pour éviter de commenter…c’est beau le progrès!

    2. /home/naomi/Téléchargements/Standards-OMS_fr.pdf/home/naomiOMS Bureau régional pour l’Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe Un cadre de référence pour les décideurs politiques, les autorités compétentes en matière d’éducation et de santé et les spécialistes Version originale Centre fédéral allemand pour l’éducation à la santé BZgA Cologne 2010 Version française SANTE SEXUELLE Suisse Lausanne 2013 Table des matières Préface 5 Partie 1: Introduction 9 1. Contexte et but 9 1.1 Education sexuelle formelle et informelle 10 1.2 Contexte historique de l’éducation sexuelle scolaire 11 1.3 Développement de l’éducation sexuelle dans les écoles en Europe 12 1.4 Diversité des modèles d’éducation sexuelle en Europe 13 1.5 L’Europe dans une perspective globale 14 1.6 Initiatives internationales concernant l’éducation sexuelle 15 2. Sexualité, santé sexuelle et éducation sexuelle – 17 définitions et concepts 3. Arguments pour l’éducation sexuelle 21 3.1 Principales considérations pour l’éducation sexuelle 21 3.2 Développement psychosexuel de l’enfant 22 4. Principes et objectifs de l’éducation sexuelle 27 5. Groupes cibles et partenaires 28 6. Dispenser l’éducation sexuelle – cadre général et exigences de base 29 6.1 Sept caractéristiques de l’éducation sexuelle 29 6.2 Compétences du personnel éducatif 31 Partie 2: Matrice de l’éducation sexuelle 33 1. Introduction à la matrice 33 1.1 Toile de fond 33 1.2 Importance des structures de soutien 34 1.3 Pourquoi commencer l’éducation sexuelle avant l’âge de quatre ans? 35 1.4 Clé de lecture de la matrice 36 2. La matrice 37 Bibliographie 53 A. Références 53 B. Littérature scientifique sur le développement psychosexuel de l’enfant 56 C. Curricula et documentation pédagogique 59 D. Sites web 63 Préface La région européenne de l’OMS est actuellement confrontée à de nombreux problèmes en matière de santé sexuelle: augmentation du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles (IST), grossesses non prévues chez les adolescentes, violences sexuelles, etc. Pour améliorer le niveau global de santé sexuelle, il est essentiel de donner aux enfants et aux jeunes une éducation adéquate en matière de sexualité. Ils doivent connaître la sexualité aussi bien en termes de risques que de potentialités, afin qu’ils puissent développer une attitude positive et responsable dans ce domaine. Ils pourront alors se comporter en connaissance de cause, non seulement envers eux-mêmes, mais aussi envers la société. Le présent document a été rédigé pour répondre aux besoins de standards pour l’éducation sexuelle dans la région européenne de l’OMS, qui comprend 53 pays et couvre un vaste territoire géographique entre Atlantique et Pacifique. La plupart des pays d’Europe occidentale connaissent déjà des lignes directrices et des normes minimales pour l’éducation sexuelle, mais aucune tentative n’a été faite à ce jour d’en élaborer à l’échelle de la région européenne ou de l’UE. Les standards que nous présentons ici comblent cette lacune. Ce document est un plaidoyer pour l’instauration d’une éducation sexuelle holistique qui donne aux enfants et aux jeunes, filles et garçons, une information objective, scientifiquement correcte, sur tous les aspects de la sexualité et qui, parallèlement, les aide à s’approprier les compétences nécessaires pour agir en fonction des connaissances acquises. Au final, il veut contribuer au développement d’une attitude respectueuse et tolérante et à une société équitable. Traditionnellement, l’éducation sexuelle était concentrée sur les risques potentiels liés à la sexualité, comme les grossesses non prévues et les IST. Cette focalisation négative fait souvent peur aux enfants et aux jeunes. Elle ne répond pas à leur besoin d’informations et de compétences et, dans de nombreux cas, n’est pas en phase avec leur réalité. Une approche globale, fondée sur la compréhension de la sexualité en tant que potentiel humain, aide les enfants et les jeunes à développer des aptitudes essentielles qui leur permettront de déterminer eux- mêmes leur sexualité et leurs relations pendant les étapes de leur développement. Elle leur donne les moyens dont ils ont besoin pour vivre une vie sexuelle et amoureuse épanouie et responsable. Ces moyens sont essentiels pour se protéger des risques possibles. L’éducation sexuelle doit s’inscrire dans l’éducation au sens large et influer sur le développement de la personnalité de l’enfant. Par son caractère anticipatif, elle contribue à prévenir les effets potentiellement négatifs de la sexualité et à améliorer la qualité de vie, la santé et le bien-être. C’est dire que l’éducation sexuelle holistique promeut la santé en général. Donner une éducation sexuelle, notamment dans les écoles, n’est pas toujours chose aisée. La démarche rencontre souvent des résistances, motivées le plus souvent par des peurs et des préjugés. Nous espérons que les Standards encourageront les pays à introduire des programmes d’éducation sexuelle ou à élargir les programmes existants dans l’optique d’une éducation globale à la sexualité. 6 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe Entre novembre 2008 et décembre 2009, quatre ateliers ont été organisés à Cologne par le BZgA, durant lesquels les experts invités ont conjointement développé les standards. 7 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe L’initiative des Standards pour l’éducation sexuelle (ci-après Standards) a été lancée en 2008 par le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe et développée par le Centre fédéral allemand pour l’éducation à la santé (Bundeszentrale für gesundheitliche Aufklärung BZgA), un centre OMS de santé sexuelle et reproductive. Le travail a été mené en étroite coopération avec un groupe de 19 spécialistes issus de différentes disciplines (médecine, psychologie, sciences sociales, etc.) et de neuf pays d’Europe occidentale. Tous ont une longue expérience théorique ou pratique dans le domaine de l’éducation sexuelle. Des organisations gouvernementales et des ONG, des organisations internationales et des académies étaient représentées dans un processus qui a duré un an et demi, et pendant lequel le groupe s’est réuni à quatre reprises pour des ateliers. Les Standards sont le produit de ce travail. Nous espérons qu’ils serviront aux pays de la région européenne en tant que cadre de référence pour l’instauration d’une éducation sexuelle holistique et pour l’élaboration de programmes appropriés. Ils peuvent également être utilisés comme argumentaire pour un plaidoyer en faveur de l’introduction d’une éducation sexuelle holistique dans chaque pays. Le document est articulé en deux parties: La première donne une vue d’ensemble des idées sous-jacentes, des arguments, des définitions et des principes de l’éducation sexuelle et de ses composantes. Elle décrit le concept d’éducation sexuelle holistique et explique son importance, tout particulièrement pour les adolescentes et adolescents. La deuxième présente une vue d’ensemble sous forme de matrice des thèmes que l’éducation sexuelle devrait couvrir pour les différents groupes d’âge. Elle vise la mise en œuvre de l’éducation sexuelle dans les écoles, même si les Standards ne sont pas à proprement parler un mode d’emploi. Remerciements En tant qu’organe de publication des Standards, le Centre fédéral allemand pour l’éducation à la santé (Bundeszentrale für gesundheitliche Aufklärung BZgA) tient à exprimer sa profonde gratitude au Dr Gunta Lazdane, du Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, qui a initié cet important processus, ainsi qu’aux membres du groupe d’experts: Prof. Dan Apter (Sexual Health Clinic, Väestöliittoo), Doortje Braeken (International Planned Parenthood Federation IPPF), Dr Raisa Cacciatore (Sexual Health Clinic, Väestöliittoo), Dr Marina Costa (SANTÉ SEXUELLE Suisse, Fondation suisse pour la santé sexuelle et reproductive (anc. PLANeS), Dr Peter Decat (International Centre for Reproductive Health, University of Ghent), Ada Dortch (IPPF), Erika Frans (SENSOA), Olaf Kapella (Austrian Institute for Family Studies, University of Vienna), Dr Evert Ketting (consultant en santé sexuelle et reproductive et VIH/SIDA), Prof. Daniel Kunz (Lucerne University of Applied Sciences and Arts), Dr Margareta Larsson (University of Uppsala), Dr Olga Loeber (European Society for Contraception), Anna Martinez (Sex Education Forum, National Children’s Bureau, United Kingdom), Dr Kristien Michielsen (International Centre for Reproductive Health, University of Ghent), Ulla Ollendorff (Norwegian Directorate of Health), Dr Simone Reuter (Contraception and Sexual Health Service, Nottinghamshire Community Health), Sanderijn van der Doef (World Population Foundation), Dr Ineke van der Vlugt (Rutgers Nisso Group) et Ekua Yankah (UNESCO). Qu’ils soient tous vivement remerciés pour leur travail inlassable et leur grand intérêt pour le projet. Ce fut un réel plaisir de collaborer avec des collègues aussi dévoués. Partie 1: Introduction 1. Contexte et but Le présent document formule des standards recommandés pour l’éducation sexuelle. Ces standards concrétisent ce que les enfants et adolescents, filles et garçons, devraient savoir et comprendre en fonction de leur âge, quels défis et situations ils devraient être capables de gérer, et quelles valeurs et attitudes ils devraient s’approprier afin de développer un comportement adéquat, positif et sain en matière de sexualité. De manière générale, le document veut servir à promouvoir la santé sexuelle et à développer ou adapter des programmes d’éducation sexuelle à différents niveaux de développement et de formation. Dans le contexte de la santé publique, il donne des arguments pour convaincre les décideurs et les stratèges de l’importance d’introduire l’éducation sexuelle ou d’élargir les approches existantes. Il est un bon tremplin pour un dialogue sur l’éducation sexuelle entre décideurs et acteurs du domaine. S’il est utilisé pour développer ou améliorer des programmes, il doit être adapté aux besoins et aux réalités spécifiques du pays concerné. Les Standards aident à identifier les étapes menant à une approche holistique de l’éducation sexuelle et font office de fil rouge pour la définition des objectifs d’apprentissage, partie intégrante de tout programme.1 Ce document a été rédigé pour répondre au besoin de standards en matière d’éducation sexuelle qui s’est récemment fait sentir à l’échelle européenne. Plusieurs pays européens se sont adressés au Bureau régional OMS pour l’Europe pour obtenir une aide dans l’élaboration de programmes d’éducation sexuelle. Des standards européens qui se fondent sur l’expérience des pays d’Europe ayant une longue tradition en matière d’éducation sexuelle et qui combinent l’expertise de spécialistes de différents pays offrent un cadre idoine pour le développement de tels programmes. Un “nouveau besoin” d’éducation sexuelle Différents développements se sont produits dans le courant des dernières décennies, qui ont généré un «nouveau besoin» en matière d’éducation sexuelle. Mentionnons la mondialisation et la migration de groupes de population venant de différents horizons culturels et religieux, l’essor fulgurant des nouveaux médias (à commencer par l’Internet et la téléphonie mobile), l’apparition et la propagation du VIH/SIDA, les préoccupations croissantes concernant les abus sexuels perpétrés contre des enfants et des adolescents, ainsi que le changement d’attitude envers 1 Il y a eu de nombreuses activités et initiatives dans le domaine de l’éducation sexuelle. Pour des documents et instruments sur les divers aspects de l’éducation sexuelle, nous renvoyons à la bibliographie, partie C. Pour le développement de programmes, la banque de données de l’UNESCO et les rapports sur l’éducation sexuelle en Europe du BZgA et de l’IPPF constituent un bon point de départ, cf. UNESCO HIV and AIDS Education Clearinghouse; IPPF (2006a, 2007), Lazarus & Liljestrand (2007) et BZgA/WHO Regional Office for Europe (2006). 10 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe la sexualité et l’évolution des comportements sexuels des jeunes. Tous ces développements exigent des stratégies pour permettre aux jeunes de vivre leur sexualité de manière sûre et satisfaisante. Une éducation sexuelle formalisée sous forme de standards augmente les chances d’atteindre une majorité du groupe cible. Des standards européens peuvent également être un instrument utile pour les pays extra-Européens, quel que soit leur niveau de développement. Un grand nombre d’entre eux se tournent vers l’Europe, tout spécialement comme source de connaissances, et plusieurs gouvernements et ONG européens soutiennent activement ces pays dans la mise en place de programmes d’éducation sexuelle. Pour bien comprendre le présent document, il convient d’abord d’expliquer quel rôle les Standards peuvent jouer dans la pratique, compte tenu du développement sexuel aux différents stades de l’enfance et de l’adolescence, ainsi que de la grande diversité des facteurs sociaux, culturels, religieux et autres qui interviennent dans ce processus. 1.1 Education sexuelle formelle et informelle En grandissant, les enfants et les adolescents acquièrent progressivement des connaissances et développent des idées, des valeurs, des attitudes et des compétences en rapport avec le corps, les relations intimes et la sexualité. Pour cela, ils utilisent différentes sources d’apprentissage. Les principales, surtout lors des premiers stades de leur développement, sont informelles et incluent les parents en tant que (res)sources les plus importantes des enfants en bas âge. Les professionnels – médecins, pédagogues, psychologues, etc. – n’interviennent guère dans ce premier processus, car ils ne sont généralement sollicités qu’en cas de problèmes ne pouvant être résolus sans leur aide. Toutefois, avec l’attention croissante que la culture occidentale accorde à la prévention des problèmes, aussi dans les domaines de la sphère privée et de la sexualité, de nombreuses voix s’élèvent pour demander une implication plus active des professionnels. L’importance d’une approche professionnelle positive Comme nous venons de le voir, une grande part de l’apprentissage en matière de sexualité se déroule de manière informelle. Pourtant, les professionnels ont un très grand rôle à jouer. L’éducation sexuelle actuelle ne «forme» guère à la sexualité et le rôle des éducateurs tend à se focaliser sur des problèmes et leur prévention, comme les grossesses non prévues ou les maladies sexuellement transmissibles. Cette approche essentiellement négative et axée sur des problèmes est facilement critiquable. Une éducation sexuelle qui met l’accent sur les problèmes et les risques n’est pas en phase avec la curiosité, les intérêts, les besoins et l’expérience des enfants et des adolescents, et n’aura donc pas les effets visés sur leur comportement. Ce constat conduit à la demande d’une approche plus positive, qui soit non seulement plus efficace, mais aussi plus réaliste. Autrement dit, le développement de l’éducation sexuelle a été à ce jour l’histoire d’une lutte pour concilier les exigences d’une éducation professionnelle et axée sur la prévention avec les exigences d’une éducation pertinente, efficace, acceptable et attrayante pour les jeunes. Les jeunes ont à la fois besoin d’une éducation sexuelle informelle et formelle Il est important de souligner que les jeunes ont à la fois besoin d’une éducation sexuelle informelle et formelle, les deux n’étant pas antagonistes, mais complémentaires. D’un côté, les jeunes ont besoin d’amour, d’espace et d’appui dans leur environnement social quotidien pour développer leur identité sexuelle. De l’autre, ils doivent acquérir des connaissances, des attitudes et des compétences spécifiques, ce qui requiert l’implication de professionnels. Les principaux fournisseurs professionnels d’information et d’éducation sexuelle formelles sont les écoles, les livres, brochures, dépliants et CD-ROM, les sites éducatifs sur l’Internet, les programmes et campagnes radio et TV et, finalement, les prestataires de services (médicaux). Le présent document se concentre sur l’éducation sexuelle scolaire, même si l’école n’est pas le seul médium. 11 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe 1.2 Contexte historique de l’éducation sexuelle scolaire L’émergence de l’«adolescence» dans le sillage de la révolution sexuelle des années 1970 L’introduction de l’éducation sexuelle dans les écoles en Europe occidentale coïncide dans une large mesure avec le développement et la mise sur le marché de moyens de contraception modernes, notamment la pilule, et avec la légalisation de l’avortement dans la plupart des pays dans le courant des années 1970 et 1980. Ces innovations majeures ouvrent des possibilités tout à fait nouvelles de dissocier sexualité et reproduction. Ces changements ont généré une véritable révolution sexuelle autour de 1970 et, combinés à d’autres facteurs, ont stimulé le processus d’émancipation des femmes. Les valeurs et les normes relatives à la sexualité commencent à évoluer et le comportement sexuel à changer, ou du moins à perdre leur caractère de tabou absolu. La sexualité devient un sujet de débat public. L’ensemble des changements évoqués favorise en outre l’émergence d’une phase de vie intermédiaire entre l’enfance et l’âge adulte, appelée l’adolescence, caractérisée par la volonté d’indépendance vis-à-vis des parents, des relations amoureuses et des rapports sexuels (longtemps) avant le mariage, le concubinage et le report du mariage et de la fondation d’une famille. Pour résumer: en ce début de troisième millénaire en Europe, les jeunes ont leur premier rapport sexuel en moyenne à 16-18 ans, ils ont plusieurs partenaires avant le mariage (ou concubinage), vers 25 ans, et leur premier enfant à 28- 30 ans.2 Pendant cette période, avant une relation stable, le double risque d’une grossesse non prévue et d’une IST est aussi bien une préoccupation personnelle qu’un problème de santé publique. L’épidémie VIH/SIDA qui se propage dans les années 1980 représente un risque plus grave encore, qui a nécessité de gros efforts de prévention. D’autres facteurs ont contribué à une attention accrue sur la sexualité et la santé sexuelle des adolescentes et adolescents. La révélation au grand jour de violences et d’abus sexuels, sujet traditionnellement tabou, le plus souvent tu ou occulté, a suscité l’indignation générale et des appels à la prévention de tels actes. Parallèlement, la «sexualisation» des médias et de la publicité est de plus en plus souvent dénoncée comme ayant une influence négative sur la compréhension de la sexualité par les jeunes et demande à être contrebalancée. 2 OCDE (2008). Aussi WHO Regional Office for Europe (2008). L’éducation sexuelle dans les écoles comme réponse de la société aux changements sociaux Les changements fondamentaux esquissés plus haut, avec l’émergence d’un nouveau groupe social entre enfance et âge adulte avec sa culture, ses comportements et ses besoins propres, ont requis un réajustement des réponses de la société. Dans le domaine de la sexualité, cela a signifié la création de nouveaux services de santé et/ou l’adaptation de services existants, ainsi que de nouveaux efforts d’information et d’éducation spécifiques à ce groupe cible. L’appel en faveur d’une éducation sexuelle dans la seconde moitié du 20e siècle en Europe doit être compris en premier lieu dans ce contexte. À la reconnaissance de la nécessité d’offrir une telle éducation s’ajoutent des visions nouvelles, en particulier sur le plan des Droits de l’homme, sur les droits et le rôle de l’adolescence dans la société. Il est important de relever que ce processus a touché tous les pays d’Europe, même si certains ont réagi plus rapidement que d’autres. L’éducation sexuelle, notamment à l’école, est une composante essentielle de ce processus d’adaptation. Les arguments du plaidoyer en faveur de l’éducation sexuelle dans les écoles ont changé au fil des années et varié d’un pays à un autre, allant de la prévention de grossesses non prévues à la prévention du VIH et des IST. La révélation d’affaires scandaleuses d’abus sexuels a conféré une forte légitimité à l’éducation sexuelle aux yeux de la population. Le vœu a été émis que celle-ci soit dispensée également aux enfants plus jeunes, désormais perçus comme des sujets.3 Toutes ces motivations ont progressivement convergé vers une vision plus globale de l’éducation sexuelle. Une vision fondée sur l’idée que les jeunes doivent être soutenus, renforcés et rendus aptes à gérer la sexualité de manière responsable, sûre et satisfaisante, plutôt que sur la gestion de problèmes individuels. Une vision dans laquelle la «sexualité» est comprise dans un sens beaucoup plus large que celui lié aux seules relations sexuelles et qui est aujourd’hui défendue par la grande majorité des experts en sexualité et en santé sexuelle. 3 L’enfant est perçu comme une personne à part entière, ayant des compétences et des besoins spécifiques, notamment pour son expression de la proximité, de la sensualité et de la curiosité (par rapport à son corps). Le potentiel de l’enfant doit être encouragé de manière adéquate. 12 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe En Europe, l’éducation sexuelle dans les écoles a une des relations amoureuses et avoir des rapports sexuels histoire de plus d’un demi-siècle, plus longue que avant le mariage. La préparation à la sexualité n’était partout ailleurs dans le monde. Elle a démarré guère un sujet. En Europe Centrale et de l’Est, officiellement en Suède, lorsque l’éducation sexuelle l’éducation sexuelle, telle qu’elle est aujourd’hui est devenue obligatoire dans toutes les écoles en 1955. comprise et pratiquée dans la plupart des pays, a De facto, il a fallu de longues années pour que la véritablement démarré 20 à 30 ans plus tard qu’en matière soit intégrée dans le programme scolaire, Europe occidentale. Et seuls quelques pays, comme la parce que le développement de lignes directrices, de République tchèque et l’Estonie, ont développé des manuels et d’autres moyens didactiques, ainsi que la concepts modernes d’éducation sexuelle, différents de formation des enseignants, ont pris du temps. la préparation au mariage et à la famille. Dans plusieurs autres Etats, ce développement a récemment ralenti en raison de l’émergence de mouvements fondamentalistes (politiques, culturels et religieux) dans la sphère publique. L’éducation sexuelle a commencé plus tôt en Pas d’échange de normes et de stratégies entre Europe occidentale… pays 1.3 Développement de l’éducation sexuelle dans les écoles en Europe 4 Dans les années 1970 et 1980, de nombreux autres pays européens introduisent l’éducation sexuelle dans les programmes scolaires, à commencer par les autres pays scandinaves, mais aussi ailleurs. En Allemagne, elle est introduite en 1968, en Autriche en 1970. Aux Pays-Bas et en Suisse, elle démarre également dans les années 1970, mais elle n’y est pas devenue immédiatement obligatoire en raison du haut degré d’autonomie des écoles (ou des cantons pour la Suisse).5 Elle s’étend progressivement au reste de l’Europe dans les années 1990, 2000 et 2010, d’abord en France, en Grande-Bretagne et dans d’autres pays d’Europe occidentale, puis dans les pays du Sud (Portugal, Espagne, etc.). Même en Irlande, où l’opposition religieuse est traditionnellement forte, l’éducation sexuelle devient obligatoire à l’école primaire et secondaire en 2003. Seuls quelques rares pays membres de l’UE, surtout dans le Sud de l’Europe, n’ont pas encore inscrit l’éducation sexuelle au programme scolaire. … qu’en Europe centrale et de l’Est En Europe centrale et de l’Est, le développement de l’éducation sexuelle a débuté après la chute du communisme. Avant cela, quelques initiatives avaient été prises par des pays individuels. Mais, rétrospectivement, il apparaît que ces initiatives d’«éducation sexuelle» visaient plutôt la préparation au mariage et à la famille et ne tenaient nullement compte du fait que les jeunes pouvaient s’intéresser à Il est frappant de constater qu’il y a eu très peu d’influence mutuelle entre pays européens dans le développement de stratégies, programmes et standards en matière d’éducation sexuelle. Les barrières linguistiques ne sont sans doute pas étrangères à ce manque de concertation et les documents ont rarement été traduits et publiés dans des revues internationales. Idem pour la recherche. Au lieu de venir alimenter la somme des savoirs scientifiques sur le plan mondial, la recherche sur les besoins éducatifs des jeunes ou sur la qualité et l’efficacité de programmes correspondants a généralement été menée à une échelle nationale et publiée dans la langue du pays. Il n’est donc pas étonnant que dans la revue la plus récente des études d’évaluation de l’impact de l’éducation sexuelle figurant dans le rapport «Principes directeurs de l’éducation sexuelle»6 de l’UNESCO, seules 11 études réalisées dans d’«autres pays développés» ont été incluses à côté de 47 études menées aux Etats- Unis. La majorité de ces 11 études européennes proviennent d’Angleterre, et seule une poignée vient de l’ensemble des autres pays européens. On pourrait déduire de ce constat – bien à tort – un manque d’intérêt pour les travaux sur l’éducation sexuelle en Europe.7 Au contraire, l’Europe a beaucoup d’expérience dans le domaine et dispose à n’en pas douter de nombreuses données factuelles et d’études nationales dont les résultats mériteraient d’être largement publiés et diffusés. 4 Les informations sur l’éducation sexuelle en milieu scolaire sont essentiellement tirées des rapports du projet SAFE Cf.IPPF (2006a, 2007), Lazarus & Liljestrand (2007). 5 Aux Pays-Bas, elle n’a jamais vraiment été obligatoire et en Suisse, elle l’est devenue deux décennies plus tard, après le début de l’épidémie du SIDA. 6 7 Voir UNESCO (2009a). Voir aussi chap. 1.5, «L’Europe dans une perspective globale». 13 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe 1.4 Diversité des modèles d’éducation sexuelle en Europe L’emploi des standards présentés dans ce document dépend dans une large mesure de la manière dont l’éducation sexuelle est organisée et dispenséee. Or les différences sont très grandes d’un pays européen à un autre. Il est donc indispensable d’informer sur ces différences et sur leur contexte pour bien comprendre, appliquer et évaluer les standards. La conception large de l’éducation sexuelle – commencer tôt L’âge à partir duquel une éducation sexuelle est dispensée en Europe est très variable. D’après le rapport SAFE8, il va de 5 ans au Portugal à 14 ans en Espagne, en Italie et à Chypre. Cependant, en y regardant de plus près, on s’aperçoit que ces différences ne sont pas aussi marquées qu’il y paraît. En effet, il faut d’abord clarifier la notion même d’éducation sexuelle. Dans le présent document, nous utilisons une définition large, qui inclut non seulement les aspects physiques, émotionnels et interactifs de la sexualité et des rapports sexuels, mais également d’autres aspects comme l’amitié, le sentiment de sécurité, l’attirance, etc. Si l’éducation sexuelle commence à l’école primaire dans plusieurs pays, c’est qu’elle se fonde sur cette définition plus large, alors que si elle débute au degré secondaire, c’est qu’elle repose sur une définition plus étroite, axée sur la sexualité et les relations sexuelles à proprement parler. Cela explique aussi pourquoi certains pays emploient plutôt des termes comme «éducation sexuelle et relationnelle» ou autres similaires plutôt qu’«éducation sexuelle». Nous avons à dessein opté pour une approche holistique de l’éducation sexuelle, qui commence à la naissance. Dès la naissance, les bébés apprennent la valeur et le plaisir des contacts physiques, de l’affection et de l’intimité. Bambins, ils apprennent à distinguer ce qui est «propre» de ce qui est «sale». Plus tard encore, ils apprennent à faire la différence entre féminin et masculin, familier et inconnu. En clair: dès leur départ dans la vie, les enfants reçoivent des messages, en particulier de leurs parents, qui ont trait au corps et à l’intimité, et qui ont donc caractère d’éducation sexuelle. L’éducation sexuelle doit être adaptée à l’âge L’adéquation à l’âge est primordiale. Il serait en fait plus correct de parler d’adéquation au développement, car les enfants ne se développent pas tous au même rythme. Nous utilisons cependant ici la notion «d’adéquation à l’âge» pour signifier les deux. Cette notion fait référence au développement progressif des intérêts, de ce qui est pertinent et des différents niveaux de détail requis aux différents âges et stades de développement. Si un enfant de 4 ans demande d’où viennent les enfants, la réponse «du ventre de maman» est une réponse suffisante et adéquate. Une autre réponse sera donnée au même enfant qui, quelques années plus tard, demandera comment l’enfant arrive dans le ventre de maman. La réponse «tu es trop jeune pour comprendre» n’est pas adéquate. L’adéquation par rapport à l’âge explique pourquoi certains thèmes doivent être repris à des âges différents et de manière progressivement plus détaillée. L’éducation sexuelle est une matière multidisciplinaire Le contexte programmatique dans lequel l’éducation sexuelle est donnée et la formation des éducateurs/enseignants diffèrent d’un pays européen à un autre. Si l’éducation sexuelle est parfois dispensée comme branche à part entière, elle est plus souvent intégrée dans d’autres branches. La biologie semble la branche la plus évidente, mais d’après le pays, le type d’école ou d’autres critères encore, l’éducation sexuelle peut aussi être dispensée dans le cadre des cours de civisme, d’orientation sociale ou de compétences sociales, de promotion de la santé, de philosophie, de religion, de langue ou de sports. La branche dans laquelle elle s’inscrit et la formation des éducateurs/enseignants ont beaucoup d’influence sur les contenus et les méthodes. L’accent tend à être mis sur des aspects physiques si l’éducation sexuelle est donnée dans le cadre de la biologie ou de la promotion de la santé, et sur les aspects sociaux, relationnels et moraux si elle est dispensée dans des branches de sciences humaines. Pour garantir une éducation sexuelle holistique, il est bon de déléguer l’enseignement des différents aspects à différents éducateurs/enseignants pour en faire ce qu’elle est réellement: une matière multidisciplinaire.9 Dans ce cas, expériences à 9 8 Voir IPPF (2006a). En France, p. ex., l’éducation sexuelle est donnée par plusieurs enseignants. 14 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe l’appui, il est important qu’un éducateur/enseignant s’occupe de coordonner les contenus et les méthodes. Une autre approche couramment utilisée est le recours à des spécialistes externes (médecins, infirmières, sages-femmes, éducateurs sociaux, psychologues, etc.) spécialement formés à l’éducation sexuelle. Des ONG en santé sexuelle ou des services spécialisés pour la jeunesse remplissent souvent cette tâche. Dans quelques pays, comme la Suède ou l’Estonie, les enfants reçoivent une partie de l’éducation sexuelle dans des centres de santé jeunesse, ce qui permet d’abaisser le seuil d’accès à de tels centres et d’encourager les enfants et les jeunes à les fréquenter par la suite. L’éducation sexuelle (et relationnelle) devrait être obligatoire. En effet, l’expérience a montré que dès que la matière n’est plus obligatoire, l’attention qu’on lui porte tend à baisser. Cependant, qui dit obligatoire ne dit pas forcément qualitativement bon ni complet. Encore faut-il que l’éducation sexuelle soit un processus participatif avec des éducateurs/enseignants motivés, formés et soutenus. En Europe, la tendance générale depuis quelques décennies est à l’éducation sexuelle obligatoire, sans clauses d’exception qui permettraient aux parents de retirer leurs enfants de la classe s’ils ont des objections sérieuses par rapport au programme. Dans la pratique on constate que les parents (y compris ceux de groupes de population minoritaires) sont en général favorables à l’éducation sexuelle dans les écoles, parce qu’ils se sentent parfois dépassés par la tâche ou que le sujet les embarrasse. L’éducation sexuelle n’est pratiquement jamais une branche d’examen, même si certains de ces éléments devraient ou pourraient l’être dès lors qu’ils sont traités dans le cadre de branches obligatoires comme la biologie. Pour être suffisamment valorisée, l’éducation sexuelle devrait devenir une branche d’examen. Il est recommandé d’impliquer les parents d’une manière ou d’une autre dans l’élaboration des programmes d’éducation sexuelle, non seulement pour obtenir d’eux l’appui nécessaire, mais aussi pour garantir une combinaison optimale entre le rôle informel des parents et le rôle formel de l’école. Dans un pays européen au moins (l’Autriche), la coopération avec les parents est même officiellement requise. Cela dit, les écoles ne sont pas les seules institutions/organisations à jouer un rôle important. De nombreuses autres ayant des contacts étroits avec des enfants et adolescents peuvent fournir des contributions utiles. Notons finalement les différences au plan des instances en charge du développement et de la mise en œuvre des programmes éducatifs, y compris de l’éducation sexuelle. En fonction de leur degré de centralisation, les pratiques en matière d’éducation sexuelle sont très différentes d’un pays à un autre. En Suède, p. ex., où l’éducation et la formation sont traditionnellement centralisées, les programmes sont décidés par l’Etat, alors que dans des pays culturellement proches, comme le Danemark ou les Pays-Bas, ils le sont par les autorités locales, voire scolaires. 1.5 L’Europe dans une perspective globale La revue internationale des études d’évaluation sur l’impact de l’éducation sexuelle réalisée par l’UNESCO inclut un inventaire des programmes éducatifs qui démontre que ceux-ci sont actuellement mis en œuvre dans de nombreux pays développés et en développement.10 Plusieurs programmes utilisés dans les pays en développement sont inspirés de ceux des pays développés, particulièrement de ceux des Etats- Unis et de l’Europe occidentale, et ont été élaborés avec leur assistance. Trois catégories de programmes D’un point de vue historique, les programmes d’éducation sexuelle peuvent être rangés dans trois catégories: 1. les programmes qui se concentrent essentiellement ou exclusivement sur l’abstinence sexuelle avant le mariage. Ils sont connus sous l’appellation «comment dire non» ou «abstinence seulement». (catégorie 1). 2. les programmes qui incluent l’abstinence en tant qu’option, mais qui abordent également les moyens de contraception et les pratiques du « safer sex ». Ils se réfèrent souvent à la notion d’ « éducation sexuelle intégrée» (catégorie 2). 10 Cf. UNESCO et al. (2009a), p.13 ff. 15 3. OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe les programmes qui incluent les éléments de la catégorie 2 et les placent dans le contexte plus large du développement personnel et sexuel. Ce sont ces programmes que nous nommons dans ce document « programmes d’éducation sexuelle holistique » (catégorie 3). Les programmes de la première catégorie ont été fortement promus et soutenus par l’administration républicaine américaine pendant la dernière décennie et ont, dans une certaine mesure, influencé le développement de l’éducation sexuelle ailleurs, plus particulièrement dans les pays en développement et en Europe de l’Est. Ceux de la seconde catégorie ont été conçus en réaction à l’approche «abstinence». Il ressort d’une vaste étude comparative sur les résultats de programmes des catégories 1 et 2 aux Etats-Unis que les programmes axés sur l’abstinence n’ont pas d’effets positifs sur le comportement sexuel et les grossesses des adolescentes, contrairement aux programmes plus globaux.11 Les limites entre les programmes des catégories 2 et 3 sont fluctuantes et dépendent avant tout de la définition utilisée. Aux Etats-Unis, on trouve malheureusement pour l’essentiel des programmes des catégories 1 et 2, alors que ceux de la catégorie 3 dominent en Europe occidentale. La littérature internationale sur l’éducation sexuelle est presque exclusivement en anglais, mais la plupart des documents sur l’éducation sexuelle en Europe – lignes directrices, moyens didactiques, rapports d’évaluation, etc. – sont rédigés dans des langues nationales européennes. Le fait que ces documents soient généralement inaccessibles à un lectorat international peut donner à tort l’impression que la grande majorité des écrits sur l’éducation sexuelle provient de l’espace anglo-saxon. Il est important de relever ici que les programmes de la catégorie 3 se fondent sur une autre philosophie que ceux des catégories 1 et 2. Ces derniers visent davantage des «résultats tangibles», notamment en matière de comportement. Pour évaluer leur impact, on pose des questions du genre «Le programme a-t-il permis de retarder l’âge du premier rapport sexuel? De réduire le nombre de partenaires sexuels? De diminuer la fréquence des rapports sexuels?». En Europe, l’éducation sexuelle est axée en premier lieu sur le développement personnel, alors qu’aux Etats-Unis, elle est axée sur la solution de problèmes et sur la prévention. Cette différence fondamentale s’explique pour toutes sortes de raisons historiques, sociales et culturelles qui ne peuvent pas être discutées ici, mais qu’il est important de noter. En Europe occidentale, la sexualité qui naît et se développe à l’adolescence n’est pas perçue en premier lieu comme un problème et une menace, mais comme une source d’enrichissement personnel. 1.6 Initiatives internationales concernant l’éducation sexuelle Les Standards européens pour l’éducation sexuelle complètent d’autres initiatives prises en Europe et dans le monde pour promouvoir une éducation sexuelle de qualité. En 2001, le WHO European Regional Strategy on Sexual and Reproductive Health sortait de presse.12 Cette stratégie sur dix ans appelait les Etats membres européens à informer et éduquer les adolescentes et adolescents sur tous les aspects de la sexualité et de la reproduction, et à les aider à développer les compétences utiles pour les gérer de manière satisfaisante et responsable. Elle les incitait en outre à revoir leurs législations, stratégies et politiques pour garantir un accès équitable à l’éducation en matière de santé sexuelle et reproductive. En novembre 2006, à Cologne, le BZgA et le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe ont organisé une conférence européenne sur l’éducation sexuelle des jeunes dans une Europe multiculturelle (Youth Sex Education in a Multicultural Europe). Lors de cette conférence, plus de 100 experts de 26 pays ont présenté et débattu des stratégies et initiatives nationales en matière d’éducation sexuelle en Europe. La manifestation a également stimulé les échanges et la collaboration entre les pays de la région européenne. En vue de la conférence, des Country Papers on Youth Sex Education in Europe13 avaient été rédigés, comme première tentative de collecter et d’intégrer les expériences en matière d’éducation sexuelle dans 16 pays européens. Les présents Standards constituent l’étape suivante dans le 12 11 Cf. Kohler et al. (2008). 13 Cf. Bureau régional de l’OMS pour l’Europe (1999/2001). BZgA/ Bureau régional de l’OMS pour l’Europe (2006). 16 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe développement de l’éducation sexuelle en Europe. Pratiquement en même temps que la conférence de Cologne, le projet SAFE (Sexual Awareness for Europe) publiait ses premiers résultats. SAFE a été lancé en 2005 à l’initiative de l’IPPF European Network et de ses 26 associations membres, en collaboration avec l’Université de Lund en Suède, le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, et avec le soutien financier de la Direction générale de la Commission européenne pour la santé et la protection des consommateurs. Ce partenariat s’emploie à promouvoir la santé et les droits sexuels et reproductifs des jeunes en Europe. Projet innovant et de grande envergure, SAFE a produit trois rapports importants14 dont un, intitulé « Reference Guide to Policies and Practices in Sexuality Education in Europe » a largement soutenu la rédaction de la partie introductive du présent document. Il y est recommandé entre autres d’inscrire l’éducation sexuelle comme sujet obligatoire à l’école primaire et secondaire, avec des standards minimaux et des objectifs d’apprentissage.15 Bien que rédigés indépendamment du projet SAFE, les Standards pour l’éducation sexuelle complètent les résultats de cette initiative. En 2009, l’UNESCO (avec d’autres organisations onusiennes) publiait les « Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle » en deux volumes.16 Des échanges d’informations, d’expériences et d’opinions ont eu lieu avec les auteurs de ce document, mais seulement lors de la deuxième phase de développement des Standards. Les deux documents se recoupent en partie, mais celui de l’UNESCO présente des recommandations globales alors que les présents Standards concernent spécifiquement la région européenne. En 2009 toujours, le « Population Council » publiait un manuel sur l’éducation sexuelle intitulé It is All One Curriculum. Guidelines and Activities for a Unified Approach to Sexuality, Gender, HIV, and Human Rights Education, rédigé par un groupe de travail auquel plusieurs ONG, et notamment l’IPPF, ont participé.17 Ce passage en revue de publications montre que la 14 15 16 17 Cf. IPPF (2006a, 2007, Lazarus & Liljestrand 2007). IPPF (2007), p. 18. UNESCO (2009a, 2009b). Cf. Population Council (2009). dernière décennie a produit de nombreux ouvrages et initiatives sur l’éducation sexuelle. La présente publication cherche à combler certaines lacunes spécifiques à l’Europe en s’appuyant sur des documents et projets antérieurs et actuels. 17 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe 2. Sexualité, santé sexuelle et éducation sexuelle – définitions et concepts Les termes «sexe», «sexualité», «santé sexuelle», «droits sexuels» et autres termes connexes sont jusqu’à un certain point interprétés différemment d’un pays à un autre ou d’une culture à une autre.18 Traduits dans d’autres langues, ils peuvent être une source de malentendus. D’où l’importance de clarifier leur définition et leur emploi. En janvier 2002, l’Organisation mondiale de la santé a convoqué une réunion technique dans le cadre d’une initiative plus globale, avec pour mandat de définir les termes susmentionnés pour pallier l’absence de définitions acceptées au plan international.19 Il en est résulté des définitions pour les termes «sexe», «sexualité», «santé sexuelle» et «droits sexuels». 6 Même si ces définitions n’ont pas encore été officialisées, elles sont disponibles sur le site Internet de l’OMS et sont de plus en plus utilisées. Nous nous y référons dans le présent document. exprimés ou expérimentés. La sexualité est influencée par l’interaction de facteurs biologiques, psychologiques, sociaux, économiques, politiques, culturels, éthiques, juridiques, historiques, religieux et spirituels.»21 Cette définition est très utile pour diverses raisons. Elle souligne que la sexualité est un aspect central de l’être humain, qu’elle n’est pas limitée à certains groupes d’âge, qu’elle est étroitement liée aux genres, qu’elle inclut les différentes orientations sexuelles et qu’elle va bien au-delà de la reproduction. Il en ressort tout aussi clairement que la sexualité ne couvre pas seulement des éléments comportementaux et qu’elle peut varier fortement en fonction d’un grand nombre d’influences. Implicitement, la définition indique que l’éducation sexuelle doit être interprétée beaucoup plus largement que l’éducation en matière de comportement sexuel avec laquelle elle est parfois malheureusement confondue. Sexe: le sexe renvoie aux caractéristiques biologiques Santé sexuelle, d’après la première définition de qui définissent l’être humain en tant que femme ou l’OMS, arrêtée lors de la rencontre technique de homme, même si le terme est aussi couramment utilisé 197222: pour parler de l’activité sexuelle. Sexualité: comprise au sens large, la sexualité est «La santé sexuelle est l’intégration des aspects (selon la définition informelle de l’OMS) «une part somatiques, émotionnels, intellectuels et sociaux de naturelle du développement humain pendant toutes les l’être humain sexué, de façon à parvenir à un étapes de la vie et inclut des composantes physiques, enrichissement et un épanouissement de la psychologiques et sociales […].»20 personnalité, de la communication et de l’amour. » Mentionnons la définition plus globale suggérée par Même si elle est quelque peu surannée, cette définition l’OMS: continue d’être employée. Pendant la rencontre «La sexualité est un aspect central de l’être humain technique de l’OMS de 2002, il a été convenu d’une tout au long de la vie et comprend le sexe, les nouvelle définition de la santé sexuelle: identités et les rôles socialement associés aux genres, l’orientation sexuelle, l’érotisme, le plaisir, l’intimité et la reproduction. La sexualité est vécue et exprimée sous forme de pensées, de fantasmes, de désirs, de croyances, d’attitudes, de valeurs, de comportements, de pratiques, de rôles et de relations. Si la sexualité peut inclure tous ces aspects, tous ne sont pas toujours 18 19 20 Voir aussi chap. 1. OMS (2006). Bureau régional de l’OMS pour l’Europe (1999/2001), p. 13. «La santé sexuelle est un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social relié à la sexualité. Elle ne saurait être réduite à l’absence de maladies, de dysfonctions ou d’infirmités. La santé sexuelle exige une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, ainsi que la possibilité d’avoir des expériences plaisantes, en toute sécurité, sans 21 22 OMS (2006), p. 10. OMS (1975). 18 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe coercition, discrimination et violence. Pour réaliser la santé sexuelle et la maintenir, il faut protéger les droits sexuels de chacun.»23 Cette définition souligne la nécessité d’une approche positive, l’aspect important du plaisir, ainsi que le fait que la santé sexuelle comprend non seulement des aspects physiques, mais aussi des aspects émotionnels, mentaux et sociaux. Elle évoque des éléments potentiellement négatifs et mentionne pour la première fois l’existence de «droits sexuels», deux éléments absents de la définition de 1992. En outre, l’accent n’est pas mis sur les aspects potentiellement négatifs, comme c’est souvent le cas dans la littérature sur le VIH et le SIDA. En résumé, une définition équilibrée. La santé sexuelle est l’un des cinq éléments clés de la stratégie globale de l’OMS en matière de santé reproductive, approuvée par l’assemblée de l’OMS en 2004.24 Relevons que l’OMS a défini et traité la santé de manière très large et positive dès le début des années 1950. Elle en parle comme d’un potentiel humain – et pas seulement comme de l’absence de maladies – qui inclut non seulement des aspects physiques, mais aussi des aspects émotionnels, cognitifs, sociaux et autres. Pour cette raison, il s’avère que les définitions de l’OMS sont un point de départ utile pour parler d’éducation sexuelle. Le terme «santé sexuelle» employé dans le présent document englobe aussi toujours la notion de «bien-être sexuel». Ajoutons encore que la santé sexuelle dépend non seulement de facteurs personnels, mais aussi de facteurs socioculturels. Droits sexuels: ces droits incluent en particulier le droit à l’information et à l’éducation. Comme nous l’avons vu, une définition des droits sexuels a été formulée lors de la réunion technique de l’OMS de 2002: • • • • • • • • • médicaux spécialisés en matière de santé sexuelle et reproductive; de demander, d’obtenir et de transmettre des informations ayant trait à la sexualité; à une éducation sexuelle; au respect de son intégrité physique; au choix de son partenaire; de décider d’avoir une vie sexuelle active ou non; à des relations sexuelles consensuelles; à un mariage consensuel; de décider d’avoir ou de ne pas avoir d’enfants, au moment de son choix; d’avoir une vie sexuelle satisfaisante, agréable et sans risque. L’exercice responsable des droits humains exige de chacun qu’il respecte les droits des autres.»25 Même s’il ne s’agit pas d’une définition officielle, nous l’utilisons comme référence dans ce document, parce que ses éléments sont largement acceptés en Europe et qu’elle inclut explicitement le droit à l’information et à l’éducation. Relevons que certains des droits susmentionnés sont clairement des droits d’adultes et ne s’appliquent pas aux enfants et adolescents. Il est évident, p. ex., que le droit à un mariage consensuel ou le droit de décider d’avoir ou de ne pas avoir des enfants ne les concerne pas. Le droit de l’enfant à l’information a été reconnu par la Convention onusienne des droits de l’enfant, rédigée en 1989 et ratifiée par la grande majorité des Etats. En vertu de l’Article 13 de cette convention, l’enfant a le droit de s’exprimer librement, de chercher, recevoir et communiquer des informations et idées de toutes sortes. En vertu de l’article 19, les Etats ont l’obligation de fournir aux enfants les mesures éducatives pour les protéger, notamment contre les abus sexuels.26 «Les droits sexuels s’inscrivent dans les droits humains déjà reconnus par les législations nationales, les instruments internationaux relatifs aux droits humains et autres textes bénéficiant d’un large consensus. Ils incluent le droit pour chacun-e, sans aucune contrainte, discrimination ou violence: • de jouir du meilleur état de santé sexuelle possible, grâce notamment à l’accès à des services 23 24 OMS (2006), p. 10 OMS (2004), p. 21 25 26 OMS (2006), p. 10. United Nations (1989). 19 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe Digression sur la notion de « Citoyenneté sexuelle » _____________________________________________________________________________________________ Dans ce contexte, il est utile d’aborder le concept de «citoyenneté sexuelle», qui se rapporte aux droits sexuels dans la perspective des sciences sociales. Les chercheurs en sciences sociales et en sexologie plaident actuellement pour l’instauration d’une morale de négociation comme fondement de la morale sexuelle dans la société d’aujourd’hui. Au cœur de cette morale, il y a l’idée que les questions relatives à la sexualité doivent être négociées par consentement mutuel entre des partenaires matures et égaux en statut, droits et pouvoir. Un pré-requis important consiste en ce que les différents partenaires aient une compréhension commune de la notion de «consentement», et prennent conscience des conséquences de leurs actes, particulièrement en ce qui concerne leurs comportements relationnels et sexuels. Partant de l’idée que cette condition préalable est remplie, nous pouvons utiliser la notion de «citoyenneté sexuelle». Il s’agit d’un concept sociologique qui décrit la mise en œuvre des droits civils dans la société civile, et qui se fonde sur le principe de la morale de négociation. Outre la sexualité, il couvre les préférences et les orientations sexuelles, les diverses formes de masculinité et de féminité, les différentes formes de relations et les différentes manières dont vivent les enfants et les parents. C’est dire que cette notion recouvre largement celle de la sexualité telle qu’elle est proposée dans le présent document. La citoyenneté sexuelle est centrée sur l’égalité du statut social et économique des individus qui gardent l’autonomie sur leur propre vie tout en respectant les limites des autres.27 Les exigences que la citoyenneté sexuelle pose à l’individu se reflètent au niveau sociétal dans les droits fondamentaux et les droits sexuels. Se prévaloir de ces droits implique le respect et la réalisation permanente du droit à l’égalité entre les sexes et à l’autonomie sexuelle de l’individu, sans contrainte ni exploitation. Cette revendication protège l’individu contre les intrusions de la famille et/ou de la société. Reconnaître les droits sexuels et les prendre en compte est essentiel si nous voulons revendiquer, promouvoir et protéger ces droits également pour d’autres.28 La tâche des politiques étatiques en matière de droits sexuels consiste donc à mettre en lumière l’importance d’enseigner et de promouvoir, dans la famille, à l’école et dans les établissements de formation, des compétences et aptitudes spécifiques pour apprendre et pratiquer l’esprit critique. Une telle approche permettra aux enfants et aux jeunes – les adultes de demain – de relever les défis de l’autonomie et du consentement dans les négociations avec des partenaires. Ils doivent également être capables d’exprimer leurs sentiments, leurs pensées et leurs actions, et de développer une réflexion à leur sujet. Une éducation sexuelle holistique et adaptée à l’âge est particulièrement pertinente pour permettre la réflexion et l’enseignement de contenus significatifs permettant d’acquérir les compétences nécessaires. L’IPPF, l’organisation internationale leader dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, a récemment publié une Déclaration des droits sexuels.29 Cette déclaration se base sur les Droits humains largement reconnus au niveau international et possède une structure similaire à la Charte de l’IPPF en matière de droits sexuels et reproductifs parue en 1994, elle aussi largement acceptée.30 Cette déclaration inclut également le droit à l’éducation et à l’information.31 27 28 29 30 31 Plummer (2001), Schmidt (2004), Weeks (1998). OMS (2006) et IPPF (2008), pp. 10-11. IPPF (2008). IPPF (1996). IPPF (2008). 20 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe L’Association mondiale pour la santé sexuelle a de Autres définitions de l’éducation sexuelle son côté elle aussi publié une déclaration sur la santé de l’UNESCO et de l’IPPF sexuelle en 2008, qui reconnaît les droits sexuels comme une condition essentielle pour réaliser la santé sexuelle pour tous.32 Partant d’une évaluation des définitions et des vise à doter les jeunes des connaissances, documents susmentionnés, et guidés par l’approche compétences, attitudes et valeurs dont ils ont besoin holistique et positive qui sous-tend les Standards, nous pour déterminer leur sexualité et s’y épanouir – définissons l’éducation sexuelle comme suit: physiquement et affectivement, individuellement et dans le cadre des relations avec les autres. Elle perçoit la «sexualité» de façon holistique et dans le contexte du développement affectif et social. Elle reconnaît que l’information à elle seule ne suffit pas. Les jeunes ont besoin d’avoir l’occasion d’acquérir des compétences essentielles et de développer des attitudes et valeurs positives.»33 L’éducation sexuelle signifie l’apprentissage des aspects cognitifs, émotionnels, sociaux, interactifs et physiques de la sexualité. L’éducation sexuelle commence dès la petite enfance, et se poursuit à l’adolescence et à l’âge adulte. Pour les enfants et les jeunes, son objectif premier est d’accompagner et de protéger le développement sexuel. L’éducation sexuelle donne aux enfants et aux jeunes, en fonction de leur âge et de leur niveau de développement, les informations, les compétences et les attitudes qui leur permettent de comprendre leur sexualité et d’en jouir, d’avoir des relations sûres et satisfaisantes, et d’assumer la responsabilité de leur propre santé et bien-être sexuels, tout comme de la santé et du bien-être sexuels des autres. L’éducation sexuelle permet aux enfants et aux jeunes de faire des choix qui améliorent leur qualité de vie et contribuent à une société bienveillante et équitable. Tous les enfants et jeunes ont le droit d’accéder à une éducation sexuelle adaptée à leur âge et à leur niveau de développement. _______________________________________ «L’éducation sexuelle intégrée fondée sur les droits Les « Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle», récemment développés par l’UNESCO en collaboration avec d’autres organisations des Nations Unies définissent l’éducation sexuelle comme suit: «Par éducation sexuelle, on entend une manière d’aborder l’enseignement de la sexualité et des relations interpersonnelles qui soit adaptée à l’âge, culturellement pertinente et fondée sur une information scientifiquement précise, réaliste et s’abstenant de jugements de valeur. L’éducation sexuelle offre la possibilité d’explorer ses propres valeurs et attitudes, et de développer des compétences en matière de prise de décisions, de communication et de réduction des risques, concernant de nombreux aspects de la sexualité.»34 Dans cette définition de l’éducation sexuelle, la sexualité est en tout premier lieu présentée comme un potentiel positif, et une source de satisfaction et de plaisir. Dans cette approche globale et positive, le besoin clairement reconnu d’acquérir des connaissances et des compétences pour prévenir une mauvaise santé sexuelle arrive dans un deuxième temps. L’éducation sexuelle doit être fondée sur les droits humains universellement acceptés, en particulier le droit à l’information, indispensable comme socle de toute prévention. 33 32 World Association for Sexual Health (2008). 34 IPPF (2006b), p. 6. UNESCO (2009b), p. 2. 21 OMS Europe et BZgA Standards pour l’éducation sexuelle en Europe 3. Arguments pour l’éducation sexuelle 3.1 Principales considérations pour l’éducation sexuelle La sexualité est une composante centrale de l’être humain Tous les individus sont nés sexués et doivent développer leur potentiel sexuel d’une manière ou d’une autre. L’éducation sexuelle aide à préparer les jeunes à la vie en général, notamment à construire et entretenir des relations satisfaisantes. Elle contribue au développement positif de la personnalité et de l’autodétermination. Le droit à l’information La Convention onusienne sur les droits de l’enfant35 retient explicitement le droit à l’information et l’obligation des Etats de fournir aux enfants une éducation appropriée. Les droits sexuels en tant que droits humains relatifs à la sexualité forment un autre cadre de référence qui englobe le droit de tous à l’éducation sexuelle. A l’article 8 de la Déclaration de l’IPPF, on lit: «Toute personne, sans discrimination aucune, a droit à l’éducation et à l’information nécessaires et utiles pour l’exercice de sa citoyenneté dans les sphères privées, publiques et politiques.»36 Les droits humains constituent le principe conducteur de la «Stratégie de l’OMS en matière de santé reproductive pour accélérer le progrès en vue d’atteindre les objectifs et les buts du développement international»37, dont la santé sexuelle est un des cinq aspects centraux. L’Association mondiale pour la santé sexuelle comprend également les droits sexuels comme une composante intégrante des droits humains fondamentaux, et donc comme des droits inaliénables et universels.38 Dans sa publication récente Santé Sexuelle pour le Millénaire,39 l’association avance l’idée que la santé sexuelle doit être promue en tant que stratégie essentielle pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Dans ce contexte, huit objectifs ont été définis, dont le quatrième concerne l’accès universel à une éducation et une information sexuelles intégrées. La santé sexuelle ne pourra être atteinte que si tous, y compris les jeunes, ont accès à une éducation sexuelle, une information et des services en matière de santé sexuelle partout dans le monde et tout au long de la vie.40 La peur que l’éducation sexuelle conduise à une activi
  4. Voila mes pistes de reflexion a moi DIABLO, vous devriez les consulter plutot que de perdre votre temps a lire LIBE qui pretend qu’il n’y a pas de projet d’enseignement de la theorie du genre a l’ecole:

    http://www.theoriedugenre.fr/?Rumeurs-sur-la-theorie-du-genre-a

    La source des infos qui vous est si chere, l’OMS, regardez leur rapport :

    Cliquer pour accéder à Standards-OMS_fr.pdf

    voir tableau page 38 : il faut informer l’enfant de 0 a 4 ans sur  » le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce » .

    Et que dire des « infos » donnees par le tres officel site ligneazur.org dont les recteurs ont ete sommes par courrier de leur ministre Peillon de faire la promotion aupres des collegiens?
    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Ligne-Azur-quelle-approche-de-la-sexualite-M-Peillon-propose-t-il-a-nos-enfants-21975.html

    il y a plein d’autres infos tres serieuses sur le net si vous voulez vous donner la peine de les chercher. Le plus manipulé n’est pas celui que vous croyez. Attention a ne pas voir du conspirationisme partout comme l’inefable Rudy Reichstadt et son « conspiracy watch ».C’est une sorte de vice de plus en visible en France qui veut qu’a chaque fois que la verite se fait sur un sujet, on brandisse le drapeau du conspirationisme et/ou de « l’extreme-droite negationiste »..ce qui a ete fait avec les JRE d’ailleurs: http://www.20minutes.fr/ledirect/1284078/20140129-rumeurs-genre-peillon-veut-faire-convoquer-parents-suivent-boycott

    1. J’avais lu en diagonale une partie du document de l’OMS. Je n’ai rien vu d’alarmant. Tout dépend de ce qu’on veut mettre derrière des mots comme « sexualité infantile ».
      Il me semble vain de nier une évidence: en tant qu’animal sexué le petit d’homme explore son environnement et donc aussi ces parties là de son anatomie.
      Pour ma part je pense que l’OMS avait mieux à faire que de s’intéresser à ce qui devrait selon moi rester d’abord du ressort parental. Mais ce n’est pas du tout cet aspect là qui est soulevé par ces « rumeurs ». Le débat me semble donc avoir été déplacé à dessein.

      Comme je l’avais dit je ne suis pas concerné et ce type de sujets m’intéresse finalement assez peu.
      Je maintiens par contre ce que j’ai dit sur la nécessité de s’informer par soi-même.

  5. Le Parisien a fait état hier d’un texte cosigné par 11 universitaires alsaciens. Il suffit de lire le texte pour lire, entre les lignes, que malgré leurs dénégations, l’école fait du prosélytisme pour l’homosexualité à de très jeunes enfants du primaire.
    De qui se moque-t-on?

    1. « Du prosélytisme pour l’homosexualité », carrément. Faut arrêter de se branler le cerveau des fois. Faut pas voire le mal partout ! On dirait que vous n’avez jamais été gosse ! Tout les gosses se cherchent, et c’est bien ça qui fait flipper les paranos de la « théorie du genre », que si vous avez un gamin il puisse se laisser aller vers là ou ça le fait kiffer.
      Flippant de ne pas avoir de prise sur vos gosses ? Mais un gosse c’est pas la chose à ses parents, c’est un futur adulte qui se construit.
      Au fond vous crachez sur la théorie du genre, mais votre théorie est bien plus malsaine, vous préférez nier le ressenti des enfants et les cloisonner dans votre idée de la sexualité. Combien d’homos refoulés qui s’excitent sur cette question, qui ont une angoisse profonde de se dire qu’en fait ils sont gays. Leur solution c’est de tout nier en bloc et de ne pas permettre à leur gosse de choisir soi même.
      Choisir ! L’homosexualité, c’est un choix, pas quelque chose qu’on impose.Imposer une orientation sexuelle, c’est balèze, y a que les religions qui y arrivent en forçant tout le monde à être hétéro.
      Savez vous que chez l’homme comme chez tout les autres animaux il y a environ 12% d’homos ?
      C’est pas contre nature, c’est la nature justement.
      Alors cessez votre « prosélytisme hétéro », car quand on est gay on l’a forcément choisi, pas sûr que ce soi le cas de tout les hétéros…
      Faites ch..r avec vos religions qui vous brident de tout les côtés et vous rendent aigris vis à vis de vos concitoyens.
      J’ai rien contre les homos, ce sont eux qui sont concernés, pas moi.
      Si mon fils le devient, je serai un peu decu surement, mais au moins je pourrai toujours le regarder dans les yeux et lui dire que je l’aime. Pas sûr que les adeptes de la croisade anti « théorie du genre » vivront une relation parents-enfants très sincère.

      1. Je suis désolé de le dire mais il y a des choses inexactes dans ce que vous dites. Pour commencer, un homo ne choisit pas forcément de l’être. Il existe des tas de facteurs tant physiologiques que psychologiques. Ensuite, je me trompe peut-être, mais je crois que dans la nature il n’y a pas de lesbiennes. Enfin, l’argument selon lequel tout le monde est un homo refoulé ne repose sur absolument aucune étude, aucun constat réel, rien. C’est juste un discours de lutte contre une société intolérante.

        Le problème des enfants mérite quand même réflexion. Si j’étais homo, j’accepterais difficilement qu’un hétéro homophobe donne des cours de comportement sexuel à mon enfant. Et en tant qu’hétéro, je n’apprécierais pas qu’un homo dise à mon fils comment se comporte sexuellement. Mais comme chacun est libre de faire ce qu’il veut de lui-même et que l’on ne sait pas quelles sont les tendances des enseignant (et on n’a pas à le savoir), pourquoi ne pas laisser cette question de la sexualité hors de l’école, au mois pendant les années les plus fragiles de l’enfant ?

        1. @avic : lorsque Romain écrit que l’homosexualité est un choix, c’est pour indiquer qu’on n’est pas homosexuel par ce qu’on a entendu un discours en faisant la promotion. Evidemment, entre choix « volontaire » et orientation « Naturelle » il y aura toujours un débat, qui n’a pas vraiment de sens, mais ce n’était pas, je crois, le sens du propos. En tout cas, ce n’est pas parce qu’on parle d’homosexualité qu’on « risque » d’en encourager la pratique. On va simplement permettre aux homos de s’assumer et vivre normalement et aux autres d’accepter les premiers.
          Ensuite, il y a bien évidemment des comportements homosexuels males et femelles dans la nature. D’ailleurs, même s’il n’est pas le seul, l’exemple de l’homme devrait suffire non ? les hommes sont des animaux comme les autres…
          Il est toujours amusant (ou navrant) de voir certaines personnes brandir l’argument du « pas naturel », en particulier dans les milieux religieux ! il est sûr qu’en matière de connaissance du fonctionnement des milieux et des éléments naturels, les religions ont toujours été à la pointe des connaissances !!!
          D’ailleurs, il est regrettable que désormais, comme la plupart des grands mammifères, l’homo sapiens soit l’unique représentant de son genre. A quelques dizaines ou centaines de millénaires près (ce qui n’est rien dans l’échelle de l’évolution, mais beaucoup, je le conçois pour les tenants de la terre-jeune…), nous serions entourés et métissés d’une quantités d’autres hominidés, ce qui nous aurait peut-être pas incité à penser que nous sommes une créature unique et exceptionnelle, et fait comprendre que la nature est faite de diversité, de variété, d’évolutions et de changements incessants au gré des milieux et des conditions. Cela aurait sûrement empêché le développement des religions monolâtres et révélées, prétendant apporter des schémas statiques et définitifs sur la nature des choses…

  6. Très bon article, relayant les craintes de milliers de Français face au lobby LGBT qui veut remodeler la tête de nos enfants. Depuis que le PS se désintéresse de la question sociale (le vote ouvrier est désormais acquis au FN) il drague les LGBT et veut imposer leur idéologie à la France. Marre!

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s