Archives pour la catégorie Humour

Scoop : Aux USA, la quenelle est un geste patriotique


Hollande-quenelleLa France va devenir un des seuls pays au monde où certaines paroles et certains gestes naturels ailleurs sont interdits. Est-ce la raison de notre rapprochement avec l’Arabie Saoudite?  Lire la suite Scoop : Aux USA, la quenelle est un geste patriotique

Scène de ménage UE-USA- (acte I-scène 1)


originalUSA : « Que l’Union Européenne aille se faire foutre ! » (si ce n’est pas déjà fait)

Théophraste R.

————————-

« Fuck l’UE ! » – « Que l’Union Européenne aille se faire foutre ! » – Victoria Nuland, secrétaire d’Etat adjointe américaine pour l’Europe. Lire la suite Scène de ménage UE-USA- (acte I-scène 1)

L’humour incolore (à propos de la quenelle de Dieudo)


Tribune libre Palestine Alquds.15

Selon moi, un des meilleurs articles avec celui de Diana Johnstone, sur un registre il est vrai différent, sur la campagne politique et communautariste lancée contre l’humoriste Dieudonné. Pour aller sur l’article original de Moez Lahmédi, clic sur l’hyperlien qui est inséré dans le titre . Lire la suite L’humour incolore (à propos de la quenelle de Dieudo)

Etats-Unis : ces vielles lois farfelues qui ont toujours cours


A côté de certaines de ces lois, la charia la plus caricaturale devient progressiste…

Il y a de tout, des plus hilarantes aux plus débiles. Certaines sont si ahurissantes qu’on se demande ce qui a bien pu les faire mettre en place.

Retenez-en quelques-unes, pour épater votre tablée en ces jours de fêtes de famille.   Lire la suite Etats-Unis : ces vielles lois farfelues qui ont toujours cours

Appelez ça coloscopie, tarte à la crème, soupe d’asperges, mais ne l’appelez pas intervention humanitaire !


merci-monsieur-le-missile-600Quelle nouvelle entourloupe nous prépare Washington en décidant d’abandonner le projet d’évincer Bachar Al-Assad et de faire copain copain avec l’Iran ? Que peut-on espérer d’une nation qui, depuis la livraison de dégénérés européens Lire la suite Appelez ça coloscopie, tarte à la crème, soupe d’asperges, mais ne l’appelez pas intervention humanitaire !

Les européens convoquent les ambassadeurs américains…Pour leur dire quoi ?


Hollande-MerkelSnowden continue à nous régaler avec un spectacle comique digne d’un Dieudonné. A chacune de ses révélations on assiste à un ballet loufoque parmi les gouvernants européens. C’est à celui qui sera le plus surpris, le plus indigné et celui qui aura la réaction la plus ferme vis-à-vis de l’administration étatsunienne. Ces réactions vont de « s’il vous plait, Mr Obama, vous ne pouvez pas nous espionner un peu plus discrètement ? », à « ce n’est pas gentil d’espionner un ami », lourdes de menaces.

Obama a déjà répondu à Merkel, lui assurant qu’elle n’était plus écoutée. Cela veut-il dire qu’on sait déjà tout ce qu’on devait savoir sur elle, et qu’il n’y a pas lieu de continuer les écoutes ? Hollande aussi s’est cru obligé d’appeler Obama, qui a dû lui répondre à peu près la même chose qu’à Angela Merkel.

Mais, devant l’ampleur des révélations, ces réactions timides pourraient passer pour de la faiblesse. Il fallait faire un peu plus de bruit pour être un indigné crédible. Alors on convoque les ambassadeurs pour des protestations officielles. Avec un grand tapage médiatique comme il sait si bien le faire, Laurent Fabius convoque Mr Charles H. Rivkin, ambassadeur américain à Paris. Nous pouvons aisément deviner ce qu’ils se sont dit, comme si nous y étions.

– Bonjour Laurent, comment ça va ?

– Hi Charles. Bof, pas très fort, tu t’en doutes bien.

– Oui, je sais. Nos amis reculent de partout. L’armée de Assad leur mène la vie dure. Pourtant Bandar fait du bon boulot. Mais tu prends les choses trop à cœur, n’y penses plus. Vous, au moins, vous avez le Mali ; vous pouvez faire ce que vous voulez. Il suffit que Bandar fasse un peu bouger ses hommes, et vous rappliquez. Nous c’est différent. Poutine nous marque à la culotte. Dès qu’on bouge le petit doigt, c’est ‘’le droit international’’ par-ci, ‘’tenir vos engagements’’ par-là, les temps changent.

– Mon pauvre Charles… Nous aussi, nous sommes victimes de ce malfaisant de Poutine. Il faut dire qu’il commence à nous les briser menu, menu.  Depuis qu’il a récupéré Snowden, chaque fois que les choses semblent se tasser, il lui fait sortir une nouvelle révélation, rien que pour nous enquiquiner, pour ne pas dire plus. Ça va durer encore longtemps ?

– Ne t’inquiète pas, je t’ai emmené la réponse que tu dois fournir à la presse. C’est à peu près la même que pour les autres capitales. Bon, c’est pas tout ça, faut que j’y aille. Je dirai que tu m’as remis une lettre de protestation, que nous sommes désolés, et que nos relations, qui datent de La Fayette, etc, etc…

A quand les prochaines révélations de Snowden qui les feront à nouveau danser ?

Avic

 » No Woman, No Drive « , le tube de Bob Marley version saoudienne


l-activiste-saoudienne-manal-al-sharif-conduit-une-voiture-a_1322514Les femmes n’ont pas le droit de conduire en Arabie saoudite. Et pourtant, certaines militantes ont pris le volant samedi 26 octobre en guise de protestation. En bravant cet interdit, elles s’exposent à de lourdes sanctions, comme des contraventions… ou des coups de fouet, explique le site automobile Jalopnik. Plutôt que les frapper, le comédien saoudien Hisham Fageeh a trouvé un moyen plus doux de les dissuader de prendre la route. Il a fait un remake du tube « No Woman, No Cry » de Bob Marley, mais avec « les valeurs saoudiennes », ce qui donne « No Woman, No Drive ».

 

 

Avant de se mettre à chanter, il explique : « Pendant mes études aux Etats-Unis, j’ai découvert une chanson d’un jamaïcain qui m’a vraiment marquée. J’ai décidé de l’interpréter à ma façon, avec des paroles qui font sens dans ma culture. »

Si on reconnaît la mélodie et le rythme du tube de Bob Marley, les paroles ont effectivement complètement changées. « Je me souviens quand tu t’asseyais dans la voiture familiale, mais à l’arrière. Les ovaires en bonne santé et en sécurité. Comme ça, tu as pu faire plein d’enfants. Beaucoup d’amis, nous avons eus, et beaucoup d’amis, nous avons perdus sur l’autoroute (…) donc jette tes clés de voiture ! Sœur, ne touche pas à ce volant », fredonne-t-il.

Il s’agit bien évidemment d’une parodie. Le comédien a voulu mettre en lumière l’absurdité des arguments de ceux qui s’opposent à ce que les femmes conduisent. Il ironise ainsi sur le prétendu danger que cela représenterait pour les ovaires, comme l’avait affirmé le cheikh Saleh Al-Lohaidan, un haut dignitaire religieuse du pays, sur le site saoudien Sabq le 29 septembre.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/10/28/no-woman-no-drive-ladaptation-saoudienne-du-tube-de-bob-marley/#xtor=RSS-32280322

http://www.wikistrike.com/article-no-woman-no-drive-le-tube-de-bob-marley-version-saoudienne-120834260.html

Le saviez-vous? Conduire une auto nuit aux ovaires des femmes (Chef religieux)


saudiLa conduite automobile affecte les ovaires de la femme, avertit un des principaux chefs religieux d’Arabie saoudite. Une future mère risque donc d’accoucher d’enfants atteints de maladies chroniques, dit-il. L’interdiction du permis de conduire pour les femmes fait débat dans ce pays.

« Si une femme conduit une voiture, à l’exception d’une véritable nécessité, cela pourrait avoir un impact physiologique négatif, car des études médicales physiologiques et fonctionnelles montrent que cela affecte automatiquement les ovaires et relève le bassin », affirme Cheikh Saleh al Lohaidan, un des 21 membres du Conseil des grands oulémas, la plus haute autorité religieuse du pays.

« C’est la raison pour laquelle nous constatons que celles qui conduisent régulièrement ont des enfants marqués par des problèmes cliniques de différents degrés », ajoute-t-il dans une interview publiée vendredi sur le site Internet sabq.org.

Les femmes doivent placer « la raison avant leur coeur, leurs émotions et leurs passions », ajoute ce religieux. Celui-ci ne fait état sur son site Internet d’aucune formation médicale et qui ne cite pas les études invoquées.

Actes de désobéissance

Des organisations féministes ont récemment appelé à des actes de désobéissance afin que soit reconnu aux femmes le droit de conduire des véhicules automobiles dans le royaume wahhabite. La loi saoudienne n’interdit pas explicitement aux femmes de conduire, mais elle exige l’obtention d’un permis qui ne leur est jamais délivré.

En tant que membre du Conseil des oulémas, Cheikh Lohaidan peut édicter des fatwas et conseiller le gouvernement. Il dispose d’une grande audience auprès du courant conservateur en Arabie saoudite.

Déclarations polémiques

Ses précédentes déclarations, dans lesquelles il se déclarait un farouche adversaire de l’extension des droits des femmes, ont provoqué des polémiques dans le pays.

Le roi Abdallah, qui tente de donner aux femmes une place plus importante dans la société, l’a limogé en 2009 de la présidence du Haut Conseil judiciaire, la plus importante institution judiciaire du pays.

http://www.romandie.com/news/n/Conduire_une_auto_nuit_aux_ovaires_des_femmes_Chef_religieux_RP_290920131635-10-404764.asp?

L’Iran doté d’une arme secrète redoutable : l’invisibilité


713573906Tremblez braves américains qui ne demandez qu’à vivre en paix dans ce monde hostile. «  L’Iran a bâti des bases militaires dans l’hémisphère-ouest où il forme une véritable armée invisible, façon de compenser son absence dans cette région du monde et poser de nouvelles menaces contre les pays occidentaux « !! C’est la revue américaine The Blaze qui le dit.

L’information a été reprise par Al-Jazeera English. Et de renchérir : «  L’Iran possède une armée secrète, prête à passer le moment venu à l’offensive contre les Etats-Unis « .

Si Al-Jazeera et The Blaze le disent, l’Occident est en danger mortel. Bientôt des hordes de soldats invisibles traverseront les frontières hermétiques du sud des Etats-Unis, et déferleront en masse invisible pour faire des massacres tout aussi invisibles parmi la population américaine.

Quoi de plus terrible qu’un ennemi invisible ? Comme dans un film d’horreur, on sent sa présence, on entend sa respiration dans l’ombre et, de temps en temps, on constate une disparition parmi ceux qui s’étaient isolés. Panique garantie.

On nous avait déjà fait du ‘’Western’’, du ‘’Top Gun’’ de ‘’l’empire contre-attaque’’, nous voilà de retour à ‘’Dracula’’ ou ‘’le retour des zombies’’. Ça promet…

Avic

Selon BHL, Bachar Al Assad est un dangereux islamiste


Director Levy and two unidentified men pose during a photocall for the film Le Serment de Tobrouk at the 65th Cannes Film FestivalIl peut encore nous estomaquer, BHL. Pour vendre sa guerre aux américains, il leur explique que Bachar Al Assad es ses alliés sont des islamistes radicaux qu’il faut donc combattre à tout prix. Les Al-Nusra, l’Etat Islamique en Iraq et au Levant, Al-Qaïda et autres frères musulmans sont devenus de gentils progressistes comme il faut, combattant pour libérer le moyen orient du fanatisme de l’Islam radical. Tout comme Saddam Hussein était devenu en son temps le protecteur d’Al-Qaïda, Bachar Al Assad est en passe de devenir le patron du terrorisme international.

C’est du BHL Premier Cru. Il faut quand même reconnaître qu’il n’a pas osé nous le servir en France. Il a choisi les Etats-Unis. Peut-être parce qu’il les prend pour des imbéciles, capables de tout gober ?

Avic

Hollande : Ma guerre, je veux ma guerre !


François Hollande veut sa guerre. Il a donc tenté de transformer le G20 en Organisation des Nations Unies de secours.

Par Charles Sannat.

photo_1361956317054-4-0Notre généralissime Président veut sa guerre. Je crois même qu’il ne pense plus qu’à ça le matin en se rasant.

Hystérie guerrière

J’ai beaucoup aimé les dernières déclarations de François Hollande. Tout d’abord sur l’interview d’Assad dans Le Figaro qui semble avoir particulièrement agacé notre très grand chef de guerre. D’après une dépêche de l’AFP, Hollande reproche au Figaro l’interview d’Assad en déclarant, lors d’une conférence de presse au G20, « qu’on ne remerciera jamais assez Le Figaro pour son sens civique que d’avoir permis à l’opinion française d’être éclairée par l’interview de ce dictateur. Maintenant, nous savons qu’il veut liquider son opposition, a dit ironiquement François Hollande ».

Toujours fâché après ces journaux qui semblent essayer de faire leur travail, il a enfoncé le clou en disant que la « différence entre une dictature et une démocratie, c’est que dans une démocratie un dictateur peut s’exprimer dans un journal, y compris pour insulter ses dirigeants, proférer des mensonges, notamment sur le chimique, laissant croire qu’il ne disposait pas de stock, et menacer le peuple français, avait-il déclaré ». C’est avec cette dialectique de haute précision que, d’ici quelques jours, tous les sceptiques sur cette guerre seront certainement qualifiés de soutien à la dictature.

D’ailleurs, je suis tout de même surpris que personne ne relève que dans le mécanisme des engagements militaires français, les décisions reviennent uniquement à un seul homme. Si notre pays est attaqué, nous devons pouvoir nous défendre de façon immédiate et c’est l’esprit de nos institutions. Si nous sommes attaqués…

Mais lorsque nous sommes la puissance attaquante, peut-être serait-il souhaitable que, je ne sais pas moi, par exemple il y ait au moins un vote de l’Assemblée nationale… Et puis tiens, tant qu’on y est, comme déclarer la guerre c’est quand même quelque chose d’un peu sérieux, en tout cas aussi sérieux qu’une modification de la Constitution, nous pourrions aussi envisager de n’attaquer un pays qu’avec une majorité des deux tiers… (ce qui veut dire au moins que l’opposition doit aussi être d’accord !).

Bref, on se roule par terre, enfin, lui pas moi. Personnellement, les motifs de cette guerre ne me semblent pas convaincants. Pourtant, pour nos placements, c’est sans aucun doute une excellente idée puisque ce sera bon pour l’or…

Transformer le G20 en ONU bis !

J’ai été assez estomaqué de voir la mauvaise foi du généralissime essayant de transformer le G20 en Organisation des Nations Unies de secours. Vous savez, l’ONU c’est cet espèce de machin regroupant tous les pays du monde. Dans les années 90, nous avons fait une grande erreur stratégique. Je vous explique.

Après la guerre froide et la chute du mur de Berlin, l’empire soviétique a disparu et ce qui en restait a traversé des crises économiques épouvantables auxquelles nous autres, occidentaux, avons participé avec amour et détermination avec l’aide des bons conseils du FMI et l’aide sympathique du gouvernement Eltsine corrompu jusqu’à la moelle. Résultat : entre une Chine inexistante et une Russie aux ordres, faire passer les décisions occidentales à l’ONU était une simple formalité. Ainsi, durant presque 20 ans, toutes les décisions ou aventures guerrières occidentales étaient parées des vertus du « droit international ».

Sauf que depuis l’énorme mensonge de la guerre en Irak, suivi du tout aussi grand mensonge pour l’intervention en Libye, sans oublier qu’entre-temps la Chine s’est réveillée et que la Russie s’est reprise en main sous l’égide de « l’horrible dictateur » Poutine, l’ONU n’est plus la chambre d’enregistrement des pays membres de l’OTAN, d’où la ridicule tentative ce week-end de remplacer la légitimité de l’ONU par celle du G20… où, tenez-vous bien, 11 pays sur 20 sont pour l’intervention, ce qui nous fait, vous en conviendrez, qu’une toute petite majorité, mais on fait passer l’idée à l’opinion publique française que cette guerre est juste, normale comme notre président et surtout qu’elle est morale en rentrant dans le cadre de l’onction du « droit international », or rien n’est plus faux tant que l’ONU n’a pas donné son accord plein et entier, ce qui risque de s’avérer impossible.

Onze pays du G20 veulent une « réponse forte » au sujet de la Syrie

Voici ce que dit la dépêche reprise par le site Romandie (agence de presse suisse parfaitement officielle) : « Onze pays présents au sommet du G20 à Saint-Pétersbourg ont appelé vendredi dans un communiqué à une « réponse internationale forte » suite à l’usage d’armes chimiques en Syrie. Berlin demande aussi la tenue d’une conférence européenne sur les réfugiés syriens ». (C’est vrai qu’il y a un vrai problème autour des réfugiés syriens avec ou sans gaz, ils sont des centaines de milliers à fuir la guerre).

« L’Australie, le Canada, la France, l’Italie, le Japon, la Corée du Sud, l’Arabie Saoudite, l’Espagne (qui n’est pas formellement membre mais invité permanent du G20), la Turquie, le Royaume-Uni et les États-Unis sont signataires de cet appel qui a été diffusé par la Maison Blanche au terme du sommet de Saint-Pétersbourg. » Normalement, à ce stade, vous aurez compris que le point commun entre toutes ces nations est l’allégeance commune à l’OTAN.

Et le blabla moralisateur se poursuit : « Nous condamnons dans les termes les plus fermes l’horrible attaque par des armes chimiques dans les faubourgs de Damas le 21 août, qui a coûté la vie à tant d’hommes, de femmes et d’enfants », écrivent ces pays. « Les preuves mettent clairement en évidence la responsabilité du gouvernement syrien dans cette attaque. Nous appelons à une réponse internationale forte à cette grave violation des règles et des valeurs en vigueur dans le monde, afin d’envoyer un message clair pour que ce genre d’atrocités ne se répète pas. Ceux qui ont commis ces crimes doivent en porter la responsabilité. »

Pendant ce temps, une frappe de l’OTAN tue 10 civils mais proprement !

Ce qui est rigolo dans les fils d’actualité des agences de presse, c’est que c’est un fil où toutes les nouvelles défilent… Les bonnes, en général plutôt les mauvaises et parfois les trucs dont on n’a rien à faire comme le fait que Britney Spears soit enceinte (c’est un exemple hein… ne m’accusez pas de diffuser de fausses informations !). Tandis que nous jouons aux pères la morale sur le dossier syrien, nous massacrons en toute impunité – notamment en Afghanistan – des civils mais comme nous sommes des gens sérieux, nous le faisons proprement. Et puis nous ne risquons rien puisque nous sommes les plus forts.

ASADABAD (Afghanistan) – Au moins dix civils ont été tués samedi dans l’est de l’Afghanistan par une frappe aérienne de l’OTAN visant des insurgés talibans, ont annoncé dimanche de hauts responsables locaux.

En plus des victimes civiles, cette frappe a également tué quatre rebelles talibans, a indiqué un chef de la police locale, Abdul Haseeb Sayedkhil. Interrogée à ce propos, la Force internationale de l’OTAN en Afghanistan (Isaf) a fait état de la mort de dix insurgés, sans confirmer la mort de civils.

Oh, vous savez, 10 civils de plus ou de moins, vous n’allez pas nous en faire un pataquès tout de même. D’accord, c’est presque tous les jours et ce, depuis 2001… Et alors ? Il vous faut bien de l’essence pour faire le plein de votre bagnole et le tout à pas trop cher histoire de ne pas étouffer toute croissance économique. Soyons réaliste ! L’American Dream a un prix qui doit être payé par les autres (c’est pareil avec le dollar, « notre monnaie mais votre problème », comme l’ont toujours expliqué nos grands amis les Américains).

Et voilà comment va le monde en ce mardi 10 septembre 2013, oscillant entre « Guerre et Paix », entre effondrement économique et reprise de la croissance, un monde de paradoxes illustrant probablement un monde ancien en train de se finir et probablement dans la souffrance humaine comme ce fut à chaque fois le cas dans l’histoire de l’humanité. Si notre technologie a évolué, nos âmes, elles, n’ont pas beaucoup changé.

Charles Sannat

http://www.contrepoints.org/

Le lauréat de l’Oscar 2013, en avant-première


Les rebelles islamistes en Syrie ne sont pas seulement recrutés et armés par les alliés des américains dans le Golfe, mais ont été engagés directement par la CIA et le Commandement des opérations spéciales de l’armée américaine pour les opérations psychologiques (PSYOPS).

Leur objectif était de discréditer le régime d’Assad pour saper la force morale de l’armée syrienne et générer une attitude favorable de l’opinion publique à une intervention militaire américaine en Syrie. Lire la suite Le lauréat de l’Oscar 2013, en avant-première

Syrie: la lettre d’un ancien ambassadeur de France à François Hollande


Diplomate de carrière de 1972 à 2009, Pierre Charasse fut ambassadeur, notamment au Pakistan, en Uruguay et au Pérou, et a représenté la France dans de nombreuses instances internationales. Depuis le Mexique où, retraité, il réside, il vient d’adresser une lettre aussi ironique que cinglante à François Hollande sur la crise syrienne.


Pierre Charasse
Pierre Charasse

Mexico, le 2 septembre 2013

Monsieur le Président de la République,

Dans l’épreuve que subit actuellement l’humanité du fait de la présence d’armes chimiques en Syrie, vous avez pris la tête d’un grand mouvement mondial au nom de « l’obligation de protéger » les populations civiles menacées. Vous avez très bien expliqué dans votre discours du 27 août devant vos Ambassadeurs que c’était là la vocation de la France, comme elle l’a fait en Libye récemment, et qu’elle ne manquerait pas à son devoir. Votre détermination exemplaire devrait rapidement convaincre vos partenaires européens flageolants et les opinions publiques pleutres, en France, en Grande Bretagne, aux Etats-Unis et partout dans le monde, du bien-fondé d’une  intervention militaire chirurgicale en Syrie.

Naturellement, comme vous l’avez rappelé le 27 août, « l’obligation de protéger » s’inscrit dans une démarche très réglementée par les Nations Unies et incombe en premier lieu aux Etats concernés : protéger leur propre population. En cas de défaillance de leur part, c’est au Conseil de Sécurité qu’il appartient de décider des modalités de mise en œuvre de ce principe. Sous votre conduite, la France s’honorera si elle fait respecter à la lettre cette avancée importante du droit international. Je suis sûr que le Président Poutine sera sensible à vos arguments tout comme le Président Xi Jiping et qu’ils ne feront pas obstacle à vos projets en opposant un veto au Conseil de Sécurité. Peu importe que l’objectif final soit encore un peu flou, ce qui compte c’est la défense énergique de principes clairs.

De même, je suis sûr que d’autres pays suivront la France dans son intention de livrer des armes aux rebelles syriens, malgré les risques que cela comporte. M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères, a annoncé qu’il exigerait des destinataires des armes françaises qu’ils signent un « certificat d’utilisateur final ». Avec une telle fermeté nous aurons l’assurance que nos armes ne tomberont pas entre les mains des combattants Jihadistes du Front Al Nusra-Al Qaeda, qui font partie de la Coalition rebelle (encore très hétéroclite mais que avez le mérite de vouloir unifier, bon courage !) et ne se retourneront pas contre les pays occidentaux qui les ont aidé ou leurs rivaux au sein de la Coalition, voire des populations civiles.

Nous voilà rassurés. Al Qaeda devrait comprendre le message fort que vous lui envoyez. Il est important de bien expliquer que notre ennemi reste le Terrorisme International, même si de temps en temps il faut se montrer pragmatique, comme disent nos amis anglo-saxons, et tendre la main à ceux qui veulent notre perte. Ceux-ci  ne devraient pas être insensibles à nos gestes amicaux. Vos services devraient pouvoir sans peine démentir l’information diffusée par l’agence Associated Press selon laquelle des armes chimiques livrées par notre allié l’Arabie Saoudite (le Prince Bandar Bin Sultan, chef des services saoudiens de renseignement) au Front Al Nusra-Al Qaeda auraient été manipulées maladroitement par ces apprentis-sorciers.

Une fois ce point éclairci vous aurez les mains libres pour agir sur la base des informations fournies par les Etats-Unis et Israël qui ont toute votre confiance. Toutefois il ne serait pas inutile d’éviter que se reproduise le scénario de 2003 aux Nations Unies lorsque Colin Powell a exhibé des photos truquées et un flacon de poudre de perlimpinpin comme preuves irréfutables de la présence d’armes de destruction massive en Irak ! Principe de précaution élémentaire. On vous fait confiance, c’est la crédibilité de la France qui est en jeu.

Quand aux objectifs militaires de cette opération, il paraît évident qu’ils doivent être en priorité de détruire par des moyens aériens les dépôts d’armes chimiques sans les faire exploser au nez de la population civile, ce qui serait un véritable désastre,  et de neutraliser tous les engins qui permettent leur utilisation (missiles, chars, lance-roquettes etc.), sans mettre en péril la vie de nos soldats sur un terrain incertain. Si les Américains ont du mal à identifier les cibles, les services français de renseignement se feront un plaisir de leur fournir toutes les informations dont ils disposent, de telle sorte que l’opération soit courte et cinglante et que grâce à vous les armes chimiques soient définitivement éradiquées de la planète.

Les populations que nous allons protéger auront un prix à payer pour le service rendu et doivent accepter d’avance les quelques centaines ou milliers de morts que peuvent provoquer les effets collatéraux de cette opération et leurs conséquences en cascade. Mais c’est pour leur bien. Si vous prenez la tête de la manœuvre à la place de vos collègues Obama et Cameron, qui semblent rétropédaler avant même que le coup d’envoi ait été donné, Bashar Al Assad comprendra très vite à qui il a affaire. L’Occident ne doit pas de mollir, ce serait un mauvais signal au reste du monde, on compte sur vous pour tenir la barre fermement.

Lorsque cette mission humanitaire sera terminée et que Bashar Al Assad aura fait amende honorable après la tripotée qu’on va lui mettre tout en le laissant au pouvoir, vous aurez la satisfaction d’avoir contribué à appliquer en Syrie la théorie du « chaos constructif » élaborée par des « think tanks » américains à l’époque de George Bush, en espérant que les grandes entreprises américaines, principales bénéficiaires du chaos, auront  la bonté de laisser  aux entreprises françaises la possibilité de tirer quelques avantages du désordre institutionnalisé qui a désormais vocation à se substituer à des Etats forts comme c’est le cas en Irak ou en Libye. Quelques contrats pétroliers feraient bien l’affaire de nos grands groupes.

Après cette victoire  pratiquement acquise d’avance, il vous appartiendra de porter ailleurs le message humanitaire universel de la France. Les crises sont nombreuses dans le monde, la liste des dictateurs sanguinaires est longue, et des millions d’hommes, de femmes et d’enfants attendent avec joie que la France puisse les protéger comme elle s’en est donnée la mission. On pense toujours à l’Afrique qui arrive au premier rang de nos préoccupations. Mais il y a le feu dans de nombreuses régions du monde. Une intervention humanitaire en Palestine serait la bienvenue, vous y songez certainement.

Au Mexique, on estime à 70.000 les morts provoqués par  la violence des groupes criminels et des forces de sécurité et 26.000 disparus durant de sexennat du Président Calderón (2006-2012). Après la première année  du mandat du Président Peña Nieto, on dénombre déjà 13.000 morts. En toute logique avec de tels chiffres la population civile mexicaine devrait être éligible aux bénéfices du programme  « obligation de protéger » concocté par la « communauté internationale », même si celle-ci se réduit aujourd’hui à la France seule. Au point où nous en sommes, il faut bien qu’un pays  se dévoue pour être l’avant-garde agissante d’une communauté internationale amorphe et irresponsable, « ensemble gazeux et incertain » comme a dit Hubert Védrine à propos de l’Union Européenne. Mieux vaut être seul que mal accompagné. S’agissant du Mexique, on pourra tirer les leçons de l’intervention militaire française de 1862 et ne pas répéter l’erreur qui a conduit à la déconfiture les armées de Napoléon III : déclencher des opérations militaires injustifiées et lointaines qui dépassent nos forces.

Pour cela il faudra, mais vous l’avez évidement prévu, programmer davantage de  moyens budgétaires, par exemple pour la construction de nouveaux porte-avions nucléaires, les avions et missiles qui vont avec. Le « Charles de Gaulle » rend de brillants services lorsqu’il n’est pas immobilisé dans nos arsenaux pour de trop longues périodes de révision, mais il aura du mal à répondre seul à toutes les demandes d’intervention surtout lorsqu’il devra croiser dans des mers lointaines, exotiques et dangereuses.  Je suis sûr que vous saurez persuader nos compatriotes que dans les circonstances actuelles, le monde occidental, pour poursuivre sa mission civilisatrice, pilier de la globalisation, devra s’en donner les moyens budgétaires.

On se souvient des contraintes qui ont empêché les forces françaises de frapper encore plus massivement la Libye. Leurs stocks de missiles se sont rapidement épuisés et le budget de la Défense n’avait pas prévu que l’abominable Khadafi, pourtant ami intime de votre prédécesseur,  serait aussi peu sensible à nos problèmes budgétaires en opposant une résistance aussi farouche qu’inutile. La population, si elle est  bien informée, acceptera certainement de bon gré l’augmentation des impôts et les coupes dans les dépenses publiques, notamment sociales, comme les bourses scolaires pour les français de l’étranger, ainsi que la réduction  des moyens  du réseau diplomatique, consulaire, éducatif et culturel français dans le monde si c’est le prix à payer pour que la France garde son statut de grande puissance mondiale. Tout est question de pédagogie.

Monsieur le Président, vous n’êtes pas sans savoir que nos amis et alliés américains n’ont pas toujours une très bonne image dans le monde. La France, avec les Présidents De Gaulle, Mitterrand et Chirac, a joui d’un grand prestige international, justement parce ce qu’elle parlait d’une voix différente de celle de ses alliés occidentaux. Le Président Sarkozy a mis fin à cette tradition diplomatique, pensant que la France avait tout intérêt, dans le contexte de la mondialisation et face à la montée en puissance de nouveaux acteurs, à se fondre dans « la famille occidentale » et à réintégrer l’appareil militaire de l’OTAN, c’est à dire à mettre ses forces conventionnelles sous le commandement américain.

« O tempora ! O mores ! » comme a dit Ciceron en son temps. Mais vos Ambassadeurs ont déjà du vous signaler  que dans de nombreux pays la France est désormais perçue comme un relais servile de la politique américaine. Des épisodes récents, comme l’affaire Snowden avec l’interception du Président Evo Morales lors de son survol de l’Europe, ont pu donner cette impression fâcheuse, mais je suis convaincu que vous n’aurez  aucun mal à persuader vos interlocuteurs du monde entier que cette perception est erronée, car c’est en toute indépendance que vous avez confirmé l’ancrage de la France dans sa « famille occidentale ».

Enfin, je pense que vous avez réfléchi à la meilleure manière de protéger les populations mondiales des catastrophes humanitaires provoquées  par le capitalisme mafieux et prédateur à l’origine des dernières crises économiques et financières. Il est probablement dans vos intentions de proposer à vos collègues du G7 et du G20 que vous allez rencontrer au Sommet de Saint Pétersbourg de changer de cap pour  mettre fin à l’économie-casino et à l’empire de la finance sans contrôle. L’opinion publique mondiale, les chômeurs en Grèce, au Portugal, en Espagne, en France et ailleurs, apprécieraient vraisemblablement des frappes chirurgicales sur le FMI, la Banque Centrale européenne, la City de Londres, quelques paradis fiscaux « non-coopératifs » ou d’improbables agences de notation qui font plier les gouvernements.

Une telle cohérence dans l’application de « l’obligation de protéger » honorera la France et son Président. En continuant sans relâche sur cette voie et en défendant comme vous le faites le droit international et les normes fixées par les Nations Unies, il ne fait aucun doute qu’avant la fin de votre mandat vous rejoindrez votre collègue et ami Barack Obama dans le club très sélect des Prix Nobel de la Paix. Vous l’aurez bien mérité.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma très haute et respectueuse considération.

Pierre Charasse, Français de l’étranger, contribuable et électeur

http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/060913/syrie-la-lettre-dun-ancien-ambassadeur-de-france-francois-hollande

Et maintenant, un message de la part de nos sponsors (saoudiens) – Pepe Escobar


532999-capture-d-ecran-du-chef-de-l-armee-egyptienne-le-general-abdel-fattah-al-sissi-le-3-juillet-2013-au-Il est là, le nouveau pharaon d’Egypte, Pinochet Sisi, plein d’insignes / gloire . Les sous-titres sont superflus. C’est la remise des Oscar pour le général Abdel Fattah al-Sisi. Il a remercié ses sponsors / producteurs. Quand il cite «l’Arabie saoudite » la salle est en délire. Quand il mentionne [le roi] « Abdullah » la salle est en délire.

Quelle performance. Un biopic transparaît. Il rêve déjà de Jack Nicholson jouant son personnage à l’écran. Notez le sourire d’autosatisfaction, tellement il est confiant d’avoir dupé les légions de «progressistes» arabes – des gauchistes laïcs aux Nasséristes – en leur faisant croire qu’il défend les intérêts du « peuple égyptien » sans cesse invoqué.

Notez la « Lutte contre le terrorisme » en haut à gauche du petit écran. Voici Sisi comme Deubeulyou – en mode Mission accomplie. Qui se soucie que l’Egypte ait été réduite en un état totalement en faillite (et en sang) ? Qui se soucie des manchettes terribles –  » des activistes du Sinaï exécutent 25 policiers égyptiens» rivalisant avec «la Junte étouffe 38 détenus dans un car de police»? Il a remporté la «guerre contre le terrorisme» – en tant que nouvelle tête du serpent, un serpent qui n’était jamais parti.

Prenez place et profitez du spectacle. Le clou du spectacle est que l’ancienne tête du serpent pourrait être libérée dans les prochaines 24 heures. Pour le plus grand bonheur de la Maison des Saoud, qui l’aimait comme un des siens, les charmeurs de serpents sont sur le point de libérer Hosni Moubarak. «Printemps arabe? » – On peut facilement imaginer l’ancienne tête du serpent murmurant. « Ne me faites pas rire. » Et il ne fera pas – au moins en public. Ce «printemps arabe», cette invention Google, n’est jamais arrivée. Vous pouvez tous rentrer chez vous maintenant – et y rester. Le serpent va vous protéger et défendre les intérêts du « peuple égyptien ». Mais rappelez-vous, si vous êtes contre nous, vous êtes un terroriste. Et nous viendrons vous chercher.

Nous allons décider de ne pas décider

Les producteurs de l’épopée égyptienne sont aussi ravis que leur star. Quel grand succès au box-office. Qui se soucie que Caniche-land – comme dans l’Union européenne – convienne d’une réunion «d’urgence» ce mercredi pour peut-être « suspendre son aide » au Glorieux Sisi? Qui se soucie de ce que le Congrès américain soit tenté de suivre le même chemin? [1]

Imaginez la scène, avec des éclats de rire dans la tanière des producteurs à Riyad. Pour l’administration Obama ce fut – et reste – un coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat, même si ça marchait comme un coup d’Etat et on en parlait comme un coup d’Etat. Mais les impératifs catégoriques ne s’appliquent pas ici. Alors le congrès décide qu’il ne va pas dire si c’est un coup ou non. Et l’administration Obama décide de ne rien dire de ce qu’il pourrait décider – ce qui « reprogramme » le tout.

Quelle que soit la non-décision prise, les producteurs s’en foutent. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, l’éternel Saud al-Faisal, a déjà promis que les producteurs et les autres coproducteurs du Conseil de Coopération du Golfe – comme dans les Émirats arabes unis – seront heureux de combler et peut-être même de doubler toute l’aide qui sera perdue par la glorieuse tête de l’ serpent Sisi.

Le New York Times a bataillé dur pour donner l’impression que Washington avait une emprise pour influencer le glorieux Sisi – et les producteurs – contre le lancement du coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat. [2] C’est éminemment risible (éclats de rires au repaire des producteurs à Riyad). La seule pépite dans le rapport est que la Maison des Saoud, les Émirats arabes unis et Israël ont frénétiquement incité, soutenu et fait du lobbying pour le coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat; Je l’avais  déjà signalé dans Asia Times Online.

Oups, Israël ; le glorieux Sisi ne pouvaient pas remercier ce producteur particulier dans son discours d’acceptation de l’Oscar. Comment pouvez-vous justifier cela à la rue arabe – que nous sommes les serviteurs des occupants de la Palestine? En ce qui concerne les Israéliens, ils s’en fichent; Sisi est «l’un d’entre eux », ils sont toujours « en contact étroit », et il ne ferait jamais rien pour annuler les accords de Camp David.

Sunny, I love you

L’administration Obama a sous-traité sa politique au Moyen-Orient à la Maison des Saoud à ses risques et périls. Quoi que dise le roi « Retour du mort vivant » Abdullah, ça marche. En fait, non ; quoi que fasse ‘’Retour de l’espion invisible’’,  Bandar bin Sultan, alias Bandar Bush qui a spectaculairement refait surface, fonctionne. La beauté du coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat, et du discours d’acceptation de Sisi, c’est que Bandar, praticien éminent des arts sombres, n’est même pas mentionné.

Et pourtant, ce fut Bandar Bush qui, dans sa réunion récente de quatre heures avec le président Poutine, n’a pas obtenu ce qu’il voulait en Syrie ; mais il a obtenu ce qu’il voulait en Egypte. Le joueur d’échec Poutine a de suite vu l’ouverture, après tout, la confrérie des Frères Musulmans est un anathème à la fois pour la maison des Saoud et pour le Kremlin. Et s’il n’y a plus “d’aide” américaine à la junte de Sisi, – comme dans : nous vous donnons plus d ‘argent comme cela vous pouvez encore plus acheter nos armes – il n’y a plus rien qui empêche l‘industrie d’armement russe de remplir le vide créé.

Rien de tout cela bien entendu ne fera partir la crise tragique syrienne. Pendant le ramadan, ce fut Bandar Bush qui organisa l’acquisition silencieuse d’au moins 50 millions de dollars d’armes d’Israël, qui furent immédiatement envoyées dans le filet des gangs de mercenaires salafistes, djihadistes, soutenus par la maison des Saoud. Ceci après que Bandar Bush ait renforcé le bras du gouvernement Obama pour se débarrasser des Qataris – qui payaient les factures des frères musulmans en Egypte – et le laisser reprendre le djihad en Syrie.

Bandar a le vent en poupe. Il est maintenant à la tête d’un “djihad total” très ambitieux, d’une stratégie à trois volets en Syrie, en Irak et au Liban, manipulant le même vieux dada de la maison des Saoud de la haine sectaire, excitant les sunnites contre les “apostats” chiites, avec une grande emphase sur les attentats à la voiture piégée dans des zones civiles, comme l’a montré l’attentat très récent de la banlieue sud de Beyrouth Zahiyeh.

Ceci est une franchise de longue haleine avec beaucoup de suites en stock. Pour l’instant, il est au sommet du box-office en Egypte. Mais il pourrait bien y avoir un problème. Le mouvement Tamarod, qui a collecté 22 millions de signatures qui ont menées aux manifestations de masse créant l’ouverture pour le coup d’état qui n’en est pas un, demande maintenant non seulement l’annulation de “l’aide” américaine, mais aussi celles des accords de Camp David. [3]

Maintenant c’est une autre bombe – le cœur du problème tant que  les Etats-Unis et Israël sont concernés. Et si Tamarod arrive une fois de plus à obtenir 22 millions ou plus de signatures, ce qui est fort possible étant donné que l’absolue majorité des Egyptiens ne veulent pas de cette “paix” avec Israël ? Le glorieux Sisi aura-t-il le courage de déplaire à ses producteurs israéliens ? Bandar lui donnera-t-il le feu vert ? Le gouvernement Obama instaurera-t-il une “zone d’exclusion aérienne” au-dessus du Caire ?

Alors que le monde attache une myriade de ceintures de sécurité devant les tempêtes qui s’annoncent, les nouvelles en provenance de la Maison blanche sont quant à elles apaisantes. Il y a un nouveau membre dans la famille, un chiot nommé Sunny. Alors imaginez la famille chantant à table, à l’unisson: “ Dark days are gone/ bright days are here/ my Sunny one shines so sincere ». Coupez… Plan sur Sisi/Jack Nicholson dans toute sa splendeur: « Heeeeeere’s Johnny! »

Remarques:
1. administration Obama suspend tranquillement aide militaire à l’Egypte, mulls de coup d’Etat »- rapport , Russia Today, le 20 Août 2013.
2. Comment américaine espère une affaire en Egypte ont été minés , le New York Times, 17 Août 2013.
3. la campagne rebelle de l’Égypte lance une pétition pour annuler l’aide américaine, traité de paix entre Israël , Ahram en ligne, le 18 Août 2013.

Pepe Escobar

Traduction : Avic
http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-05-200813.html

Humour – « Et pourtant elles tournent » : l’incroyable révélation d’un Pulitzer du New York Times


chien-ventiloLe New York Times est, comme on dit, un quotidien « influent », sinon le plus influent au niveau mondial. Tellement influent que lorsque le NYT dit « noir », des journaux provinciaux comme Le Monde s’autorisent au maximum un vague « gris sombre, peut-être ? ». Lorsque le NYT dit, tout le monde écoute. Et par « tout le monde » je veux dire tout le monde qui compte, c’est-à-dire ni vous ni moi. Exemple : lorsque le NYT affirme, « preuves à l’appui », que l’Irak possède des armes de destruction massive, qui sont les quotidiens provinciaux tels que Le Monde ou Libération pour dire autre chose que « à l’attaque !!! » ? Bref, le NYT est le faiseur d’opinion, réputé, sérieux et même – j’ose à peine l’écrire tant le terme est intimidant– un journal de référence. Oui, si le NYT était une voix, ce serait celle de Dark Vador.

C’est clair, bande de ploucs chevelus ?

Alors, lorsque le 15 juillet 2013, dans la rubrique « sciences », le NYT publie un article signé William J. Broad, vous n’avez pas intérêt à faire les marioles. W. Broad est ni plus ni moins que le lauréat de deux prix Pulitzer, d’un Emmy Award et d’un DuPont Award. Il écrit, est-il précisé sur sa fiche, sur des étoiles qui explosent (attention, c’est chaud), sur les secrets de la vie sous-marine (attention, c’est mouillé), sur la science, quoi (attention, c’est compliqué). Une grosse pointure du journalisme. Très grosse, même.

Dans son article intitulé « A Low-Tech Mosquito Deterrent » (un repoussoir de moustiques simple) W. Broad explique qu’il avait été invité à un barbecue en plein-air, dans un endroit plutôt propice à vous faire pomper le sang. Il ne parlait pas d’un atelier du textile au Bangladesh travaillant pour de grandes marques occidentales, mais d’un lieu ou une armée de moustiques libératrice n’attendrait qu’un signal pour vous transformer en une Fallujah sur pattes. Une sorte d’Irak bucolique où votre jugulaire ferait office de sous-sol à exploiter, vous voyez ?

A son incroyable étonnement, le journaliste scientifique de référence a assisté à un véritable tour de sorcellerie : pour chasser les moustiques, ses hôtes avaient installé des ventilateurs qui balayaient la table. Et W. Broad, tout en faisant le signe de la croix, exhale dans un souffle de béatitude Lourdesque : « ça marche ». Se trompant de lieu et d’époque, W. Broad aurait pu hurler, en désignant les ventilateurs d’un doigt tremblant « et pourtant, elles tournent ! ». Mais ça c’est une scène qu’on fera ajouter à la version cinématographique de cette saga.

William J. Broad

Intellectuellement foudroyé par cette démonstration d’activité paranormale, le super-journaliste de référence poursuit en racontant qu’il a écrit à l’auteur de cette machine diabolique pour lui demander des explications, à quoi l’Einstein en herbe lui a répondu : « La solution m’est venue lorsque je me suis mis à penser comme un insecte (sic) et que j’ai réalisé que je n’aimais pas voler dans un courant d’air de 30km/h ». Le génie du dimanche est donc entré en mode penser-comme-un-insecte – état proche du coma mais où le patient garde néanmoins quelques facultés essentielles, comme celle d’ouvrir une canette de bière.

C’est ainsi qu’un des faiseurs d’opinion en ce bas monde découvre ébahi le monde qu’il est censé nous expliquer. Même pas largué le pauvre type : carrément en orbite. Car que démontre, de manière anecdotique certes, un tel article ? Que l’auteur n’a jamais traversé le Rio Grande ou, s’il l’a fait, n’a jamais voyagé autrement qu’en des lieux climatisés. Qu’il n’a jamais au grand jamais soulevé son gros popotin d’un siège de taxi pour déambuler à pied parmi la plèbe des chaudes contrées. Qu’il ne s’est jamais assis, comme ça, à côté d’un inconnu pour bavarder. Qu’il n’a jamais pris un thé servi autrement qu’avec des gants blancs. Qu’il n’a pas la moindre idée de comment vivent les 99% de la population mondiale.

En vérité, chers lecteurs, je vous le dis : le jour où ce cousin d’Amérique de nos connards de HEC (ou l’équivalent) découvrira l’éventail, il nous fera sûrement une attaque. Et de quoi parlera-t-il, ce jour-là ? De « l’incroyable appareil à vent artificiel mû par de l’électricité à huile de coude » ?

Du haut de sa chaire de journalisme de référence niveau mondial, Broad fait semblant d’observer le monde à ses pieds – alors qu’en réalité il ne fait que vérifier discrètement l’état du cirage de ses pompes.

Dans un univers parallèle, fait de vrais médias avec de vrais journalistes dedans, l’article de Broad, tel quel et à la virgule près, aurait été un article éminemment ironique en réaction à je ne sais quelle bêtise du jour. Mais j’ai le regret de vous annoncer que nous ne sommes point dans cet univers-là mais bien dans celui-ci. Alors je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Comme maintenant, quoi.

Viktor Dedaj
« la réalité a dépassé ma fiction »

Source : http://www.legrandsoir.info/et-pourtant-elles-tournent-l-incroyable-revelation-d-un-pulitzer-du-new-york-times.html

Rencontrez un insurgé syrien modéré


489785_un-rebelle-syrien-dans-la-ville-septentrionale-d-alep-le-9-decembre-2012Par Pepe Escobar

Salut, mon nom est Mostafa et je serai votre insurgé modéré aujourd’hui. Je m’adresse à vous tous, car nous avons grand besoin de votre aide. Nous aurions pu créer une page Facebook, du style ‘’Nous Avons Besoin d’Armes’’ ou quelque chose comme ça, ou demander à l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme de faire une vidéo YouTube, mais je préfère parler directement à votre cœur.

Notre commandant suprême, le béni général Salim Idriss, a reconnu que nous recevions maintenant beaucoup de nouvelles armes provenant de nombreux pays arabes amis, qui nous ont aidés à « détruire plus de 90 véhicules blindés » du régime syrien. Et Amrika nous a aidés à obtenir les armes, bien sûr. Mais nous avons besoin de plus.

Votre président, M. Obama a dit au Saint roi d’Arabie Saoudite vendredi dernier qu’il s’était engagé à nous fournir un plus grand soutien. Votre secrétaire d’Etat, M. Kerry a déclaré samedi qu’il devrait y avoir un plus grand soutien pour nous « afin d’avoir un impact sur le terrain». Votre CIA a dit qu’ils feront en sorte que nous, les insurgés modérés, obtenions des armes, et non les méchants.

Mais votre Congrès bloque nos armes. Ô gens du Congrès!

Ne soyez pas si mesquins ! Nous avons une telle fraternité des nations ici. Des gens venant de 29 pays différents ! OK, il y a beaucoup de salafistes, certes un peu impétueux. Mais pour nous, ce sont tous des frères. En fait, la plupart d’entre nous sont des insurgés modérés.

Vous n’aimez pas les modérés? Rappelez-vous quand vous cherchiez à parler aux talibans modérés? Maintenant, vous parlez aux talibans modérés! Et les talibans pakistanais, maintenant, sont même en train de nous envoyer leurs hommes pour nous aider! L’autre jour, ils ont déployé le grand drapeau blanc des talibans, quelque part vers la frontière turco-syrienne. Ce fut un moment béni.

Nos frères talibans viennent ici via l’Arabie saoudite. Pourquoi ne faites-vous pas comme l’Arabie ? Ils ne nous ont jamais laissé tomber ; ils se battent toujours contre ces apostats d’iraniens et de chiites. Les talibans aussi, ils savent se battre contre les apostats et les chiites. Donc, nous allons apprendre beaucoup d’eux.

Vous voyez comme c’est dur la vie d’un rebelle modéré? Non seulement nous devons combattre l’odieux dictateur de Damas, nous nous battons aussi contre les apostats chiites et nous avons même à lutter contre les terroristes! O Amrika! Les terroristes sont parmi nous aussi, tout comme ils sont parmi vous.

Je parle de ces terroristes du gang Nusra. Ils ne sont pas bons, pas « clean », comme vous dites en Amrika. Ils ont tué notre frère bien-aimé Kamam Hamami à Lattaquié! Ils ont décapité deux de nos valeureux frères et ont laissé leurs têtes dans une poubelle sur une place de Dana, dans la province d’Idlib, près de la frontière turque. Ils ont violé un garçon local. Ils ne sont pas bons.

Rappelez-vous ce gars qui a mangé le poumon – ou était-ce un rein? – d’un soldat syrien mort? Il était partout sur YouTube? Eh bien, les gens disent qu’il était l’un d’entre nous, et non un djihadiste. C’était un «modéré». OK, je l’avoue, il a peut-être dépassé les bornes, mais qui n’a jamais dépassé les bornes ? Messieurs-dames, sachez qu’il y a une guerre qui se passe ici!

S’il vous plaît, croyez-nous: nous ne sommes pas al-Qaïda, nous sommes les bons gars. Ceux d’Al-Qaïda, ils ne peuvent même pas contrôler qui est un djihadiste d’Irak et qui est un djihadiste de Syrie, ils pensent que c’est deux choses distinctes. Ici, en Syrie il y a tellement des djihadistes de tant d’endroits différents, que nous ne savons même plus pour qui ils travaillent, quel gâchis! Mais cela n’a rien à voir avec nous. Nous sommes les bons gars.

Bon, OK – il est vrai que sur le champ de bataille, nous devons parler à des gens pas si modérés que ça, et nous avons même organisé des opérations ensemble. Après tout, ils sont de meilleurs combattants que nous ne sommes. Certains ont même combattu contre vous, Amrika, dans la province d’Anbar en Irak! Et maintenant, ils sont vos amis! Mais de toute façon, si seulement nous pouvions avoir plus d’armes … Nous les virerions tout de suite d’ici ! Les renverrions au-delà de là où ils sont venus.

Nous vous le promettons, nous ferons absolument tout ce que vous nous demanderez. Nous vous promettons que chaque bataille sera documentée pour vos spécialistes – photos, YouTube, tout, nous vous ferons parvenir un dossier complet à cette salle des opérations qui se trouve en Jordanie. Ainsi, vous verrez que nous sommes vraiment, vraiment modérés. Vous pouvez même faire en sorte que votre NSA nous espionne pour vous assurer que nous sommes vraiment « clean ».

OK, tous nos glorieux bataillons célèbrent les féroces et historiques guerriers arabes sunnites. Mais après tout, ils sont nos héros. Ne célébrez-vous pas vos héros de guerre en Amrika – comme votre président Eisenhower? Donc, oui, nous sommes modérés, comme votre Eisenhower. Nous voulons juste gagner. Qui ne veut pas gagner? Vous n’aimez pas les armes à feu? N’avez-vous pas tous des armes à la maison? Nous aussi nous avons besoin d’armes – pour nous défendre. Alors, s’il vous plaît donnez, généreusement. Nous promettons que nous n’utiliserons jamais ces armes contre vous.

Je vous remercie de votre attention. Je reste votre humble serviteur, Mostafa.

Pepe Escobar

Traduction : Avic

Source : http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-01-160713.html

« Reportage »… ou farce macabre ?


Tribune libre de DJERRAD Amar
Masque à gaz
Petite mise au point sur le « reportage » de soutien aux islamo fascistes et aux cannibales de l’ASL, commis par des « journalistes » du « Monde »…
 
Les Qatariotes se sont payés le PSG et les palaces parisiens, ils peuvent se payer pas mal de… monde…
– La plupart des gaz de combat (sarin et autres neurotoxiques, vésicants…) passent par la peau et un masque à gaz ne sert à rien si on se promène sans une combinaison ou, au moins, un treillis traité, avec des manches longues boutonnées aux poignets.
Avec une barbe, un masque à gaz ne sert à rien : les gaz passent entre les poils.
– Les masques industriels ne sont pas adaptés à la protection contre les gaz de combat.
– Les « journalistes » n’ont pas été contaminés, quelle chance !
– Les seules images relatives au « fond » du propos montrent des barbus auxquels on administre un collyre. Vachement probant !
– Les deux terroristes et les mercenaires qui sont morts à l’hôpital islamiste sont probablement décédés suite aux injections d’atropine injustifiées.
– Les terroristes interviewés donnent des versions différentes des faits. Les symptômes indiqués relèvent principalement d’un état de stress intense et de terreur panique (bien justifiée : ils ont rendez-vous avec les 72 vierges).
– Tout ça pue la mise en scène de bas étage et l’improvisation hâtive. Même les studios d’Al Jazeera nous avaient habitués à plus de professionnalisme dans leurs montages. Les complices otanesques des wahhabo-fascistes doivent vraiment être désespérés. Tant mieux.
– On a opportunément oublié de rappeler que les seules forces mises en cause devant l’ONU (et pas dans la presse à scandale) pour utilisation de gaz de combat sont, justement, les égorgeurs barbus de la soi-disant « ASL ».
– On nous prend encore une fois pour des cons avec les « armes de destruction massive », le pire est que la majorité des gens continue d’avaler les mensonges des médias dominants.
par Claude Petrovic R


————————-
Voir aussi :

Le Monde : journal de référence du mensonge !

Humour : la cellule iranienne d’Al-Qaïda passe à l’offensive aux USA


lego-terroristeCette nouvelle ne m’a pas pas réellement surpris par sa nature (une nouvelle attaque déguisée d’Al Qaeda) mais plus par sa teneur (une cellule iranienne ayant repéré 2600 cibles sur le sol américain) car elle apparaît complètement improbable, disproportionnée et opportuniste à souhait. En effet, le contenu de cet article vient corroborer celui d’infowars qui n’était déjà que pure désinformation (propagé sciemment ou pas…). Le pire est que cet article provient d’un média alternatif appelé WND (America’s independent New Network), c’est dire si ce milieu a été infiltré.

L’article, agite une fois de plus l’épouvantail d’Al Qaeda mais cette fois en Iran comme cela avait été évoqué lors d’un autre soit disant attentat déjoué au Canada quelques jours après celui de Boston. «A 64 ans, c’est la chose la plus hilarante que j’ai entendue. Un « Al-Qaeda iranien » est une nouvelle falsification ridicule. J’espère que les responsables canadiens réfléchissent un peu et prennent en considération l’intelligence des gens et l’opinion publique», avait déclaré le ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, selon l’agence Isna. Comme c’est pratique qu’une cellule terroriste dormante iranienne émerge comme par magie de nulle part juste quand les Etats-Unis et Israël peine à trouver des arguments pour aller guerroyer dans la région. N’est-ce pas là une occasion en or? Surfant sur la vague de la vengeance Al Qaedienne mais cette fois impulsé par Téhéran, l’article ne se prive rien. L’article indiquerait par exemple qu’une coalition impliquant les Al-Qods (forces spéciales iraniennes), le Hezbollah et Al Qaeda aurait été crée pour l’occasion et que 3 cibles américaines auraient été désignés. En voici un extrait:

« L’Iran a donné le feu vert à des agents de trois groupes terroristes qui ont infiltré les Etats-Unis pour effectuer des missions, y compris ce qui est prévu pour être une attaque de type Mumbai-style sur un hôtel où des innocents seraient tués, a appris WND.  

Un rapport complet avec de nombreux détails sur les missions a été transmis aux autorités américaines.

Trois cibles ont été choisis en Amérique pour une attaque imminente, et les équipes de terroristes ont maintenant coupé les communications avec le centre opérationnel en Iran, un signe que les attaques sont en cours de préparation, selon un officier de renseignement de haut niveau au sein du régime islamique.

Si une seul de ces attaques se produit, le régime considérera l’opération comme un succès, selon la même source. Téhéran croit, dit-il, qu’une attaque ne remonterait pas vers l’Iran en raison de la nationalité des opérateurs. »

Ce passage est hilarant (ou comment tenter d’obtenir la soutien de leur false flag par un de leur ennemie juré et passer pour des victimes par dessus le marché):

« La source a déclaré que le régime considère l’attentat de Boston comme une attaque terroriste réussie dans laquelle la peur a été distillée,le renseignement américain questionné et le sentiment de sécurité est diminuée. Il doit encore y avoir un lien vers un groupe ou un pays spécifique. »

Ce passage est pas mal non plus (en gros vous remplacez le terme Iran par Etats-Unis et on est proche de la réalité):

« L’Iran estime que la perception de la sécurité en Amérique qui a contribué à responsabiliser ses actions dans le Moyen-Orient doit être tourné à 180 degrés, non seulement pour vaincre et faire dérailler tous les prévisions américaines sur la base de renseignements recueillis, mais aussi pour déstabiliser la situation politique, économique et social en Amérique , a dit la source.[…]Maintenant des opérations continues doivent être menées dans le territoire américain afin de modifier cette équation.« 

Et là, le clou du spectacle, le délire totale et on y intègre au passage une petite connexion avec Damas, ça ne mange pas de pain de mouiller la Syrie au passage:

« Plus de 2.600 cibles, y compris des lieux publics, bâtiments gouvernementaux et installations militaires, ont été choisis pour être attaqué et une reconnaissance a été effectuée. Des informations sur certaines des cibles, basée sur une connaissance directe de la source, a été donné aux autorités américaines pour neutraliser la menace et confronter les terroristes. Ils comprennent les bâtiments spécifiques du gouvernement, des réseaux d’information, des centres commerciaux et des événements sportifs.

Cette nouvelle coalition a également préparé une attaque de grande envergure pour venger la mort d’al-Qaïda, Oussama Ben Laden pour satisfaire Seif Adel, le chef opérationnel d’Al-Qaida, pour sa collaboration avec le régime iranien.[..]Le régime radical au pouvoir en Iran a mis en place plusieurs canaux de soutien financier de la nouvelle coalition avec ses activités terroristes. De multiples commerces, des institutions culturelles et financières aux États-Unis font partie de ce réseau. La connexion comprend des personnes dirigeant des entreprises à Damas ayant des liens avec Al-Qaïda en Amérique. »

La question est ou ce média est allé péché des « informations » aussi précises sur des soit disant attentats à venir? Ces informations ne proviendraient t-elle pas directement du gouvernement américain? Quoi de mieux que d’annoncer à l’avance les plans de l’ennemie pour justifier par avance son implication…qui plus est quand celle ci est inventée.

Même si celui ci nie par la suite, cela ne servira à rien. Ben Laden n’a jamais revendiqué les attentats de 2001, Sadam a toujours nié pour les armes de destructions massives, l’Iran a Toujours nié qu’il aient un programme nucléaire militaire: cela a-t-il fait une différence?Non.

Dans le même temps on retrouve un détail intriguant sur la page Tweeter de la maison blanche. L’aigle, symbole de souveraineté, force et prestige, est présenté tête en bas. Un signe?

aigle maison blanche

Sources : http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/05/le-gouvernement-americain-se-prepare.html

Boston : « Le FBI m’a tuer* » ?


Djokhar Tsarnaev BostonOn peut se demander jusqu’où iront les médias dans leur entreprise de nous enfoncer dans la tête l’histoire des attentats de Boston. Après les mensonges, la désinformation, la manipulation, voici les révélations tardives qui sortent des chapeaux des magiciens journalistiques américains. Ce qu’il y a de bien chez les terroristes, c’est qu’ils sont bavards et aiment écrire. Ce qui permet de les coincer facilement après leur méfait. Les frères  Tsarnaev n’échappent pas à la règle. Même mourant, le jeune Djokhar Tsarnaev a éprouvé le besoin de rédiger une confession en bonne et due forme, dans le bateau où il a été découvert agonisant. C’est CBS qui nous le raconte, jeudi. Il s’agirait d’un message manuscrit sur la paroi intérieure du bateau, présentant le double attentat de Boston comme des représailles contre les Etats-Unis pour les guerres menées dans des pays musulmans.

D’après John Miller, journaliste de CBS News et ancien porte-parole du FBI, le message disait en gros ceci : « les attentats étaient des représailles aux crimes américains contre des musulmans dans des endroits comme l’Irak et l’Afghanistan et les victimes des attentats de Boston étaient des ‘victimes collatérales’, de la même manière que des innocents sont des victimes collatérales des guerres menées par les Etats-Unis à travers le monde ».

C’est bien connu qu’un terroriste ne sort jamais sans son stylo à l’encre sympathique qui ne sera visible qu’un mois après son geste. Le second frère, Tamerlan, n’a pas eu le temps d’écrire quoi que ce soit, car on n’a trouvé qu’un seul message. Il avait peut-être oublié son stylo ? En tout cas, il serait mort sans avoir délivré son message. Ce qui n’empêche pas le frère de le considérer comme martyr, le but suprême de tous les terroristes du monde.

Nous l’attendions cette revendication qui ne venait toujours pas. Eh bien  nous l’avons enfin, après un mois d’angoissantes questions. Il ne faut jamais désespérer.

Avic

(*) pour les non français, il s’agit d’une référence à une vieille histoire judiciaire franco-française dans laquelle la victime, avant de mourir avait gravé sur le mur « Omar m’a tuer ».

Les médecins américains sont des magiciens !


Jeff-Bauman

Un vrai miracle. Jeff Bauman, la victime doublement amputée lors de l’attentat de Boston est devenu un symbole aux Etats-Unis.  Il vient d’être acclamé samedi lors d’un match de hockey sur glace opposant l’équipe de Boston à celle de Toronto.

En pleine forme, il brandit les couleurs de son équipe avec enthousiasme, sous l’ovation du public. Cet ancien militaire est surtout un miracle ambulant. En seulement 15 jours après avoir perdu ses deux jambes pendant l’attentat, les médecins ont réussi à le remettre sur pied, terminé sa rééducation tout en lui donnant une parfaite maîtrise de son fauteuil qu’il manie comme s’il lui a toujours été familier. Pas de douleurs visibles sur son visage. Il est même rayonnant, et semble heureux d’être là. On a du mal à imaginer qu’il sort de l’hosto, après un si grave traumatisme. Bravo les chirurgiens de Boston. Les psychologues aussi méritent notre respect. En quelques jours ils ont balayé toutes les séquelles et ont su redonner le sourire et la joie de vivre à notre jeune héros. Il est vrai que, d’après les photos qui avaient circulé après la double explosion (voir ici), il n’avait pas l’air en état de choc, et n’avait pas, semble-t-il perdu du sang (pas une seule goutte visible). Il est vrai aussi que c’est un ancien marine, un vrai Rambo, qui serait capable de traverser l’enfer avec deux jambes en moins pour rejoindre sa base, et ce, sans tourner de l’œil une seule fois. Sur son fauteuil tout neuf, on s’attendrait presque à le voir se lever, comme à la cour des miracles.

S’il l’avait fait, combien de personnes dans ce grand stade auraient été vraiment surprises, selon vous ?

Avic

Syrie : Israël entraîne les US et l’UE dans la guerre


Robert Fisk –

Le silence des États-Unis et de l’Union Européenne équivaut à une claire approbation.

Bâtiments de la banlieue de Damas, bombardés par l’aviation sioniste - Photo : AFP/SANA
Bâtiments de la banlieue de Damas, bombardés par l’aviation sioniste – Photo : AFP/SANA

Des lumières d’incendies dans le ciel de Damas. Un autre raid israélien – « audacieux » bien sûr, pour les pro-Israéliens, et le second en deux jours – contre l’armement de Bachar al-Assad, des installations militaires et des dépôts d’armes. L’histoire est bien connue : les Israéliens voulaient empêcher une cargaison de missiles Fateh-110 de fabrication iranienne et envoyés par le gouvernement syrien, de parvenir au Hezbollah au Liban. Lire la suite Syrie : Israël entraîne les US et l’UE dans la guerre

Après Chavez, qui sera le nouveau « diable » ?


masque-diable

« Ce sont toujours les meilleurs qui s’en vont ». On entend cette formule presque à chaque enterrement. Elle est tellement utilisée qu’elle en a perdu son sens, pour ressembler à ces expressions que l’on place quand on n’a plus rien à dire. Mais, aujourd’hui, elle est pleinement vraie. Avec la disparition de Hugo Chavez, précédée de peu par celle de Stéphane Hessel,  la formule reprend son sens. Ces deux hommes avaient un point commun : un grand amour de l’humanité. Oui, ça existe. Et ça étonne certains. Ca les hérisse même, car aimer l’Homme c’est ne pas accepter qu’on lui fasse du mal. Chavez et Hessel étaient tous deux des défenseurs des plus faibles. Ils voulaient le bonheur et la liberté pour tous. A leurs yeux, la liberté est un bien et un droit universel, non pas seulement  pour les individus, mais également pour les peuples, tous les peuples.

Lire la suite Après Chavez, qui sera le nouveau « diable » ?

DIEUDONNÉ PRÉSENTE SON SPECTACLE, «FOXTROT», À ALGER


Délires dieudonnesques

Par : Sara Kharfi

Foxtrot1La liberté d’expression continue de hanter la plume et l’humour de Dieudonné M’bala M’bala. A la faveur de son spectacle, présenté jeudi à Alger au Grand Chapiteau de l’hôtel Hilton, l’humoriste a exploré les limites et les travers de cette liberté d’expression, tout en faisant tordre de rire les spectateurs sur des sujets divers, comme la mémoire de la Shoah, le sionisme, la laïcité et la souffrance du monde d’aujourd’hui.

Lire la suite DIEUDONNÉ PRÉSENTE SON SPECTACLE, «FOXTROT», À ALGER

A vendre : Très beau pays, bien situé…


l-emir-du-qatar-cheikh-hamad-ben-khalifaVue sur la Mer, Trois plages privées (la Manche, l’Atlantique, la Méditerranée). Séjour agréable, ensoleillé plusieurs mois par an, bonne isolation thermique (ni trop chaud, ni trop froid).  Cuisiniers hors pair au service d’une gastronomie classée patrimoine mondial de l’Unesco. Douceur de vivre légendaire.  Gens de maison stylés, avec une longue expérience dans le service, renouvelables tous les 5 ans.

Pour toute information, s’adresser au concierge : Palais de l’Elysée –Paris, qui dispose d’un personnel compétent  prêt à satisfaire tous vos besoins.

Le service de communication et de promotion, à travers un très large réseau de médias, est fourni moyennant une participation modique.

Lire la suite A vendre : Très beau pays, bien situé…

Nouvelles d’ailleurs : Les lois de Murphy à la sauce Malienne


Mariem DerwichtLoin de moi l’idée de tirer sur une ambulance mais si l’on devait retenir une chose pendant cette guerre au Mali, c’est la déliquescence quasi ironique de l’armée malienne. Vous avez vu l’entrée à Gao des troupes « libératrices » maliennes?

On voit dans les reportages diffusés sur France2 un général malien, bien assis dans son véhicule militaire, et un soldat français qui vient vers lui en lui disant : « C’est bon, Mon Général, la ville est libre, vous pouvez y aller »!
Remarquez, cette propension à récolter les lauriers des autres est un bon signe vital d’instinct de survie.
Le militaire malien, apparemment, a cet instinct chevillé au corps : il regarde, attend que le boulot soit fait puis il rentre dans la ville libérée sous les youyous des habitants. CQFD.
Lire la suite Nouvelles d’ailleurs : Les lois de Murphy à la sauce Malienne

Enseignement supérieur : Nouveau paradigme.


amphitheatreEn France, à chaque arrivée d’un nouveau gouvernement nous avons droit à une multitude de réformes sensées améliorer l’enseignement. Bien entendu, aussitôt proposées, aussitôt rejetées par la rue. Elles suivent naturellement le chemins des réformes antérieures, direction poubelle.Nous avons l’habitude. Les ministres eux-mêmes connaissent déjà le sort de leurs textes avant même qu’ils ne soient proposés. Nous sommes en France, non ? Eh bien c’est fini tout ça. En haut lieu, on raisonne différemment, désormais. Nouvelle approche, nouveau paradigme.

Lire la suite Enseignement supérieur : Nouveau paradigme.