Einstein, escroc ou mythomane ?


einstein

À qui attribuer la paternité de la théorie de la relativité restreinte ? Si aujourd’hui encore Einstein en est considéré comme le seul père, c’est qu’en 1905, il publie dans la prestigieuse revue allemande Annalen der Physik quatre articles majeurs qui retiennent toute l’attention du monde scientifique. Deux d’entre eux sont liés : datés du 30 juin et du 27 septembre 1905, ils formulent la théorie de la relativité restreinte telle qu’on l’entend aujourd’hui, théorie fondée sur les travaux de Lorentz et du mathématicien français Henri Poincaré, très occultés.

En effet, dans ses publications de 1905, Einstein ne fait aucune référence aux articles de Poincaré qui pourtant a largement contribué à bâtir la théorie. En 1900, il a publié un article dans lequel il a établi l’équivalence masse-énergie, soit, m = E/c2. Cette formule, mieux connue sous la forme E = mc2, qui fait partie intégrante de la relativité restreinte, n’est donc pas attribuable au seul Einstein. De plus, le 5 juin 1905, devant l’Académie des Sciences à Paris, Poincaré a complété les transformations de Lorentz et a prouvé l’invariance des équations de Maxwell dans une note de 5 pages, Sur la dynamique de l’électron, développée quelques semaines plus tard en un mémoire de 50 pages publié le 23 juillet. Par là, Poincaré arrive sensiblement aux mêmes conclusions qu’Einstein, mais avec deux mois d’avance.

En 1905, Einstein a 26 ans, et les relations franco-allemandes sont sous tension. Un élément qui peut expliquer son geste ? Plus encore, ni l’éditeur des Annalen der Physik, Paul Drude, ni son éditeur adjoint Max Planc ne pouvaient ignorer les travaux du français Poincaré et un tel article n’aurait jamais dû être publié tel quel. Et quand on sait qu’Einstein était le poulain de Max Planck, on peut penser qu’il y a eu complicité. Lors de la parution de sa publication, il ne cache pas son soutien au jeune Einstein : « En audace ce principe dépasse probablement tout ce qui a été conçu dans la science naturelle spéculative. Ce principe a apporté une révolution dans notre image physique du monde qui, en étendue et profondeur, peut être seulement comparée à celle qui fut introduite par le système copernicien du monde ». Les éditeurs sont avec Einstein les coauteurs de cette malhonnêteté intellectuelle.

Mais pourquoi aucune rectification n’a-t-elle été apportée ensuite ? Dans son article lapidaire, « Einstein le plagiaire du siècle », Richard Moody dénonce une véritable conspiration du silence. Il s’appuie sur des citations de plusieurs scientifiques dont celle de G. Burniston Brown (1967) : « On s’apercevra que, contrairement à la croyance populaire, Einstein n’a joué qu’un rôle mineur dans la définition de la formule usuelle de la relativité restreinte, que Whittaker a appelé la théorie de la relativité de Poincaré et de Lorentz ».
Edmund Whittaker, mathématicien et historien des sciences britannique, est le premier semble-t-il à attaquer Einstein dans son ouvrage Histoire des théories de l’éther et de l’électricité : il intitule le chapitre 2 du tome II, paru en 1953, « La théorie de la relativité de Poincaré et Lorentz », en précisant page 40, qu’en 1905, « Einstein a publié un article qui exposait la théorie de la relativité de Poincaré et Lorentz, avec quelques développements ». Whittaker crédite également Henri Poincaré pour la formule E = mc².
Peu d’organes de presse ont parlé des ces révélations. Cependant, Le Nouvel Observateur, dans son article « Il n’a pas inventé le concept d’espace-temps, Einstein plagiaire ? » publié en août 2004, nous présente Jean Hladik, physicien et auteur du livre Comment le jeune et ambitieux Einstein s’est approprié la relativité restreinte de Poincaré. Il affirme qu’Einstein « n’apporte rien de nouveau » et que Poincaré est « bien meilleur qu’Einstein ».
« Aujourd’hui, il faut se rendre à l’évidence, écrit Claude Allègre : Einstein n’a pas inventé la théorie de la relativité (restreinte). Le premier découvreur de cette théorie fut un Français : Henri Poincaré. La physique mondiale sait cela depuis que le Britannique Edmund Whittaker l’a dit, mais peu de scientifiques compétents ont voulu s’assurer de la véracité de ce fait. Personne n’osait s’interroger sur les mérites du génie absolu. La physique moderne avait sacralisé Einstein. »
Einstein réaffirme pourtant en 1946 qu’il n’avait pas connaissance des travaux ni Lorentz, ni de Poincaré : « Il est hors de doute que si l’on jette un coup d’œil rétrospectif sur son évolution, la théorie de la relativité était mûre en 1905. Lorentz avait déjà découvert, par l’analyse des équations de Maxwell, la transformation qui porte son nom. De son côté, Henri Poincaré a pénétré plus profondément dans la nature de ces relations. Quant à moi, je n’avais connaissance, à cette époque, que de l’œuvre importante de 1895 de Lorentz mais non des travaux ultérieurs de Lorentz et, pas davantage, des recherches consécutives de Poincaré. En ce sens, mon travail de 1905 est indépendant.»
Témoignage difficile à croire, en raison de la renommée, déjà mondiale, de Poincaré avant 1905. D’autant plus que, selon Etienne Klein, physicien français, Einstein avait proposé en 1902 à l’Académie d’Olympia un débat autour du livre La Science et l’Hypothèse de Poincaré, qu’il avait donc lu avant la rédaction de ses articles majeurs, ouvrage de vulgarisation dans lequel l’auteur déclare qu’il faut renoncer à l’idée d’un temps absolu dans l’univers. C’est l’un des fondements de sa théorie, le pas conceptuel qu’il fallait franchir pour dépasser la mécanique newtonienne.
Ainsi, sans nous tromper, nous pouvons affirmer que Poincaré a précédé Einstein. Cependant Einstein a su, semble-t-il, simplifier cette théorie. C’est en tout cas sa première publication, parce qu’il sent qu’il peut aller plus loin, qui le pousse à travailler pendant dix ans, jusqu’en 1915, à l’élaboration de la relativité générale, théorie étendue de la relativité restreinte. Mais cette fois encore, quelqu’un l’a précédé. David Hilbert, mathématicien allemand, souvent considéré comme l’un des plus grands mathématiciens du xxe siècle, au même titre que Henri Poincaré, présente ses travaux le 20 novembre 1915 à l’Académie royale des sciences de Göttingen. Cinq jours avant Einstein.
En 1997, pourtant, Leo Corry, Juergen Renn et John Stachel révèlent, dans le journal La Science, « un document inédit, annoté de la main même de David Hilbert, qui prouve de façon indubitable la paternité einsteinienne de la relativité générale. » (Selon le journal Le Monde, dans son article « L’honneur sauvé d’Albert Einstein ».) Ce n’est pas l’avis de Winterberg, physicien, qui réfute ces conclusions en 2004, observant que le document publié par Corry et Renn a été déformé pour en faire disparaître un passage essentiel : celui qui montre que l’article original d’Hilbert comprenait l’ensemble de la théorie. Il dénonce « une tentative brute par un certain individu inconnu de falsifier le disque historique. » Il propose son article à La Science, journal dans lequel était paru l’article tentant de laver l’honneur d’Einstein, qui refuse de le publier. Il est donc finalement publié dans la revue allemande Zeitschrift für Naturforschung.
Si nous croyons donc Whittaker et Winterberg, Einstein a plagié Poincaré pour la relativité restreinte et Hilbert pour la relativité générale. Mais malgré cette vérité, et comme le montre le film de Jean-Marc Serelle Einstein et nous, le mythe d’Einstein demeure. Nous pouvons alors nous demander si Einstein est le seul. Dans quelle mesure l’histoire des sciences s’est-elle construite sur des illusions ?
Jules Bernard
Henri Poincaré, véritable fondateur de la théorie de la relativité
Henri Poincaré, véritable fondateur de la théorie de la relativité
Références
  • Augereau Jean-François, « L’honneur sauvé d’Albert Einstein », Le Monde, 21 novembre 1997.
  • Einstein Albert, Articles publiés en 1905 par dans la revue Annalen de physik.
    • « Zur Elektrodynamik bewegter Körper », Annalen de physik (Berlin), vol. 322, n° 10, 1905, p. 891–921
    • « Ist die Trägheit eines Körpers von seinem Energieinhalt abhängig? », Annalen de physik (Berlin), vol. 323, n° 13, 1905, p. 639–641
  • Gruhier Fabien, « Il n’a pas inventé le concept d’Espace-Temps. Einstein plagiaire ? », Le Nouvel Observateur, n° 2074, 5 août 2004.
  • Hladik Jean, Comment le jeune et ambitieux Einstein s’est approprié la relativité restreinte de Poincaré, Ellipses, 2004.
  • Moody Richard, « Albert Einstein, le plagiaire du siècle », Nexus Magazine, vol. 11, n°1, décembre-janvier 2004. Disponible sur http://allais.maurice.free.fr/Einstein.htm (dernière consultation le 20 février 2012).
  • Poincaré Henri, Sur la dynamique de l’électron, 5 juin 1905, suivi du mémoire du même titre, publié le 23 juillet.

8 réflexions sur « Einstein, escroc ou mythomane ? »

  1. pour les inities et les physiciens, c’est une chose acquise que albert einstein n’a fait que synthetiser les travaux de poincarre et de lorentz, mais sachez que ceci ne diminue point de sa valeur scientifique, ila reedite le coup avec debye l’indou.

  2. JE REJETTE LES INITIES ET LES INITIATEURS.
    LA SCIENCE C EST DE LA TECHNIQUE QUI SE CHERCHE OU QU ON CHERCHE.

    Pour chaque étudiant et ex étudiant. Rappelons qu une théorie n est qu une somme d hypothèses NON PROUVÉES.
    LE MONSTRE DU LOCH NESS AURAIT LES YEUX VERTS.
    VOILA UNE HYPOTHÈSE
    ET VOICI UNE THÉORIE : LA MONSTRE DU LOCH NESS AURAIT LES YEUX VERTS PARCE QUE VERT EST UNE COULEUR secondaire COMPOSÉE BLEU ET JAUNE ET LE BLEU EST LA COULEUR DE L EAU.
    VOILA UNE THÉORIE.
    Et que faisons nous avec une théorie ?
    ON ECRIT 10 000 LIVRES et on fait pisser l encre.

    Pour revenir au vrai sujet, la Physique et l élan coupé il y a un siècle.
    Poincaré avait des propositions. Kaluza et Klein avaient des propositions, qui débouchaient vers une (des métriques) et donc des expériences.
    Mais voilà que les mots deviennent IMPORTANTS, plus important que les faits et que les juteuses hypothèses, ON INVENTE « RELATIVITÉ » ET ON AJOUTE « LOI ».

    ALLONS VERS LE CONCEPT.
    Dans CONCEPT il y a CEPT qui ne veut rien dire.
    J AI UN FAIBLE POUR LES ID7ES, IL EST POSSIBLE DE FAIRE DES IMAGES SUR UNE IDÉE.
    LE CONCEPT : UN CINTRE SANS ? ;o)

    Dans le projet Manhattan le Génie lavait des éprouvettes.
    Le génie, le vrai c était Oppenheimer, mais après FERMI et MAIORANA.
    PHYSIQUE ?
    MORTE! LES MATHÉPHYSICIENS OU ALCHIMISTES L ONT MANGE.
    LE BOSON DE HIGGS ?
    QUI L A VU ?
    PERSONNE.
    DU COUP ON RECALIBRE LE LHC PLUS CHER TOUJOURS PLUS CHER … POUR RIEN.
    PEUT ÊTRE AURONS NOUS LE BOTTOM DE HIGGS ?

    .. ITER ? UNE ALLUMETTE A 26 Milliard d €.
    CELA FONCTIONNE UNE FOIS? PAS LONGTEMPS ET ON NE RETIRE AUCUNE INFORMATION POUR LA PROCHAINE EXPERIEINCE…

    ET CES GENS LA VOUS LES PAYEZ AVEC MON ARGENT.

    Z MACHINE des milliards de degrès et aucun brulé ?

    NON MESSIEURS , VOUS ÊTES TROP CHERS A MON COEUR. IMPAYABLES.

    AVEZ VOUS LU LES THESES DE PHYSIQUE DES 20 DERNIERES ANNES ?
    NUL !

    EN DESSOUS DE NUL QU EST CE QU IL Y A ?

    ARGAN

  3. Einstein était un charlatan. Il a été mis en scène certainement par la Fondation Rockefeller, ou bien un organisme similaire, non pour bloquer la science, mais plutôt pour ne pas divulguer publiquement ses avancées, et se réserver la connaissance.

    Et ce n’est pas parce qu’Einstein a plagié Poincaré que la théorie de relativité restreinte est juste.

    La formule e=mc2 était connue depuis au moins 1881. Elle est citée par le Dr Gustave Lebon dans son article « L’électricité et les forces de l’avenir », paru dans la Revue Scientifique du 5 novembre 1881.

    Cette formule indique simplement que la matière « emprisonne » l’énergie électromagnétique, ou, inversement, que la force de gravitation est proportionnelle à l’énergie. Mais, puisque c, la vitesse de la lumière, n’est pas du tout une constante, elle est incomplète et ne donne qu’une idée approximative de la réalité.

  4. En l’an de grâce 1960, mon prof de philo (qui nous faisait l’histoire d’une théorie, en l’occurrence celle de la lumière) nous avait déjà instruits de l’escroquerie einsteinienne. Les travaux de Lorentz et Fitzgerald consécutifs à ceux de Michelson et Morley, ceux de H. Poincaré ainsi que la géniale axiomatique de D. Hilbert ( imaginant un espace courbe dans lequel la somme des angles d’un triangle serait supérieure à deux droits), tout cela a été attribué au plagiaire Einstein, de manière grotesque. La Hasbara sioniste fera le reste.
    Mais on ne dit pas assez que, non content de piller les autres, le plagiaire exploitait sa propre femme (mathématicienne géniale) en l’obligeant à faire silence sur ses propres travaux qu’il s’attribuait sans vergogne !

  5. Einstein, Pasteur des escrocs!, pourquoi pas alors charles lindbergh. ll à sans doute traversé l’ atlantique, avec un frère jumeau!évidemment.

  6. Je crois que les auteurs de tous ces articles concernant  » L’escroquerie  » d’Einstein perdent de vue un détail important :
    Au début du XXeme siècle, la communauté des physiciens et mathématiciens n’ était pas en concurrence sordide comme aujourd’hui, où les scientifiques dépendent de fonds privés qui s’empressent de déposer des brevets et de commercialiser la moindre rognure d’idée. La reconnaissance de leurs pairs leur suffisait amplement.
    Pour ceux qui ont lu les biographies d’Einstein, jamais celui-ci n’a fait son auto-promotion, et encore moins dans un but financier, puisqu’il a dû attendre l’âge mûr avant de pouvoir commencer à vivre décemment.

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site de réflexion et de réinformation

%d blogueurs aiment cette page :