Archives du mot-clé Al Qaeda

La famille royale saoudienne est derrière les crimes de l’EIIL en Syrie


Saudi royal family behind ISIL crimes in Syria: ReportUn membre de l’État Islamique de l’Irak et du Levant (EIIL) qui a été fait prisonnier a révélé que l’EIIL et d’autres groupes militants en Syrie ne sont pas seulement soutenus par un membre de la famille royale saoudienne, mais que l’individu en question est en fait le véritable chef de l’EIIL. Lire la suite La famille royale saoudienne est derrière les crimes de l’EIIL en Syrie

La guerre secrète des Etats-Unis dans 134 pays


346157_Special_Operations_forces_La croissance des Opérations Spéciales

Nick Turse  – TomDispatch.com

Ils agissent dans la splendeur verte de la vision nocturne dans le Sud-ouest Asiatique et guettent dans les jungles d’Amérique du Sud. Arrachent[i] des hommes de leur foyer au Maghreb et tirent[ii] contre des militants fortement armés dans la Corne de l’Afrique. Ils sentent l’écume salée quand ils volent au ras des vagues dans le turquoise des Caraïbe et le bleu intense du Pacifique ; Ils mènent à bien des missions dans la chaleur étouffante des déserts du Moyen Orient et dans la Scandinavie glaciale[iii]. L’administration Obama a entrepris une guerre secrète sur toute la planète[iv] dont l’amplitude n’a jusqu’ici jamais été complétement révélée. Lire la suite La guerre secrète des Etats-Unis dans 134 pays

Préparer Genève 2


UN Geneva Office and Flags 2A la conférence de Genève II, ce sera l’apothéose du cynisme de la réal-politique. Au nom de l’intérêt général, tous les protagonistes vont tenter de faire comme s’il ne s’était rien passé en Syrie. Trois ans de guerre, des dizaines de milliers de morts ? Oubliez cela. Il y a avant tout un pays à reconstruire, avec tous ses contrats juteux qui feront l’objet d’âpres combats entre les loups qui apparaîtront comme des hommes de paix dont la seule préoccupation est le bien-être des syriens. Lire la suite Préparer Genève 2

La « Rendition* » d’un Palestinien


La CIA est venue chercher Jabour pendant la nuit

JEFFREY ST. CLAIR,

lotfi_morteza20120525163747920Ils sont venus chercher Jabour pendant la nuit. Des hommes lui ont ordonné de se mettre face au mur et lui ont mis des menottes et des chaînes aux pieds. On lui a mis un bandeau sur les yeux. On l’a fait sortir de la cellule qu’il occupait à Islamabad et on l’a fait monter dans un véhicule.

Jabour a été conduit dans la salle de bain d’un aéroport où on lui a enlevé son bandeau. Il s’est vu entouré d’un groupe d’Etatsuniens qui communiquaient par signes.

Un docteur s’est approché, il a pris la tension de Jabour puis lui a injecté une drogue. Jabour s’est senti pris de vertiges. On lui a mis une cagoule noire sur la tête et on l’a conduit dans un avion de l’armée. Ses mains étaient attachées derrière son dos et ses jambes à un anneau soudé au sol de l’avion. « J’ai compris que ma fin était proche, » a dit Jabour plus tard.

C’est l’histoire de la « rendition » d’un homme, juste un parmi les centaines qui ont été enlevés, torturés et déshumanisés au cours des guerres qui ont suivi le 11 septembre.

Marwan al-Jabour est un Palestinien né à Amman, en Jordanie. En 1994, il est parti au Pakistan pour compléter son éducation. Au printemps 2004, Jabour a été arrêté par le trop célèbre ISI (services de renseignement militaire pakistanais) après un dîner avec un ami professeur d’université à Lahore. Il a été conduit dans une prison où on l’a interrogé sur son ami et sur l’endroit où se trouvaient les militants arabes.

A plusieurs reprises, pendant la nuit, il a reçu des coups de poings, des coups de pieds et des décharges électriques. Deux jours plus tard, deux Etatsuniens sont entrés dans sa cellule et l’ont questionné sur ses liens avec al-Qaeda. Il a nié encore et encore avoir des liens avec des terroristes.

Jabour est resté en prison au Pakistan presque un mois, faisant régulièrement l’objet de tortures et de menaces terribles contre sa femme et ses deux enfants. Il est resté attaché pendant quatre jours consécutifs, sans même avoir le droit d’aller aux toilettes. On ne lui a jamais dit de quoi on l’accusait et il n’a pas pu voir d’avocat. Puis les Etatsuniens sont revenus.

Les hommes qui l’ont mis dans un avion, cette nuit-là, travaillaient pour la CIA. La prison où ils l’ont emmené est une prison fantôme, un lieu d’interrogatoire secret de la CIA dans un coin perdu d’Afghanistan.

Deux gardes ont mis Jabour dans une cellule d’un mètre de large sur deux mètres de long et lui ont arraché ses vêtements. Une de ses mains a été attachée à un anneau dans le mur et ses pieds à un anneau dans le sol. Deux caméras vidéos étaient braquées sur lui. Des hauts parleurs diffusaient du Heavy Metal à plein volume nuit et jour. Ils l’ont laissé là tout nu.

Les gardes sont revenus le lendemain; ils l’ont rasé et lui ont lavé la tête, l’ont détaché et l’ont emmené toujours nu dans une salle d’interrogatoire. Il y avait là dix personnes, dont deux femmes et un docteur. Le docteur a été filmé pendant qu’il examinait le corps nu de Jabour. Puis on l’a poussé sur une chaise et on a attaché ses mains et ses pieds. Un grand homme très musclé appelé « Marine » s’est positionné derrière lui, d’un air menaçant.

 

Ses interrogateurs ont prévenu Jabour que s’il ne coopérait pas, il serait enfermé dans la Niche à Chien qu’un homme lui a montré du doigt : une petite boîte de bois d’un mètre de côté. Ils ont montré des centaines de photos à Jabour tout en le pressant de questions. Cela a duré pendant des jours, des semaines et des mois. Pour toute nourriture on lui donnait des boîtes de conserve périmées. Par moments et sans raison particulière, ses détenteurs l’enchaînaient pendant des heures dans des positions douloureuses.

Cela a duré pendant plus de deux ans. Ses jambes étaient attachées en permanence, sa cellule n’avait pas de lumière, ses yeux étaient couverts d’un bandeau chaque fois qu’on l’emmenait à la salle d’interrogatoire ou qu’on l’en ramenait. Les réponses de Jabour n’ont pas varié. Il n’était pas un terroriste. Il ne connaissait pas les hommes des photos. Il n’avait aucun lien avec al-Qaeda.

Cela n’a pas été porté à la connaissance de Jabour mais, fin juin 2006, la Cour Suprême a statué que les détenus emprisonnés par le gouvernement sous le nom de combattants ennemis étaient protégés par la Convention de Genève. Quatre semaines plus tard, on a annoncé à Jabour qu’il allait être transféré à nouveau. Une fois de plus on lui a ôté ses vêtements. Cette fois on lui a même mis des couches.

A nouveau, ses geôliers ont filmé sons corps nu. On lui a mis du coton dans les oreilles et sur les yeux, un épais bandeau de caoutchouc autour de la tête et un masque sur le visage. « J’avais l’impression d’être une momie, » a dit plus tard Jabour aux enquêteurs de Human Rights Watch.

Avant de le mettre dans l’avion, ses geôliers l’ont malmené et l’ont forcé à s’asseoir sur une chaise près d’un autre prisonnier. Ils a entendu trois coups de feu et puis on l’a fait monter dans un petit avion; quatre heures après, il atterrissait en Jordanie où il a été finalement remis aux Israéliens et relâché à Gaza. Il a été retenu prisonnier sur ordre de la CIA pendant plus de deux ans et demi.

Cela fait maintenant sept ans que Jabour a été libéré. Il attend toujours qu’on lui fasse justice. Quand cela arrivera-t-il? Qui lui rendra justice?

Nous sommes parfaitement conscients que ces évènements sont abominables. Nos dents grincent; notre coeur se soulève. Notre indignation augmente avec la révélation de chaque iniquité; parce que nous avons une conscience et de l’empathie. Nous ressentons de la honte et de la colère devant les crimes révoltants dont s’est rendu coupable notre gouvernement en notre nom. Parce que nous exprimons notre dégoût nous nous sentons moralement supérieurs aux tortionnaires.

Mais qu’est-ce que nous avons fait?

demandez à Jabour. Il le sait.

JEFFREY ST. CLAIR est le rédacteur en chef de CounterPunch et l’auteur de Been Brown So Long It Looked Like Green to Me: the Politics of Nature, Grand Theft Pentagon et Born Under a Bad Sky. Son dernier livre est Hopeless: Barack Obama and the Politics of Illusion.

Notes:

*Enlèvement et transfert illégal d’un « suspect ».

Pour consulter l’original:  suivre ce lien.

http://www.oulala.info/2013/08/la-rendition-dun-palestinien/#sthash.R7UNvZll.dpuf

Traduction: Dominique Muselet

 

Humour : la cellule iranienne d’Al-Qaïda passe à l’offensive aux USA


lego-terroristeCette nouvelle ne m’a pas pas réellement surpris par sa nature (une nouvelle attaque déguisée d’Al Qaeda) mais plus par sa teneur (une cellule iranienne ayant repéré 2600 cibles sur le sol américain) car elle apparaît complètement improbable, disproportionnée et opportuniste à souhait. En effet, le contenu de cet article vient corroborer celui d’infowars qui n’était déjà que pure désinformation (propagé sciemment ou pas…). Le pire est que cet article provient d’un média alternatif appelé WND (America’s independent New Network), c’est dire si ce milieu a été infiltré.

L’article, agite une fois de plus l’épouvantail d’Al Qaeda mais cette fois en Iran comme cela avait été évoqué lors d’un autre soit disant attentat déjoué au Canada quelques jours après celui de Boston. «A 64 ans, c’est la chose la plus hilarante que j’ai entendue. Un « Al-Qaeda iranien » est une nouvelle falsification ridicule. J’espère que les responsables canadiens réfléchissent un peu et prennent en considération l’intelligence des gens et l’opinion publique», avait déclaré le ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, selon l’agence Isna. Comme c’est pratique qu’une cellule terroriste dormante iranienne émerge comme par magie de nulle part juste quand les Etats-Unis et Israël peine à trouver des arguments pour aller guerroyer dans la région. N’est-ce pas là une occasion en or? Surfant sur la vague de la vengeance Al Qaedienne mais cette fois impulsé par Téhéran, l’article ne se prive rien. L’article indiquerait par exemple qu’une coalition impliquant les Al-Qods (forces spéciales iraniennes), le Hezbollah et Al Qaeda aurait été crée pour l’occasion et que 3 cibles américaines auraient été désignés. En voici un extrait:

« L’Iran a donné le feu vert à des agents de trois groupes terroristes qui ont infiltré les Etats-Unis pour effectuer des missions, y compris ce qui est prévu pour être une attaque de type Mumbai-style sur un hôtel où des innocents seraient tués, a appris WND.  

Un rapport complet avec de nombreux détails sur les missions a été transmis aux autorités américaines.

Trois cibles ont été choisis en Amérique pour une attaque imminente, et les équipes de terroristes ont maintenant coupé les communications avec le centre opérationnel en Iran, un signe que les attaques sont en cours de préparation, selon un officier de renseignement de haut niveau au sein du régime islamique.

Si une seul de ces attaques se produit, le régime considérera l’opération comme un succès, selon la même source. Téhéran croit, dit-il, qu’une attaque ne remonterait pas vers l’Iran en raison de la nationalité des opérateurs. »

Ce passage est hilarant (ou comment tenter d’obtenir la soutien de leur false flag par un de leur ennemie juré et passer pour des victimes par dessus le marché):

« La source a déclaré que le régime considère l’attentat de Boston comme une attaque terroriste réussie dans laquelle la peur a été distillée,le renseignement américain questionné et le sentiment de sécurité est diminuée. Il doit encore y avoir un lien vers un groupe ou un pays spécifique. »

Ce passage est pas mal non plus (en gros vous remplacez le terme Iran par Etats-Unis et on est proche de la réalité):

« L’Iran estime que la perception de la sécurité en Amérique qui a contribué à responsabiliser ses actions dans le Moyen-Orient doit être tourné à 180 degrés, non seulement pour vaincre et faire dérailler tous les prévisions américaines sur la base de renseignements recueillis, mais aussi pour déstabiliser la situation politique, économique et social en Amérique , a dit la source.[…]Maintenant des opérations continues doivent être menées dans le territoire américain afin de modifier cette équation.« 

Et là, le clou du spectacle, le délire totale et on y intègre au passage une petite connexion avec Damas, ça ne mange pas de pain de mouiller la Syrie au passage:

« Plus de 2.600 cibles, y compris des lieux publics, bâtiments gouvernementaux et installations militaires, ont été choisis pour être attaqué et une reconnaissance a été effectuée. Des informations sur certaines des cibles, basée sur une connaissance directe de la source, a été donné aux autorités américaines pour neutraliser la menace et confronter les terroristes. Ils comprennent les bâtiments spécifiques du gouvernement, des réseaux d’information, des centres commerciaux et des événements sportifs.

Cette nouvelle coalition a également préparé une attaque de grande envergure pour venger la mort d’al-Qaïda, Oussama Ben Laden pour satisfaire Seif Adel, le chef opérationnel d’Al-Qaida, pour sa collaboration avec le régime iranien.[..]Le régime radical au pouvoir en Iran a mis en place plusieurs canaux de soutien financier de la nouvelle coalition avec ses activités terroristes. De multiples commerces, des institutions culturelles et financières aux États-Unis font partie de ce réseau. La connexion comprend des personnes dirigeant des entreprises à Damas ayant des liens avec Al-Qaïda en Amérique. »

La question est ou ce média est allé péché des « informations » aussi précises sur des soit disant attentats à venir? Ces informations ne proviendraient t-elle pas directement du gouvernement américain? Quoi de mieux que d’annoncer à l’avance les plans de l’ennemie pour justifier par avance son implication…qui plus est quand celle ci est inventée.

Même si celui ci nie par la suite, cela ne servira à rien. Ben Laden n’a jamais revendiqué les attentats de 2001, Sadam a toujours nié pour les armes de destructions massives, l’Iran a Toujours nié qu’il aient un programme nucléaire militaire: cela a-t-il fait une différence?Non.

Dans le même temps on retrouve un détail intriguant sur la page Tweeter de la maison blanche. L’aigle, symbole de souveraineté, force et prestige, est présenté tête en bas. Un signe?

aigle maison blanche

Sources : http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/05/le-gouvernement-americain-se-prepare.html

Etats-Unis : « Le prix de la liberté ? » Enseigner la guerre aux enfants


Par David Swanson

Soldat USLe Musée National de l’Histoire des Etats-Unis et le multi-milliardaire qui vient d’y financer une nouvelle exposition, voudraient vous faire croire que nous allons devoir faire plus de guerres si nous voulons être libres. Peu importe que nos libertés semblent se réduire chaque fois que nous sommes en guerre. Peu importe que des quantités d’autres pays bénéficient de plus de liberté que nous sans avoir fait la guerre. En ce qui nous concerne, la guerre est le prix de la liberté. C’est pourquoi cette nouvelle exposition s’intitule : « Le prix de la liberté : les Etasuniens en guerre. »

Lire la suite Etats-Unis : « Le prix de la liberté ? » Enseigner la guerre aux enfants

Mali : ces «centaines de morts» jihadistes que personne n’a vus


Soldats MaliUne chose est sûre : à chaque fois que des morts sont reconnus au Mali par la coalition franco-africaine, celle-ci annonce simultanément le double, le triple, voire le quintuple de victimes dans les rangs jihadistes. Mais qui les a vus, tous ces cadavres ? Où sont-ils diable passés ?