Archives du mot-clé alaouites

Assad tenace et indomptable: il veut combattre le wahhabisme en 2014


Assad_victoire100Durant ces trois années de crise et de guerre en Syrie, l’une des plus grandes surprises aura sans aucun doute été la ténacité du président syrien Bachar al-Assad.

Avec sa physionomie de bonhomie, son jeune âge et son expérience limitée, personne ne s’attendait à ce qu’il tienne bon. Lire la suite Assad tenace et indomptable: il veut combattre le wahhabisme en 2014

Lettre à Monsieur le Président du Parlement Européen


Tribune libre Byblos

72687_531332230243814_1578058504_nLe 17 Janvier 2011, je vous avais adressé une lettre sur le massacre des chrétiens d’Orient, et  particulièrement sur celui des chaldéens d’Irak. L’horreur avait culminé dans une église syriaque de Bagdad, en Décembre 2010 faisant 50 victimes innocentes (enfants, femmes, vieillards dont 2 prêtres) sauvagement assassinées par des jeunes Jihadistes.…

Le 13 Avril de la même année, vous aviez la courtoisie de me répondre et je vous cite : «  L’Union européenne s’engage résolument en faveur des minorités religieuses. Le Conseil de l’Union Européenne vient d’adopter le 21 Février 2011 des conclusions qui confirment son action en faveur de la liberté de religion ou de conviction pour tous et partout, et appelle à renforcer son action extérieure en la matière en mobilisant ses instruments diplomatiques et son assistance aux pays tiers…. »

Pendant ce temps, la Révolution de Jasmin, suivie du Printemps arabe, poursuivaient leur contagion dans la ville de Deraa à 50 kilomètres de Damas avant de se propager dans toute la Syrie. Or à la même époque je naviguais entre Alep et Damas, ayant créé avec mon épouse un Institut Infirmier (IFSMB) à la française, à la demande de Monseigneur Jean Clément Jeanbart Archevêque Melkite d’Alep, pour le soutenir dans son projet « Bâtir pour rester », afin de limiter l’exode des chrétiens, bien avant ces événements imprévus, du mois de Mars 2011.

Mes origines et mon vécu communautaire entre la Syrie et la France d’une part, la conjoncture particulière qui nous a conduits à vivre 3 ans, en tant que professionnels de la Santé, au contact permanent de toutes les catégories sociales de ce pays d’autre part, me poussent aujourd’hui à vous lancer ce nouveau cri d’alarme en faveur des civils innocents de Syrie, après 27 mois de combats acharnés, 100.000 morts, autant d’handicapés, 5 millions de réfugiés et un exode sans précédent des chrétiens, (qui depuis 2000 ans et tant d’invasions, sont restés envers et contre tout sur la Terre de leurs ancêtres).

Ce désastre, ce chaos me laissent dubitatif sur l’esprit de la démarche européenne ; je vous cite : «… Telle est l’approche qui guide l’Union européenne dans ses relations avec les pays tiers, où nous travaillons avec acharnement pour rassembler un consensus de la Communauté Internationale pour lutter contre l’intolérance religieuse lors des sessions de l’Assemblée générale des Nations-Unies à New York et du Conseil des Droits de l’Homme à Genève… »

Je ne peux que déplorer l’impuissance du Parlement Européen qui sous votre Présidence, constate :

– Le carnage des civils syriens.

– Les enlèvements avec demandes de rançons qui de plus sont exorbitantes, de civils, d’enfants, de chefs d’entreprise.

– le saccage d’usines, d’entreprises environ  (2500) brulées par les insurgés.

– Le matériel coûteux pillé et vendu au marché noir avec la complicité des autorités turques.

– L’horreur des cœurs arrachés aux soldats de l’Armée Syrienne, exhibés aux Médias Internationaux.

– L’injonction d’Imams devenus célèbres pour leurs prêches du Vendredi dans les Mosquées du Caire, de Tunis, d’Istanbul ou d’ailleurs, de se débarrasser du sang des infidèles égorgés, comme celui des porcs, dans les caniveaux.

– Le viol des jeunes filles et des femmes, torturées sous les yeux de leur père, de leurs frères, de leurs époux, et étouffées avec le symbole même de leur foi, la croix du Christ plantée dans leurs gorges.

– La séquestration récente de deux Evêques, Monseigneur Yohanna Ibrahim et Paul Yazdgi connus pour leur charisme et leur intégrité de la Communauté Islamo-chrétienne de (Homs).

Qui rend compte de l’horreur, de la haine et de la barbarie en Europe ?

– La « Turquie » alliée de l’OTAN, qui arme, encourage et cautionne le pillage et la destruction de la Région industrielle d’Alep (principal poumon économique de la Syrie) ?

– L’ « Observatoire Syrien des Droits de l’Homme » (L’OSDH) et son bouffon de représentant à Londres qui alimente les réseaux sociaux ; un apatride à la solde des Services de Renseignements Anglais, et de l’argent Qatari ?

– L’ « Armée Syrienne Libre » (ASL) submergée par des insurgés qui s’infiltrent par les frontières de la Jordanie, du Liban de la Turquie, et de l’Irak ? Car toutes les nationalités « Islamistes » et islamisantes sont là, Tunisiens, Egyptiens, Saoudiens, Qataris, Libanais, Afghans, Tchétchènes, Libyens, Maliens, Turcs, Pakistanais, Yéménites, Koweitiens, Talibans, Belges et même Français,…Une armée de bric et de broc qui a même découragé le Président Hollande, acharné à reconnaître ce qu’il faut bien appeler aujourd’hui par son nom, une « Armée d’occupation » !

– « Al-Jazzera », la chaîne Qatari, fidèle à ses propriétaires, qui accable le Régime syrien de Bachar El Assad, filtre et dénature les informations, sans aucune nuance…

Ne sommes-nous pas en droit de nous étonner d’ailleurs que lors de sa dernière Conférence de presse, devant 400 journalistes accrédités, le Président de la République Française n’ait donné la parole, pour préciser la position de la politique étrangère de la France, qu’à deux médias, TF1 et ….Al-Jazzera, qui s’inquiète de la mise à l’écart discrète de la France et de l’Europe dans les discussions à venir à Genève pour la 2ème Conférence Internationale chapeautée par les U.S.A. et la Russie ?

Comment interpréter le silence des Médias à cette occasion ? Indifférence ou collusion ?

540568_503645883012449_631749560_n

Monsieur le Président, bien des voix viennent s’éteindre aux portes de nos rédactions et de nos chancelleries.

Je le rappelais le 2 Janvier 2013 à l’Elysée dans l’entretien de 90 minutes que m’avait obligeamment accordé la Conseillère Diplomatique du Président François Hollande.

Je commençai par la voix du peuple syrien, en la personne de Nadia Khost, une écrivaine de Damas : «Prendre à cœur la défense du peuple syrien revient aussi à défendre non seulement la dignité de ce qu’il y a de plus noble en l’humanité, mais l’intelligence de chacun d’entre nous qui sommes impunément bafoués par les Médias internationaux…. »

Je continuai en lui rappelant qu’un « Collectif pour la Syrie » composé de dix Franco-syriens, avait adressé le 21 Mars 2012, une lettre ouverte aux Médias, aux élus et aux deux futurs candidats à la Présidence de la République Française, après avoir effectué 12 missions au cœur même de la Syrie, auprès des opposants et des soutiens du Régime. Je lui disais que leur voix était aussi importante que celle de ceux qui clandestinement effectuent auprès de l’ASL des visites guidées et soigneusement encadrées, au pied levé, dans une partialité absolue.

Dans mon dernier livre : «  Le Silence de Dieu » je donnais moi-même dans les annexes, la parole aux « Sans voix », ceux que nous ne lisons jamais dans nos journaux, que nous n’entendons guère sur nos radios et ne voyons jamais sur les écrans de  nos télévisions !

J’évoquais avec elle, Sa Béatitude Kiril I, Patriarche de Moscou et de toutes les Russies qui, en visite chez Monseigneur Béchara Raï, le Patriarche Maronite, avait osé parler d’un plan Occidental visant à expulser les chrétiens d’Orient de la Terre Sainte qui les a vus naître.

Ce même Patriarche Maronite d’ailleurs qui, au cours d’une rencontre avec le Président Sarkozy au printemps 2012, soulignait l’imprudence de certaines positions européennes et françaises radicales et demandait pour les chrétiens du Levant, « non pas des protections, mais des Droits fondamentaux…que les Accords de Taëf, qui avaient mis fin à la Guerre du Liban, n’avaient eu de cesse de rogner pour favoriser la domination sunnite du Liban ».

Enfin j’interrogeais la Conseillère Diplomatique sur les révélations du journal « Le Point » et du « Canard Enchaîné » concernant l’intervention courageuse du député PS François Loncle (Membre de la Commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale) qui, dans une question écrite posée au Gouvernement Fillon, demandait ouvertement au Patron du Quai d’Orsay, Monsieur Alain Juppé « Si la France étudiait la préparation d’une opération militaire en Syrie au vu des appels à l’ingérence Internationale qu’elle émettait via l’Onu notamment la demande d’instauration de couloirs humanitaires contre l’avis des Nations Unies, et enfin  la reconnaissance du CNS (Conseil National Syrien) comme seul interlocuteur syrien légitime !

François Loncle demandait très clairement à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, s’ils avaient l’intention de devenir les futurs G.W.Bush, et Rumsfeld de la Syrie…et de nous refaire le coup de la Libye ! Il allait même jusqu’à interpeller le Parlement en exigeant des éclaircissements sur «  le rôle exact joué par les agents du service de la DGSE et les officiers du Commandement des opérations spéciales dépêchés en Turquie et au Liban, auprès des militaires syriens ayant fait défection…et si l’objectif de la diplomatie française consistait à renverser le Régime syrien, au risque de provoquer l’éclatement du pays, voire l’embrasement de toute la région » !

Au mutisme d’Alain Juppé  s’abritant derrière le Secret Défense, le Général de corps d’armée Jean Salvan répondait sans détours que « depuis quelques jours, notre gouvernement n’ose plus pérorer au sujet de la Syrie. Peut-être a-t-il enfin compris ce qui se tramait là-bas, car l’activisme des Etats-Unis et du Qatar au Proche-Orient finissent par crever les yeux. Oui, il y a bien un complot, comme il y a en a eu en Irak pour contrôler un pays riche en pétrole, et simultanément répondre aux aspirations de l’Arabie Saoudite et des Sunnites en cassant la Syrie et l’Irak, deux Etats relativement laïcs.

La Russie détient en Europe des positions majoritaires sur le marché du gaz. On va donc s’attaquer aux exportations russes en ouvrant un gazoduc entre le Qatar, pays producteur, et des terminaux à Adana (Turquie), Tripoli (Liban), Haïfa (Israël) et Lattaquié (Syrie).

Ce gazoduc contournerait donc des pays comme l’Iran et l’Irak. Son centre de répartition se trouverait à Homs en Syrie, d’où partiraient les embranchements vers les ports méthaniers.  Bachar el-Assad ne souscrivant pas au projet, il fallait l’éliminer. Le bloc sunnite a donc fourni aux opposants syriens, instructeurs, conseillers, armes et argent, par l’intermédiaire de la Turquie.

Les dictatures théocratiques qatari et saoudienne ont trouvé sur place et en Europe les idiots utiles pour laisser croire qu’en Syrie on se battait pour la démocratie et non pour le gaz. Comme je le répète depuis plus de vingt ans, il y a de nombreuses ressemblances entre les Soviétiques et les islamistes. Les Occidentaux et surtout les Européens sont toujours prêts à leur vendre la corde pour être pendu ».

En quittant l’Elysée, suite à ma rencontre avec la Conseillère diplomatique, j’avais bien compris que le « changement » que l’on nous avait promis… n’était que  la continuité de la diplomatie française. !

J’avais bien saisi que cent mille chrétiens coptes qui avaient déjà quitté l’Egypte, que le million et demi de chrétiens chaldéens qui avaient fui l’Irak, que les Chrétiens Libanais, Palestiniens, et à présent Syriens, que les minorités musulmanes alaouites, kurdes, druzes, chiites et ismaïliens de Syrie étaient bien condamnés en Occident, selon des lois démocratiques à géométrie variable.

Nous anéantirons ces barbares jusqu’au dernier au Mali, les mêmes qui en Syrie sont considérés comme des résistants que l’on arme, que l’on soutient, que l’on forme…. Hélas, la rhétorique truquée d’un discours atlantiste basée sur une prétendue  défense des droits de l’homme, sert finalement d’analyse à la grande majorité de nos élus, droite et gauche confondus, sans aucune vision gaulliste de la politique des Affaires Etrangères.

Monsieur le Président du Parlement Européen, je prends la liberté de vous rappeler ce que Volney disait au XVIIIème siècle suite à son voyage en Syrie et en Egypte : « C’est bien dans ces contrées que sont nées la plupart des opinions qui nous gouvernent, d’où sont sorties ces idées religieuses qui ont influencé si puissamment notre morale publique, nos lois et notre état social … malgré toutes les diversités, tous les hommes sont frères et doivent porter à la perfection, les lois que la nature a posées en eux, pour les guider ».

C’est bien dans ces contrées que nous, européens, nous nous ingérons sans discernement, avec notre brutalité habituelle, en donneurs de leçons. Chaque jour qui passe voit le massacre de 150 familles innocentes de plus, de tous bords, de toutes confessions. Au diable les droits de l’homme, l’urgence c’est le droit de vivre !

En homme de décision et de pouvoir, Monsieur le Président, j’en appelle encore une fois à votre engagement« de mobilisation pour tous et partout, et d’assistance aux pays tiers… ». Je joins à ma prière et à ma lettre, quelques témoignages de citoyens ordinaires qui illustrent la tragédie syrienne. Je connais la plupart d’entre eux avec lesquels j’ai vécu ; musulmans ou chrétiens, ils sont restés héroïquement sur place dans l’horreur quotidienne. Leur courage prend racine dans leur foi vibrante, profonde et dans cette fraternité qui les unit à jamais.

Un jour, Monsieur le Président, les survivants parleront ; un jour les journalistes muselés aujourd’hui, témoigneront ; un jour, enfin, les Européens abusés et formatés comprendront.

Parce que ceux qui savaient, se sont tus (Alain Juppé, Hilary Clinton, Recype Erdogan, et bien d’autres), ceux qui pouvaient, se sont perdus en agitations dérisoires et stériles mais en attendant, une civilisation aura été anéantie sous un tapis de bombes américaines en Irak, sous une pluie de roquettes et de missiles russes en Syrie.

« Le sort des chrétiens d’Orient est exemplaire de ce qui se passe quand on nie la dimension spirituelle du monde…Entrez dans une Eglise d’Orient, vous y entendrez ce que les Eglises d’Occident vous cachent, le bruissement des Anges…C’est nous Européens qui, en ayant refusé d’inscrire dans la Constitution de l’Union, le caractère chrétien de nos racines, avons rendu possible l’éradication programmée et déjà effective…La mort des Chrétiens orientaux est le signe non seulement de notre honte mais de la mort de notre civilisation. Ils meurent silencieusement de ce que nous ne voulons êtres chrétiens ! » C’est ce qu’écrivait un philosophe contemporain (Richard Millet) en 2004.

Je suis cette voix dans le désert qui donne existence à ces sans voix que je vous supplie d’écouter.

Je vous remercie Monsieur le Président et je vous assure de ma respectueuse considération.

Jean Claude Antakli. 

Ecrivain-Biologiste. Ex-Correspondant de l’Est-Républicain.

Le Veilleur de Ninive

Liban : Tripoli transformé en champ de bataille


De violents combats entre alaouites et sunnites ont transformé Tripoli en champ de bataille, et amené la guerre syrienne à domicile.

Des soldats de l’armée libanaise se déploient le long d’une ligne de démarcation dans Tripoli - Photo : Getty/images
Des soldats de l’armée libanaise se déploient le long d’une ligne de démarcation dans Tripoli – Photo : Getty/images

Mazen Zred était l’un des 30 chanceux hier matin.

Il est sous le choc, sanglé sur son lit à l’hôpital Nini, enveloppé dans des bandages, avec deux bouteilles d’analgésiques qu’on lui injecte dans le corps. Il conduisait sa moto, jeudi soir, depuis Badawi après la rue de la Syrie – une artère bien nommée qui sépare les deux quartiers belligérants de Tripoli : Bab el-Tebbaneh et Jabal Mohsen – d’où est venu le coup tiré par un tireur isolé.

« Il m’a touché dans la fesse et sur le côté, mais j’ai continué de conduire pour me mettre à l’abri, à 200 mètres. La douleur était terrible, mais j’ai tenu le coup jusqu’à la porte d’une boutique où je me suis effondré. »

La balle venait de Jabal Mohsen, le ghetto alaouite de Tripoli. Zred a 27 ans. Il est musulman sunnite et travailleur intérimaire dans le même hôpital où il s’est retrouvé hier, parlant lentement et péniblement de la façon dont la guerre en Syrie l’avait rejoint au Liban. Mais il est vivant.

Quelques minutes plus tard, nous avons roulé jusqu’à l’extrémité de la rue de la Syrie, entendant le bruit de coups de feu – semblables à des craquements d’allumettes – obligeant les conducteurs à rouler sur le mauvais côté du boulevard, à rien de moins que 100 kilomètres à l’heure tout en faisant des appels de phares. Une marche et un sprint à travers les rues remplies d’ordures où les enfants jouent encore à côté des murs de plâtre perforés par les balles, puis jusqu’au 3e étage d’un bloc d’appartements miteux, et finalement dans une petite pièce avec des canapés bas et de l’eau qui coule sur le papier peint… Jana Khaled est assise là, avec une cicatrice rouge vif dans le cou. Une autre parmi les plus chanceux.

Jeudi après-midi, elle était descendue pour allumer le générateur. Il n’y a pas d’électricité dans une grande partie de Tripoli. Jana venait de mettre la main sur l’interrupteur et – à travers l’espace étroit que j’ai pu moi-même voir hier et d’où on peut apercevoir les maisons éloignées de Jabal Mohsen – il y a eu une seule balle, mais qui frappa le cou de Jana et laissa sa trace sur le haut de sa gorge. Oui ça fait mal, dit-elle. Non, elle ne le dira pas à ses amis à l’école. Les miliciens présents dans la pièce ne rient pas. Jana, qui a juste huit ans, dans une robe cardigan blanc avec un arc rose dans ses cheveux, tend alors le cou en arrière pour montrer sa blessure.

Cinq morts et 30 blessés jeudi soir et vendredi matin, un total de 23 morts – les vraiment malchanceux en six jours de combats entre les alaouites (la communauté chiite à laquelle appartient Bachar al-Assad) et les hommes armés sunnites de Bab el-Tebbaneh.

La bataille a commencé le dimanche, au moment où les soldats d’Assad et des hommes armés du Hezbollah ont commencé à affluer dans la ville syrienne stratégique de Qusayr – à moins de 80 kilomètres de la ville au nord du Liban pour les MiG volant comme des mouches – pour tenter d’en chasser les rebelles sunnites qui veulent renverser Assad (efforts de plus en plus vains si les forces liées au régime continuent leurs avancées sur le terrain).

Tripoli ressemble à une champ de bataille entre sectes. Les sunnites contre les alaouites, dont la loyauté envers Assad et ses alliés chiites du Hezbollah libanais a déclenché dans la ville un conflit entre sunnites et chiites. Le Liban dissimule derrière son effusion de sang quotidienne, toute une série de dangereuses petites complexités.

L’armée libanaise a tiré sur les snipers (à la fois alaouites et sunnites), mais trois de ses soldats ont été tués au cours des dernières 36 heures. L’un d’eux était un soldat sunnite abattu par la famille d’un homme sunnite de Bab el-Tebbaneh qui avait lui-même été abattu par l’armée. Un sunnite tue un sunnite. Quelle équation…

Le muezzin de la mosquée locale a été tué jeudi, une fillette de trois ans mortellement blessée quelques heures plus tard par un tireur isolé. Le Dr Mustafa Aloush, un homme politique de premier plan et aussi un médecin dans le même hôpital où travaille Zred, met ses mains devant son visage. « Nous avons déjà eu des affrontements ici à plusieurs reprises, mais pas à ce point », dit-il en colère. « Où est l’armée ? Qui commence cela chaque jour ? Il n’y a aucune issue politique. »

Il y a peut-être 25 milices à Bab el-Tebbaneh, certaines avec à peine 10 membres, d’autres avec deux ou trois cents hommes armés. Une est dirigée par Saad al-Musri, le frère d’un homme assassiné à Tripoli il y a deux ans, plus padrone que politicien. Ensuite, il y a Hassan Sabagh, un salafiste, radical – opposé aux combats, bien que ses hommes de main poursuivent les affrontements – et il y a d’innombrables jeunes de la région qui prennent leurs armes dès qu’une fusillade commence. Situés un peu en dessous de la colline dans Jabal Mohsen, les alaouites, comme il se doit, ont toujours été une minorité.

C’est là que l’aspect sectaire du conflit entre en scène. Il y a de nouveaux groupes venus de l’extérieur. L’un est appelé les « Lions sunnites », qui s’active à expliquer aux sunnites « djihadistes » qu’il ne faut pas « laisser un seul alaouite mettre le pied sur le sol de Tripoli, » et menace les musulmans sunnites qui emploient des alaouites. Les « Aigles du Peuple de Tripoli » ont annoncé de leur côté des « opérations spéciales » contre Rifaat Ali Eid, le chef du Parti démocratique arabe alaouite, qui a exigé un cessez le feu. Les deux parties, bien sûr, continuent de se battre.

Certains disent que les sunnites de Tripoli sont allés se battre à Qusayr, que beaucoup ont été tués et que les combats dans Tripoli sont leur revanche sur les alaouites. D’autres disent que l’armée libanaise est attaquée pour laisser le Hezbollah libanais libre de traverser la frontière et d’aller se battre pour Assad.

Dans la pièce où je suis avec Jana, se trouve un homme âgé d’une quarantaine d’années, en treillis et avec un fusil AK-47. Après une nuit de bataille, Khaled Chakhchir m’apprend que son métier en temps normal est chauffeur de taxi. « En ce moment, » dit-il avec lassitude, « Assad veut que les médias viennent ici à Tripoli et disent que nous sommes tous d’al-Qaïda et que ses partisans ont raison de nous combattre. » Le fantôme de Ben Laden, semble-t-il, n’est jamais bien loin.

* Robert Fisk est le correspondant du journal The Independent pour le Moyen Orient. Il a écrit de nombreux livres sur cette région dont : La grande guerre pour la civilisation : L’Occident à la conquête du Moyen-Orient.

http://www.independent.co.uk/news/w…
Traduction : Info-Palestine.eu