Archives du mot-clé ali khamenei

Grosse rigolade à Téhéran…


5F1FB838-B830-4846-8ABD-2A213ACF8F27_mw1024_n_sPour son premier contact avec le monde occidental en tant que président, Hassan Rohani a fait carton plein. Il est rentré de New-York les mains chargées de cadeau pour le guide suprême Ali Khamenei.

Le premier d’entre eux concerne bien sûr le nucléaire iranien qui semble se diriger vers une solution rapide. Rohani se permet même de fixer des échéances. 3 mois, dit-il, peut-être 6.  On parle déjà d’allègement des sanctions.

Les relations irano-américaines, ensuite. Les Etats-Unis font tout pour faire baisser la tension en vue d’un dialogue. Il y a d’abord eu des rumeurs persistantes sur une rencontre entre les présidents des deux pays en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Mais l’Iran a poliment décliné l’offre, sans fermer la porte. Malgré la ‘’rebuffade’’ de Rohani, Barack Obama a finalement pris l’initiative de lui téléphoner alors qu’il était sur le chemin de l’aéroport pour quitter le sol américain.

Enfin, cerise sur le gâteau, ces bonnes nouvelles ont eu pour effet de provoquer la zizanie parmi les responsables israéliens. Comme il fallait s’y attendre, le bonheur de l’Iran ne pouvait que faire le malheur du gouvernement israélien et de son premier ministre. Netanyahou n’a pas été avare de propos acerbes contre l’attitude de Washington. Ce qui n’a pas eu l’heur de plaire au président israélien, Shimon Peres, qui a vivement réagi aux propos tenus contre le partenaire américain. «  Vous pouvez être pour ou contre les américains mais je n’aime pas le ton offensant de nos responsables », dit-il.  Peres, qui n’est pourtant pas un tendre au point que l’on en oublie qu’il fut prix Nobel de la Paix, a même une position diamétralement opposée à celle du gouvernement Netanyahou, en estimant qu’une reprise des relations irano-américaine était une bonne chose.

Qu’ont fait les iraniens pour en arriver là ? Ils n’ont renoncé à aucune de leurs prétentions et n’ont cédé en rien dans les exigences américaines. Leur discours vis-à-vis d’Israël et de toutes les forces hégémoniques est resté le même. Ils continuent, plus que jamais à soutenir la résistance palestinienne et la Syrie. Ce qu’il y a de changé, ce n’est pas ce que font les iraniens, mais celui qui dit ce que font les iraniens.  L’ancien et le nouveau président, Ahmadinejad et Rohani, disent pourtant la même chose, mais chacun à sa manière.

Le guide suprême nous aurait-il fait, volontairement ou non, le coup du bon et du méchant flic ? Le méchant, l’ogre, l’infréquentable, c’est bien sûr Ahmadinejad, celui dont mêmes les propos les plus gentils ne pouvaient qu’être mauvais. C’était un des rares personnages au monde qui, quand il disait ‘’paix’’, ‘’concorde’’, ‘’amitié’’, était traduit en langage occidental en ‘’guerre’’, ‘’discorde’’, ‘’ennemi’’.

A l’opposé, nous avons le gentil Rohani. Avant même son investiture, bien que ce soit un parfait inconnu, les médias avaient décidé que c’était un gentil. Quand il dit ‘’paix’’, tout le monde entend ‘’paix’’. On va même jusqu’à déformer certains de ses propos qui ne sont pas assez gentils pour les édulcorer. Ainsi, après avoir tenté à différentes reprises dans différents interviews, de lui faire reconnaître l’holocauste, de guerre lasse on arrange sa réponse à CNN en une reconnaissance en bonne et due forme, même si ce n’est pas tout à fait vrai. Une sorte de repêchage. Tout sera fait pour que Rohani reste ce gentil futur interlocuteur qui justifie qu’on lui tende la main.

Le guide suprême doit rire sous sa barbe. Finalement, il est dans une position confortable. Il lui suffit d’attendre et de voir venir. Quant à Hassan Rohani, quel que soit son portrait réel, il semble parti pour être un saint, du moins tant que l’occident a besoin de se rapprocher de l’Iran.

Avic

Les États-Unis cherchent, en catimini, le contact visuel avec l’Iran


ali_khamenei_AP071126158378_620x350Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney a déclaré dans une remarque soigneusement formulée lundi, « Pour l’instant, le président [Barack Obama] n’a pas prévu de rencontrer son homologue iranien à l’Assemblée des Nations Unies ». Les Iraniens maintiennent également qu’il n’y a pas de « plan » pour le moment.

Mais deux déclarations faites par le guide suprême iranien Ali Khamenei, le mardi méritent une attention particulière. Khamenei s’adressait aux commandants du CGRI. Il a réitéré sa précédente affirmation que l’Iran ne poursuivra pas un programme d’armes nucléaires. Il a dit : « Nous n’acceptons pas les armes nucléaires, pas à cause des États-Unis ou d’autres pressions [] mais à cause de nos croyances, et quand nous disons que personne ne devrait avoir des armes nucléaires, ce n’est certainement pas pour nous en pourvoir ».

Khamenei leur a également signalé que la conception de la politique étrangère du président Hassan Rouhani qui met l’accent sur ​​la diplomatie jouit de son soutien. Il dit: « Je suis d’accord avec la question que j’ai appelée il y a quelques années la flexibilité héroïque, parce que cette initiative est très bonne et nécessaire à certaines occasions, mais avec un engagement à une condition principale … »

Tout observateur de longue date de l’Iran décodera ces mots obscurs dans le sens que Khamenei a manifesté son approbation à des pourparlers directs avec les Etats-Unis. Les deux déclarations complémentaires viennent tout juste une semaine avant le voyage de Rouhani à New York.

Pendant ce temps, l’Iran a reconnu que Rouhani a reçu une lettre d’Obama pour le féliciter de sa victoire électorale et y a répondu, et que la lettre a également porté sur «d’autres questions».

Spiegel a réalisé un rapport citant des sources de services de renseignement que l’Iran était prêt à démanteler l’usine controversée d’enrichissement de Fordo et à permettre aux inspecteurs internationaux de surveiller le retrait des centrifugeuses, et que Rouhani pourrait faire une annonce officielle dans son discours du 24 septembre. Les négociations AIEA-Iran sont prévues pour le 27 septembre.

Déjà, après sa rencontre avec l’ambassadeur iranien nouvellement nommé auprès de l’AIEA, Ali Akbar Salehi (ancien ministre des Affaires étrangères) à Vienne, mardi, à la veille des pourparlers officiels de la semaine prochaine, le Directeur général de l’AIEA Yukiya Amano a exprimé son optimisme de parvenir à un accord en ce qui concerne les questions en suspens sur le dossier nucléaire iranien.

Par ailleurs, Obama a prévu une réunion avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la Maison Blanche le 30 septembre. Le trafic diplomatique sur la question nucléaire de l’Iran est de plus en plus dense.

M K Bhadrakumar

Traduction : Avic

http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2013/09/18/us-iran-on-tiptoe-seeking-eye-contact/

Elections en Iran : premières réactions occidentales


Le nouveau président iranien : Cheikh Hassan Rohani
Le nouveau président iranien : Cheikh Hassan Rohani

Avec 50,7% des voix dès le premier tour, le cheikh Hassan Rohani vient d’être élu Président de la République Islamique d’Iran, démentant tous les pronostics. Est-ce la naissance d’une nouvelle ère  pour l’Iran ? Sachant que la réalité du pouvoir reste entre les mains du guide suprême, l’Ayatollah Seyed Ali Khamenei, on pourrait se dire que seule la forme changera.

C’est justement dans cette forme que se forgent les relations internationales. En témoignent les premières réactions  occidentales. Le discours a déjà pris d’autres colorations que la rhétorique habituelle, et ce, avant même de savoir ce que fera ou ne fera pas le nouveau président. C’est dire dans quelle impasse s’était enfermé le discours diplomatique dès qu’il s’agit de l’Iran.

L’Italie a déjà fait savoir son désir d’établir des relations bilatérales avec l’Iran. Le ministre italien des Affaires étrangères, Emma Bonino, a déclaré dans un communiqué publié Samedi, que « L’Italie espère que, avec le nouveau gouvernement du président iranien (Hassan) Rohani, il sera possible de travailler à développer les relations bilatérales et de commencer sans délai, une nouvelle ère de compréhension et de dialogue constructif entre l’Iran et la communauté internationale« .

Bonino a également manifesté sa satisfaction pour la ‘’la mise en œuvre de l’élection présidentielle en Iran.« 

Un autre poids lourd de l’occident n’est pas en reste. Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle a également salué l’élection de Rohani comme un vote pour « une politique étrangère constructive. »  

« Nous espérons que la nouvelle administration du pays collabore dans ce sens afin de trouver des solutions sur les questions internationales et régionales« , a ajouté M. Westerwelle.

Plus tôt, des responsables d’autres pays ont également félicité Rohani pour sa victoire dans l’élection du 14 Juin.

Qui l’eut cru ? Israël ne serait donc  plus la seule démocratie du Moyen-Orient ? Il a suffi de présenter le nouveau président comme un réformateur, un modéré, pour que le discours change. En quoi pourra-t-il réformer quoi que ce soit sur le plan international sans la bénédiction du chef suprême ? Ils sont forts ces iraniens !

Avic