Archives du mot-clé BHL

Après avoir raté son coup en Algérie et en Syrie, BHL s’attaque à l’Ukraine.


Bernard-Henri Lévy in Kiev on Maïdan squareAvec des aventuriers sans foi ni loi tels que BHL, on pourrait croire que le philosophe des bobos est un opportuniste qui va là où les possibilités semblent plus ouvertes qu’ailleurs. Mais si l’on suit ce monsieur à la trace, on constate que rien n’ est dû au hasard ou à l’opportunisme. Il nous étale, sans le vouloir, tout ce qui se trouve derrière les évènements de ces dernières décennies. On peut dire que tous les coups tordus au niveau international dans lesquels sont impliqués l’Europe, Israël ou les Etats-Unis ont une constante : la présence, d’une façon ou d’une autre, de BHL. Lire la suite Après avoir raté son coup en Algérie et en Syrie, BHL s’attaque à l’Ukraine.

Frédéric Taddeï paye cash


taddeiQuelle est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ? Est-ce l’invitation d’un ‘’cerveau malade’’, Marc-Edouard Nabe, pour cracher contre deux autres ‘’cerveaux malades’’, Soral et Dieudonné ? Ou serait-ce l’effet inattendu produit par le lynchage en direct dans sa dernière émission ? Lire la suite Frédéric Taddeï paye cash

« C’est quoi le système ? »


Elisabeth-LevyInvitée du journal de France Culture le vendredi 3 janvier de cette nouvelle année, Élisabeth Lévy verse à nouveau dans la question, à laquelle elle soumet un peuple décidément de moins en moins terrorisé à l’idée d’y répondre.

On se souvient du désormais célèbre « Il y a trop de quoi ? », jeté au visage interdit du président du CRAN qui se plaignait du manque de représentativité des personnes issues de l’immigration africaine dans les médias. Lire la suite « C’est quoi le système ? »

« Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites…


Toutes mes excuses pour les images qui illustrent ce texte, mais je me devais de les publier pour montrer jusqu’où sont descendus les jounalistes de Charlie Hebdo et le degré de haine qui les anime. Lire la suite « Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites…

De BHL à Charlie Hebdo : la propagande néoconservatrice déguisée en gauche progressiste


Tribune libre Beyrouth1986 Olive

antineocons0Ils vous feront détester l’Islam et aimer la guerre

Machine de propagande capable d’infiltrer des médias historiquement ancrés à gauche, les néoconservateurs déguisés en progressistes obtiennent votre consentement aux guerres contemporaines, ou tout au moins, l’assurance de votre laisser-faire. Lire la suite De BHL à Charlie Hebdo : la propagande néoconservatrice déguisée en gauche progressiste

Vers une nouvelle intervention de l’OTAN en Libye ?


-image-164808-grandeScènes de guerre. Les milices islamistes rivales se battent dans le centre de Tripoli.

Hier, 50 civils ont été tués et près de 500 blessés gravement, principalement par un tir massif de mitrailleuses antiaériennes lourdes et de grenades auto-propulsées par fusée. Un crime massif de la puissante milice islamiste de Misrata, une véritable ville-État dans le non-Etat libyen. La milice de Misrata a été créée et armée en 2011 par les généraux français de l’OTAN suivant les ordres de Sarkozy et les propositions de BHL, le lobbyiste sioniste. Misrata était « l ‘exemple d’une nouvelle Libye démocratique » (sic) selon BHL en 2011. Lire la suite Vers une nouvelle intervention de l’OTAN en Libye ?

Selon BHL, Bachar Al Assad est un dangereux islamiste


Director Levy and two unidentified men pose during a photocall for the film Le Serment de Tobrouk at the 65th Cannes Film FestivalIl peut encore nous estomaquer, BHL. Pour vendre sa guerre aux américains, il leur explique que Bachar Al Assad es ses alliés sont des islamistes radicaux qu’il faut donc combattre à tout prix. Les Al-Nusra, l’Etat Islamique en Iraq et au Levant, Al-Qaïda et autres frères musulmans sont devenus de gentils progressistes comme il faut, combattant pour libérer le moyen orient du fanatisme de l’Islam radical. Tout comme Saddam Hussein était devenu en son temps le protecteur d’Al-Qaïda, Bachar Al Assad est en passe de devenir le patron du terrorisme international.

C’est du BHL Premier Cru. Il faut quand même reconnaître qu’il n’a pas osé nous le servir en France. Il a choisi les Etats-Unis. Peut-être parce qu’il les prend pour des imbéciles, capables de tout gober ?

Avic

« Dissidents »


original_Dissident_48d36ff5971bdLiu Xiaobo est chinois. Il a publié des ouvrages et donné des interviews dans lesquels il affirme que la colonisation occidentale a fait beaucoup de bien à la Chine, qu’il faudrait maintenant trois cents ans de colonisation occidentale en Chine pour rattraper Hong-Kong, et que l’intervention militaire en Irak a été une excellente chose car elle a rétabli la démocratie dans ce pays – ce qui lui a logiquement valu le prix Nobel de la paix en 2010. Il est actuellement emprisonné pour subversion. C’est un dissident. C’est un héros. Nos grands médias et nos hérauts des Droits de l’Homme, comme BHL ou Glucksmann, ont protesté à de nombreuses reprises contre son incarcération.

Gilberto Martinez est cubain. En 2003, avec soixante-quatorze autres compatriotes, il a été jugé, condamné et emprisonné pour avoir rencontré à plusieurs reprises James Cason, chargé d’affaires étasunien à La Havane, et discuté avec lui du renversement du pouvoir en place à Cuba, pour en établir un autre, qui conviendrait mieux à Georges Bush. C’est un dissident. C’est un héros. Nos grands médias et nos hérauts des Droits de l’Homme, comme Robert Ménard, ex-président de Reporters Sans Frontières, ont protesté vigoureusement contre son incarcération, comme contre celle des soixante-quatorze autres Cubains.

De même, tous ceux qui, pendant la guerre froide, fuyaient les pays socialistes – par exemple en se réfugiant dans des ambassades occidentales – étaient des dissidents, donc des héros, loués par nos grands médias et intellectuels amis des Droits de l’Homme.

Edward Snowden est étasunien. Il a transmis à la presse des preuves que la National Security Agency espionnait les messageries électroniques du monde entier sous prétexte de lutte contre le terrorisme. Poursuivi par les autorités de son pays pour trahison, il s’est réfugié fin juin à l’aéroport de Moscou, où il a demandé l’asile politique à l’Équateur, pays ami de Cuba. Ce n’est pas un dissident. C’est un « lanceur d’alerte ». Nos médias l’aiment bien, mais ils ne protestent pas franchement contre ce qui lui arrive. BHL, Glucksmann et Ménard n’ont rien à dire sur lui.

Bradley Manning est étasunien aussi. C’est un soldat. Il a transmis à Wikileaks des informations sur les exactions de l’armée étasunienne en Irak et en Afghanistan. Il risque 136 ans de prison. Ce n’est pas un dissident. Mais alors, qu’est-ce ? Le Monde.fr interroge ses lecteurs : « Bradley Manning : traître ou héros ? » BHL, Glucksmann et Ménard semblent ignorer son existence.

À la lumière de ces quatre exemples simples, on peut construire la vraie définition du mot « dissident ». La définition actuellement donnée par les dictionnaires est en gros : « qui se sépare à cause d’une opposition au système politique en place », et l’emploi du mot par les intellectuels et médias défenseurs des Droits de l’Homme sous-entend clairement que ledit système politique est « totalitaire ». Aujourd’hui, il devient clair qu’un dissident, c’est quelqu’un qui s’oppose au système politique de son pays pour soutenir celui des États-Unis. En revanche, quelqu’un qui s’oppose au système politique des États-Unis ne peut pas être un dissident.

Mais, me direz-vous, quid de Gilberto Martinez et des autres dissidents Cubains libérés en  2011, partis vivre en Espagne, et qui cherchent maintenant à retourner à Cuba tellement la vie en Espagne est insupportable ? Pour eux il faudrait inventer un nouveau mot. Re-sident ? Ac-sident ? Désoc-sident ? J’ai demandé à BHL et Glucksmann ce qu’ils en pensent, mais ils n’ont pas l’air au courant…

Didas Kalos

http://www.resistance-politique.fr/

Les gardiens du temple (vidéo)


E.Levy FinkielkrautVous ne pouvez plus revendiquer quoi que ce soit. C’est de l’antisémitisme. Si vous parlez des noirs ou des arabes, faites bien attention à ce que vous dites. Vous pourriez encourir les foudres des hystériques de l’antisémitisme. Choisissez vos mots quand vous parlerez de l’esclavage, soyez précis et si vous disposez de noms, citez-les, vous éviterez d’être accusé de sous-entendus nauséabonds. Ne dites plus : « il y a trop de… » ou « pas assez de… ». Dans certains restaurants, par exemple, si vous dites « qu’il n’y a pas assez » de sel avec vos frites, cela pourrait signifier « qu’il y a trop » d’autres choses ; mangez ce que l’on vous donne et fermez-la. Bien sûr, interdisez-vous toute critique des Etats-Unis, de l’Italie, de la Pologne, de l’Espagne, de la Grande Bretagne, de l’Iran, de tout pays, de façon générale, car certains citoyens de ces pays pourraient le prendre très mal et considérer que vous cachez bien mal votre antisémitisme. Quant au nom d’Israël, il est absolument interdit de le prononcer, à moins de rajouter « a le droit de se défendre », quel que soit le contexte dans lequel vous utiliserez ce mot sacré.

Si vous oubliez ces quelques conseils, vous vous exposez à de graves problèmes, et vous endosserez, en plus, la responsabilité des crises d’hystéries des gardiens du temple tels que Bernard-Henry et Elisabeth Levy ou autres Finkielkraut.

Avic

Les bourgeois socialistes


GaucheEn 1981, au lendemain de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, on avait assisté à un phénomène extraordinaire, que je n’ai encore pas vu étudié dans les livres de sociologie, mais qui aurait pourtant mérité une analyse approfondie. Du jour au lendemain, la France, jusqu’ici divisée en deux parties à peu près égales, se retrouvait avec une très large majorité à gauche. Aux législatives qui ont suivi, on avait alors parlé de raz de marée, de vague « rose ». Lire la suite Les bourgeois socialistes

L’Algérie entre la convoitise des uns, les visées et la revanche des autres : à l’ombre des « Printemps arabes »


Tribune libre de Amar Djerrad

algerie

Que de la propagande, subversion et mensonges contre cette Algérie qui devrait rester sous tutelle de prédateurs ou, au mieux, dirigée par des pantins. Qui peut mieux servir qu’un des siens félon ? Combien d’entre eux, par frustration ou revanche, ont choisi l’exil pour fustiger leur pays ou se mettre au service de forces hostiles ; sous l’étiquette d’« opposant ». L’un d’eux, à l’étranger, a poussé la débilité jusqu’à dire « …heureusement, que le peuple algérien, grâce aux opposants, sait pertinemment, que les dirigeants actuels de ce régime dictatorial ne sont pas algériens ! » Rien que ça !

Lire la suite L’Algérie entre la convoitise des uns, les visées et la revanche des autres : à l’ombre des « Printemps arabes »

BHL. La philosophie de l’imposture


Bhl2C’est avec une virulence inégalable que Socrate combattait les sophistes. Et il le paya très cher, car, tout compte fait, ce n’est pas Protagoras qui dut boire de la cigüe, mais bien Socrate dont les idées furent subtilement falsifiées. Certaines tendances exégétiques ont tendance à voir en Socrate une préfiguration christique dans la mesure où, certes, il s’agissait d’un martyr de la vérité prêt à périr au nom de ses convictions.


Lire la suite BHL. La philosophie de l’imposture