Archives du mot-clé De Gaulle

La côte de François Hollande descend aussi vite que le thermomètre


FHollandeVoeuxJusqu’où va-t-il descendre ? Pas en-dessous de zéro, quand même ? A défaut d’avoir un vrai sondage effectué par des professionnels (ils doivent certainement exister, mais non publiés),  les médias en sont réduits à les faire eux-mêmes auprès de leurs lecteurs. Ça a été le cas de BFMTV et les résultats sont catastrophiques pour le pauvre président français. 98% d’opinions défavorables ! Lire la suite La côte de François Hollande descend aussi vite que le thermomètre

L’assassinat de John Kennedy vu par le Général De Gaulle


Tribune libre Byblos

FRANCE-KENNEDY-DE GAULLE-1961« Ils se sont saisis de ce communiste qui n’en était pas un, tout en l’étant. C’est un minus habens et un exalté. C’était l’homme qu’il leur fallait. Un merveilleux accusé. La fable était de faire croire que le type avait agi par amour du communisme. Lire la suite L’assassinat de John Kennedy vu par le Général De Gaulle

Le Moyen-Orient à l’heure de la Chine?


Tribune libre Byblos

LETTRE OUVERTE PAR d’anciens hauts responsables de l’ONU

La reprise des négociations à Genève sur le programme nucléaire iranien est un moment crucial pour la paix dans le monde, soutient un groupe de sept anciens hauts fonctionnaires de l’ONU, de l’UNESCO et du BIT dans une lettre ouverte dans laquelle ils soulignent que « l’Occident doit comprendre que les pays sont habités par des personnes possédant notre humanité commune, avec le même droit de vivre. L’occident doit préférer le réalisme qui unit à l’idéologie qui divise. ».

Nixon-chez-Mao.-Le-choc-des-motsLe Moyen-Orient à l’heure de la Chine?

En Février 1972, le président Nixon a effectué une visite « surprise » en Chine , reconnaissant ainsi le régime communiste de Mao et ouvrant la porte à des relations plus ou moins pacifiques qui ont prévalu depuis entre les Etats-Unis et la Chine. Bien que Nixon eut construit sa carrière politique sur les campagnes anticommunistes qui étaient en partie une réaction à la «perte de la Chine » en 1949, il a par la suite suivi les traces du général de Gaulle, qui avait établi des relations diplomatiques avec la Chine huit ans plus tôt , en 1964, parce que , comme le disait de Gaulle , il faut «reconnaître le monde comme il est, » et  » avant d’être communiste , la Chine est la Chine  » .

Un an plus tard, Nixon et Kissinger ont signé les Accords de Paris qui ont mis fin officiellement à la guerre américaine au Vietnam. En 1963, Kennedy et Khrouchtchev ont résolu la crise des missiles de Cuba par le retrait des missiles de Cuba, du côté soviétique, et par l’engagement à ne pas attaquer Cuba, ainsi que le retrait des missiles de la Turquie, du côté américain.

Tous ces événements ont changé l’histoire du monde en le délivrant de l’affrontement sans fin et du risque d’une guerre mondiale. Il faut se rappeler que ni la Chine ni l’Union soviétique ni le Vietnam du Nord ne répondaient aux normes occidentales de la démocratie, un peu moins en fait que l’Iran d’aujourd’hui. De Gaulle, Kennedy, Nixon et Kissinger n’étaient pas des amis du communisme et, de l’autre côté, ni Khrouchtchev, ni Mao, ni les Vietnamiens n’avaient de sympathie pour le capitalisme et l’impérialisme occidental.

La paix n’est pas quelque chose à faire entre amis, mais entre adversaires. Elle est basée sur la reconnaissance de la réalité. Lorsque les pays ou les idéologies sont en conflit, il n’y a qu’une alternative : la destruction totale d’un côté, comme entre Rome et Carthage, ou la paix et les négociations. Comme le montre l’histoire, dans le cas de l’Union soviétique, la Chine et le Vietnam, la paix était une condition préalable qui a permis l’évolution interne de ces pays.

Au cours des dernières décennies, quand il s’est agi du Moyen-Orient, l’Occident a oublié la notion même de diplomatie. Il a suivi la ligne de la «destruction totale de l’ennemi  » : Saddam Hussein en Irak, Kadhafi en Libye, le régime Assad en Syrie ou la République islamique d’ Iran Cette ligne a été fondée sur une idéologie : un mélange de fondamentalisme des droits de l’homme et le soutien aveugle de la « seule démocratie de la région », Israël. Cependant, elle a conduit à un échec total : cette politique n’a apporté aucun avantage à l’Ouest et a seulement causé d’immenses souffrances aux populations qu’il prétendait aider.

Il y a des signes que la situation est en train de changer. D’abord les Britanniques, puis les Américains et leurs représentants ont rejeté une nouvelle guerre en Syrie. La Russie, les Etats-Unis et la Syrie ont conclu un accord sur les armes chimiques de la Syrie. Le président Obama fait une ouverture vers des négociations honnêtes avec l’Iran.

Toutes ces évolutions naissantes devraient être poursuivies avec la plus grande énergie. La seconde conférence de Genève sur la Syrie devra inclure toutes les parties internes et externes au conflit si elle prétend constituer une étape importante en vue de trouver une solution à la tragédie de ce pays déchiré par la guerre. Les sanctions injustes contre l’Iran, comme dans le cas précédent de l’Irak, ont sévèrement puni la population et doivent être levées dès que possible.

Le Premier ministre israélien Netanyahu et ses partisans sont farouchement opposés à ces mouvements pour la paix. Mais ils doivent se rendre compte qu’il y a des limites à notre volonté de «protéger» Israël, si ce pays ne fait aucun effort pour vivre en paix avec ses voisins. Et nous pourrions commencer à nous poser des questions sur l’identité du plus gros éléphant dans la pièce : les armes israéliennes de destruction massive. Pourquoi ce pays devrait-il, seul dans la région, posséder de telles armes? Si la sécurité est sacro-sainte, que dire de la sécurité des Palestiniens ou des Libanais ? Et pourquoi les Etats-Unis, aux prises avec une crise financière catastrophique, devraient-ils continuer à financer un pays qui ignore superbement l’ensemble de leurs demandes, telles que l’arrêt de la colonisation dans les territoires occupés ?

L’Occident doit comprendre qu’avant d’être baasiste ou islamiste ou communiste dans le passé, les pays sont habités par des personnes possédant notre humanité commune, avec le même droit de vivre, indépendamment de l’idéologie. L’Occident doit opter pour le réalisme qui unit plutôt que pour l’idéologie qui divise. C’est alors seulement que nous allons progresser vers l’atteinte de nos intérêts réels, qui supposent des relations pacifiques entre les différents systèmes sociaux et le respect mutuel de la souveraineté nationale.

En fin de compte, nos intérêts, s’ils sont bien compris, coïncident avec ceux du reste de l’humanité.

Traduction Byblos

Source : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/161013/china-moment-middle-east

Via : http://www.silviacattori.net/article4974.html

 

La quenelle de Dieudonné : sommes-nous tous des nazis ?


Quenelle traditionnelle
Quenelle traditionnelle

Dans ce cas…

Le salut scout est un salut fasciste à trois doigts

Plast_-_Scout_Salute

Le célèbre « V » de Winston Churchill était un salut fasciste à deux doigts

462px-Churchill_V_sign_HU_55521

Le lever de doigt en classe est un salut fasciste à un doigt

regles12

Tommie Smith a fait un salut fasciste fisté aux JO de Mexico

Tommie_Smith_leve_le_poing_Mexico

Le signe de ralliement socialiste à la dernière Présidentielle était un salut fasciste doublé

278719

La gestuelle de la campagne d’Obama représentait un double salut fasciste crochu

obama-utilise-signe-ralliement-hitler-L-1

Le rituel maçonnique comprend un salut fasciste ventral

francs-macons

Toi aussi, trouve des saluts fascistes amusants 
et dépêche-toi de les dénoncer à la LICRA !

Nous sommes tous des Monsieur Jourdain. Nous faisons des saluts fascistes sans le savoir.En voici quelques autres exemples…

La flèche d’Usain Bolt

Usain-Bolt-930x620_scalewidth_630

Des milliers de saluts fascistes lors d’une ola

ola

La libération de Mandela, signe de lutte de l’ANC

mandela

Le général de Gaulle à Alger

degaullealger4juin19581

Et enfin, vrai salut nazi celui-là…

web_israel--469x239

François Fillon ou le retour à un certain Gaullisme ?


974622-1155028Oh gaullisme est un bien grand mot. Je ne pensais d’ailleurs pas  qu’un jour il soit possible d’accoler ce mot à quiconque a travaillé avec Sarkozy, encore moins au premier d’entre eux, son premier ministre. Car enfin, c’est tout de même le gouvernement de François Fillon qui a démoli l’un des principaux signes du Gaullisme, l’indépendance militaire de la France, en intégrant le commandement intégré de l’OTAN et en s’alignant (se subordonnant) au bloc anglo-saxon.  Ne parlons pas des mille et une autres petites choses qui auraient fait hurler le pauvre De Gaulle.

Ceci étant dit, le Fillon nouveau semble vouloir se sortir de cet état de fait et redonner à la France son statut oublié. Cela passe d’abord par la dénonciation de son positionnement servile vis-à-vis des Etats-Unis, en attendant de pouvoir lui redonner son identité, la vraie, pas cette identité factice suscitée par son ex-patron, essentiellement basée sur des discussions stériles  sur une pseudo-pureté gauloise, qui n’a jamais existé, menacée par des hordes de musulmans venus du sud.

Cette dénonciation prend d’autant plus de poids qu’elle est réitérée en présence de Vladimir Poutine  à Moscou, au club international de discussion Valdaï auquel il était invité. Tout en souhaitant que « la France retrouve cette indépendance et cette liberté de jugement et d’action qui, seules, lui confèrent une autorité dans cette crise« , il a loué le ‘’rôle positif’’ de la Russie dans la crise syrienne. Ça rappelle fortement l’attitude de De Gaulle qui, en pleine guerre froide, cherchait désespérément à réchauffer les relations avec le bloc de l’Est, allant jusqu’à parler d’une ‘’Europe de l’Atlantique à l’Oural’’.

Tous les ingrédients du gaullisme de François Fillon sont en train de se mettre en place. A une question de Poutine pour savoir si Fillon allait se présenter aux futures présidentielles, il a fini par répondre que cela n’était pas exclu. Gageons que, le moment venu, le candidat de la droite ne sera autre que notre cher gaulliste fraichement façonné.  Tout comme on a Mitterrandisé Hollande dans ses postures, son phrasé et ses manières, on est peut-être en train de construire la relève dans le ‘’camp opposé’’ en se référant à ce que ce camp a de plus emblématique dans l’inconscient populaire. Qui mieux que De Gaulle peut être cet emblème ? Il faudra peut-être s’attendre à voir Fillon réveiller quelques images enfouies dans nos mémoires, comme les bras levés en V, par exemple ou refaire le coup de l’appel du 18 Juin, que Chirac avait utilisé en son temps en 1978 avec son appel de Cochin.

Osons quelques réflexions. Si François Fillon est en train de se faire préparer pour la prochaine présidentielle, François Hollande a déjà compris, pour avoir lui-même été préparé de la sorte, que son mandat ne sera pas renouvelé. Cela voudrait donc dire qu’il est dispensé de jouer la comédie aux français pour se faire réélire, puisque, de toute façon, il ne le sera pas. La France entière pourrait descendre dans la rue pour protester contre ses décisions, il ne serait pas obligé d’en tenir compte. Manif pour tous en est une bonne illustration. Autant nous faire tout de suite à l’idée que, jusqu’en 2017, François Hollande et son régime feront ce qu’ils voudront et comme ils le voudront, indépendamment de la volonté du peuple français.

Et  nous, pauvres citoyens qui croyions que par les sanctions électorales nous pouvions faire plier nos gouvernants !

Avic

Avec Hollande comme chef des armées, la France est mal barrée !


Francois New PresidentQuand le Général De Gaulle avait doté la France de l’arme nucléaire, il voulait prémunir son cher et vieux pays contre une éventuelle agression des autres pays qui disposeraient de cette arme, et placer la France en bonne place dans le concert des grands. C’était, avant tout, un moyen de dissuasion. Dissuasion veut dire que si un énergumène songeait un jour à atomiser la France, il fallait qu’il soit convaincu qu’il recevrait, en retour, sa dose de radioactivité, et qu’il vaudrait peut-être mieux renoncer à son idée. Depuis De Gaulle, nous pouvions nous enorgueillir d’être parmi les intouchables, de ce point de vue. Jusqu’à l’arrivée de Hollande. Il vient de jeter par terre toute la crédibilité de la dissuasion nucléaire française, que six présidents avant lui, avaient réussi à sauvegarder.

Le Point qui nous révèle dimanche que François Hollande, en tant que chef des armées, a directement participé, le 5 mai dernier, au tir d’un missile M51 à partir du sous-marin nucléaire Le Vigilant, et que c’est lui-même qui a appuyé sur le bouton rouge. Ce tir, qui s’est soldé par un échec, entrait dans le cadre d’un exercice simulant la situation réelle sollicitant la mise en œuvre de tout le processus avec toute la chaîne de commandement. Ce qui est inquiétant, c’est que ce tir est une grande première. En effet, d’après le Point, « jamais depuis l’entrée en service du premier SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d’engins) français Le Redoutable, en décembre 1971, un tir n’avait été préparé dans les conditions réelles d’un lancement stratégique inopiné depuis un sous-marin en patrouille opérationnelle ». Les SNLE étant la clé de voûte de la dissuasion française, je vous laisse deviner ce que les autres pays doivent penser de la force de frappe dont De Gaulle était si fier.

francois-hollande-le-blesse-a-l-issue-du-defileCe qu’on peut espérer, c’est que, sous Hollande, la France ne soit jamais confrontée à une situation dans laquelle elle est obligée de compter sur un tel Gaston Lagaffe. Il porte poisse. Dès le premier jour de sa prise de pouvoir, nous aurions dû avoir la puce à l’oreille. Les cieux déjà l’avaient repéré en lui déversant des trombes d’eau sur la tête. Ensuite, ce pauvre parachutiste expérimenté qui a eu le malheur de sauter en présence d’un porte guigne et de se retrouver à l’hôpital. Cela ne serait jamais arrivé avec les autres présidents. Si les militaires avaient ne serait-ce qu’une once d’instinct de survie, ils devraient le maintenir loin de leurs matériels. Malheureusement, M. Catastrophe est le plus belliqueux des présidents de la cinquième République. Encore plus que Sarkozy, c’est dire !

Avic

La France surpasse les Etats-Unis


Afrique_EnlevementsSarkozy l’a voulu, Hollande l’a fait. Nous sommes enfin parvenus au sommet. Jusqu’ici, il n’y en avait que pour les Etats-Unis. On ne voyait qu’eux. On ne parlait que d’eux. C’était eux la puissance. Et nous, nous avions beau faire, nous passions inaperçus. Nos ressortissants pouvaient aller n’importe où dans le monde, on ne les voyait même pas. Cela devait cesser, et Sarkozy a fait ce qu’il fallait. Il nous a réintégrés dans le concert des grands. Bien sûr, il a fallu donner un petit coup de pouce au destin, mais quand on veut, on veut ; il faut ce qu’il faut. Mais Sarkozy est parti avant d’avoir atteint son objectif. Il est vrai qu’il partait de zéro. C’est au successeur de prendre le relais et de finir le boulot. Avec quelqu’un comme Hollande on pouvait douter de ses capacités à continuer l’entreprise. Mais, à la surprise générale, il a réussi l’exploit. Depuis le 19 février, la France est le pays occidental qui a le plus de ressortissants pris en otage dans le monde, suivi des Etats-Unis (neuf otages).

Lire la suite La France surpasse les Etats-Unis

De la Françafrique à l’Afr’ance.


Drapeau Fr

La Françafrique c’est quoi ? Des mallettes qui circulent du sud au nord vers des comptes privés ? Des cadeaux et des marchés complaisamment octroyés ? Des élections gagnées à 99% ? Des destitutions organisées lors de coups d’état décidés et mis en œuvre par les soins des « Services » français ? Des messages véhiculés par l’intermédiaire d’émissaires spéciaux style « Papa m’a dit » ou « l’Elysée veut » ? Il y a de tout cela. Mais, en même temps, la Françafrique c’est tout autre chose. Tous ces clichés, pourtant réels, c’est pour la galerie. Une façade qui lui en donne une image pittoresque mais faussée. La Françafrique est avant tout un système. Un système géopolitique particulier, ne ressemblant à aucun autre dans ce monde pourtant poly-systémique. Comme pour tous les systèmes tous ceux qui sont en son sein sont réduits à n’en être que de simples acteurs.

Lire la suite De la Françafrique à l’Afr’ance.