Archives du mot-clé djihadiste

Les débuts du « djihad familial » en Syrie


carte kazakhstan syrieAlors que des centaines de milliers de Syriens fuient la guerre, d’autres font tout pour rejoindre les champs de bataille syriens. Quelque 150 Kazakhs issus d’une même famille, enfants en bas âges, adolescents, femmes et hommes, ont ainsi quitté leur pays « pour accomplir leur devoir de djihad au Levant ». Et les réseaux djihadistes font circuler fièrement les images de leur installation en Syrie.

Depuis lundi une vidéo de propagande de l’État Islamique d’Irak et du Levant (EIIL), un groupe lié à Al-Qaïda,

circule sur les réseaux sociaux djihadistes. Son titre est omérique : « Lettres des terres des batailles épiques, l’hospitalité d’une famille djihadiste » et son contenu inédit. C’est la première fois, en effet, qu’un djihad « en famille » est ainsi montré.

Vidéo : « Lettres des terres des batailles épiques, l’hospitalité d’une famille djihadiste » promue et partagée sur les réseaux djihadistes.

La vidéo débute par une marche militaire, puis par l’arrivée de trois véhicules qui arborent les drapeaux noirs adoptés par Al-Qaïda et par l’EIIL, au portail d’une villa. Au bout de quelques minutes on peut lire en blanc sur fond noir « l’institution Al-Fourqan [organe médiatique de l’EIIL] jouit de l’hospitalité d’une famille mouhajira [étrangère]. Les 150 membres de cette famille kazakhe ont parcouru des milliers de kilomètres et dépensé des fortunes pour émigrer au Levant ». Puis on entend des versets du Coran lus par un petit garçon, avant de voir une vingtaine d’enfants, y compris des bébés de quelques mois, assis par terre devant des adolescents djihadistes. On voit également dans la vidéo de toutes jeunes fille voilées, certaines portant un voile intégrale. On découvre ensuite l’enfant que l’on entendait réciter le Coran, qui n’a pas plus de 6 ans.

À 02 :57, dans la vidéo ci-dessus, un jeune homme dont le nom de guerre est « Abdel-Rahman le Kazakh » explique les raisons de la venue de sa famille en Syrie. Il dit « accomplir son devoir en application des préceptes de l’Islam ». Puis il enchaîne en récitant un verset à la gloire des martyrs, dont il souhaite « faire partie au plus vite pour accéder au paradis ». À 05 :07,  « Abou Khaled le Kazakh », un autre jeune djihadiste qui semble un peu plus âgé exprime à son tour son souhait « de mourir en martyr ».

Les djihadistes accolent en général, à leur nom de guerre, leur pays d’origine. Ces hommes viennent donc très probablement du Kazakhstan, une ex-république soviétique d’Asie centrale située à près de 5 000 kilomètres du territoire syrien.

Plus tard dans la vidéo, on entend en fond sonore un hymne à la gloire du djihad international qui énumère les terrains de « lutte », des Philippines jusqu’au Sahel et en passant par l’Afghanistan, le Pakistan, le Caucase, la Bosnie et bien sûr le Levant.

Photo "de famille" d'hommes et d'enfants kazakhs en armes.
Photo « de famille » d’hommes et d’enfants kazakhs en armes.

La vidéo enchaîne sur un troisième djihadiste, « Seïf el-Din le Kazakh », qui explique qu’ »il est du devoir de chaque musulman de rejoindre le djihad pour défendre les terres des musulmans à travers le monde quand celles-ci sont attaquées ».

À 13 :22, un certain « Abou Hafiz le Kazakh », cinquième djihadiste à prendre la parole, « remercie Dieu d’avoir permis à la famille d’émigrer et de se réunir en Syrie pour accomplir son devoir de djihad ».

C’est la première fois qu’une vidéo montrant ainsi une famille entière de djihadistes étrangers est diffusée. Habituellement, ces derniers voyagent seuls, ou exceptionnellement en couple, vers les territoires de conflit. Ces combattants sont présentés comme des candidats au martyr, voire à l’attaque suicide, comme le montre la référence au kamikaze saoudien Abou Zoubair al-Madani, @halb_1 sur Twitter, à 15’39 de la vidéo. Ce jeune saoudien s’est fait exploser à la mi-septembre dans un attentat suicide à Nabak, dans la région de Qualamoun à l’ouest de Damas.

Billet écrit par Wassim Nasr (@SimNasr), journaliste à France24.

Rencontrez un insurgé syrien modéré


489785_un-rebelle-syrien-dans-la-ville-septentrionale-d-alep-le-9-decembre-2012Par Pepe Escobar

Salut, mon nom est Mostafa et je serai votre insurgé modéré aujourd’hui. Je m’adresse à vous tous, car nous avons grand besoin de votre aide. Nous aurions pu créer une page Facebook, du style ‘’Nous Avons Besoin d’Armes’’ ou quelque chose comme ça, ou demander à l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme de faire une vidéo YouTube, mais je préfère parler directement à votre cœur.

Notre commandant suprême, le béni général Salim Idriss, a reconnu que nous recevions maintenant beaucoup de nouvelles armes provenant de nombreux pays arabes amis, qui nous ont aidés à « détruire plus de 90 véhicules blindés » du régime syrien. Et Amrika nous a aidés à obtenir les armes, bien sûr. Mais nous avons besoin de plus.

Votre président, M. Obama a dit au Saint roi d’Arabie Saoudite vendredi dernier qu’il s’était engagé à nous fournir un plus grand soutien. Votre secrétaire d’Etat, M. Kerry a déclaré samedi qu’il devrait y avoir un plus grand soutien pour nous « afin d’avoir un impact sur le terrain». Votre CIA a dit qu’ils feront en sorte que nous, les insurgés modérés, obtenions des armes, et non les méchants.

Mais votre Congrès bloque nos armes. Ô gens du Congrès!

Ne soyez pas si mesquins ! Nous avons une telle fraternité des nations ici. Des gens venant de 29 pays différents ! OK, il y a beaucoup de salafistes, certes un peu impétueux. Mais pour nous, ce sont tous des frères. En fait, la plupart d’entre nous sont des insurgés modérés.

Vous n’aimez pas les modérés? Rappelez-vous quand vous cherchiez à parler aux talibans modérés? Maintenant, vous parlez aux talibans modérés! Et les talibans pakistanais, maintenant, sont même en train de nous envoyer leurs hommes pour nous aider! L’autre jour, ils ont déployé le grand drapeau blanc des talibans, quelque part vers la frontière turco-syrienne. Ce fut un moment béni.

Nos frères talibans viennent ici via l’Arabie saoudite. Pourquoi ne faites-vous pas comme l’Arabie ? Ils ne nous ont jamais laissé tomber ; ils se battent toujours contre ces apostats d’iraniens et de chiites. Les talibans aussi, ils savent se battre contre les apostats et les chiites. Donc, nous allons apprendre beaucoup d’eux.

Vous voyez comme c’est dur la vie d’un rebelle modéré? Non seulement nous devons combattre l’odieux dictateur de Damas, nous nous battons aussi contre les apostats chiites et nous avons même à lutter contre les terroristes! O Amrika! Les terroristes sont parmi nous aussi, tout comme ils sont parmi vous.

Je parle de ces terroristes du gang Nusra. Ils ne sont pas bons, pas « clean », comme vous dites en Amrika. Ils ont tué notre frère bien-aimé Kamam Hamami à Lattaquié! Ils ont décapité deux de nos valeureux frères et ont laissé leurs têtes dans une poubelle sur une place de Dana, dans la province d’Idlib, près de la frontière turque. Ils ont violé un garçon local. Ils ne sont pas bons.

Rappelez-vous ce gars qui a mangé le poumon – ou était-ce un rein? – d’un soldat syrien mort? Il était partout sur YouTube? Eh bien, les gens disent qu’il était l’un d’entre nous, et non un djihadiste. C’était un «modéré». OK, je l’avoue, il a peut-être dépassé les bornes, mais qui n’a jamais dépassé les bornes ? Messieurs-dames, sachez qu’il y a une guerre qui se passe ici!

S’il vous plaît, croyez-nous: nous ne sommes pas al-Qaïda, nous sommes les bons gars. Ceux d’Al-Qaïda, ils ne peuvent même pas contrôler qui est un djihadiste d’Irak et qui est un djihadiste de Syrie, ils pensent que c’est deux choses distinctes. Ici, en Syrie il y a tellement des djihadistes de tant d’endroits différents, que nous ne savons même plus pour qui ils travaillent, quel gâchis! Mais cela n’a rien à voir avec nous. Nous sommes les bons gars.

Bon, OK – il est vrai que sur le champ de bataille, nous devons parler à des gens pas si modérés que ça, et nous avons même organisé des opérations ensemble. Après tout, ils sont de meilleurs combattants que nous ne sommes. Certains ont même combattu contre vous, Amrika, dans la province d’Anbar en Irak! Et maintenant, ils sont vos amis! Mais de toute façon, si seulement nous pouvions avoir plus d’armes … Nous les virerions tout de suite d’ici ! Les renverrions au-delà de là où ils sont venus.

Nous vous le promettons, nous ferons absolument tout ce que vous nous demanderez. Nous vous promettons que chaque bataille sera documentée pour vos spécialistes – photos, YouTube, tout, nous vous ferons parvenir un dossier complet à cette salle des opérations qui se trouve en Jordanie. Ainsi, vous verrez que nous sommes vraiment, vraiment modérés. Vous pouvez même faire en sorte que votre NSA nous espionne pour vous assurer que nous sommes vraiment « clean ».

OK, tous nos glorieux bataillons célèbrent les féroces et historiques guerriers arabes sunnites. Mais après tout, ils sont nos héros. Ne célébrez-vous pas vos héros de guerre en Amrika – comme votre président Eisenhower? Donc, oui, nous sommes modérés, comme votre Eisenhower. Nous voulons juste gagner. Qui ne veut pas gagner? Vous n’aimez pas les armes à feu? N’avez-vous pas tous des armes à la maison? Nous aussi nous avons besoin d’armes – pour nous défendre. Alors, s’il vous plaît donnez, généreusement. Nous promettons que nous n’utiliserons jamais ces armes contre vous.

Je vous remercie de votre attention. Je reste votre humble serviteur, Mostafa.

Pepe Escobar

Traduction : Avic

Source : http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-01-160713.html

Alep : Un gamin de 13 ans exécuté pour une tasse de café


Meurtre entant-H AlepHier, 9 Juin à Alep, vers midi, un jeune garçon de 13 ans a été exécuté par le front Al-Nousra. Son crime ? il a été jugé impie (Kfour).
La victime vendait du café dans la zone de Alshaaar à Alep, zone contrôlée par la soi-disant Armée Syrienne Libre (ASL). Un des membres du groupe terroriste a demandé du café à l’enfant mais ne voulait pas payer. Le gamin, ne voulant pas se laisser faire, lui a répondu que même si c’était Dieu qui voulait du café, il faudrait qu’il paie. Paroles intolérables aux oreilles de ceux qui se sont proclamés défenseurs de l’honneur de Dieu. Un tel blasphème vaut sentence de mort pour ces décérébrés.

Si ça se trouve, ce demeuré de djihadiste avait trouvé là un moyen de ne pas payer son café et n’a pas supporté la morgue d’un gamin de 13 ans qui lui tenait tête pour gagner sa vie. Devant ça, on ne peut que souhaiter bon courage et bonne réussite à l’Armée Arabe Syrienne contre ces cafards.

Repose en paix Petit.

Avic

Syrie : Le fils du « Cheikh » de Bahrein tué à Qussayr


Fils cheikh BahreinLes mercenaires en Syrie ne sont pas composés que de paumés, de drogués, et de gens attirés par l’appât du gain promis par les monarchies du golfe. Il y a aussi des princes et des fils de pétro-notables, tels que ce fils du « cheikh » du Bahrein qui vient d’être tué à Qussayr, en Syrie. Notre informateur n’a pas pu nous préciser s’il s’agit du fils du roi du Bahreïn ou d’un autre Cheikh éminent.

Par les temps qui courent, la mort d’un djihadiste à Qussayr, qu’il soit prince ou gueux, n’a rien de surprenant. Ce qui frappe, en revanche, c’est que ce prince soit bahreïni. C’est curieux ce pays. Il s’y passe plein de choses, tellement de choses qu’à lui tout seul, il résume ce qu’est vraiment le printemps arabe. S’il fallait chercher quelque part ce « printemps arabe, c’est bien là-bas qu’on le trouverait. Mais justement, parce qu’une vraie révolte s’y déroule, il faut focaliser les attentions sur des révoltes factices.

Le Bahreïn ? circulez, il n’y arien à voir. Et d’ailleurs, où c’est, le Bahreïn ? Le patron, c’est un émir, un cheikh, un roi ? Bof, de toute façon c’est un roitelet soumis, donc un gentil. On ne va pas lui chercher des poux sur la tête. Il ne réprime pas, il maintient l’ordre.Il ne tire pas sur les foules, il les disperse.Il ne fait pas appel à une armée  étrangère pour écraser une révolte populaire, il cherche à éviter le chaos avec le secours d’amis amoureux de droits humains. Foutons-lui donc la paix et laissons-le régler ses problèmes qui ne sont pas simples, surtout avec l’Iran à un jet de pierre.En attendant, il envoie ses fils mourir en Syrie. On espère au moins que le roi n’aura pas l’outrecuidance de dire que le jeune prince est mort pour « la libération du peuple syrien ». Mais sait-on jamais? On en a tellement vu et entendu !

Avic

Prince djihadiste

Le terrorisme, de Boston à Moscou en passant par Damas


tchetchenie_319Depuis la fin de l’URSS, l’un des mythes fondateurs de la politique étrangère euro-américaine envers la Russie se base sur la situation dans le Caucase. Dès 1994, l’état russe fait face à une rébellion armée qui prône l’indépendance et fera rapidement appel à des cohortes de mercenaires étrangers pour mener cette soi-disant guerre d’indépendance de Tchétchénie. Lire la suite Le terrorisme, de Boston à Moscou en passant par Damas

L’Étrange cas du djihadiste blanc de Tombouctou


Par Harald Doornbos, Jenan MOUSSA

Abdul JalilGilles Le Guen semblait être le pire cauchemar de la France. Il était un français blanc qui pouvait se déplacer à sa guise dans tout le pays et avait engagé sa fidélité à la branche d’Al-Qaïda en Afrique du Nord. Il avait même combattu aux côtés des djihadistes pendant leur occupation du nord du Mali. Mais l’histoire ne pouvait pas être si simple: les membres d’Al-Qaïda ont commencé à soupçonner qu’il était, en fait, un espion envoyé par la France pour infiltrer leurs rangs, et ils ont lancé une enquête pour déterminer ses vraies loyautés.

Lire la suite L’Étrange cas du djihadiste blanc de Tombouctou