Archives du mot-clé droits de l homme

Ahmed Ibrahim: Le silence des agneaux


Prisonnier d’opinion Ahmed Ibrahim Secrétaire de la World Green Book Research Center et ancien Secrétaire du Comité populaire de l’éducation a été condamné à mort

thieves350Adam King

Les médias occidentaux, repris par les médias du monde entier, ont simplement et paresseusement relayé les accusations mensongères d’un tribunal bidon à Misrata, en Libye, contre le Dr Ahmed Ibrahim, une figure populaire de Syrte, ville rivale et détestée de longue date. Ils font écho aux accusations selon lesquelles Ibrahim a assassiné une famille et qu’il a incité Syrte à combattre les rebelles basés à Misrata qui luttaient contre le gouvernement libyen soutenu fermement par Syrte.

Ils n’ont même pas fait de commentaires sur son enlèvement et la torture de ces dernières années et encore aujourd’hui quand il est condamné à mort par un «tribunal» à Misrata, ils ne le mentionnent toujours pas. Pas plus que pour les milliers d’autres victimes d’abus dans les prisons. Les organisations des droits de l’Homme, dont Amnesty International, restent silencieuses. C’est l’une des raisons si Amnesty International est maintenant connue comme Amnésie internationale pour ses faux rapports sur la guerre en Libye.

Au moins Human Rights Watch a eu les couilles de sortir une enquête et de publier le fait que Mouammar Kadhafi ne se cachait pas dans un égout, et que le vieil homme qui a été capturé avec d’autres, a été brutalement assassiné par ces mêmes pourvoyeurs d’injustice qui détiennent Dr Ahmed Ibrahim, le couvrant d’humiliations (recherchez les vidéos YouTube postées fièrement par ses ravisseurs) et maintenant le condamnant à mort.

Quelles sont les véritables raisons de la condamnation à mort du Dr Ahmed Ibrahim? Les raisons sont extrêmement accablantes, non pas tant pour les Misratans et les islamistes réactionnaires libyens et leurs différentes cohortes, mais accablantes pour l’ensemble du monde universitaire en Occident, ainsi que les organisations des droits de l’homme et les médias. C’est parce qu’il est de Syrte et est un gentleman et un érudit.

Il a été directeur du Centre mondial pour les études et les recherches sur le Livre Vert et la troisième théorie universelle, basé à Tripoli, une institution académique sur un pied d’égalité avec les universités qui ont tenu des colloques dans le monde entier ainsi que des conférences universitaires et des publications sur cette idéologie démocratique .

Le Centre a été l’une des premières cibles dans le bombardement 2011 par l’OTAN, qui a détruit la moitié du centre et tué, dit-on, 8 personnes dans l’attentat. L’OTAN, pour les non-initiés, c’est l’alliance américaine de forces militaires de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale, mais qui a également été rejointe par certains royaumes arabes du Golfe et d’autres régimes pro-américains inféodés, formant les forces armées du «nouvel ordre mondial» .

Pour ceux qui ne connaissent pas la Libye, il y a une vieille haine depuis des siècles des habitants de Misrata contre les habitants de Syrte. Ahmed Ibrahim a été «jugé» après avoir été retenu captif et torturé, sur de fausses accusations, et étant donné naturellement les préjugés et la haine contre tous ceux qui avaient la moindre association avec Kadhafi (il est un parent éloigné, comme le sont la plupart des gens à Syrte), il a été condamné à mort le 31 Juillet 2013, par la Cour de Misrata.

Mais il n’est pas encore mort. On ne peut guère s’attendre à ce que les médias mondiaux, qui ont fait leurs preuves de presstitués au nouvel ordre mondial des élites bancaires dirigé par les américains, pas plus que les organisations boiteuses de défense des droits de l’homme, entreprennent la moindre action. Ils sont clairement devenus des ennemis des peuples dans le monde entier et devraient être traités comme tels. Mais nous devons tenir compte des universités pour être informés et éduqués.

Dr Ahmed Ibrahim a été l’un de ces rares universitaires dans le monde qui ont courageusement épousé une théorie alternative à la démocratie directe, le socialisme naturel et la concorde nationale, résumée dans l’idéologie du Livre Vert attribué à tous ceux qui croupissent actuellement dans les prisons.

S’il vous plaît soutenez les efforts pour porter cette question devant les dirigeants des universités et les universitaires. Pour ceux qui peuvent organiser une campagne, comme l’Australien co-directeur du même centre de Livre vert, je suis toujours vivant et capable de parler devant un public sur cette question ainsi que de la situation des droits de l’homme en Libye en général.

Si Ahmed Ibrahim est mis à mort, ce ne sera pas seulement ses assassins qui seront tenus de rendre compte, mais aussi ceux qui étaient des agneaux silencieux. Les loups en vêtements de brebis, les médias occidentaux, font leur travail. Mais les universitaires et les vrais défenseurs des droits humains doivent faire le leur, sinon tous seront conduits comme des agneaux à l’abattoir, si le Nouvel Ordre Mondial  vient à vous aussi, et toutes les lois et toute logique seront suspendues.

Contact Adam King via Mathaba

Traduction : Avic

Source : http://www.mathaba.net/news/?x=633278

Edward Snowden a demandé un asile politique en Russie


0618-snowden-poster-630x420L’ex-consultant de la CIA Edward Snowden a demandé un asile politique en Russie, pour retrouver la liberté de circulation.

Tel est le résultat de sa rencontre à l’aéroport de Moscou Cheremetiévo avec des juristes et militants des droits de l’homme russes, résultat qu’on peut appeler une sensation attendue. L’agent fugitif a dit sa reconnaissance à tous les pays, qui lui ont proposé un asile, mais a décidé d’arrêter son choix sur la Russie.

Les attentes des participants à la rencontre se sont justifiées. Réagissant à la demande de l’ex-consultant de la CIA le porte-parole du président de Russie Dmitri Peskov a déclaré que Kremlin ne disposait pas pour le moment de confirmation à ce sujet, mais a noté que les conditions pour cela restaient les mêmes : arrêt de toutes activités nuisant aux intérêts des Etats-Unis et à leurs rapports avec la Russie. Position formulée précédemment par le chef de l’Etat Vladimir Poutine. Le 12 juillet Edward Snowden a confirmé son accord de satisfaire à cette condition.

Le premier des hauts fonctionnaires à avoir commenté la demande de l’Américain a été le président de la Douma d’Etat Sergueï Narychkine. Il a dit la Russie devait accorder un asile politique ou un refuge provisoire à Edward Snowden, parce qu’il risque une peine de mort, toujours pratiquée aux Etats-Unis. Le chef du comité des Affaires internationales Alexeï Pouchkov a remarqué que si M. Snowden fait une demande officielle à la Russie pour obtenir un asile politique, sa demande serait examinée. Voici ce que dit à notre radio le politologue Sergueï Mikhéev.

« Je pense qu’il craint pour sa vie. Après l’incident avec l’avion du président de Bolivie il peut ne pas regagner l’Amérique latine. Pour cette raison il demande un asile provisoire en Russie. Il ne demande pas, probablement, la nationalité russe, mais un certain statut de réfugié et un asile provisoire qui lui sont nécessaires. Il est tout simplement las de vivre dans la zone de transit de Cheremetievo ».

Peu après la rencontre Olga Kostina, membre de la Chambre civile, a déclaré que les défenseurs des droits de l’homme avaient l’intention de préparer une déclaration au nom du président Poutine à l’appui de la demande de M. Snowden sur l’octroi de l’asile politique. Selon l’expert Igor Korottchenko, en cemoment ce qu’il faut de M. Snowden c’est sa demande rédigée à la main adressée aux autorités russes, et la question pourra être réglé rapidement.

Quant au délégué aux droits de l’homme Vladimir Loukine, il a estimé qu’il serait mieux si M. Snowden obtienne le statut de réfugié d’une organisation internationale et non de la part de la Russie. Il y a, à son avis aussi les intérêts d’Etats. A ce propos il craint une détérioration des relations russo-américaines, au cas où la Russie octroie quand même un asile politique à M. Snowden. Mais en somme la plupart des défenseurs des droits de l’homme et d’hommes politiques et d’experts se sont exprimés en faveur de la satisfaction de la demande du citoyen américain. La Voix de la Russie suit l’évolution des événements.

http://french.ruvr.ru/news/2013_07_12/Las-de-vivre-dans-une-zone-de-transit-M-Snowden-a-pris-une-decision-4499/

Une Europe en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente


JRSEurosurletter090712Frontex, mot valise européen à consonance française pour rendre hommage, dit-on, à la belle attitude de notre pays dans la guerre aux migrants extra-européens, c’est une machine de guerre contre « l’invasion » de la plantureuse Europe par de prétendues hordes de mendiants.

Un budget en croissance très rapide en période d’économies, pour une externalisation qui consiste pour les Etats européens, selon Claire Rodier, « à sous-traiter la gestion de l’immigration irrégulière aux pays limitrophes (Maghreb, Europe de l’Est) [ce qui] a plusieurs avantages: d’une part, elle opère un transfert du «sale boulot» (déportations de masse, détentions arbitraires, tortures) dans des pays dont les standards sont moins élevés qu’en Europe, en permettant de s’affranchir des obligations que les lois européennes imposent en matière «de respect des droits de l’homme»; d’autre part, elle participe du rapport de dépendance que l’Union Européenne entretient avec son voisinage proche. Car, aux pays concernés, on promet, en échange de leur collaboration, le financement d’actions de coopération ou des contreparties de nature politique ou diplomatique. Mais ils n’ont en général ni la capacité matérielle, ni le cadre juridique, ni la volonté politique d’assumer le rôle de «cordon sanitaire» de l’Europe qu’on leur assigne. »

Un marché lucratif pour les entreprises de sécurité, « [qui] déploie[nt] des forces humaines (des policiers “nationaux”) et techniques (des hélicoptères, des avions, des navires, des radars, des caméras thermiques, des sondes mesurant le taux de gaz carbonique émis, des détecteurs de battements de cœur et bientôt… des drones) en Méditerranée et à l’est de l’Europe« .

Ces dispositifs de blocage obligent les candidats à la migration vers l’Europe à emprunter des routes nouvelles, plus longues et plus dangereuses. De ce fait, on estime à plusieurs millers par an le nombre de morts.

Frontex participe à la recherche internationale dans son domaine. En témoigne l’organisation d’un Workshop on innovation in border control en août 2013 à Uppsala. Au programme:

  • Détection, identification et authentication des étrangers « à risque »
  • Communication entre les équipes opérationnelles et les autorités locales de contrôle des frontières
  • Partage de l’information concernant la sécurité des frontières, interopérabilité
  • Acquisition, fusion et utilisation des données relatives à la sécurité des frontières
  • Evolutions technologiques, acceptabilité et intégration. En Newspeak dans le texte: « CHALLENGE: Various new technologies with border control application potential are emerging, however, their integration into the border control processing chain poses administrative, technical, societal, privacy and human-machine optimisation issues« . La prise en compte des transgressions de toutes natures attendues des évolutions engagées fait partie intégrante de la réflexion qui le programme!

Le développement galopant de cette armada (6 millions d’euros en 2005, 86 millions en 2011) s’accompagne inévitablement d’un questionnement sur la nature de ses interventions. Un consortium d’une quinzaine d’associations de sept pays (Belgique, Cameroun, France, Italie, Mali, Maroc, Mauritanie) et deux réseaux euro-africains ne se font pas d’illusions. « Symbole de la politique sécuritaire en matière migratoire et bras armé des États membres de l’UE, Frontex pose question notamment concernant la violation des droits lors de l’interception et du renvoi forcé des migrant.e.s. : Que se passe-t-il véritablement aux frontières ? Et qui est responsable de ce qui s’y passe ?

Lors de ces opérations, le respect des droits humains est mis en danger, particulièrement le droit d’asile, le droit à un traitement digne et au respect de l’intégrité physique. L’opacité des opérations – maritimes, aériennes et terrestres – conduites par FRONTEX et la dilution des responsabilités qui les caractérise portent atteinte aux principes fondamentaux reconnus par l’UE, ses États membres et les États tiers partenaires de l’agence« .

A l’initiative de Migreurop, les opposants à cette entreprise étrange ont lancé une campagne d’information et de protestation, Frontexit. « L’objectif de Frontexit est double : informer un large public sur les dérives auxquelles donnent lieu les opérations de Frontex en termes de droits humains, et dénoncer ces dérives auprès des représentants politiques directement impliqués.

Plus concrètement, à travers nos actions d’investigation, de contentieux, de sensibilisation et d’interpellation politique, nous demandons :

• la transparence sur les mandats, les responsabilités et les actions de Frontex ;

• la suspension des activités de l’agence identifiées comme contraires aux droits humains ;

• l’annulation du règlement créant l’agence Frontex, s’il est démontré que le mandat de l’agence est incompatible avec le respect des droits fondamentaux. »

Cependant, une étude publiée en février 2013, Immigration et croissance économique en France entre 1994 et 20081 semble indiquer que lorsque le produit intérieur brut par habitant décroît, l’immigration diminue, et quand le chômage augmente, l’immigration professionnelle diminue. Tiens!… Les migrants feraient-ils preuve de jugement dans le choix du pays qu’ils rejoignent? La récession et le chômage qui sont le lot actuel de la France seraient-ils finalement plus convaincants que le dispositif de guerre déployé par l’UE?

Martine et Jean-Claude Vernier

http://blogs.mediapart.fr/blog/fini-de-rire/100513/une-europe-en-guerre-contre-un-ennemi-qu-elle-s-invente

L’Oligarchie a fait un rêve – Partie II


Guillaume DE ROUVILLE

la-liberte-guidant-le-peuple2

Un marché de dupes

Remontons, un instant, à aux révolutions française et américaine pour illustrer notre propos.

Au pays des droits de l’homme… on tire sur le peuple…

Dans la France du 18ième siècle finissant, nous voyons une ancienne oligarchie aristocratique, fatiguée, divisée et moribonde qui cède la place à une oligarchie bourgeoise conquérante et sûre d’elle-même. Cette dernière n’a, depuis lors, pas quitté les rênes du pouvoir. Lire la suite L’Oligarchie a fait un rêve – Partie II