Archives du mot-clé drones

La Russie livre des centaines de drones à la Syrie !!


196896La Russie a envoyé un important convoi d’armements en Syrie, contenant entre autre des drones, a indiqué l’agence de presse Reuters, citant des sources sécuritaires au Moyen Orient bien informées. Lire la suite La Russie livre des centaines de drones à la Syrie !!

La Chine entraîne les États-Unis dans une spirale autodestructrice


6463df54La Chine développe le programme de construction le plus complexe de drones (avions sans pilote), destiné à briser la suprématie américaine dans ce domaine. Les drones chinois se sont avérés très actifs au milieu des tensions faisant suite à l’imposition par la Chine d’une zone d’identification aérienne étendue en mer de Chine orientale. Lire la suite La Chine entraîne les États-Unis dans une spirale autodestructrice

Les drones US ne pourront plus espionner l’Iran et la Chine


arton181482-18677Les autorités chinoises ont annoncé étendre leur zone aérienne protégée, ce que conteste le Japon à propos des îles Senkaku. Elles exigent désormais que les aéronefs qui survolent son territoire s’identifient et donnent leur plan de vol à 100 miles (environ 185 km) de leurs côtes. Lire la suite Les drones US ne pourront plus espionner l’Iran et la Chine

Obama : La prison se précise


Obama-dronesSalut Obama, comment vas-tu ? Ne te fatigue pas à espionner mes mails, je m’adresse à toi en direct live pour te faire part d’un vœu très cher : que tu ailles en prison, le plus tôt possible et pour longtemps, vu l’ampleur des crimes que tu as commis. C’est le signe nécessaire pour que six milliards d’êtres humains retrouvent confiance en la justice, et n’aient plus l’impression qu’une secte, élue par 25 % de la population riche d’un petit pays (Etats-Unis, Amérique du Nord) décide de tout dans le monde.

Comme je suis un fervent adepte – croyant et pratiquant – des droits de l’homme, je précise : tu es présumé innocent, et je souhaite juste qu’un procureur te cite devant un tribunal digne de ce nom,… donc hors US bien sûr. A moins que d’ici là, ton petit pays ratifie le protocole reconnaissant le recours individuel devant le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU, le statut de la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme et celui de la Cour Pénale Internationale. Car vois-tu, il reste fort fâcheux de te voir pérorer sur les droits de l’homme alors que tu refuses de reconnaître les traités qui donnent force aux droits de l’homme.

Le sujet du jour, ce sont les exécutions sommaires par drones. Comme dans les westerns, sauf que là,… on est dans la vie. Et les pièces de l’accusation ne viennent pas de gauchistes post-staliniens ou de barbus de l’Axe du mal…

D’abord, Amnesty international. L’ONG publie un rapport accusant tes services de « crimes de guerre » et « d’exécutions extrajudiciaires » dans le cadre de tes opérations dans le nord-ouest du Pakistan. Amnesty parle « de permis de tuer ». Ben dis donc, c’est pas gentil ça, Obama…

Polly Truscott, la directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d’Amnesty explique : « Nous disposons de nouvelles preuves tangibles que les Etats-Unis sont responsables d’homicides illégaux dans les attaques de drones, explique Certains de ces homicides peuvent être qualifiés d’exécutions extrajudiciaires ou de crimes de guerre ».

Dans neuf cas de frappes de drones dans le Waziristan du nord, perpétrées entre janvier 2012 et août dernier, des preuves irréfutables montrent que des civils ont été pris pour cibles. Polly précise : « Pour contredire les autorités américaines qui qualifient leur cibles de « terroristes », je vais vous citer un exemple : une femme de 68 ans était en train de planter ses légumes dans un champ sur sa propriété, entourée de ses petits-enfants, quand son corps a été déchiqueté par un missile. Comment cette femme, Mamana Bibi, c’était son nom, pouvait-elle avoir de près ou de loin des liens avec les insurgés ? »

Et voilà tout le problème, Obama. Amnesty, avec un dossier blindé, montre que si Mamana Bibi a été tuée, c’est que tu as donné l’ordre, au prétexte de dossiers bidons inventés par la CIA. Ça vaut perpète, mon pote… Tuer des civils, sans jugement, sans procès, et alors que tu n’as rien à faire au Pakistan.

1621420925

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la protection des droits de l’homme dans la lutte antiterroriste, Ben Emmerson, confirme. Dans un rapport ce 18 octobre, il estime à plus de 400 le nombre de civils tués au Pakistan. Selon lui, la CIA a créé « des obstacles presque insurmontables à la transparence », ce qui « entraîne un déni de responsabilité qui affecte la capacité des victimes à demander réparation ».

Alors, un conseil, Obama : tu te constitues prisonnier, et tu demandes le bénéfice des droits de la défense. Parce que sinon, des équipes bien formées vont venir te larguer un drone sur ton gros nez de menteur infini. Pour venger Mamana Bibi… Une grand-mère de 68 ans… Tu as fait trop de mal pour t’en tirer, et tu devrais te rendre à la Justice.

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/

3070992081

Union Européenne : accueillir les demandeurs d’asile avec des drones !


ob_f43a34_drone-europeen-source-enjeux-infoIl y a cinq ans, j’ai eu l’honneur douteux d’une entrevue avec un représentant du parti flamand d’extrême-droite, Vlaams Belang.

Après avoir écouté cette femme éructer ses bêtises paranoïaques à propos de la police qui aurait « peur » d’entrer dans certains quartiers de Bruxelles, « où commandent les musulmans », j’ai demandé si elle avait quelque chose contre moi. Comme ressortissant irlandais, je suis un étranger en Belgique, expliquai-je. Ce n’était pas un problème, répondit-elle, parce que « vous êtes probablement de la même religion que nous ».

La catastrophe au large de Lampedusa me rappelait cette conversation bizarre et inquiétante.

Au milieu du XIXe siècle, mes ancêtres ont fui la faim et la misère dans des « bateaux cercueils », mourant souvent à bord. L’émigration massive hante l’Irlande de nouveau aujourd’hui. Pourtant, contrairement aux Africains qui ont péri avant d’avoir pu atteindre le rivage italien, nous pouvons en général voyager en toute sécurité.

Un groupe de survivants du bateau naufragé près des côtes de Lampedusa, la semaine dernière, où des centaines de passagers sont morts noyés – Photo : EPA/Ettore Ferrari
Un groupe de survivants du bateau naufragé près des côtes de Lampedusa, la semaine dernière, où des centaines de passagers sont morts noyés – Photo : EPA/Ettore Ferrari

L’adaptation à une nouvelle vie à l’étranger n’est jamais facile. Mais, au moins , les démagogues voudront bien de nous parce que nous sommes de la même « race » – ou, comme ils préfèrent dire : de la même religion.

Parfois, cependant, je ne suis pas si sûr que l’écart entre les partis extrémistes comme le Vlaams Belang ou l’Aube dorée et les partis politiques « dominants » soit si éloigné que cela.

Nick Griffin, un truant britannique du Parti national et maintenant installé comme élu au Parlement européen, a une fois provoqué un tollé général en affirmant que les bateaux transportant des migrants devraient être pris pour cibles par l’armée. Si Griffin avait été juste un tant soit peu nuancé dans ses propos, sa proposition aurait été peu différente finalement de la politique officielle de l’UE.

La réponse immédiate de Cecilia Malmström, commissaire aux affaires intérieures de l’UE, à la catastrophe Lampedusa, était pour vanter un nouveau système de surveillance des frontières appelé Eurosur. Selon Malmström , après sa mise en service en décembre, le système aidera les autorités à sauver les bateaux qui rencontrent des difficultés.

Contrairement à ce que Malmström a affirmé, Eurosur n’est pas une initiative humanitaire. Au contraire, son objectif principal concerne ce que la Commission européenne appelle « l’immigration clandestine » – un terme péjoratif alors que de voyager d’un pays à l’autre en quête d’une vie meilleure est tout sauf un crime.

Eurosur est en partie le fruit d’un projet de 15 millions d’Euros investis dans la recherche scientifique et lancé en 2010. Bien que principalement financé par l’UE, le projet voit une importante participation de gros fabricants d’armes comme l’entreprise BAE de Grande-Bretagne BAE , EADS franco-allemande, et Indra en Espagne.

Eurosur s’inscrit donc dans la longue liste des projets financés par l’Union Européenne en matière de sécurité maritime. L’OPARUS est un autre projet qui réunit BAE, EADS et les sociétés françaises Thales et Dassault. Sa mission est d’examiner comment les drones peuvent aider à intercepter les Africains ou les Asiatiques qui tentent d’entrer en Europe. L’Israélien des Industrie Aérospatiales (Israel Aerospace Industries – IAI), fabriquant des drones utilisés dans le bombardement des civils gazaouis, est également dans le coup.

Au cours de ma discussion avec Malmström, je l’ai à deux reprises contestée en cherchant à savoir pourquoi voulait-elle que des avions de guerre prennent pour cible une poignée de personnes appartenant à la catégorie la plus misérable de la planète. Mon interlocutrice a tenté de se débarrasser de moi en prétendant que l’utilisation des drones à des fins de violence n’est que pure coïncidence.

Il ne fait guère de doute que l’Union Européenne est en train d’adopter une approche de plus en plus militarisée envers les questions de l’immigration et des demandes d’asile.

Par ailleurs, l’agence européenne de gestion des frontières, Frontex, jouera un rôle très significatif dans la supervision d’Eurosur. L’agence est dirigée par Ilkka Laitenen, un général de brigade finlandais. Il siège au comité consultatif pour l’Agenda de la Défense et de la Sécurité

Ce dernier est un groupe de réflexion tributaire du financement de l’industrie de l’armement. Laitenen et son staff entretiennent également des contacts réguliers avec l’Agence Européenne de Défense, un organe mis en place afin d’attirer et de développer des affaires pour les fabricants d’armes du continent.

A l’instar d’Eurosur, Frontex s’est mis à chercher à se procurer les drones jugés appropriés pour repérer et poursuivre les immigrés. L’agence est également connue pour avoir invité des fabricants de drones américains et israéliens à faire une présentation de leurs marchandises meurtrières devant son staff. Dans le même contexte, le Ministère Américain du Commerce a recommandé aux producteurs d’armes du pays de garder un œil sur le Frontex, car il pourrait offrir des « opportunités d’exportation » pour les États-Unis.

Par ailleurs, Cecilia Malmström a critiqué à juste titre les autorités Grecques pour avoir approuvé un nombre très réduit de demandes d’asile, tout en refusant systématiquement l’asile aux réfugiés syriens ayant fui la guerre civile dans leur pays.

Il ne faut pas oublier que Malmström supervise le travail de Frontex, la même agence qui n’a pas empêché les abus de la Grèce au sujet du droit d’asile. En janvier 2011, la Cour Européenne des Droit de l’Homme qui siège à Strasbourg, a jugé que les centres de détention des demandeurs d’asile en Grèce étaient dans un tel état de délabrement que le fait d’y placer des gens équivalait à des actes de torture. Frontex a, pour rappel, fourni des bus pour transporter les demandeurs d’asiles vers ces centres.

Par conséquent, il est reproché à l’agence d’être un sous-traitant pour la torture.

Je ne peux cependant pas m’empêcher d’observer que l’une des principales vantardises du Parti Conservateur Britannique lors de sa récente conférence annuelle était le fait d’avoir réduit l’immigration. Cet orgueil et cette fierté doivent être placés dans le contexte d’une guerre idéologique plus vaste menée contre les pauvres d’Europe et de contrées encore plus lointaines. Et comme dans chaque guerre, les principaux bénéficiaires sont ceux qui construisent les instruments qui alimentent ces guerres.

David Cronin

Article original en anglais : The Militarization of Immigration Policy. Greeting Asylum-Seekers With Drones,

Traduction : Info-Palestine.eu

Pourquoi sommes-nous en guerre au Yémen ? Par Ron Paul


130120-yemen-dronePar Ron Paul

La plupart des Américains ignorent sans doute qu’au cours des deux dernières semaines les Etats-Unis ont lancé au moins huit attaques de drones au Yémen, où des dizaines de personnes ont été tuées C’est la plus grande escalade d’attaques américaines sur le Yémen en plus d’une décennie. Les américains affirment que tous ceux qui ont été tués étaient des «militants présumés, » mais les yéménites sont depuis longtemps choqués par le nombre de civils tués dans ces frappes. Les médias ont rapporté que de toutes les personnes tuées dans ces récentes frappes américaines, une seule était sur ​​la liste des terroristes ‘’les plus recherchés ».

Cette escalade significative des attaques américaines sur le Yémen a coïncidé avec la réunion du président yéménite Hadi avec le président Obama à Washington plus tôt ce mois-ci. Hadi a été installé au pouvoir avec l’aide du gouvernement américain après un coup d’état en 2011, contre son dirigeant de longue date, le président Saleh. Il est dans son intérêt d’avoir les États-Unis derrière lui, car sa popularité est très faible au Yémen et il fait face à la menace constante d’un autre coup d’état.

A Washington, le président Obama a salué la coopération du président Hadi dans la lutte contre Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique basée au Yémen. C’était juste avant que l’administration américaine ait annoncé une énorme menace non spécifiée forçant la fermeture de près de deux douzaines ambassades dans la région, notamment au Yémen. Selon l’Administration, les fermetures des ambassades ont été provoquées par une conférence téléphonique interceptée par le NSA au cours de laquelle quelques 20 dirigeants d’Al-Qaïda avaient parlé d’attaquer l’Occident. Beaucoup restent sceptiques quant à cette affirmation spectaculaire, qui a été faite juste au moment où certains membres du Congrès ont exhorté à un examen plus approfondi des programmes d’espionnage intérieur du NSA.

Les États-Unis sont engagés au Yémen depuis un certain temps, et la présence américaine au Yémen est beaucoup plus grande qu’on nous le laisse croire. Comme le Wall Street Journal a rapporté la semaine dernière :

« Au cœur de la coopération américano-yéménite il y a un centre de commandement interarmées au Yémen, où des responsables des deux pays évaluent les renseignements recueillis par l’Amérique et d’autres alliés, comme l’Arabie saoudite, disent des responsables américains et yéménites. Là, disent-ils, ils décident quand et comment lancer des frappes de missiles contre de présumés agents d’Al-Qaïda de la très secrète liste approuvée par la Maison Blanche pour l’assassinat ciblé ».  

Toutefois, loin de résoudre le problème des extrémistes au Yémen, cette présence américaine dans le pays semble créer plus d’extrémisme. Selon le professeur Gregory Johnson, de l’Université de Princeton, un expert sur ​​le Yémen, les «dommages collatéraux» civils causés par les frappes de drones américains sur les membres d’Al-Qaïda attirent en fait plus de recrues d’Al-Qaïda :

« Il y a des frappes qui tuent des civils. Il y a des frappes qui tuent des femmes et des enfants. Et quand vous tuez des gens au Yémen, ce sont des gens qui ont des familles. Ils ont des clans. Et ils ont des tribus. Et ce que nous voyons, c’est que les Etats-Unis peuvent cibler un individu en particulier parce qu’ils le considèrent comme un membre d’Al-Qaïda. Mais ce qui se passe sur le terrain, c’est qu’il est défendu comme un membre de la tribu ».

Le gouvernement américain est clairement en guerre au Yémen. On prétend qu’ils combattent Al-Qaïda, mais les frappes de drones créent autant ou plus de membres d’Al-Qaïda qu’elles en éliminent. Le ressentiment accumulé par les victimes civiles prépare un dangereux retour de flamme, qui constitue pour nous une véritable menace mais qui est malheureusement largement ignorée. En outre, les États-Unis envoient des signaux contradictoires en attaquant Al-Qaïda au Yémen, tout en soutenant l’Al-Qaïda lié aux rebelles qui combattent en Syrie.

Ce cycle d’intervention produisant des problèmes qui nécessitent plus d’intervention pour les «résoudre» nous appauvrit et nous rend plus, pas moins, vulnérables. Qui peut prétendre que cette vieille approche est un succès ? A-t-elle produit un peu de stabilité dans la région? Y a-t-il eu des cas de réussite ? Il y a une alternative. Ça s’appelle non-interventionnisme. Nous devrions l’essayer. La première étape serait de se retirer du Yémen.

Ron Paul

Traduction : Avic

http://www.informationclearinghouse.info/article35820.htm

Le talon d’Achille de l’armée de Bachar Al-Assad


L’Armée syrienne fidèle à Al Assad est déficiente en matière de recherche, ce qui empêche une victoire rapide. La Recherche est une forme d’assurance dans le combat en détectant avec précision l’emplacement de tous les combattants ennemis, leur dispositif, le type d’équipement dont dispose chaque combattant et les manœuvres dans l’espace et dans le temps qu’ils exécutent. Grâce à la recherche, on évite de se faire surprendre par l’ennemi. Lire la suite Le talon d’Achille de l’armée de Bachar Al-Assad

Que signifie «gentleman agreement» pour les gouvernements américain et Israélien?


En 2010, à l’invitation du président américain Barak Obama, Dimitri Medvedev, alors président de la Fédération de Russie, a effectué du 22 au 24 Juin, une visite officielle aux États-Unis, que la Maison Blanche considérait comme un point de départ pour de nouvelles relations avec la Russie. A cette occasion, M. Medvedev a visité le siège des géants Twitter,  Apple Inc et Cisco Systems, dans le complexe de Silicon Valley, près de San Jose, en Californie, leader mondial de la haute technologie. Lire la suite Que signifie «gentleman agreement» pour les gouvernements américain et Israélien?

Encore des frappes aériennes israéliennes en Syrie


Incendie de dépôts de carburants suite à un bombardement ennemi sur l’aéroport international de Damas. 3 mai 2013
Incendie de dépôts de carburants suite à un bombardement ennemi sur l’aéroport international de Damas. 3 mai 2013

Le raid en question a été démenti par les autorités syriennes. Nous sommes en pleine guerre psychologique !

L’aviation israélienne est encore intervenue en appui tactique à des groupes rebelles à l’intérieur de la Syrie, selon diverses sources. Les Etats-Unis d’Amérique ont diffusé cette information.

Ce nouveau raid a été conduit ce matin à partir de l’espace aérien libanais, survolé depuis des jours par des dizaines d’avions militaires israéliens. Lire la suite Encore des frappes aériennes israéliennes en Syrie

Un tueur en série est à la tête de la CIA


Stephen Lendman

john-brennan-patron-de-la-cia

Chalmers Johnson a appelé la CIA l’armée privée du président. La Rome impériale avait sa garde prétorienne. Elle servait et protégeait l’empereur.

Les renégats de la CIA travaillent de la même façon. Ils font même bien plus que cela. La assassinats extra-judiciaires sont mis en priorité. La plupart de ce qui se passe demeure secret. La culture d’irresponsabilité maintient le congrès et le citoyen ordinaire désinformé.

Lire la suite Un tueur en série est à la tête de la CIA

L’architecte de la Terreur


John Brennan, le fascisme libéral et la « réforme » de la CIA

par Norman Pollack

BrennanObamaOvaloff1-4-10souza_600.jpg.cms

Dans la soi-disant controverse au sujet de la confirmation de Brennan en tant que directeur de la CIA, il est une évidence qui saute aux yeux, que tout le monde fait semblant d’ignorer, et elle concerne la CIA elle-même. L’énorme quantité de preuves de torture (sous la désignation impersonnelle, E.I.T (NDT : Enhanced interrogation techniques)) devrait, si les règles démocratiques étaient véritablement appliquées aux États-Unis, exiger l’éradication complète de la CIA des structures américaines et des pratiques gouvernementales.

Lire la suite L’architecte de la Terreur