Archives du mot-clé Emirats arabes unis

Et maintenant, un message de la part de nos sponsors (saoudiens) – Pepe Escobar


532999-capture-d-ecran-du-chef-de-l-armee-egyptienne-le-general-abdel-fattah-al-sissi-le-3-juillet-2013-au-Il est là, le nouveau pharaon d’Egypte, Pinochet Sisi, plein d’insignes / gloire . Les sous-titres sont superflus. C’est la remise des Oscar pour le général Abdel Fattah al-Sisi. Il a remercié ses sponsors / producteurs. Quand il cite «l’Arabie saoudite » la salle est en délire. Quand il mentionne [le roi] « Abdullah » la salle est en délire.

Quelle performance. Un biopic transparaît. Il rêve déjà de Jack Nicholson jouant son personnage à l’écran. Notez le sourire d’autosatisfaction, tellement il est confiant d’avoir dupé les légions de «progressistes» arabes – des gauchistes laïcs aux Nasséristes – en leur faisant croire qu’il défend les intérêts du « peuple égyptien » sans cesse invoqué.

Notez la « Lutte contre le terrorisme » en haut à gauche du petit écran. Voici Sisi comme Deubeulyou – en mode Mission accomplie. Qui se soucie que l’Egypte ait été réduite en un état totalement en faillite (et en sang) ? Qui se soucie des manchettes terribles –  » des activistes du Sinaï exécutent 25 policiers égyptiens» rivalisant avec «la Junte étouffe 38 détenus dans un car de police»? Il a remporté la «guerre contre le terrorisme» – en tant que nouvelle tête du serpent, un serpent qui n’était jamais parti.

Prenez place et profitez du spectacle. Le clou du spectacle est que l’ancienne tête du serpent pourrait être libérée dans les prochaines 24 heures. Pour le plus grand bonheur de la Maison des Saoud, qui l’aimait comme un des siens, les charmeurs de serpents sont sur le point de libérer Hosni Moubarak. «Printemps arabe? » – On peut facilement imaginer l’ancienne tête du serpent murmurant. « Ne me faites pas rire. » Et il ne fera pas – au moins en public. Ce «printemps arabe», cette invention Google, n’est jamais arrivée. Vous pouvez tous rentrer chez vous maintenant – et y rester. Le serpent va vous protéger et défendre les intérêts du « peuple égyptien ». Mais rappelez-vous, si vous êtes contre nous, vous êtes un terroriste. Et nous viendrons vous chercher.

Nous allons décider de ne pas décider

Les producteurs de l’épopée égyptienne sont aussi ravis que leur star. Quel grand succès au box-office. Qui se soucie que Caniche-land – comme dans l’Union européenne – convienne d’une réunion «d’urgence» ce mercredi pour peut-être « suspendre son aide » au Glorieux Sisi? Qui se soucie de ce que le Congrès américain soit tenté de suivre le même chemin? [1]

Imaginez la scène, avec des éclats de rire dans la tanière des producteurs à Riyad. Pour l’administration Obama ce fut – et reste – un coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat, même si ça marchait comme un coup d’Etat et on en parlait comme un coup d’Etat. Mais les impératifs catégoriques ne s’appliquent pas ici. Alors le congrès décide qu’il ne va pas dire si c’est un coup ou non. Et l’administration Obama décide de ne rien dire de ce qu’il pourrait décider – ce qui « reprogramme » le tout.

Quelle que soit la non-décision prise, les producteurs s’en foutent. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, l’éternel Saud al-Faisal, a déjà promis que les producteurs et les autres coproducteurs du Conseil de Coopération du Golfe – comme dans les Émirats arabes unis – seront heureux de combler et peut-être même de doubler toute l’aide qui sera perdue par la glorieuse tête de l’ serpent Sisi.

Le New York Times a bataillé dur pour donner l’impression que Washington avait une emprise pour influencer le glorieux Sisi – et les producteurs – contre le lancement du coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat. [2] C’est éminemment risible (éclats de rires au repaire des producteurs à Riyad). La seule pépite dans le rapport est que la Maison des Saoud, les Émirats arabes unis et Israël ont frénétiquement incité, soutenu et fait du lobbying pour le coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat; Je l’avais  déjà signalé dans Asia Times Online.

Oups, Israël ; le glorieux Sisi ne pouvaient pas remercier ce producteur particulier dans son discours d’acceptation de l’Oscar. Comment pouvez-vous justifier cela à la rue arabe – que nous sommes les serviteurs des occupants de la Palestine? En ce qui concerne les Israéliens, ils s’en fichent; Sisi est «l’un d’entre eux », ils sont toujours « en contact étroit », et il ne ferait jamais rien pour annuler les accords de Camp David.

Sunny, I love you

L’administration Obama a sous-traité sa politique au Moyen-Orient à la Maison des Saoud à ses risques et périls. Quoi que dise le roi « Retour du mort vivant » Abdullah, ça marche. En fait, non ; quoi que fasse ‘’Retour de l’espion invisible’’,  Bandar bin Sultan, alias Bandar Bush qui a spectaculairement refait surface, fonctionne. La beauté du coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat, et du discours d’acceptation de Sisi, c’est que Bandar, praticien éminent des arts sombres, n’est même pas mentionné.

Et pourtant, ce fut Bandar Bush qui, dans sa réunion récente de quatre heures avec le président Poutine, n’a pas obtenu ce qu’il voulait en Syrie ; mais il a obtenu ce qu’il voulait en Egypte. Le joueur d’échec Poutine a de suite vu l’ouverture, après tout, la confrérie des Frères Musulmans est un anathème à la fois pour la maison des Saoud et pour le Kremlin. Et s’il n’y a plus “d’aide” américaine à la junte de Sisi, – comme dans : nous vous donnons plus d ‘argent comme cela vous pouvez encore plus acheter nos armes – il n’y a plus rien qui empêche l‘industrie d’armement russe de remplir le vide créé.

Rien de tout cela bien entendu ne fera partir la crise tragique syrienne. Pendant le ramadan, ce fut Bandar Bush qui organisa l’acquisition silencieuse d’au moins 50 millions de dollars d’armes d’Israël, qui furent immédiatement envoyées dans le filet des gangs de mercenaires salafistes, djihadistes, soutenus par la maison des Saoud. Ceci après que Bandar Bush ait renforcé le bras du gouvernement Obama pour se débarrasser des Qataris – qui payaient les factures des frères musulmans en Egypte – et le laisser reprendre le djihad en Syrie.

Bandar a le vent en poupe. Il est maintenant à la tête d’un “djihad total” très ambitieux, d’une stratégie à trois volets en Syrie, en Irak et au Liban, manipulant le même vieux dada de la maison des Saoud de la haine sectaire, excitant les sunnites contre les “apostats” chiites, avec une grande emphase sur les attentats à la voiture piégée dans des zones civiles, comme l’a montré l’attentat très récent de la banlieue sud de Beyrouth Zahiyeh.

Ceci est une franchise de longue haleine avec beaucoup de suites en stock. Pour l’instant, il est au sommet du box-office en Egypte. Mais il pourrait bien y avoir un problème. Le mouvement Tamarod, qui a collecté 22 millions de signatures qui ont menées aux manifestations de masse créant l’ouverture pour le coup d’état qui n’en est pas un, demande maintenant non seulement l’annulation de “l’aide” américaine, mais aussi celles des accords de Camp David. [3]

Maintenant c’est une autre bombe – le cœur du problème tant que  les Etats-Unis et Israël sont concernés. Et si Tamarod arrive une fois de plus à obtenir 22 millions ou plus de signatures, ce qui est fort possible étant donné que l’absolue majorité des Egyptiens ne veulent pas de cette “paix” avec Israël ? Le glorieux Sisi aura-t-il le courage de déplaire à ses producteurs israéliens ? Bandar lui donnera-t-il le feu vert ? Le gouvernement Obama instaurera-t-il une “zone d’exclusion aérienne” au-dessus du Caire ?

Alors que le monde attache une myriade de ceintures de sécurité devant les tempêtes qui s’annoncent, les nouvelles en provenance de la Maison blanche sont quant à elles apaisantes. Il y a un nouveau membre dans la famille, un chiot nommé Sunny. Alors imaginez la famille chantant à table, à l’unisson: “ Dark days are gone/ bright days are here/ my Sunny one shines so sincere ». Coupez… Plan sur Sisi/Jack Nicholson dans toute sa splendeur: « Heeeeeere’s Johnny! »

Remarques:
1. administration Obama suspend tranquillement aide militaire à l’Egypte, mulls de coup d’Etat »- rapport , Russia Today, le 20 Août 2013.
2. Comment américaine espère une affaire en Egypte ont été minés , le New York Times, 17 Août 2013.
3. la campagne rebelle de l’Égypte lance une pétition pour annuler l’aide américaine, traité de paix entre Israël , Ahram en ligne, le 18 Août 2013.

Pepe Escobar

Traduction : Avic
http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-05-200813.html

Israel cherche 5 milliards de dollars pour acheter des armes


Tribune Libre : Pierre MILLE

040701-N-9999J-001

Selon certaines sources, Israel cherche des garanties bancaires à hauteur de 5 milliards de dollars pour financer l’achat de systèmes avancés d’armement que l’administration US a offert sous la forme d’un lot de 10 milliards de dollars pour ses alliés au Moyen Orient. Ces sytèmes incluent les missiles anti-radiation AGM-88 HARM construits par Raytheon qui peuvent détruire les radars des systèmes de défense anti-aériens, et les ravitailleurs stratosphèriques Boeing KC-135 qui vont permettre d’accroître substantiellement  les distances de frappe des avions de chasse israéliens. Sur le long terme, l’achat de ce lot d’armes américaines sera financé par l’aide miitaire US, qui s’élèvera pour l’année fiscal 2013 à 3,1 milliards de dollars, le montant le plus élevé parmi les alliés des Etats-Unis. Le prêt d’escompte, dont le journal américain Defense News a fait état, serait financé par des banques commerciales américaines pour couvrir la période intermédiaire.

L’hebdomadaire dit que des sources isarélo- américaines attendent une réponse pour cet été. Le ministre de la Défense israélien Moshe Yaalon a mis la pression sur le secrétaire américain de la Défense Chuck Hagel lors de sa visite à Washington à la mi-juin sur précisément ce point, indiquent des sources isréliennes. Cette revalorisation sans précédent de la cooperation israélo-américaine en matière de sécurité vient dans le sillage du passage par Obama le 17 juillet 2012 de l’Acte de Coopération pour une Sécurité Améliorée entre Israél et les Etats-Unis. Il fut soutenu dans une très large mesure par les républicains et les democrats et prolongea le financement américain jusqu’à fin 2014 ainsi que la possibilité de dépôt d’un arsenal d’armes américaines sur le territoire israélien en cas de guerre.

La partie israélienne du lot d’aide militaire, qui compte aussi des systèmes d’armes pour l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, inclut des systèmes de radars avancés  pour les avions F-15I de l’armée de l’air israélienne et jusqu’à huit avions V-22 Osprey à rotors basculants construits par Bell Boeing.

Tous ces systèmes vont grandement améliorer la capacité pour Israel de déclencher des frappes préemptives contre les infrastructures nucléaires de l’Iran. Le missile AGM-88, qui a été utilisé en combat pour la première fois en mars 1986 contre un site libyen de missiles sol-air SA-5 dans le golfe de Sidra, serait une revalorisation substantielle du présent système de missiles anti radiation AGM-78. Les radars avancés pour les 25 F-15I d’Israel et les Osprey, avions qui peuvent atterrir comme un hélicoptère et embarquer deux douzaines de soldats des Forces Spéciales avec leur équipement complet sur de longues distances à des vraies vitesses d’avion, pourraient aussi fournir une plus grande capacité opérationnelle contre l’Iran. Kenneth Pollack, ancien analyste pour la CIA et maintenant au Saban Center pour le Moyen Orient de l’Institut Brookings, observe : “L’Osprey est la plateforme idéale pour envoyer des Forces Spéciales en Iran.”

L’avion avec sa caractéristique unique de rotors basculants donne à Israel la capacité d’insérer au sol des forces spéciales pour : soit attaquer les installations telle que la nouvelle usine d’enrichissement d’uranium profondément enterrée dans la montagne à Fordow qui peut même résister aux plus puissantes bombes américaines anti-bunker destinées aux installations souterraines, soit “peindre” les cibles avec des lasers dans le cadre d’ une offensive aérienne.  Jonathan Schanzer, directeur général de la Fondation de Défense des Démocraties (Foundation for the Defense of Democracies) à Washington, remarque : “Le lot américain est conforme à une liste de souhaits présentée au Pentagone qui incluait un certain nombre d’articles qui n’ont pas été rendus public, on peut supposer que c’était parce qu’ils rentraient dans le cadre d’une attaque contre l’Iran. “.

Les détails du lot d’armements n’ont toujours pas été rendus publics.  On ignore combien d’armes et d’avions seront envoyés à ces trois pays  et quelles sont les dates de livraison. Startfor, le cabinet d’analyse du renseignement,  observe :

“La chronologie des livraisons va dicter quand Israel pourra se servir de ces armes.”

Bien qu’il ne soit pas clair combien Israel va obtenir de ravitailleurs KC-135, on peut envisager que ce soit suffisamment pour soutenir une attaque aérienne impliquant toute l‘armée de l’air, soit les 25 F-15I et 100 F-16I Sufas, toute la force de frappe stratégique, et ses 7 KC-707 et 4 ravitailleurs KC-130H. En l’état actuel des choses, la flotte de ravitailleurs ne serait pas capable de soutenir une force de cette envergure exigeant deux ravitaillements en plein vol le long d’un parcours de 1800 kilomètres aller retour  vers les cibles.

Pierre MILLE