Archives du mot-clé ENTV

Maladie du président Bouteflika : la télévison algérienne revient au 19ème siècle avec la technologie du 21ème


Tribune libre : Laid Seraghni

bouteflika« Il faut connaitre le peintre pour comprendre l’image »
Friedrich Nietzsche (1)

Après un silence de plus de 40 jours, le 12 du mois de juin 2013 à vingt heures, l’Entreprise Nationale de Télévision (ENTV) ou « l’orpheline » comme il sied aux Algériens de l’appeler, capte magistralement l’attention de tout un peuple en diffusant les premières images du Président de la République, à Paris, recevant deux hauts responsables algériens. Enfin, « les bonnes nouvelles » annoncées depuis Addis-Abeba par M. Medelci, Ministre des Affaires étrangères, arrivent.
Par ces images, les chargés de la communication d’El Mouradia espèrent que « la maladie du Président de la République A. Bouteflika, sera bientôt un mauvais souvenir » (2), vite effacé de la mémoire du peuple algérien, comme le prédisait le Premier ministre A. Sellal. Ils espèrent également montrer aux algériens que leur Président est bien vivant et qu’il est encore capable de diriger le pays. Comme le déclarait le ministre des Affaires étrangères : « au quotidien, je vous le confirme, c’est le ministre qui parle, nous recevons ses encouragements et ses directives » (3)

64_dilem_130610105311-285x300Les images sont diffusées le mercredi, vingt quatre heures après que la télévision algérienne eut fait état d’un « d’entretien qui a eu lieu en fin d’après-midi à Paris entre Bouteflika et deux hauts responsables algériens ». Tout le monde aura remarqué que les images tant attendues ressemblent à un paysage sans couleurs. Sans parler de la qualité des clichés pourtant soigneusement choisis. Le filtre s’est ingénié à nous faire passer celles montrant le chef de l’Etat sous son meilleur jour. Les plus présentables possibles. Mais A. Bouteflika apparaissant visiblement malade, ces photos suscitent des interrogations et accréditent les incertitudes sur son état de santé. Le doute ne s’est pas dissipé. La confusion et la panique de l’entourage du président en matière de communication sont confirmées.

La stratégie en matière de communication du pouvoir est fondée sur des palabres et papotages vides. La corroboration flagrante d’une communication sclérosée et défaillante est à l’image de la « bonne gouvernance » du pays très riche qui n’arrive pas à assurer des soins de haut niveau à ces citoyens.

Chaplin-Charlie-Circus-The_01-248x300A la surprise générale, avec le reportage tant attendu de la télévision algérienne, les algériens retrouvent le cinéma muet du 19éme siècle avec son héros, le célèbre britannique Charlie Chaplin, l’un des personnages les plus créatifs. Ses fantastiques films sont tournés sans le moindre son par un kinétographe (4). A cette époque, certes il n’y avait pas la parole mais il y avait la musique et des messages apparaissaient sur l’écran pour permettre au spectateur de mieux comprendre la scène. De nos jours, on peut allier aisément les images en mouvement et le son. Le pouvoir, ayant toujours considéré le peuple avec une certaine indifférence, donne plus d’importance à l’image car il pense comme Confucius (5) « que l’image vaut mille mots ». En effet, une image vaut mille mots car, sans le dire, tout le monde a vu un président malade aux gestes réduits et ne pouvant parler.

Deux vieux, qui pourraient se nommer Saïd et Nacer, suivant attentivement les informations, n’ont pu s’empêcher de réagir ainsi à ce mini-conseil des ministres tenu sous le bon regard de l’ami François.

– Nacer: Après un AVC, on lui donne du café. Veut-on qu’il parte ?
– Saïd: Ah ! tu n’as pas encore compris. Il est déjà parti d’Al Mouradia.
– Nacer : Si Abdelmalek disait tous les jours qu’avec un AVC, il arrive à suivre son emploi du temps, seconde par seconde de jour comme de nuit .
– Saïd : Ah bon ! Il travaille ? On lui a demandé de faire croire au peuple que le Président est en grande forme. Il s’accroche, par tous les moyens, à un poste qui est sur le point de se volatiliser.
– Nacer : Sellal tend une assiette au chef d’Etat-major. Il cherche à soudoyer la grande muette pour occuper Al Mouradia. Il fait semblant de lui dire que « je serais un bon serviteur ».
– Saïd : Il ne touche pas aux gâteaux. « Je suis venu voir sa santé et prendre la décision qui s’impose », semble-t-il dire intérieurement. Il est légaliste, mais… je ne peux anticiper sur la position de l’armée que certains sollicitent pour prendre ses responsabilités. Je crains que des forces occultent la convainquent d’une action.
– Nacer : Elle a affirmé son caractère républicain.
– Saïd : Une chose m’intrigue. Pourquoi met-on en avant le chef d’Etat-major et non pas Abdelkader, deuxième personnalité après le Président de la République selon la Constitution ?
– Nacer : Il y a aussi Abdelmalek.
– Saïd : Arrêtes ! Il est plus léger qu’une feuille morte au gré du vent. Une délégation de pouvoir au premier ministre est possible avec la bénédiction de l’armée.
– Nacer : Pourquoi l’armée ?
– Saïd : Dans quelques jours, il y aura la promotion au grade supérieur des militaires. Qui signera les décrets ?
– Nacer : La Constitution interdit la délégation de pouvoirs. Le conseil Constitutionnel s’opposera à cette action.
– Saïd : Le conseil Constitutionnel ? Une institution que l’on utilise quand on veut, la preuve son Président a refusé de faire réunir le Conseil pour entreprendre éventuellement la procédure légale prévue par l’article 88 de la loi fondamentale du pays relative à l’état d’empêchement du Président de la République. La Constitution a été tout le temps bafouée et violée.

Un silence et un soupir.

– Nacer : Il a tout le temps respecté la Loi fondamentale du pays.
– Saïd : ne dit-on pas chez nous quand « le taureau est à terre les couteaux sont tirés ». On peut lui reprocher d’avoir fait du français la langue officielle en prononçant son discours devant l’assemblée française dans la langue de Bugeaud et de Bigeard. C’est une grave violation du droit. L’humoriste français Vincent Roca (6) disait bien « en dehors de la langue française, il y a une seule langue que la constitution tolère : la langue de bois »
– Nacer : Et les alliées et les amis du Président et de son influent frère. Ils sont facilement accessibles par ce dernier qui leur a favorisé leurs intérêts en Algérie au détriment du pays si la presse dit vrai. Ils vont le protéger ainsi que son entourage qui, selon la presse, aurait considéré l’Algérie comme faisant partie de son patrimoine.
– Saïd : Les alliées ne sont jamais fidèles. Ils marchent avec celui qui donne le plus. Ni Abdelaziz ni son entourage ne peuvent plus donner. Le retour de manivelle peut commencer.

Un jeune qui suivait le dialogue intervient pour dire : « Il a voulu le pouvoir pour faire ce qu’il veut surtout se venger d’avoir été écarté en 1978, ce n’est pas sa faute mais celle des décideurs qui le lui ont donné »

– Nacer : Que fait le portrait du président Français ? L’Algérie qui, par milliers de chouhadas, avait recouvré son indépendance. Cinquante années après elle se retrouve sans souveraineté ou quoi ?
– Saïd : Lui qui nous avait ordonné de lever la tête « arfaa rasek ya ba. » Arrêtons, le sucre me monte. Les alliés sont comme l’oie, tu la gaves pendant des mois, elle ne te fera pas manger un jour.
– Nacer : Saïd, je constate deux choses qui n’augurent pas de beaux jours pour lui et son entourage.
– Saïd : Lesquelles ? Tu me fais peur.
1017238_389399067837902_1132173938_n-225x145 – Nacer : Il porte un peignoir noir et il est apparu après 40 jours d’absence.
– Saïd : Laissent tomber tes croyances ridicules.
– Nacer : Les gens diraient qu’il est apparu après avoir fait son deuil qui dure, selon la tradition musulmane, 40 jours.
– Saïd : Et pourquoi ce deuil que tu es le seul à voir ?
– Nacer : Ces gens diraient aussi qu’il a perdu sa femme. La Présidence.

Laid Seraghni

En Algerie, la maladie du Président sclérose la communication defaillante


Tribune libre : Laid SERAGHNI

abdelaziz-bouteflika-malade-photo-afp

Le flou qui a entouré la maladie du Président a donné libre cours à la spéculation sur une certaine lutte de succession entre les centres de décisions en Algérie.La mauvaise gestion de la question est l’image même de la gestion des affaires publiques Algèriennes.

En Algérie, la maladie du Président sclérose la communication défaillante
Abdelhamid Mehri (1) aurait prédit « Tout Président Algérien qui toucherait à la Constitution finira ses jours dans la malédiction ».

Le 8 avril 2013, le Premier ministre Abdelmalek Sellal installe la Commission des experts chargée de l’élaboration d’un avant projet de loi sur la révision de la constitution. Vingt jours après, au JT du 27 avril 2013, le cardiologue Bougherbal (2) annonce au peuple algérien l’hospitalisation du Président de la République A. Bouteflika à l’hôpital Val-de-Grâces à Paris « pour des examens complémentaires suite à son accident ischémique transitoire (A I T) » (3). Il justifie ce transfert par le « manque de compétence médicale algérienne et le manque de moyens techniques ». (4).

La déclaration de Bougherbal et le transfert de l’illustre malade à l’étranger ont soulevé une polémique entre les neurochirurgiens algériens sur l’absence ou non des moyens techniques et du savoir – faire dans ce cas précis. Pour le neurochirurgien de l’hôpital de Blida, le professeur Bouyoucef, notre pays dispose des compétences médicales et des moyens de « chercher et trouver l’étiologie de cet accident et de la traiter. Des centaines d’Algériens sont traités dans nos services pour le même motif » (5).

La question de la bonne gouvernance s’impose dans les discussions des Algériens. Ils ne peuvent concevoir qu’un pays qui dépense plus de 500 milliards de dollars en 10 ans, n’arrive pas à assurer des soins aux normes internationales. La santé publique est sinistrée.

Dés le début, le simulacre commence. Le comble du ridicule est dépassé, le cardiologue continue depuis Alger à rassurer les Algériens sur l’état de santé de leur Président en puisant à partir de Paris ses informations que lui donnait un membre de la famille du Président. Il est chargé de faire cela « car on me l’a demandé de le faire et je le fais jusqu’au moment où on me demande d’arrêter ». (4 bis).

Aucune photo, aucun communiqué officiel, aucun bilan médical mettent à nu le dysfonctionnement des institutions et la mauvaise gestion de la question qui sclérosent bien une communication défaillante. Seul le Premier ministre, tout en admettant le scepticisme des Algériens à l’égard de ses déclarations, s’ingénie tant bien que mal à donner les « bonnes nouvelles » et avance même que le président, par téléphone, suit de très prés les affaires du pays. Il est au courant de tout et décide de tout. Puisqu’il il peut parler pendant des heures, pourquoi ne consacre- t-il pas 5 minutes à son peuple pour faire taire tous ses détracteurs ?

Les jours qui passent, la photo qui tarde et l’aphasie qui est totale laissant penser que les dégâts sont importants. La rumeur, la spéculation et l’intox s’installent chez les Algériens. Les analystes voient des luttes entre la Présidence et la Défense pour la succession du président. Les internautes s’agitent, les uns fantasment les autres fabulent.

Toujours pas de photo. Les jours passent, les déclarations officielles se suivent et se ressemblent « Il va bien et se repose ». Le ministre des Affaires étrangères M. Medelci depuis Addis-Abeba, déclare « les nouvelles sont bonnes Il rentrera bientôt en Algérie » (6). Le 1er mai 2013, le chef de l’Etat, à travers une lettre lue par son conseiller, s’adresse aux travailleurs et le 4 du mois, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, il décrète le 22 octobre « journée de la presse ». Il est fait état de la promulgation de décrets présidentiels portant promotions de hauts fonctionnaires à la présidence. L’objectif est pour laisser croire au peuple que le Président suit les affaires du pays et qu’il était en mesure d’apprécier les dossiers qui lui sont présentés et de signer, le cas échéant des décrets. Il est en mesure de tenir le stylo est de signer donc il peut encore diriger le pays.

Si les décrets sont réellement signés par A. Bouteflika à Val-de-Grace ils doivent porter alors, Val-de-Grace le ….. et non Alger le……… Une grave atteinte à la souveraineté nationale. Des indiscrets parlent de paraphe du chef de l’Etat scanné.

21000_hollande-ec497

Les jours passent et toujours aucune photo. La rumeur enfle, la spéculation trace l’avenir du pays, l’intox se conjugue au présent. Les informations tendancieuses ou mensongères sont dans toutes les bouches. La mort du président est annoncée (8). L’opacité se confirme dans la méthode de communication du Gouvernement. Le 19 mai 2013, un quotidien algérien « Mon journal » a été interdit de parution parce qu’il affirmait que le président Algérien était revenu le 15 mai 2013 à Alger dans un état « comateux » après une « détérioration de sa santé ».

La communication officielle est déléguée au gouvernement et à la presse de l’Hexagone. Tantôt c’est Fabius tantôt c’est Hollande qui, se croyant investis du poste de porte – parole de la Présidence Algérienne nous informent sur l’état de santé de notre Président et de son lieu de séjour. Confondant l’Elysée à el Mouradia François Hollande parle du sujet qui ne regarde que les Algériens. Le président est « en convalescence dans l’établissement des Invalides où il se voit se prodiguer tous les soins nécessaires et il aura ensuite à rentrer, j’espère le plus vite, dans son pays » (10)

Un membre de ce gouvernement informe le peuple algérien du transfert du Président algérien du Val-de-Grace vers l’’Institution Nationale des invalides, établissement médical des techniques de pointe spécialisé dans la prise en charge des blessées de guerre et des grands handicaps. Invalides « pour suivre sa convalescence » (9). Des précisions sur le lieu où se repose le Chef de l’Etat Algérien sont apportées .Il est dans un appartement aux Invalides « près du tombeau de Napoléon et du musée de l’armée, au centre de Paris ».Ces précisions appellent des interrogations et je laisse le soin aux lecteurs de les poser et d’y répondre.

En Algérie ce dossier est un tabou

Devant le flou total qui entoure l’état de santé du Président de la République, un membre du Conseil constitutionnel aurait déclaré, sous l’anonymat, selon El Watan que les membres de cette institution, se sont concertés en l’absence du Président Tayeb Bélaiz pour entreprendre éventuellement la procédure légale prévue par l’article 88 la loi fondamentale du pays relative à l’état d’empêchement du Président de la république « Lorsque le Président de la république, pour cause de maladie grave ou durable, se trouve dans l’impossibilité d’exercer ses fonctions, le Conseil Constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la vérité de cet empêchement approprié, par tous les moyens, propose à l’unanimité, au Parlement, de déclarer l’état d’empêchement ». Le président du Conseil, proche du cercle présidentiel, n’a pas réagi pour faire réunir les membres du Conseil en dépit des critiques de la classe politique et de la presse algérienne et de la gravité de la situation du pays.

Les Algériens se demandent à quoi servent des institutions qui ne sont pas capables d’assumer les prérogatives que leur confère la Constitution ? Ils ne comprennent pas non plus comment un homme peut – il bloquer toute une Institution ?

Cela n’est possible que dans un pays où le pouvoir est dilué entre plusieurs centres de décision qui fait que l’Algérie est dirigée par plusieurs présidents de la République mais un seul passe par des urnes que les autres prennent soin de bien les bourrer à son avantage.

Les jours passent, la rumeur enveloppe toute l’Algérie et l’intox se voit dans les marchés, les « supputateurs » préparent l’avenir du pays et les spéculateurs. Les photos du Président apparaissent au lendemain du reportage de Mardi 11 juin 2013, la chaine de télévision publique (L’ENTV) fait état « d’entretien qui a eu lieu en fin d’après – midi à Paris entre Bouteflika et deux Hauts responsables algériens ». Le lendemain les photos sont diffusées. Elles montrent un Président considérablement diminué, emmitouflé dans un peignoir noir, le visage pale et les traits tirés. Il est entre le chef d’Etat-major de l’Armée Nationale Populaire et le Premier ministre.

Un mini – conseil des ministres à Paris durant lequel Bouteflika aurait longuement écouté les exposés sur la situation sécuritaire et économique du pays avant de donner les instructions et les orientations pour la poursuite des activités du Gouvernement. Il avait donc parlé. Pourquoi pour faire taire les incrédules n’avait-il pas adressé un mot au peuple algérien ? Ces images démentent la rumeur sur sa mort mais ne mettent pas fin aux interrogations sur sa capacité à gouverner. Elles annoncent cependant que la transition à bel et bien commencé.

L’entretien a eu lieu dans une apothicairerie * de l’hôpital, aménagée en urgence et dans la précipitation le portrait du Président F. Hollande n’a pas été décroché.

L ‘Algérien peut-il relever la tète comme il lui a été ordonne un jour du siècle passé.

SERAGHNI Laid

21000_appoticairerie-46434

Références :

• Apothicairerie : Ancienne pharmacie d’avant 1777 en France que l’on trouve dans les hôpitaux anciens. Elle est généralement au rez de chassée et prés des cuisines et de la laverie.

1- Homme politique et grand militant né le 3 avril 1926 au Khroub (Constantine) mort le 30 janvier 2012 à Alger. Il est connu par le projet qui porte son nom « le projet Mehri » qui constitue une réponse au projet de Gaule.

2- Professeur en cardiologie, directeur du Centre Nationale de la Médicine des sports et ancien sénateur du tiers présidentiel et président de la commission nationale des soins à l’étranger.

3- Accident ischémique transitoire : c’est une perte de fonction cérébrale ou oculaire due à un défaut d’irrigation de ces organes, durant moins d’une heure, et disparait sans séquelle. (le figaro.fr- sante).

4 et 4 bis Le MATIN DZ du 30 avril 2013,

5 El Watan du 29 avril mai 2013,

6 L’expression du 23 mai 2013 ;

7 Le MATIN DZ du 30 avril 2013,

8 Valeurs actuelles du 10 juin 2013,

9 – Romandie du 21 mai 2013.

10 – Le monde du 21 mai 2013

11 – Liberté du 1 juin 2013.