Archives du mot-clé George Orwell

Opposition contrôlée


par Gilad Atzmon

big-brother-1984Dans son nouveau livre, « Comment le peuple juif fut inventé « , l’universitaire israélien Shlomo Sand, réussit à présenter une preuve formelle de la nature farfelue du récit historique sioniste – que l’exil juif est un mythe comme l’est le peuple juif et même la Terre d’Israël.

Lire la suite Opposition contrôlée

Principes élémentaires de propagande de guerre ou Les dix commandements sans lesquels nos guerres sembleraient injustes


morelli-propaganda

 

Les dix « commandements » sont avant tout une grille d’analyse qui se veut pédagogique et critique. Elle n’a pas pour but de prendre parti, ou de prendre la défense des « dictateurs », mais de constater la régularité de ces principes dans le champ médiatique et social. Au ban des accusés, on retrouve tant les vaincus que les vainqueurs.

Principes élémentaires de propagande de guerre, (utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède…) est un livre de Anne Morelli paru en 2001, réédité en 2010 pour compléter la première édition avec les guerres d’Irak et d’Afghanistan, ainsi qu’une analyse du discours d’Obama « Prix Nobel de la paix ».

« Je ne tenterais pas de sonder la pureté des intentions des uns ou des autres. Je ne cherche pas ici à savoir qui ment et qui dit la vérité, qui est de bonne foi et qui ne l’est pas. Mon seul propos est d’illustrer les principes de propagande, unanimement utilisés, et d’en décrire les mécanismes. » [1] Il est néanmoins indéniable que depuis les dernières guerres qui ont marqué notre époque (Kosovo, guerre du Golfe, Afghanistan, Irak) ce sont nos démocraties occidentales et le champ médiatique qui leur correspond qui sont mis en question.

Lire la suite Principes élémentaires de propagande de guerre ou Les dix commandements sans lesquels nos guerres sembleraient injustes

C’est la faute à Voltaire…


???????Un ami russe, en séjour en France pour un stage de cardiologie, m’avait dit un jour : « nous en Russie, nous ne connaissons pas le goût de la vodka. Elle doit passer directement du verre à l’œsophage sans traîner dans la bouche, surtout dans les moments de fête où le seul objectif est de se saouler. Tandis que vous, les français, vous le reniflez, vous admirez sa couleur, vous le faites tourner dix fois dans votre verre et cent fois dans votre bouche par petites gorgées en répétant sans cesse : hum c’est bon ».

Un autre de mes amis, de Tokyo celui-là, me disait aussi : « Ce n’est pas facile de traiter des affaires avec les français. Quel que soit le sujet que l’on aborde avec vous, vous trouvez le moyen de le transformer en dissertation avec un chapelet de mots savants et de phrases alambiquées, avec des si, en outre, quoique, cependant, néanmoins, à moins que, etc… Rien n’est simple chez vous, Vous ne savez pas être pragmatiques ».

Lire la suite C’est la faute à Voltaire…