Archives du mot-clé gouvernement syrien

La Syrie face à la diplomatie des hyènes !


Bachar al-Jaafari
Bachar al-Jaafari

Le samedi 22 février 2014, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité la résolution humanitaire 2139 [1]. Le vote du texte initialement présenté par l’Australie, le Luxembourg et la Jordanie, et soutenu par la Grande Bretagne, les États-Unis et la France ayant été reporté de quelques jours par la Russie, qui aurait menacé de son veto avant modification. Des voix s’élèvent, toujours les mêmes, pour exprimer leurs doutes quant à son efficacité en raison de l’absence de sanctions automatiques, pour prétendre que l’attitude intransigeante du « régime » syrien a conduit à la clôture de la deuxième session des négociations de Genève 2 sans avancées, et même pour continuer à affirmer – désormais, contre toute vraisemblance – que les terroristes qui sévissent en Syrie « sont les complices du régime syrien » [2] ! Lire la suite La Syrie face à la diplomatie des hyènes !

Bye bye Genève, bonjour Damas 1 !


La délégation syrienne à Montreux [Genève 2]
La délégation syrienne à Montreux [Genève 2]
Le 6 Janvier 2013, le Président Bachar al-Assad formulait sa « solution politique » et celle du gouvernement syrien [1] pour la résolution d’une « crise » dont le monde entier reconnait, aujourd’hui, les aspects mensongers ayant conduit à une terrible souffrance du peuple syrien, à des milliers de morts, à la destruction d’une grande partie du pays, dans une guerre « par procuration » qui n’a respecté ni les morts, ni les vivants. Lire la suite Bye bye Genève, bonjour Damas 1 !

Morsi coupe les liens avec Damas, et appelle à une zone d’exclusion aérienne en Syrie


Morsi SyrieL’Egypte a décidé de couper tout lien avec la Syrie, de fermer l’ambassade syrienne au Caire et de rappeler l’envoyé égyptien à Damas, a déclaré le président égyptien Mohammed Morsi. Il a également exhorté les puissances internationales à imposer une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie.

« Nous avons décidé de fermer l’ambassade syrienne au Caire », a déclaré Morsi lors d’une conférence de religieux musulmans sunnites en faveur de l’insurrection syrienne, réunis  au Cairo Indoor Stadium, selon le journal local en ligne Ahram Online. « L’ambassadeur égyptien à Damas sera également retiré « .

La décision entre en vigueur samedi.

Le président a ajouté, au sujet du Hezbollah, le groupe militant islamique chiite basé au Liban :

«Nous sommes contre le Hezbollah dans son agression contre le peuple syrien. Il n’y a pas de place ou d’espace pour le Hezbollah en Syrie. »

Les combattants du Hezbollah se seraient battus aux côtés des troupes pro-gouvernementales syriennes contre les forces de l’opposition dans le conflit en cours.

S’adressant à l’immense foule du stade, le président égyptien a déclaré: «le peuple égyptien soutient la lutte du peuple syrien, matériellement et moralement, et l’Egypte, sa nation, ses dirigeants … et son armée, n’abandonneront pas le peuple syrien jusqu’à ce qu’il obtienne ses droits et sa dignité ».

Morsi a exhorté les puissances internationales à ne pas hésiter à faire respecter une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie. […]

Les États-Unis sont en train d’étudier la possibilité d’instaurer une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie et peut-être le long de la frontière de la Jordanie après l’affirmation que des gaz neurotoxiques ont été utilisés par le gouvernement syrien, selon Reuters. Un diplomate de haut rang a déclaré à l’agence : « Washington envisage une zone d’exclusion aérienne pour aider les opposants d’Assad « .

Mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a souligné que toute tentative pour établir la zone d’exclusion aérienne serait une violation du droit international.

« Il y a eu des fuites dans les médias occidentaux concernant le fait qu’il est sérieusement envisagé de créer une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie à travers le déploiement de missiles Patriot anti-aériens et de jets F-16 en Jordanie », a déclaré M. Lavrov. «Vous n’avez pas besoin d’être un grand expert pour comprendre que ce sera une violation du droit international. »

Cependant, tout en appelant à l’ingérence étrangère dans le conflit syrien, Morsi a mis en garde contre toute agitation intérieure alors que des manifestations anti-gouvernementales massives sont prévues pour avoir lieu le 30 Juin.

« Il n’y a pas de place pour les fauteurs de troubles [qui menacent] la sécurité et la stabilité de la nation. Nous allons résolument les arrêter », a-t-il dit, cité par Ahram Online.

Soulignant que cela ne signifie pas opposition, il a déclaré que « les restes de l’ancien régime veulent entraîner le pays vers le chaos. »

Traduction : Avic

Source RT