Archives du mot-clé Indigènes

L’Équateur traduit la multinationale Chevron devant la Cour pénale internationale


Tribune libre Résistance

08-Correa-muestra-la-mano-sucia-de-CHEVRON-600x450Le gouvernement équatorien a décidé de traduire la multinationale pétrolière Chevron devant la Cour pénale internationale de La Haye pour les dommages causés à l’environnement durant les vingt-six années d’exploitation en forêt amazonienne. Cette nouvelle a fait l’effet d’une bombe en Equateur. Quito présentera un rapport détaillé sur les dégâts causés d’ici la fin de l’année.

« Les négligences de la multinationale ont causé des graves maladies et des malformations aux 30.000 indigènes qui vivent dans la région où la multinationale a sévi », selon le journal La Hora Nacional. Le site Confirmado.net parle quant à lui de 680.000 barils de pétrole brut qui auraient été déversés dans les provinces d’Orellana et de Sucumbios. La faune et la flore y sont fortement touchées et les rivières polluées.

Le taux de mortalité est, comme on pouvait s’y attendre, très fortement élevé dans les deux provinces. Un recensement effectué par le gouvernement a montré que le nombre de cancers y était trois fois plus élevé que dans le reste du pays.

equateur-petroleSelon l’agence de presse Andes, pas moins de 80.000 analyses mettent en évidence l’existence de produits toxiques dans les sols et dans l’eau résultant de l’extraction du pétrole. Un rapport de 2008 de l’institut de recherche de l’université catholique de Guayaquil affirme que les femmes qui boivent de l’eau à moins de 200 mètres des installations pétrolières ont 147 % de risques supplémentaires d’avortement par rapport à celles qui vivent là où il n’y a pas de pollution. Dans les zones touchées, 30 % des enfants souffrent d’anémie ; ce pourcentage monte à 50 % chez les adultes. 70 % de la population qui nettoyait le pétrole ont des problèmes de peau, des problèmes neurologiques, des intoxications respiratoires, des problèmes digestifs et articulaires, ou des malaises.

rumipmba redimLe combat mené par le gouvernement équatorien contre Chevron a été accueilli avec enthousiasme par les Équatoriens vivant aux États-Unis. Ils ont organisé des rassemblements devant le siège des Nations Unies.

De nombreux manifestants ont montré leurs mains tâchées de noir en signe de solidarité avec le Président Rafael Correa. La semaine dernière, ce dernier avait trempé les siennes dans la boue et le pétrole comme une preuve de pollution causée par Texaco (rachetée en 2001 par Chevron). Correa a en outre lancé un appel au boycott mondial des produits pétroliers du géant étasunien tout en étant à l’origine de la campagne « la mano negra de Chevron » (la main noire de Chevron).

Le ministre des affaires étrangères de l’Équateur, Ricardo Patiño, s’est fait dans le même temps le porte-parole de la souffrance des communautés indigènes. Il a exhorté la multinationale Chevron à remplir ses obligations. Le colosse pétrolier s’est refusé jusque-là à payer les indemnités (environ 20 milliards de dollars) fixées par la Cour de justice de la province de Sucumbios.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/

Vers la disparition de la CPI ?


6961355401078La CPI, ou plus exactement la Cour Pénale pour les Indigènes, voit sa première défection poindre à l’horizon. Le premier pays à vouloir en sortir est le Kenya. Selon l’AFP, les députés kényans ont adopté une motion demandant au gouvernement de prendre des mesures urgentes pour que le Kenya se retire de la CPI.  Deux personnalités kenyanes devaient y être jugées en septembre et novembre, pour crimes contre l’humanité, comme d’habitude.

Cette motion, si elle est validée par l’exécutif verra le Kenya se retirer du Statut de Rome, fondateur de la CPI, et devenir ainsi le premier pays à sortir de ce traité conçu spécialement pour les africains.

Ce ‘’tribunal’’, tout le monde a bien fini par le constater, avait un double rôle. D’une part il permettait de punir les africains récalcitrants tout en montrant aux autres ce qui les attendait en cas de désobéissance et, d’autre part, donner au monde l’impression qu’il y a une justice internationale protégeant les peuples. Malheureusement cette pseudo-justice internationale n’était qu’un moyen pour la mafia des puissants pour gérer l’Afrique à sa convenance.

Personne ne peut imaginer un dirigeant américain, français, britannique, allemand, espagnol ou occidental de manière générale, devant ce tribunal pour crime contre l’humanité. Et pour cause, c’est eux qui définissent quand il y a ou pas crime contre l’humanité.

Il y a de plus en plus de voix qui s’élèvent en Afrique pour dénoncer la Cour Pénale pour les Indigènes. Les africains, comme beaucoup d’autres, ont cru à la justice internationale. Ils y ont vu un moyen de se débarrasser de leurs ‘’dictateurs’’. Mais avec le temps, ils se sont aussi rendu compte que ces ‘’dictateurs’’ ont souvent été mis en place et encouragés dans leur dictature par ceux-là même qui veulent juger certains dirigeants qui eux, paradoxalement, n’ont rien de dictateurs mais ont le tort de ne pas plaire aux puissants mafieux.

Cette première kenyane sera-t-elle suivie par d’autres pays ? Même si la critique de la CPI est importante dans les discours, la pression pour y maintenir les états africains est très forte. On comprend pourquoi. Et quand on sait que les dirigeants de ces pays ne dirigent pas grand-chose, on comprend tout de suite que ce sera difficile à l’Afrique de se dépêtrer de ce nouveau piège qui lui a été tendu. Mais l’exemple du Kenya en tentera plus d’un, ne serait-ce que pour éviter d’en être un jour la victime.

Avic

La Syrie victime des conquêtes de l’OTAN


da12bc3cNapoléon l’avait compris. Pour mener une guerre hégémonique, il faut commencer par quelques annexions faciles qui fourniront les hommes nécessaires aux autres conquêtes. Il avait réussi à dominer l’Europe grâce à ses italiens, ses allemands, ses autrichiens, ses polonais, etc., bref, grâces aux européens eux-mêmes.

Par la suite, les anglais et les français ont réussi à coloniser le monde grâce aux soldats indigènes encadrés de métropolitains. Ils ont ainsi créé des armées coloniales composées de recrues locales qui étaient utilisées sur l’ensemble des colonies, partout où il fallait stabiliser une conquête, réprimer une révolte ou acquérir de nouveaux territoires. Ces soldats ont même été utilisés pour voler au secours des ‘’mères patries’’ menacées d’invasion.

Aujourd’hui  c’est l’Amérique qui a repris le relai des anglais et des français, à travers la vaste machine de l’OTAN. A la différence de ses prédécesseurs, elle agit de manière beaucoup plus discrète, au point que la similitude ne saute pas tout de suite aux yeux, mais le processus est le même. Conquête de territoires pour lesquels on nomme des gouverneurs locaux (petite différence avec les colonies : les gouverneurs étaient rarement, sinon jamais locaux), recrutement sur place d’hommes qui seront ensuite formés pour les futures interventions. Là aussi, une petite différence : les recrues ne sont pas reconnues comme faisant partie de l’armée de l’occupant, ce qui permet beaucoup de souplesse dans l’utilisation de ces hommes.

Si les Etats-Unis ont utilisé ce type de combattants en Amérique latine, au Tibet, au Kossovo, en Afghanistan ou même en Irak, c’est durant la guerre de la Libye qu’il est vraiment apparu qu’ils n’étaient qu’une émanation de l’OTAN, donc des Etats-Unis.

Mais c’est surtout la guerre de Syrie qui, par sa durée, révèlera les liens étroits qui unissent ces soldats indigènes avec leur employeur.  Aujourd’hui encore on nous les présente comme des salafistes, takfiristes, wahabites, frères musulmans, ou parfois, pour généraliser, simplement comme fondamentalistes ou islamistes. Certes ils sont tout ça. Mais est-ce à cause de ces appartenances qu’ils se battent à travers le monde, jusqu’en Chine ? Bien sûr que non. En les enfermant dans des cases sectaires, on veut nous faire croire que tous ces combattants (on dit djihadistes, pour enfoncer le clou) ne se battent que pour leurs convictions, et nous faire oublier que ce ne sont que des soldats indigènes recrutés, formés, armés et entretenus pour faire ce pourquoi ils sont là.

Dès les premiers jours des événements syriens, on a vu rappliquer les contingents libyens. Ne suffisant pas à la tâche, on a appelé en renfort quelques éléments de Tunisie, pays fraîchement presque conquis.  Puis ce fut le tour des Tchétchènes, des kosovars et des irakiens. Ça ne suffisait toujours pas. Il a fallu ensuite racler le fond des prisons saoudiennes (ils ont dû se rappeler le film ‘’les douze salopards’’), aller puiser dans les réserves européennes qui étaient destinées à d’autres missions futures. On va même chercher les somaliens qui, du jour au lendemain, oublient leur raison de vivre, c’est-à-dire l’instauration de la charia en Somalie, pour venir secourir leurs frères bien-aimés en difficulté. Tous les indigènes de l’empire convergent vers la Syrie. Tous ? Il manquait encore la cavalerie, les troupes de choc : les talibans. Devant la débâcle de l’armée indigène face à l’armée syrienne, leur engagement devenait plus que nécessaire.  Les voilà donc en route vers la Syrie, pour venir à la rescousse de l’empire mal en point, empire qu’ils combattent par ailleurs en Afghanistan depuis 12 ans, nous disait-on.

Comment seront-ils classés ? Salafistes, takfiristes ? Leur présence risque de changer la couleur de la guerre en Syrie. Ceux que l’on se plait à présenter comme des bouffeurs de chiites à chaque repas vont tomber nez à nez sur… le Hezbollah. Mais ça c’est une autre histoire.

Après les talibans, que reste-t-il ? Il y a bien les restes des contras latino-américains qui sont au chômage, pour le moment. Peut-être les réactivera-t-on ? Ils seront tellement bouleversés par le sort des chrétiens de Syrie, après un massacre savamment mis en scène dont le héros principal ne serait autre que Bachar Al Assad, qu’ils voleront à leur secours. Il reste aussi les philippins, les sud-coréens, les australiens. Mais alors, il sera difficile de rester dans le cadre strict du fanatisme religieux. Quoi que…

Il est donc fort possible que la Syrie soit, pour quelques temps encore, un haut lieu de rendez-vous. Mais le danger ne vient pas du fanatisme ou des qualités de combattants de ses visiteurs, mais du fait que tout ce beau monde n’est que de la chair à canon. Aujourd’hui comme hier, les combattants indigènes ne servent qu’à ça. Et tant qu’il en restera un vivant, l’OTAN peut se permettre de continuer la guerre. Pour gagner, l’armée syrienne devra les exterminer jusqu’au dernier, tâche presque impossible. Plus ils en tuent, plus il en débarque via les pays limitrophes. Jusqu’à quand cela durera-t-il ?

Il y a un constat sous-jacent : pour l’instant, tous ces combattants indigènes sont musulmans qui, tous les jours, tuent des syriens à majorité musulmane. Dans leurs rangs, c’est par dizaines, voire par centaines, tous les jours, qu’ils sont tués par l’armée syrienne. Ce sont donc quotidiennement par dizaines ou par centaines que des musulmans sont exterminés par la main d’autres musulmans. D’un certain point de vue, c’est véritablement une guerre civile attisée de l’extérieur qui se déroule sous nos yeux. Les protagonistes sont trop impliqués pour le voir ainsi. Mais les autres ?

Avic