Archives du mot-clé Internet

Piratebox, ou comment créer son propre réseau Internet


arton3218-9db79Partager anonymement des photos ou des documents lors d’une rencontre ou d’une mobilisation, mettre à disposition de tous des ebooks, des films ou de la musique : c’est ce que permettent entre autres les piratebox. Cet outil crée un réseau informatique local accessible en wifi, totalement anonyme et gratuit. Tout le monde peut s’y connecter avec un ordinateur ou un smartphone, pour télécharger des documents, en ajouter ou échanger par chat. Comme pour notre alimentation, les circuits courts ont de beaux jours devant eux ! Lire la suite Piratebox, ou comment créer son propre réseau Internet

Magnifique carte d’Internet ultra détailée !


map_of_the_internet_1_0__by_the9988-d72b5tbAlors là, le travail est d’une magnifique mais il est aussi ultra détaillée et rempli d’humour que bon nombre d’entre vous comprendront ! On a passé plus de 10 min à regarder cette carte tellement il y a de références ! Lire la suite Magnifique carte d’Internet ultra détailée !

Liste des arnaques répertoriées sur FACEBOOK + comment y échapper


llustration-psychologie-web-ados-et-facebook_857192Et oui, vous l’avez peut-être remarqué sur votre mur, ainsi que sur les groupes auxquels vous êtes peut-être inscrit, tous sont pollués par des messages passés par des comptes créés uniquement dans le but d’arnaquer les gens !

Et oui, c’est malheureux, mais pourtant c’est le cas. Je vais vous montrer dans cet article la liste des arnaques que j’ai pu répertorier, ainsi que la façon avec laquelle vous pouvez les combattre ! Lire la suite Liste des arnaques répertoriées sur FACEBOOK + comment y échapper

Les internautes chinois pourraient bientôt accéder à Internet par le LiFi


safe_image.phpLes expériences réussies des scientifiques chinois suggèrent que les internautes du pays pourraient bientôt accéder à Internet par le LiFi, soit la transmission de données par la lumière, au lieu du WiFi.internaute

Le LiFi est une nouvelle technologie qui permet de transmettre des données par la lumière grâce à des ampoules LED qui servent d’émetteurs et non par les ondes radio comme le WiFi, a expliqué jeudi Chi Nan, professeur en technologies informatiques de l’Université Fudan de Shanghai.

La vitesse de transmission des données par les ampoules LED peut atteindre 150 mégabits par seconde, ce qui est plus rapide que la vitesse moyenne de la connexion à haut débit en Chine, a indiqué Mme. Chi, qui dirige une équipe de recherche sur le LiFi comprenant des scientifiques de l’Institut de la physique technique de Shanghai de l’Académie chinoise des Sciences.

Dix prototypes de kit LiFi seront exposés lors de la Foire internationale de l’Industrie de Chine qui ouvrira le 5 novembre à Shanghai.

Les équipements actuels de transmission sans fil des signaux sont chers et peu efficaces en comparaison du LiFi, a noté Mme. Chi.

« Et pour ce qui est de la téléphonie mobile, des millions d’antennes-relais ont été installées à travers le monde pour intensifier le signal mais la plupart de l’énergie est consommée par leurs systèmes de refroidissement’, a-t-elle expliqué. « Le taux d’utilisation de l’énergie est de seulement 5%. »

Contrairement aux antennes-relais, il est possible d’utiliser un nombre quasiment illimité d’ampoules LED.

Cependant, un long chemin reste à parcourir avant de faire du LiFi un succès commercial, a conclu Mme Chi.

Le terme LiFi, « Light Fidelity », a été utilisé pour la première fois par Harald Haas, professeur de communication mobile à l’Université d’Edimbourg en 2011.

http://french.news.cn/science/2013-10/17/c_132807508.htm

Le LIFI la connexion internet par lumière

D’où viennent les terroristes syriens?


1377559_1416338695250469_430448141_n« Internet est rétabli dans Alep et sa région… les témoignages et photos se bousculent en provenance du Nord de la Syrie. « 

Voici une des photos postée par le « lionceau de l’Université d’Alep » qui s’exclame : « C’est ça leur liberté !? Par Dieu, je n’arrive pas à croire que ceux-là se trouvent sur nos terres ». Il est précisé sous la photo que ces jeunes gens « paumés » font partie de l’armée de l’EIIL !

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1416338695250469&set=a.1386194354931570.1073741828.1386173088267030&type=3&theater

Un site de délation en France !


windowslivewriterappel-1360cy1ps0guzdzc0j2j-9dq0a-hwon9nr-oegnlobr1wr4i3urdpytdgvwjn3ymrtfm2voq-delation1225978264-21C’est parti, comme en 40. Sauf que là, c’est à plus grande échelle. Le gouvernement vient d’ouvrir un site internet où vous êtes joyeusement invités à dénoncer tout contenu illicite que vous trouverez sur la toile. Pour mieux défendre l’espace de liberté qu’est Internet, il semble qu’il faille surveiller cette liberté par les internautes eux-mêmes. Un coup de génie ! Des millions de policiers internet qui ne coûtent pas un centime aux contribuables.

C’est quoi un contenu illicite ? Les millions de français internautes n’ayant pas tous fait des études de droit, comment vont-ils décider de ce qui est licite et de ce qui ne l’est pas ? Je plains les pauvres policiers (vrais ceux-là) qui seront en bout de chaîne et qui seront chargés de faire le tri. Car, n’en doutons pas, il va y avoir une avalanche de signalements (mot pudique pour désigner la délation ; autres temps, autres mots).

Le gouvernement croit avoir trouvé là un bon moyen pour maîtriser la communication sur internet, surtout les blogs et les forums  alternatifs, véritable épine dans le pied des médias officiels. Mais comme toujours, dès lors qu’il s’agit de la toile, le gouvernement mène un combat d’arrière-garde. A supposer qu’il ferme tous les blogs de France, que pourra-t-il faire contre les blogs suisses, belges, canadiens, camerounais, sénégalais, américains, russes, iraniens, et même chinois, dans lesquels tous les français muselés en France peuvent s’exprimer et peuvent être lus par d’autres français ?

Si le gouvernement veut lutter contre les blogs alternatifs, il lui suffit de trouver un moyen qui oblige les médias officiels à faire de la vraie information. Question en  passant : est-ce que le mensonge et la désinformation sont illicites et donc susceptibles d’être ‘’signalés’’ ?

Avic

L’Internet des BRICS pourrait mettre fin au Réseau contrôlé par les Etats-Unis


e1bc67e6c1378c002bb40703e309187c_articleLe bloc des BRICS est sur le point de créer un nouveau système qui garantit l’accès à Internet simple et bon marché à des millions de personnes. De cette façon, pourrait être mis fin à l’hégémonie des Etats Unis d’Amérique (EUA) sur le Réseau.

Il s’appelle BRICS Cable et se présente comme une infrastructure alternative dans un monde qui se trouve au milieu d’importants défis économiques. Car actuellement, les pays du BRICS sont connectés entre eux à travers des centres de télécommunications situés en Europe et aux Etats-Unis, ce qui implique des coûts élevés pour eux.

Il s’agit d’un système formé par des câbles de fibre optique de 34 000 kilomètres de long, avec une capacité de 12,8 terabits par seconde, qui unira la Russie, la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil (c’est-à-dire, les BRICS), avec les Etats-Unis par Miami. Sa finalité sera de garantir à des millions de personnes un accès à Internet facile et bon marché.

De la même manière, il offrira un accès immédiat aux pays du bloc aux 21 pays africains et permettra que ces nations aient accès aux économies des BRICS.

Les étapes de planification et de faisabilité ont commencé en mars 2011, peu de mois après l’acceptation de l’Afrique du Sud dans le bloc économique, et on estime que le système entrera en fonctionnement à partir du deuxième semestre 2014.

« Le public en général ne connaît pas la majeure partie du plan des BRICS. Cependant, il est très réel et extrêmement efficace », affirme le site Web Planet Infowars.

En fait, signale le site Web, des investisseurs du monde entier ont déjà montré leur intérêt dans ce projet sans précédents.

Depuis qu’on sait que la NSA a intercepté les communications de Latinoaméricaines, et qu’elle a espionné le groupe pétrolier brésilien Petrobras et les citoyens qui ont confié données personnelles à des compagnies comme Facebook et Google, la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a ordonné une série de mesures pour combattre l’espionnage des Etats-Unis d’Amérique. Initiatives qui s’ajouteraient à celle de cette nouvelle infrastructure.

268327c4596fe8a00921287b2dae2a21_article630bw

 

 

RT. Moscou, le 23 septembre 2013.

Traduit de l’espagnol par : Estelle et Carlos Debiasi

El Correo.

L’influence américaine en Amérique latine en chute libre


Le Président bolivien Evo Morales et son homologue brésilien Dilma Rousseff (Reuters / Jose Gomez)
Le Président bolivien Evo Morales et son homologue brésilien Dilma Rousseff (Reuters / Jose Gomez)

Les dirigeants démocrates, du Mexique à l’Argentine, sont tellement irrités de l’influence américaine qu’ils sont maintenant prêts à prendre des mesures. C’est l’espionnage qui a déclenché ce phénomène.

L’Amérique aux Américains – c’est la pierre angulaire de la politique étrangère des États-Unis. Cette doctrine, introduite il y a 190 ans par le président James Monroe, signifie ceci : les étrangers restent en dehors  de l’arrière-cour des États-Unis. Pendant des décennies, elle [la politique étrangère américaine] a également eu de bons rapports avec les élites de l’Amérique latine. Ils ont même promu dictateurs des généraux qui aiment suffisamment Washington. Eh bien, ces jours sont désormais révolus.

Contrairement aux Européens, qui ne sont que clins d’œil et sourires complices pour les États-Unis dans le scandale de surveillance de masse, l’Amérique latine est en colère. Dans un mouvement radical, la présidente brésilienne Dilma Rousseff, une modérée, a décidé d’annuler une visite d’Etat à Washington. Les gens de gauche de la région sont maintenant plus agressifs et ceux de droite ont été contraints de prendre la parole. Des experts américains peuvent insister sur le fait que l’attention est focalisée sur la Syrie, mais la révolte est en train de monter dans l’arrière-cour. Les scandales de la National Security Agency (NSA) ont fait qu’il n’était plus possible pour les dirigeants de la région de garder le silence sans passer pour des faibles.

Le camouflet du Brésil a les plus grandes implications. La décision a été prise après que Mme Rousseff ait découvert que ses communications personnelles avaient été espionnées. Chaque dirigeant sud-américain a appelé à la soutenir, y compris Juan Manuel Santos en Colombie, le seul proche allié de Barack Obama qui reste dans la région. Elle a promis d’attaquer la surveillance de masse aux Nations Unies. Boeing est désormais susceptible de perdre un contrat de 4 milliards de dollars sur des avions de chasse.

Sans le Brésil qui servait de tampon, la gauche latino-américaine s’est enhardie. Evo Morales de la Bolivie a dit qu’il allait poursuivre Obama devant les tribunaux internationaux pour violation des droits de l’homme après que Nicolas Maduro du Venezuela ait été empêché pendant quelques heures de survoler Puerto Rico. Ces deux et Rafael Correa de l’Équateur vont probablement pousser d’avantage pour faire venir Edward Snowden en Amérique du Sud. Après le décès de Hugo Chavez ils avaient besoin d’un agenda commun pour améliorer leur tactique.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (AFP Photo / Leo Ramirez)
Le président vénézuélien Nicolas Maduro (AFP Photo / Leo Ramirez)

Les révélations sur la NSA ont également eu pour effet que Cristina Kirchner de l’Argentine tende la main au Brésil pour améliorer sa défense cybernétique. Les pays de la région sont désormais attentifs à ce projet afin de développer leurs propres systèmes de messagerie : spécialement conçu pour ceux qui ne veulent pas de comptes Google et Yahoo qui permettent l’espionnage par les services de renseignement américains. Ce sont des représailles ouvertes, mais beaucoup plus de choses pourraient arriver derrière les portes closes. La présence américaine est toujours importante, mais maintenant que l’étoile de la Chine monte rapidement en tant que partenaire commercial de l’Amérique latine, la pression est sur les Etats-Unis.

L’influence américaine est si faible à l’heure actuelle que même le président conservateur Enrique Peña Nieto du Mexique a été contraint de s’exprimer et d’exiger une enquête. La pression politique ne lui donne pas d’autre alternative que de condamner la NSA pour avoir volé des données sur ses choix ministériels. Sebastián Piñera du Chili a également dû entrer dans la bataille. Ces dirigeants ne sont pas surpris par la surveillance elle-même, mais la portée de celle-ci était tout simplement trop grosse.

Les temps sont irrémédiablement en train de changer. L’Amérique pourrait être en voie d’appartenir à tous les Américains, et cela inclut aussi les Latino-Américains.

Mauricio Savarese est journaliste depuis 2003. Blogueur sur les affaires brésiliennes, il contribue à RT en anglais et en espagnol. Il a été reporter à l’agence Reuters, UOL et Yahoo.

Traduction : Avic

http://rt.com/op-edge/spy-scandals-us-latin-america-176/

Chine. Le blogueur chinois Charles Xue admet avoir répandu de fausses informations


Tribune libre Résistance

xuemanziCharles Xue, fameux blogueur et homme d’affaires chinois d’origine étasunienne, a notamment fait fortune avec son portail web Sina Weibo. Celui-ci est désormais le plus populaire de Chine, avec quelque douze millions de fans. Xue aimait parler avec ses tripes, et ses jugements effrontés n’épargnaient personne. Échappant jusqu’ici à toute censure, il est devenu au fil du temps une véritable référence pour ses compatriotes en froid avec le gouvernement.
Un beau jour cependant, Xue a songé étendre ses critiques au Parti communiste, exprimant son désaccord sur des sujets politiques et sociaux… jusqu’à son arrestation. L’homme d’affaires a été accusé de parties fines avec des prostituées. Son étoile pâlit considérablement. Il y a quelques jours, il est apparu sur la télévision d’État, avouant avoir propagé de fausses informations, confessant au passage l’ivresse que lui procurait son succès. « J’ai été irresponsable dans les informations que je communiquais. Ça me permettait d’évacuer ma mauvaise humeur. Mais la liberté de parole n’exclut pas le respect de la loi ».

Charles Xue a diffusé quotidiennement quelque quatre-vingts informations qu’il ne pouvait pas vérifier à environ douze millions de fans et suiveurs (soit 3 % des 400 millions d’utilisateurs chinois d’Internet). L’homme d’affaires reconnaît avoir agi tel un empereur, se sentant « plus puissant qu’un secrétaire du PCC d’une administration locale ». Il a finalement présenté platement ses excuses à ses compatriotes chinois pour le préjudice subi. Il s’est dit prêt à coopérer avec les autorités pour rendre Internet plus sûr : « le web n’est pas un havre sans foi ni loi. Un cyberespace arrivé à maturité est un espace encadré par des règles, un espace où la loi prime sur la liberté ».

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-chine-le-blogueur-chinois-charles-xue-admet-avoir-repandu-de-fausses-informations-120128952.html

Dernières nouvelles d’Alep


Great Umayyad mosque of AleppoPendant que le ballet diplomatique continue au niveau international, les syriens continuent à vivre dans l’angoisse, et parfois dans l’ignorance totale de ce qui se passe dans le monde. Dans les zones de conflit, comme Alep, ils n’ont que de vagues échos de l’actualité, car ils n’ont plus d’Internet dont le réseau a été coupé.

Grâce à une source faisant partie de notre cercle d’amis, nous pouvons néanmoins avoir une idée de ce que vivent les aleppins.

Etant coupés de tout, ils ne savent absolument pas ce qui se passe autour d’eux… « les roquettes fusent de ci de là, mais va savoir qui les lancent… non, non, non… il n’y a pas de frappes aériennes de l’Armée nationale chez nous… Un travail de solidarité considérable est fait par le gouvernorat et aussi par les « Comités de Défense des citoyens » ! Nous allons beaucoup mieux que cet hiver… mais, comme toujours, ce sont les familles nombreuses qui ont le plus de mal à trouver une nourriture suffisante« .

Dans la ville elle-même, en zone non « polluée », l’électricité est revenue en continu dans certains quartiers, en discontinu dans d’autres, les communications avec l’étranger par voie terrestre fonctionnent… la situation a changé en ce sens que les autorités se démènent pour la rentrée des classes et pour la paye des fonctionnaires. Les prix des produits alimentaires évoluent en fonction des raids des terroristes et de la fermeture ou de l’ouverture des axes routiers dont certains ont été asphaltés. Mais aucun espoir de se connecter à internet pour le moment… Les échos des batailles sont toujours en arrière fond… Et les échos du soutien international les confortent dans l’espoir !

Avic

Israël recrute des étudiants pour les transformer en agents secrets du Net


Tribune libre MARSEILLE ALBATROS

96CEAA654EF41095914C86B7E5Dans l’infiniment grand et nébuleux de l’Internet, la galaxie n’est plus qu’un immense bourdonnement de clics, plus ou moins bien inspirés et bien intentionnés sous des pseudos invérifiables, dans laquelle l’espionnite aiguë de certains Etats peut aisément se faufiler, serpenter et agir à sa guise, ni vu ni connu, derrière les claviers.

Facebook, Twitter et Youtube n’ont plus de secret pour Israël qui a très vite compris l’intérêt d’infiltrer leur virtualité sans frontières, nuit et jour, sept jours sur sept, été comme hiver, à l’image de sa fine fleur estudiantine, triée sur le volet, qui travaille sous couverture dans des « unités secrètes » structurées de manière quasi militaire sur les campus universitaires.

Ces bons petits soldats du Premier ministre Benjamin Netanyahu sont placés sous la tutelle de son bureau qui cherche à investir la modique somme de 840 000 dollars pour recruter, organiser et financer les espions de la cybergénération, sélectionnés par centaines dans chaque université, comme l’a révélé un article paru dans Haaretz.

Parmi les sujets brûlants qui enflamment par trop la Toile au goût du gouvernement ultra-sioniste, la sécurité de l’Etat hébreu, la lutte contre son boycott et sa délégitimation, sans oublier l’antisémitisme sont traités en priorité par ces jeunes agents très spéciaux enrôlés pour répandre la propagande israélienne et embellir une réalité en vue d’entretenir le mythe de la « seule démocratie du Proche-Orient ». Que la vitrine d’Israël est belle sur le Net après que les messages publiés par ses bataillons de taupes zélées aient chanté les louanges de ses valeurs démocratiques, de sa tolérance religieuse et de son pluralisme !

Confortablement retranchés derrière leurs écrans opaques d’où ne filtre aucune identité, les étudiants israéliens passés maîtres dans l’art de la désinformation formeront bientôt une armée, si l’on en juge par l’ambition affichée par le bureau du Premier ministre qui n’a pas craint de divulguer le recrutement de 550 supers agents en herbe dans les sept complexes universitaires du pays, tous ayant une parfaite maîtrise des langues étrangères.

Les syndicats étudiants sont, quant à eux, chargés d’informer et de sensibiliser des dizaines de milliers d’étudiants à l’existence de ce grand projet national, censé renforcer une hégémonie implacable qui transgresse toutes les limites, y compris celles fixées par le droit international, mais aussi de fournir des ordinateurs et des espaces de travail ergonomiques pour infecter les échanges électroniques en toute quiétude.

« Avec les médias sociaux, vous ne pouvez pas attendre, » a déclaré un fonctionnaire sous couvert d’anonymat au Jerusalem Post, ajoutant : « Nous ne laisserons pas les histoires négatives en ligne être diffusées sans réponse, et nous répliquerons par des messages positifs. Ce que nous faisons est révolutionnaire. Nous sommes en train de mettre la diplomatie dans les mains du grand public « .

Ce regain d’espionnage sur la Toile a-t-il été exacerbé par la défaite cuisante essuyée par Israël sur un terrain où ses sombres stratèges n’imaginaient pas être vaincus : les réseaux sociaux ? En effet, en novembre dernier, lors de sa nouvelle offensive meurtrière dans la bande de Gaza, le gouvernement de Netanyahu n’a guère apprécié avoir perdu la guerre des mots ou plutôt des « hashtag ». Selon Haaretz, le hashtag du Hamas #GazaUnderAttack, fort de ses 170.000 mentions, a surclassé celui de # IsraelUnderFire d’Israël, qui n’a totalisé que 25,000 petites mentions. « La perception qui domine le discours en ligne, c’est que l’armée israélienne avait lancé une attaque injustifiée », a déclaré Tomer Simon, un chercheur israélien qui a décrypté l’activité de réseautage social pendant le conflit.

http://oumma.com/

PRISM – Comment passer entre les mailles de la surveillance d’Internet ?


Le moteur de recherche DuckDuckGo est le seul à proposer des requêtes anonymes.
Le moteur de recherche DuckDuckGo est le seul à proposer des requêtes anonymes.

En réaction aux révélations sur le programme Prism, qui permet au gouvernement américain d’espionner les données personnelles des internautes grâce à la coopération de neuf géants du Web – Microsoft, Yahoo!, Google, Facebook, PalTalk, AOL, Skype, YouTube et Apple – un article de France TV Info explique point par point « comment sortir (presque) entièrement du prisme, quitte à sacrifier votre confort et vos habitudes ».

>> Voir l’infographie : « Comprendre le programme ‘Prism' »

Téléphone mobile : mieux vaut éviter les smartphones, dont le système d’exploitation est presque toujours fourni par Google (Android), Apple (iPhone) et Microsoft (Windows Phone).

Mails : préférer à Gmail, Hotmail (Outlook), Yahoo! Mail, AOL et les services de messagerie d’Apple d’autres messageries comme Voila.fr (France Télécom), La Poste.net, Zoho Mail, ou encore le logiciel de messagerie open source Thunderbird. En payant, il est aussi possible de configurer une adresse mail sur son propre site Internet (il suffit d’acheter un nom de domaine et un hébergement).

Navigateurs Internet : plutôt que Chrome (Google), Internet Explorer (Microsoft) et Safari (Apple), qui représentent tout de même 80 % du marché, opter pour Opera ou Firefox. Ou, mieux, utiliser un serveur proxy pour masquer son adresse IP, comme le réseau Tor (voir les explications dans l’article de FTVI). Ou, encore mieux, un réseau privé virtuel (VPN), qui permet de se connecter anonymement à Internet.

Recherches en ligne : là encore, fuir la domination de Google Search, Yahoo! et Bing (Microsoft) – 98 % du marché à eux trois – pour le Français Le Moteur, le dernier-né Qwant, le scientifique Wolfram Alpha, l’antique Alta Vista, ou encore le rigoureux DuckDuckGo, seul à proposer des requêtes anonymes.

Réseaux sociaux : si Facebook et Google+ se sont ouverts à la NSA, Twitter échappe quant à lui à la surveillance de l’agence américaine, même si les tweets, publics, sont « soigneusement archivés depuis 2010 à la bibliothèque du Congrès américain », rappelle FTVI. L’austère Reddit est aussi une solution sans risque.

Autres : sont aussi concernés par la potentielle surveillance de la NSA des services qui se sont imposés dans notre vie quotidienne, comme Google Maps, Skype ou YouTube (préférer Dailymotion et Vimeo).

Pour plus d’exhaustivité, le site Prism-Break recense lui aussi les navigateurs, messageries et autres services qui permettent d’échapper aux géants du Web inclus dans le programme Prism.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/

Disparition de l’auteur des fuites sur la surveillance d’Internet par les USA


Edward SnowdenDisparition volontaire ou enlèvement ? Edward Snowden, ancien agent de la CIA a disparu de son hôtel à Hongkong.  Pour l’instant personne ne sait où il est.

Cette disparition intervient trois jours après la publication, par le Guardian, puis le Washington Post, de ses révélations sur les activités de surveillance d’Internet par les Etats-Unis.

voir l’article : Les conséquences de l’espionnage mondial pratiqué par les Etats-Unis –partie I

Qu’il ait préféré se mettre à l’abri, ou qu’il ait été enlevé, il semble bien que son calvaire ne fait que commencer. Il est plus dangereux d’être un dissident américain qu’un dissident chinois ou russe, même au temps de Staline. S’il s’est enfui de son hôtel, il ne lui reste plus qu’à chercher une ambassade non occidentale pour l’accueillir. Car il est presque certain que les recherches des filles qu’il a dû violer par le passé sont déjà en cours.

S’il est encore en vie, on ne peut que lui souhaiter bonne chance.

Avic