Archives du mot-clé kadhafi

URGENT ! Fausses infos sur la Libye


ss-110311-lbya-eg-04.grid-8x2L’info sur une « insurrection » diffusée un peu partout est fausse (hélas).
Diffusée sans sources par un site russe …
Il y a eu des combats à Sebha (fief kadhafiste de toujours) entre la RÉSISTANCE VERTE et les milices du gouvernement fantoche de Tripoli. Lire la suite URGENT ! Fausses infos sur la Libye

La Libye n’était pas l’auteur de l’attentat de Lockerbie


Tribune libre Béatrice Doinette

BRITAIN_LOCKERBIE_458252aL’avantage d’invoquer le terrorisme dans un tribunal c’est qu’il n’y a pas besoin de mobiles. Le terrorisme est à la fois l’acte et le mobile. Ainsi, à la question: pourquoi la Libye a-t-elle choisi  de faire sauter un avion dans un coin perdu en Ecosse, parmi les milliers qui volaient ce jour-là dans le monde ? la seule réponse possible est : terrorisme. Les juges britanniques n’ont pas été plus loin. Il s’agit ensuite de construire une histoire adaptée dont les incohérences n’apparaîtront que beaucoup plus tard.

————

Tenu secret cinq ans durant, un rapport de la justice écossaise dévoile le rôle trouble des services anglais et américains dans l’enquête sur l’attentat de 1988, attribué à la Libye, qui avait fait 270 morts. Lire la suite La Libye n’était pas l’auteur de l’attentat de Lockerbie

République centrafricaine : Les raisons cachées de l’intervention française


Des membres de la Séléka, à Bossangoa, le 25 novembre 2013
Des membres de la Séléka, à Bossangoa, le 25 novembre 2013

Contrairement à l’« impératif humanitaire » agité par le président François Hollande, l’« Opération Sanguiris » menée par 1200 soldats français vise à contrer l’arrivée des Chinois et surtout à contrôler les réserves d’or, de diamant et d’uranium présentes dans le sous sol de la Centrafrique. Un pays plus grand que la France et Belgique réunies et où Areva, Total, Bolloré, France Télécom… dictent déjà la loi, malgré les atrocités. Lire la suite République centrafricaine : Les raisons cachées de l’intervention française

Dieudonné avait raison ! Les dessous du témoignage historique du n°2 libyen contre Sarkozy


Kadhafi-sarkozyEn août 2011, alors que Tripoli est attaqué par les rebelles, le jeune journaliste indépendant Julien Teil se trouve au coeur des opérations, pris en tenaille dans l’hôtel Rixos. Le n°2 du régime libyen, Abdallah Senoussi, s’y rend pour y donner un témoignage unique en son genre sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Julien Teil filme… Les médias français n’ont pas, jusqu’à présent, exploité ces images. Julien Teil explique les dessous de cet épisode historique, qui donne raison à Dieudonné, Lire la suite Dieudonné avait raison ! Les dessous du témoignage historique du n°2 libyen contre Sarkozy

Centrafrique: Paris vend très mal son intervention malgré l’AFP


001ec94a2715140e3ae631En voulant singer une intervention à l’américaine et en inventant difficilement un ennemi qu’elle apparente tantôt au chaos, tantôt à des « militants » extrémistes au sein de la SELEKA (bizarre pour une ex-rébellion hétéroclite soutenue par la France en mars 2013…), Paris défend mal son intervention et ce, malgré un apport de poids puisque l’agence « officielle »  AFP y met les bouchées doubles en transformant des affrontements tribaux en massacres. Le plus amusant est que personne n’est en mesure de vérifier ce qui s’y passe sur place. Lire la suite Centrafrique: Paris vend très mal son intervention malgré l’AFP

Libye : faisons le point deux ans plus tard…


Tribune libre Béatrice Doinette

Deux ans après l’attaque confuse de l’OTAN contre l’Etat libyen qui a mis un terme à la vie de milliers de personnes (pour les libérer de Kadhafi !), qui a détruit une bonne partie du pays et a mis fin à la Libye en tant qu’Etat, on découvre enfin les contre-vérités débitées par les ennemis étrangers du pays. (1) Quelles étaient les vraies raisons derrière l’assassinat de Khadafi ? Quel rôle a-t-il joué Israel ? Et enfin, qu’est-il arrivé au pétrole libyen ? Lire la suite Libye : faisons le point deux ans plus tard…

SCOOP !!! Financement de la présidentielle 2007 : un nouveau témoignage accable Nicolas Sarkozy !


Kadhafi-SarkozyVoici une déclaration qui ne passera certainement jamais dans les médias français. D’ailleurs ça intéresse qui de savoir que la campagne de Sarkozy de 2007 a été financée en partie par Kadhafi ? Ses fans diront qu’il aurait bien eu tort de se gêner car, après tout, ce n’est pas l’argent des français et que, puisqu’il a été assez malin pour trouver l’argent qu’il fallait pour gagner, tant mieux pour lui. Lire la suite SCOOP !!! Financement de la présidentielle 2007 : un nouveau témoignage accable Nicolas Sarkozy !

Vers une nouvelle intervention de l’OTAN en Libye ?


-image-164808-grandeScènes de guerre. Les milices islamistes rivales se battent dans le centre de Tripoli.

Hier, 50 civils ont été tués et près de 500 blessés gravement, principalement par un tir massif de mitrailleuses antiaériennes lourdes et de grenades auto-propulsées par fusée. Un crime massif de la puissante milice islamiste de Misrata, une véritable ville-État dans le non-Etat libyen. La milice de Misrata a été créée et armée en 2011 par les généraux français de l’OTAN suivant les ordres de Sarkozy et les propositions de BHL, le lobbyiste sioniste. Misrata était « l ‘exemple d’une nouvelle Libye démocratique » (sic) selon BHL en 2011. Lire la suite Vers une nouvelle intervention de l’OTAN en Libye ?

Kadhafi serait vivant?!!!


1574205_3f920916-cc3d-11e0-b674-00151780182cun journaliste  indépendant libyen qui examine de près les évolutions de son pays évoque dans l’un de ses derniers articles les rumeurs qui courent ces temps ci en Libye et qui affirment que l’ex leader libyen est vivant !! l’article signé Asaad Ambiya Abou Ghayla, est repris par le journal égyptien Al Messrioun .

 » Des informations sur le sort de Kadhafi et de sa famille ont toujours des preneurs en Libye et une dernière rumeur confirme que l’ex leader libyen est bien en vie et qu’il se fait soigner dans l’un des pays africains voisin de la Libye  » !! selon le journaliste ,  » Kadhafi aurait perdu l’une de ses jambes dans le bombardement de l’Otan en 2011″ et le journaliste d’ajouter :  » la vidéo qui mettait en scène le corps lynché et ensanglanté de Kadhafi et qui a été visionnée par des millions de personnes via les réseaux sociaux est pour beaucoup de ses opposants , un coup monté par les pro Kadhafi qui voulaient refléter une image négative des ennemis de l’ex leader. Selon les revolutionnaires  » ces vidéos sont toutes fabriquées et ne sont pas fondées sur la réalité « . Aucune source officielle n’est en mesure de confirmer ces informations.

Lampedusa : la chute de Kadhafi épouvante désormais l’Europe


Tribune libre Résistance

dilemLa récente tragédie de Lampedusa a stupéfié les millions de personnes qui ont pu observer, impuissantes, les corps de ces réfugiés émerger des flots. On a pu entendre comme d’habitude les mêmes rengaines (« plus jamais ça ! »), comme si l’avenir ne nous promettait pas déjà de nouveaux drames.

Le funeste voyage de ces migrants commence dans le port libyen de Zuwarah (102 kilomètres de  la capitale Tripoli). C’est un petit port qui n’aurait aucune importance stratégique si les chalands chargés de désespérés ne partaient pas de là. Selon la protection civile italienne, pas moins de 12.000 migrants s’entassent dans des camps de rétention insalubres dans l’attente d’un avenir meilleur. Venus de Somalie, du Tchad, du Niger ou de l’Érythrée, ils ont tout perdu en fuyant les guerres, la violence et la faim.

Amnesty International affirme avoir visité sept de ces centres, et fait état pour chacun d’eux « de preuves de mauvais traitements assimilables à la torture pour certains cas ». « Plusieurs détenus, y compris des femmes, ont été frappées brutalement à l’aide de tuyaux d’eau ou de câbles électriques », ajoute l’association en affirmant avoir recueilli par ailleurs des témoignages de détenus blessés par balles lors d’émeutes. Les tortionnaires d’aujourd’hui sont les « héros » qui ont hier combattu et renversé Kadhafi avec l’aide ô combien précieuse de l’OTAN. Ces bandes de mercenaires profitent maintenant de la quasi anarchie résultant du démantèlement de l’État libyen et font leur beurre avec le trafic d’êtres humains ; un trafic très lucratif puisqu’il dégagerait un bénéfice de quatre milliards de dollars par an, soit un peu moins de 10 % de la richesse de la Libye.

En effet, il faut compter entre 1.500 et 2.000 euros pour embarquer à destination de l’Europe. Une somme astronomique quand on connaît les conditions dans lesquelles les candidats à l’émigration ont quitté leur pays. Alors, ils n’ont d’autre choix que de s’entasser dans ces camps de rétention dans l’attente de réunir les fonds nécessaires. S’il y a assez d’argent, ils pourront tenter la traversée jusqu’à Lampedusa dans un bateau de pêche mal en point. Dans le cas contraire, ils embarqueront dans des canots pneumatiques qui s’arrêteront irrémédiablement à 30 ou 40 miles des côtes italiennes ; on leur confiera un téléphone satellite en leur demandant d’appeler les autorités italiennes qui viendront les cueillir quand ils seront en panne.

La prophétie de Kadhafi avant sa chute semble se concrétiser. Les innocents payent désormais le prix de l’avidité des bandes criminelles, les mêmes qui ont été engagées par l’Occident au nom des droits de l’homme.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/

Assaut contre la CPI : phase 2


262371_vue-generale-du-sommet-de-l-union-africaine-le-29-janvier-2012-a-addis-abebaJ’avais écrit, il y a quelques jours, un article sur la possible future disparition de la CPI.  Je l’avais alors rebaptisée par dérision Cour Pénale pour les Indigènes. Si les dirigeants africains, qui en sont les principales victimes, bougonnaient en silence contre ce ‘’tribunal’’, le parlement kenyan avait débuté la fronde et pressait son gouvernement de sortir du Statut de Rome.

Il semble que la fronde s’élargit et touche même l’ensemble du continent. L’Union Africaine envisage un retrait en masse de la CPI. Rien de moins. On n’en est plus au stade de vœux pieux, puisque l’Union organise un sommet spécial en octobre pour aborder cette question. Ce sommet extraordinaire se tiendra le 13 octobre à son siège dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

Le motif officiel de cette décision est de protester contre les procès des dirigeants kényans actuellement en cours. Mais la démarche des dirigeants africains est motivée surtout par leur ras-le-bol de se voir emmener un à un, pieds et poings liés, dans les cachots du nord pour des raisons essentiellement géopolitiques dans lesquelles ils ne sont que des pions, alors que les vrais faiseurs restent immunisés et intouchables. On ne peut que dire : enfin !

Mais oseront-ils, individuellement, aller jusqu’au bout ? On sait à quel point la corruption et surtout la menace et la pression peuvent jouer un rôle important dans les instances africaines. On a vu comment tous les grands projets fédéralistes de Kadhafi furent sabotés au 13ème somment de l’UA à Syrte. Il est d’ailleurs à noter que la première ruade de l’Afrique contre la CPI a eu lieu lors de ce sommet où il fut voté une résolution permettant à l’UA de ne pas coopérer avec le tribunal dans l’affaire du président soudanais, Omar el-Béchir.

En tout cas, quel que soit le résultat du prochain sommet, la sacralité et la légitimité de la CPI sont bel et bien ébranlées.  Et un tribunal non légitime n’est plus qu’un moyen de rétorsion aux mains des puissants.

Avic

Kadhafi, la vérité d’une journaliste qui se trouvait sur place


6-raye-rouge-et-blancUn petit rappel des mensonges et manipulations des prédateurs. Même avec le temps, on est encore abasourdi par tant de machiavélisme.

Ce qui est frustrant, c’est que l’on ne voit toujours pas clairement le pourquoi de ce gâchis. On a beau invoquer les raisons financières ou économiques, aucune n’est vraiment satisfaisante. La France, par exemple, qu’a-t-elle gagné dans cette guerre, alors qu’elle a été jusqu’à racler le fond de ses entrepôts pour trouver un dernier missile à larguer sur Tripoli ? Aujourd’hui, la Libye est en ruine et ne rapporte rien à personne. Et ça n’a pas l’air de gêner les organisateur du chaos. Une opération si minutieusement préparée, ayant mobilisé tant de monde et tant d’énergie, et cela  depuis si longtemps, pour aboutir à rien ? C’est peu crédible. C’est aussi peu crédible que si on disait qu’ils avaient fait tout ça pour le fun, ou juste parce qu’ils sont très méchants. Il y a tout lieu de croire que ce qui se passe aujourd’hui était peut-être ce qu’ils cherchaient. Même si la question de départ – pourquoi – reste entière, les réponses à chercher sont alors d’une autre nature que les salmigondis habituels.

Avic

Syrie : une carte révélatrice


Cliquer sur la carte pour agrandir
Cliquer sur la carte pour agrandir

J’avais suggéré dans un article précédent que les vrais buts de guerre contre la Syrie étaient la Syrie elle-même. Tous les autres objectifs annoncés à grand renfort d’analyses pertinentes et souvent par les agresseurs eux-mêmes sont de la poudre aux yeux. Et pour cause. Aucun agresseur au monde, ni maintenant, ni au cours de l’Histoire, ne va attaquer l’ennemi en annonçant clairement pourquoi il le fait et comment il va s’y prendre. La Syrie serait-elle une exception dans l’Histoire de l’humanité ? Je ne le crois pas.

Aujourd’hui, la question syrienne est ramenée à quelque chose de fort simple : y aura-t-il une intervention extérieure et quelles en seront les conséquences. Tout le reste n’a plus cours. Adieu les considérations sur Al-Qaïda et la guerre contre le terrorisme. Exit le printemps arabe et la chute des ‘’dictateurs’’. Même l’Egypte, pourtant encore en pleine ébullition, rejoint dans l’oubli la révolte turque. En fait nous revenons au point de départ d’il y a deux ans et demi en Syrie, avec ses fondamentaux de base : On veut la Syrie et Bachar Al Assad doit céder la place de lui-même ou il en sera délogé.

Pourquoi ? Passons en revue toutes les raisons qu’on nous donne.

– L’Iran, d’abord. La guerre contre la Syrie serait pour priver l’Iran d’un allié. C’est ce qui nous est soufflé. Le premier souffleur est bien sûr Israël. C’est aussi Israël qui menace l’Iran. C’est toujours Israël qui fait capoter les négociations pour le nucléaire iranien, ce nucléaire militaire qui n’existe que dans les discours entretenus par les autorités israéliennes. Les embargos sont suggérés par Israël et ses alliés sont régulièrement poussés à en inventer d’autres. Pourquoi tout ça ? On sait qu’Israël peut envoyer quelques coucous déposer leurs œufs sur quelques cibles, mais pas d’envahir l’Iran. Il en est de même pour les Etats-Unis. Ils le savent, tout le monde le sait et même nous, nous le savons. Puisque nous le savons, pourquoi croyons-nous le contraire, à chaque fois que le sujet revient sur le tapis ? Mystère. Personne n’attaquera l’Iran. Le nucléaire iranien n’est pas un problème, pas plus que le nucléaire pakistanais (bien réel celui-là) qui est pourtant entre les mains de musulmans, dans un pays islamique qui grouille de talibans. La bombe iranienne n’est évoquée que pour justifier les embargos, d’une part et, d’autre part créer un ennemi artificiel pour détourner les regards. En outre, avec les embargos, on espère affaiblir le soutien que pourrait apporter l’Iran à celui qui est vraiment visé.

– L’énergie. La guerre contre la Syrie et, de manière générale, toutes les luttes dans cette partie du monde, seraient pour la maîtrise de l’énergie et le pillage des ressources. Il faut être frappé d’amnésie pour gober ça.  Il faudrait juste rappeler que l’occident a déjà fait ce qu’il fallait et les guerres qu’il fallait pour ça. Nul besoin d’autres guerres pour avoir ce qu’ils ont déjà. Non seulement leurs compagnies sont présentes partout et en bonne place, mais ce sont elles qui dictent les règles et les prix de ce qu’ils vendent et de ce qu’ils achètent via des entités qu’ils ont créées. Alors, guerre de pillage, en Syrie ? Piller quoi ? Les ressources énormes de la Méditerranée orientale ? Il n’y a pas que la Syrie qui est concernée par ces ressources qui, en passant, n’ont pas encore vu le jour.

– Les Gazoducs. La Syrie serait le passage obligé de tous les gazoducs venant du golfe. Il suffit de regarder une carte pour voir que ce n’est pas tout à fait vrai. En outre, on se rappelle que pour la guerre d’Afghanistan, il avait été soufflé que l’une de ses vraies causes serait une histoire de gazoducs. On a vu ce qu’il en était. Des analystes spécialisés dans ce domaine nous ont montré des tracés compliqués de gazoducs existants et potentiels pour acheminer l’énergie vers l’Europe. Il suffit de les regarder pour voir tout de suite que la Syrie n’est pas centrale, même si elle est importante.

– l’Axe de la résistance. C’est le dernier argument que l’on donne, mais vite évacué car la Syrie ne serait qu’un appoint à celui que l’on a défini comme ennemi : L’Iran et son prolongement armé, le Hezbollah. La boucle est bouclée. Circulez, il n’y a rien à voir. Les problèmes géopolitiques du Moyen-Orient et du monde arabe ne sont que cela, présentés, décortiqués, analysés et commentés dans tous les médias du monde.

Pour faire oublier l’essentiel.

Un problème vieux de plus de 60 ans dont il faudra bien sortir un jour. Le problème palestinien. La seule solution pour le régler apparait être, aux yeux de ceux qui organisent ce chaos, le remodelage, non plus du Grand Moyen-Orient, mais de la Syrie, la Jordanie, de la Palestine (dont Israël), et peut-être de l’Egypte. Remodelée, la région offrirait aux palestiniens une terre et Israël pourrait s’étendre jusqu’au Jourdain. Aux yeux d’Israël et de ceux qui sont derrière lui, cela se fera, Il n’y a aucun doute là-dessus. Ce qui explique que la colonisation ne s’est jamais arrêtée, et ne s’arrêtera pas. Pour eux c’est une expansion naturelle pour quelque chose d’inéluctable.

Dès lors beaucoup d’évènements s’expliquent, y compris certaines alliances contre nature. Et, par-dessus tout, le printemps arabe prend tout son sens.

En observant la carte ci-dessus, on constate que tous les navires de guerre occidentaux sont situés loin des côtes syriennes, se mettant hors de portée des missiles de l’armée syrienne. Pour leur sécurité, il fallait donc qu’il n’y ait aucun allié potentiel de la Syrie dans le secteur, et cet allié aurait très bien pu être Mouammar Kadhafi.  Il fallait éliminer ce risque. Avant de s’en prendre à la Libye, on fait dégager des amis, complices, par des pseudo-révoltes. En Tunisie, on oublie trop souvent, comme toujours, les snipers qui ont mis le feu aux poudres, et qui ont été exfiltrés très vite. Avec l’effervescence médiatisée des foules tunisiennes et égyptiennes, c’était tout le peuple arabe qui était censé se révolter contre des ‘’dictateurs’’ qui hier encore étaient considérés comme des amis et des modérés. Ca n’étonne personne que les islamistes qui ont pris le pouvoir en Tunisie soient financés par le Qatar, et que dans le même temps, la victime de ces qatari, Ben Ali, soit hébergé dans des palais des mille et une nuit au Qatar.

Une fois que la mayonnaise a bien pris dans les esprits, il pouvait donc sembler naturel que les libyens suivent cette tendance arabe en voulant se débarrasser, eux aussi, de ‘’leur dictateur’’.

Si cette hypothèse est exacte, tout ce cinéma a dû être planifié depuis très longtemps en vue de la guerre contre la Syrie. La guerre de Libye nous a été présentée comme une guerre de pillage des ressources du pays. On constate simplement que ce sont toujours les mêmes compagnies pétrolières qui sont sur place, qui continuent à faire exactement ce qu’elles faisaient avant la guerre. S’il y a eu quelques remaniements contractuels, l’essentiel n’a pas bougé. Avaient-ils besoin de piller ce qui leur était offert par négociations ? Tout le monde a constaté que Kadhafi était prêt à négocier sur tout avec l’occident et était prêt à tous les compromis, ce qui fit qu’il ne vit rien venir de la part de ceux qui, eux, suivaient un agenda très précis.

D’après ce que nous constatons aujourd’hui, dans une sorte de timing parfait, tous les évènements qui se sont déroulés dans le monde arabe ressemblent fort à une préparation de ce que va faire Obama, c’est-à-dire attaquer la Syrie. Ce que nous voyons dans la carte ci-dessus ne pouvait être possible que sans Kadhafi sur les flancs.

Avec cette hypothèse, on comprend aussi pourquoi la Libye était si importante pour Bernard Henri Lévy et Israël. Tripoli n’aurait été qu’une étape sur le chemin de Damas.

Avic

Reprise de la guerre médiatique contre le Zimbabwe et Mugabe


mugabeNon le Zimbabwe ne s’apprête pas « à livrer de l’uranium à l’Iran » !
Et non le Mossad n’a pas « truqué les dernières élections au Zimbabwe pour faire gagner Mugabe » …

Je traitais précisément hier dans un éditorial de la valeur des infos diffusées par les médias de l’OTAN (1) à propos de la Syrie.
L’actualité me donne à nouveau, cette fois à propos du Zimbabwe, l’occasion de disséquer les mediamensonges des presstitutes au service de Washington.

Zimbabwe_ahmadinejad_MugabeLe président Mugabe vient de gagner les élections générales et présidentielles au Zimbawe par un K.O. technique (2) sans appel. Les observateurs de l’Union Africaine et de la SADC témoignent qu’il a gagné sans fraude dans des élections libres et ouvertes. Malgré les cris d’orfraie des ONG pro-occidentales et de leurs maîtres de Washington et Bruxelles.

L’Occident doit donc reprendre à toute vitesse la sale guerre contre le régime du président Mugabe. Il s’agit de reprendre la déstabilisation du pays, de délégitimer ses institutions et surtout de relancer la guerre économique via la reprise des sanctions contre Harare.

Moins de huit jours après la victoire de Mugabe, voilà donc la guerre médiatique contre lui qui reprend. En catastrophe par une salve de médiamensonges.

PREMIER MEDIAMENSONGE :
« HARARE S’APPRETE A LIVRER DE L’URANIUM A L’IRAN »

Le Zimbabwe n’a signé aucun contrat de vente d’uranium à l’Iran, a affirmé ce dimanche le ministre zimbabwéen des Mines, démentant une information du quotidien britannique The Times. « C’est de la fiction, le gouvernement iranien ou personne en Iran ne m’a jamais demandé de concession minière », a déclaré à l’AFP le ministre des Mines Obert Mpofu. « Ils n’ont jamais demandé de concession pour extraire de l’uranium ou d’autres minerais », a-t-il insisté.
Ajoutant sans discussion : « Le pays n’extrait pas d’uranium » !
Chimanikire-_Gift« Si Chimanikire a parlé au reporter du Times d’un accord pour exporter de l’uranium en Iran, c’était peut-être un rêve », a-t-il ironisé.

Le Times citait en effet hier samedi le vice-ministre zimbabwéen des Mines sortant, Gift Chimanikire, selon lequel « le pays aurait signé un protocole d’accord avec l’Iran prévoyant la livraison de l’uranium nécessaire pour se doter d’un armement nucléaire ». Et l’AFP ajoutait : « L’accord aurait été signé l’an dernier, alors que les Etats-Unis et l’Union européenne ont imposé des sanctions à l’Iran, soupçonnant Téhéran de vouloir mettre au point une bombe atomique sous couvert d’un programme nucléaire civil ».

On voit ici précisément ça que valent les infos des médias de l’OTAN : infos bidonnées, témoignage inventés de toutes pièces, médiamensonges assénés avec culot.

mugabe_brthdayLa motivation du faux : fournir prétexte à la reprise des sanctions contre Harare. Le Zimbabwe est en effet toujours sous le coup de sanctions internationales visant une dizaine de personnalités dont le président Robert Mugabe, qui a été réélu le 31 juillet pour un nouveau mandat de cinq ans. Mugabe a aussi publiquement soutenu le programme nucléaire – civil – iranien.

Gift Chimanikire – qui fait partie de l’opposition avec qui M. Mugabe cohabitait depuis quatre ans, tandis qu’Obert Mpofu appartient au camp présidentiel – a lui-même dû reconnaître que l’article du Times était biaisé, selon l’hebdomadaire gouvernemental Sunday Mail. « Aucune licence (d’exploitation minière) n’a été délivrée. Je n’ai jamais dit une chose aussi stupide. (…) Nous faisons des prospections et nous n’exploitons pas d’uranium au Zimbabwe », a-t-il déclaré, selon l’hebdomadaire dominical.

Le journaliste du Times « pensait vendre son journal en écrivant des mensonges, et c’est une histoire spéculative et dangereuse. Il a juste montré une mentalité typique visant à dire des choses négatives sur le Zimbabwe », a-t-il ajouté.

DEUXIEME MEDIAMENSONGE :
« LE MOSSAD DERRIERE LA REELECTION DE MUGABE »

Zimbabwe_Mugabe_ ChavezUn deuxième médiamensonges court le net depuis 48h, et ce n’est pas un hasard. Une «société israélienne » aurait « organisé en sous-main le scrutin, connue en Afrique subsaharienne pour être proche du Mossad», via une « fraude électorale à grande échelle ».

Témoins de ces accusations … le candidat perdant – qui est celui des USA, de Londres, de l’UE, de l’OTAN … – Tsvangirai. Et une ONG, le Zimbabwe Election Support Network (ZESN), et Projects Nasini, un think tank sud-africain, tous deux proches de l’opposition et pro-occidentale.

Mugabe_KadhafiDeux questions :
– Pourquoi les observateurs de l’UA font-ils des observations inverses ?
« Les élections, compte tenu des circonstances, se sont bien passées et il n’y a pas de raison de les annuler », dit Bernard Membe, chef de la mission d’observation de la SADC (la Communauté de développement d’Afrique australe). « Une élection dans l’ensemble libre, honnête et crédible », ajoute Olusegun Obasanjo (ex-président nigérian), chef de la mission d’observation de l’UA …
– Et pourquoi le Mossad aiderait-il à la victoire de Mugabe, bête noire de l’Occident, soutien de la Cause palestinienne, de Kadhafi (3) ou de Chavez ? Et grand ami de l’Iran précisément …
Car l’Iran, et le médiamensonge frappe Téhéran aussi par la bande, est aussi la victime de cette campagne.

On voit tout de suite le sérieux de ces accusations.

LE ROLE DES OFFICINES ISRAELIENNES ET AMERICAINES

Derrière ces fausses infos on retrouve le plus souvent des officines américaines ou israéliennes – comme DEBKA ou le MEMRI, proches de Tsahal -, machines à désinformer. Et on retrouve aussi, hélas, la légèreté de « journalistes » amateurs et de blogs « non mainstream », mal formés, prêts à tout pour un titre choc ou un éphémère « scoop » bidon. Et qui répercutent de telles insanités.

debkaLe passé aurait pourtant dû les rendre plus prudents. Un exemple, lamentable, vient à l’esprit. En plein assaut de l’OTAN contre la Jamahiriya libyenne, en février-mars 2011, ces désinformateurs pathologiques avaient lancé un «scoop» : « Kadhafi avait engagé des mercenaires israéliens » (sic). Effet démobilisateur au plus grand profit de l’OTAN. C’était le temps où ces analystes foireux saluaient le «printemps arabe» et la «révolution des masses arabes» (resic), avant de retourner leurs vestes sous la pression de leur public. Derrière ce médiamensonge, déjà DEBKA … Et un Mossad qui armait discrètement le CNT à Benghazi et soutenait l’offensive médiatiquo-diplomatique du sioniste BHL.

L’information occidentale c’est l’empire du mensonge. Et pour contrer cette politique systématique du médiamensonge, il n’y a qu’une seule arme : la vérité. Même si elle est brutale, dérangeante ou (momentanément) impopulaire. « Seule la vérité est révolutionnaire » disait Lénine.

Contre le Système, ses médias aux ordres, ses presstitutes, son mur de l’argent et du silence contre ses ennemis, il faut une véritable information révolutionnaire !

Luc MICHEL

Appel urgent du Mouvement révolutionnaire africain au nom de M. Ahmed Ibrahim


Appel urgent

198906960Il y a deux jours, le régime mis en place par les US-OTAN en Libye a condamné à mort par peloton d’exécution  le philosophe politique et respecté universitaire Dr Ahmed Ibrahim.

Dr Ibrahim était autrefois secrétaire à l’Education, et est un fidèle de Kadhafi. Il a beaucoup écrit sur l’idéologie Jamahiriyenne ou ce qui est connu comme la troisième théorie universelle. Ahmed Ibrahim est un panafricaniste ardent et un combattant de la liberté courageux qui, plutôt que de fuir la Jamahiriya libyenne lors de l’agression brutale et barbare sur son pays, resta à son poste dans la défense héroïque de Syrte aux côtés des forces révolutionnaires et du peuple, et fut plus tard capturé par une milice liée à Al-Qaïda. Les terroristes de cette milice soutenue par l’Occident l’ont torturé et humilié alors qu’il était détenu dans une des prisons qu’ils contrôlaient, et maintenant, après un simulacre de procès, ils l’ont condamné à mort par peloton d’exécution.

Le mouvement révolutionnaire africain (ARM), une organisation afrocentriste, Pan-Africaine appelle toutes les organisations et partis de panafricanistes véritables, ainsi que les militants des droits de l’homme, à condamner ouvertement et à haute voix cette violation flagrante de la justice et de la dignité humaine et à exiger la libération immédiate de M. Ahmed Ibrahim. Aussi, nous devons exiger que l’Union africaine prenne les initiatives et les mesures nécessaires pour assurer sa libération. ARM fera ce qu’il faudra pour exposer le caractère réactionnaire et raciste de ceux qui sont liés à Al-Qaïda et à la cabale des suprématistes arabes en Libye, appuyés par les voyous Etats-Unis / OTAN.

arm-logoDans l’unité et la lutte,

Yahaya Ezemoo Ndu

yn

Traduction : Avic

source : http://libya360.wordpress.com/2013/08/02/urgent-appeal-from-the-african-revolutionary-movement-on-behalf-of-dr-ahmed-ibrahim/

Suite en Anglais et arabe

Chairman,
African Revolutionary Movement (ARM)

Gerald A. Perreira

gp
International Secretary,
African Revolutionary Movement (ARM)

ARM is an international, Pan-African revolutionary organization committed to the unification and total liberation of Africa and the scattered African nation. Our members are active throughout the African motherland and the African Diaspora. We come in the tradition of all those Africans, known and unknown, who dedicated their lives to the struggle for the redemption, upliftment and liberation of all Africans.

Our objectives are:

    • To demolish all political, legal and economic structures/systems promoting and maintaining the exploitation of Africans, including capitalism, colonialism, neo-colonialism, imperialism, neo-liberalism and Zionism.
    • To work toward ending white supremacy in all areas of human activity.
    • To promote ideologies/philosophies indigenous to Africa, emerging out of our own African historical experience and cultures.
    • To promote an Afrocentric worldview, with the implicit understanding that in order to bring about an African renaissance we must return to our source.
    • To promote Black/African Liberation Theologies, recognizing that all monotheistic religions have their origin in Africa, and to finally wipe out the reactionary theologies thrust upon our people as part of the colonial agenda in Africa and throughout the Diaspora.
    • To realize the call for reparations as a vital component of the necessary redress for centuries of genocide and exploitation of African people and the shameless plunder of African resources.
    • To build revolutionary political and economic relationships between Africans in the Diaspora and the Motherland in order to improve the material conditions of Africans everywhere.
    • To promote Black Power Economics, enhancing African people’s potential to create wealth for the advancement and dignity of our people, and in order to achieve true independence.

Related:
Dr. Ahmed Ibrahim Sentenced to Death by Misrata Court
Urgent Appeal For The Life Of Ahmed Ibrahim
Dr. Ahmed Ibrahim Confined in an Animal Pen
Urgent ! Mock Trials Have Begun In Misrata For Sheik Khalid Tantoush, Dr. Ahmed Ibrahim, General Mansour Dowe
Dr. Ahmed Ibrahim is Arrested

محكمة مليشيات مصراتة تصدر اليوم حكما بالإعدام رميا بالرصاص على المناضل أحمد إبراهيم.

احمد ابراهيم ووسام الاعدام

الحكم بالإعدام على المفكر أحمد إبراهيم ،جريمة في حق الثقافة والكلمة

اسعد محسن زهيو – المتحدث بإسم الحركة الوطنية الشعبية الليبية

المتحدث بإسم الحركة الوطنية الشعبية الليبية: “احمد ابرهيم منصور

الحركة الوطنية الشعبية الليبية: احمد ابراهيم ووسام الاعدام

تحية للمناضل الكاتب والمثقف د. أحمد إبراهيم منصور

غضب واستهجان داخل وخارج ليبيا بعد الحكم بالإعدام على المفكر أحمد ابراهيم رميا بالرصاص

Les blogs alternatifs au secours de la désinformation !


Al-JazeeraCe que l’on pourrait appeler le ‘’syndrome d’Al-Jazeera’’ est en train d’envahir le monde de l’internet. A moins que ce ne soit juste qu’une réactualisation de quelque chose qui existait depuis toujours ?

Tout le monde se rappelle qu’Al-Jazeera fut, pendant très longtemps, LA source d’informations alternative permettant de contrebalancer les différentes propagandes guerrières conduites par les grandes chaînes américaines. Son apparition fut une sorte de bénédiction pour le monde arabo-musulman, premier concerné par la désinformation. Sa notoriété ne tarda pas à monter en flèche et il devint très vite LA référence alternative, donc synonyme de LA vérité. Jusqu’au … ‘’printemps arabe’’.

Au début des évènements de Tunisie, la chaîne Qatari était au top dans l’opinion arabo-musulmane. Même s’il y a eu quelques couacs, la façon dont elle a couvert les évènements ne laissait rien entrevoir de suspect. Elle nous présenta une belle révolution populaire qui finira par balayer un dictateur dans une sorte de lutte du bien contre le mal avec le triomphe du bien. C’était beau, et tout le monde a applaudi les héros. Al-Jazeera renforça un peu plus sa côte grâce à son ‘’excellent’’ travail d’information qui, pour une fois, bizarrement, ne différait en rien de celui de ses autres concurrents qui ont la réputation de ne diffuser que des mensonges.

Dans la foulée de la Tunisie, l’Egypte. Là, même ‘’bon boulot’’ en plus grandiose, mêmes héros (la rue) renversant un dictateur (hâtivement désigné comme tel). C’est l’apothéose pour Al-Jazeera. Sans prendre de pause, on sort des cartons le projet libyen. Mais quelques détails bizarres commencent déjà à faire poser quelques questions. Le Yémen, par exemple. Le ‘’printemps arabe’’ semble aussi avoir touché ce pays. Pourquoi la chaîne de la ‘’vérité’’ ne s’y intéresse-t-elle pas ? Il est vrai que la conjoncture politique y est un peu plus complexe, mais quand même. Il y a aussi le Bahreïn, avec tous les ingrédients du bon ‘’printemps’’ et sa Place de la Perle qui n’avait rien à envier à la place Tahrir.

Ces détails ne prendront leur importance que plus tard. Pour le moment, il faut s’occuper de la Libye. La Libye, ah la Libye. Il est vrai que Kadhafi n’est ni Ben Ali, ni Moubarak. Ce n’est pas un ancien pote à qui l’on peut demander gentiment de partir sans faire de vagues. Ca fait belle lurette que l’affaire est en réalité engagée, à coup de menaces, de menées psychologiques, financières, économiques. Ni le chantage, ni la séduction ne semblait avoir prise sur la dynamique du bonhomme. Il fallait en finir, et vite, en profitant de ces fameux ‘’printemps’’ et de la présence d’un écervelé tel que Sarkozy prêt à foncer dans n’importe quoi au nom d’une témérité et une Histoire françaises auxquelles il est parfaitement étranger. Et toutes les failles apparaissent. Al-Jazeera apparait pour ce qu’il est et a toujours été : un outil de propagande. La Syrie ne fera que le confirmer. Du coup on revient aux anomalies yéménite, bahreïnie, saoudienne. Tout prend son sens. On finit même par se demander si cette chaîne, tout au long de son histoire, n’a pas toujours avancé masquée, pour un objectif final qui est le chaos que nous observons aujourd’hui. C’est ça le syndrome d’Al- Jazeera.

Aujourd’hui, Al-Jazeera n’est presque plus rien. On est passé à autre chose. L’outil internet prend de plus en plus d’importance. Pour faire passer les messages, il y a, bien sûr, les médias de masse, mais qui sont de plus en plus délaissés au profit du support internet où l’on trouve de tout. On y peut brouiller les cartes comme on peut orienter les esprits en fonction du slogan communautariste du jour.

Il est troublant de constater à quel point, depuis la ‘’deuxième révolution égyptienne’’, deux mondes que l’on croyait inconciliables, incompatibles et que l’on croyait ne jamais pouvoir se rencontrer, ont adopté le même langage et ont les mêmes références. Ce sont, d’un côté, le monde de Mme Caroline Fourest et de l’autre, le monde de tous ceux qui dénonçaient ses visions manichéennes, faussées et sans nuances (en dépit de ses dénégations) du monde arabo-islamique dans une manœuvre programmée de mise à l’index d’une communauté pour un dessein inscrit dans un vaste programme dont elle-même n’en perçoit pas les contours. Quand Fourest et les siens ont mis en place tous ces concepts en ‘’…istes’’ dans lesquels ils pouvaient enfermer tous les musulmans qui refusaient de renoncer à leur islamité ou qui ne voulaient pas gommer leurs cultures d’origine, on avait remarqué que leur référence de refus n’était ni Al-Qaïda, les Wahabites ou les takfiristes, mais les Frères musulmans, dont pratiquement personne n’avait entendu parler en France. Tous leurs discours finissaient par se résumer ainsi : Le fléau des fléaux, étape ultime avant Al-Qaïda et le 11 septembre, c’est la case ‘’Frères musulmans’’. Al-Qaïda lui-même n’est à craindre que parce qu’il est le résultat de l’obscurantisme, du fanatisme des Frères Musulmans. Ainsi, pour tous ces salonards de Paris , Londres ou New-York, les talibans, les iraniens, les wahabites, les fondamentalistes de tous les pays, d’une façon ou d’une autre sont liés aux frères musulmans.Otez leur leur verre de champagne ou de whisky, et vous constaterez qu’ils savent que tout cela est faux. Mais le discours reste.

Curieusement, il y a une sorte d’offensive dans les blogs avec ce même langage. Il apparait même que tous les malheurs de la Syrie ne sont dus qu’aux manigances des Frères musulmans. Les Al-Nusra, Al-Qaïda, wahabites, salafistes takfiristes dont on parle depuis deux ans en Syrie ? Des Frères musulmans tout ça. Alors, pourquoi l’Arabie Saoudite les arme et les soutient pendant qu’elle les écrase en Egypte ? Histoire entre frères sûrement… On pourra se poser toutes les questions que l’on voudra, mais tous les maux de l’Islam, du Moyen Orient et du monde arabo-musulman en général trouvent leurs sources chez les frères musulmans.

Volontaire ou non, cette attitude fausse délibérément la réalité. De la part d’une Caroline Fourest, cela n’a rien d’étonnant ; elle fait son job. Mais quand on voit plein de textes envoyés dans toute la blogosphère, tous avec le même objectif, celui de concentrer l’attention sur les frères musulmans, on peut se poser des questions. Surtout quand on sait que la situation en Egypte, berceau de cette confrérie, est tout sauf claire. L’utilisation des blogs alternatifs pour diffuser certaines informations est d’autant plus intéressante que ces blogs se targuent d’être  vigilants et indépendants, basés sur des principes de refus des mensonges et de la manipulation. On joue ici sur la confiance des lecteurs, comme on a joué sur la confiance des téléspectateurs d’Al-Jazeera.

Avic

Enfin, la vérité sur le printemps arabe (Vidéo)


hamad-ibn-khalifa-al-thani-et-sarkozy-qatar_194Et si la chute de la Tunisie était un objectif pour détruire la Libye ?
Ce document vidéo de est d’une importance capitale pour ceux qui n’ont pas encore compris les « révolutions » arabes. On se demande alors si la Tunisie n’était pas la victime collatérale d’un plan néocolonialiste beaucoup plus large.

Fin 2008, un accord entre la North Global Oil And Gas Compagny – dont le patron est Ziad Takieddine , agissant au nom de la Libye- et le géant Total, portant sur l’exploitation du gisement pétrolier libyen NC7. Ce devait être sans doute l’une des promesses de Kadhafi à Sarkozy, à la suite de la visite du guide libyen en France en décembre 2007. Le contrat a été signé entre Total et la North Global Oil And Gas Compagny, qui cède au groupe français 100% de ses droits d’exploitation pour un montant de 140 millions de dollars.

Cheikh Hamad a convaincu Sarkozy de faire la guerre contre la Libye

Mais dès 2009, le Qatar s’ingère dans cet accord bilatéral entre la France et la Libye. Autrement dit, ce que cet émirat s’est vu refuser par Kadhafi, il va essayer de l’obtenir par « l’ami » Sarkozy, via le groupe Total. Avec ses pratiques mafieuses et faisant intervenir ses réseaux d’influence et de corruption, le Qatar va réussir à racheter à Total une partie des droits d’exploitation du gisement libyen NC7. Furieux en l’apprenant, Kadhafi menace de rompre tout accord avec Total. C’est à partir de ce moment-là que Sarkozy, sous l’influence pernicieuse de son bien généreux ami cheikh Hamad, va penser à la déstabilisation du colonel Kadhafi, comme au bon vieux temps des « révolutions » et des coups d’Etat en Afrique. La France sarkozienne venait justement de réussir son intervention « humanitaire » en Côte d’Ivoire, pour déloger Laurent Gbagbo et imposer Ouattara. Selon Ziad Takieddine, « C’est l’émir du Qatar qui a poussé Sarkozy à faire la guerre contre la Libye » Tunisie-Secret

http://www.tunisie-secret.com/Enfin-la-verite-sur-le-printemps-arabe-Video_a326.html

L’affaire Aminata Traoré : une honte pour la France !


aminata_traoreLa France aurait interdit l’entrée sur son territoire à Madame Aminata Dramane Traoré du Mali ! Le prétexte en serait sa critique de l’intervention française dans la crise que vit son pays depuis plus d’un an. Mais une analyse des causes profondes de cette crise permettra de comprendre le bien-fondé des positions de Madame Aminata Traoré.

Les origines de la crise malienne

En effet, la France et les pays occidentaux portent une lourde part de responsabilité dans la crise que vit le Mali. Ses causes immédiates sont l’agression impérialiste de l’OTAN, sous la houlette de la France, des Etats-Unis et de la Grande Bretagne, contre la Libye qui a abouti à l’assassinat du Président Kadhafi. Car les hordes du Mouvement de « Libération de l’Azawad » (MNLA) sont venues de Libye avec leurs armes lourdes et des équipements sophistiqués, avec la complicité et l’appui des puissances occidentales. Et ce sont ces forces qui ont déclenché les hostilités contre l’Armée malienne pour assurer « l’indépendance » d’une partie du Nord du Mali. Le MNLA, qui avait le plein soutien de la France de Sarkozy, continue d’en bénéficier sous Hollande, comme le montre la collaboration entre les éléments de ce mouvement avec les militaires français sur le terrain. En effet, le MNLA interdit l’entrée de Kidal à l’Armée malienne et refuse de désarmer. Les déclarations très vagues des ministres français des Affaires étrangères et de la Défense visent à conforter le MNLA dans son attitude de refus. Et certains de ses dirigeants étaient logés –peut-être le sont-ils encore ?- à Ouagadougou sous la protection de Blaise Compaoré, devenu une des pièces maîtresses des basses œuvres de la France en Afrique de l’Ouest, comme on l’a vu dans les crises ivoirienne et guinéenne.

C’est le MNLA qui a ouvert la voie aux autres groupes, comme Ansar Dine et le MUJAO. La facilité avec laquelle les hordes du MNLA et ces groupes ont pu venir à bout de l’Armée malienne s’explique par la déliquescence de l’Etat malien, malmené et détruit comme la plupart des Etats de la sous-région par les cures d’austérité imposées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre des plans d’ajustement structurel de triste mémoire. Soumaïla Cissé, ancien ministre des Finances du Mali sous la présidence de Alpha Oumar Konaré, disait dans une interview à un quotidien sénégalais que pendant des années le budget consacré aux domaines de souveraineté – Forces Armées, Affaires étrangères et Justice- ne dépassait guère 3% du budget national ! Dans ces conditions, on comprend pourquoi l’Armée malienne –tout comme celles des autres pays de la sous-région – est dans un état de dénuement, voire de délabrement, total.

Cet état de délabrement de l’Armée malienne est le reflet de l’état de décomposition avancée de l’Etat malien lui-même quand on sait que l’Armée est une des composantes essentielles de l’Etat. Et cette déliquescence de l’Etat malien est l’une des illustrations éclatantes de la faillite du modèle néocolonial et du paradigme néolibéral inauguré par les politiques désastreuses imposées par la Banque mondiale et le FMI il y a de cela plus de trois décennies.

Intervention contre le « terrorisme » ou la tentation de la recolonisation ?

Comme on le voit donc, la responsabilité de la France et des pays occidentaux est entière dans ce qui arrive au Mali. Tout comme celle de qu’on appelle « la classe politique » malienne dont la plupart ont épousé les thèses néolibérales et se sont interdit de réfléchir par eux-mêmes sur le devenir de leur pays. Par ailleurs, la complicité de la France avec le MNLA ne peut que conforter les soupçons les critiques de celles et de ceux qui pensent que les vraies raisons de son intervention n’ont rien à voir avec la présentation qu’en fait la propagande officielle, à savoir une action visant à « sauver le Mali » des groupes « terroristes » M. Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, aurait même dit que « sans l’intervention de la France, il n’y aurait plus de Mali ». Une affirmation grotesque et mensongère qui en dit long sur l’attitude de la France à l’égard de ses anciennes « colonies ». En réalité, la propagande officielle sur cette intervention, qui aurait été faite à la « demande des autorités maliennes », a été mise à mal par l’hebdomadaire français, « Le Nouvel Observateur  » en date du 7 février 2013. Selon cet hebdomadaire, cette intervention était programmée pratiquement dès l’installation de François Hollande à l’Elysée en mai 2012. L’avenir des intérêts français au Mali et dans la sous-région, avec notamment l’uranium du Niger exploité par AREVA, est l‘aiguillon principal de cette intervention. Donc, celle-ci est essentiellement motivée par la nécessité de protéger les intérêts stratégiques et économiques de la France !

D’ailleurs, l’intervention est en train de prendre l’allure d’une véritable entreprise de recolonisation du Mali. En effet, François Hollande a dit qu’il serait « intraitable » avec les « autorités » maliennes pour l’organisation d’élections –une farce grotesque dans les conditions actuelles- début juillet pour doter le Mali d’institutions « légitimes » ! Mais « légitimes » aux yeux de qui : de la France ou du peuple malien ? Ce risque de recolonisation est renforcé par l’annonce de l’ouverture d’une « base militaire permanente » au Mali au nom de la « lutte contre le terrorisme » ! Ce que le Président Modibo Keïta avait refusé à de Gaulle Hollande va l’obtenir les « autorités » maliennes !

La France s’est déshonorée

Les révélations du « Nouvel Observateur », la complicité des militaires français avec le MNLA et les déclarations de François Hollande et de ses principaux ministres ne font que confirmer les analyses de Madame Aminata Traoré et des autres patriotes maliens qui n’ont pas succombé à la propagande officielle française relayée par certains médias africains et les « dirigeants » de la CEDEAO. La « faute » de Madame Aminata Traoré est d’avoir exposé les véritables raisons de l’intervention française et les risques de recolonisation de son pays. Sans doute, beaucoup de gens ne manqueront pas de se demander ce que la France espère gagner en prenant une décision aussi stupide contre Madame Aminata Traoré. La France ne peut que ternir davantage son image auprès des intellectuels et citoyens africains. N’est-ce pas François Hollande qui voulait « corriger » le désastreux « discours de Dakar » de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, qui avait soulevé l’indignation générale en Afrique ? Avec cette décision honteuse et insensée de barrer l’entrée sur son territoire à Madame Aminata Traoré c’est raté. Car Aminata Traoré est une des figures de proue de l’intelligentsia africaine engagée et un des symboles puissants d’une Afrique debout, fière et digne.

Avec cette décision, la France s’est déshonorée, en interdisant son territoire à une intellectuelle de cette envergure. La patrie de Jean-Paul Sartre, le philosophe qui a dominé son siècle et a été de tous les combats pour l’émancipation des peuples opprimés, a définitivement perdu son lustre et son rayonnement intellectuel. Oui, la France est vraiment tombée très bas, avec la montée inexorable de la xénophobie et du racisme. Une France où l’on ose célébrer « les bienfaits de la colonisation » ! Aimé Césaire, ils n’ont manifestement pas lu ton magistral et mémorable « Discours sur le Colonialisme  » !

La réalité est que la France, empêtrée dans des problèmes économiques et sociaux insolubles, est tentée par le démon de la recolonisation. C’est pourquoi elle redoute la critique, l’opposition, en particulier de la part d’intellectuels africains, surtout quand son entreprise de recolonisation se présente sous le manteau de la « lutte contre le terrorisme » ! Le « tort » d’Aminata Traoré et de ceux qui partagent ses analyses, c’est d’avoir déconstruit ce discours « anti-terroriste » en dénonçant l’intervention française – et celles des autres pays occidentaux- au Mali et ailleurs en Afrique, comme faisant partie d’une stratégie globale visant à contrôler les ressources des pays africains pour tenter de sortir de la crise du capitalisme que d’aucuns assimilent à une « crise de civilisation ».

Mais Hollande, Fabius, Valls et les autres doivent savoir qu’il y a des milliers d’Aminata Traoré en Afrique et dans la Diaspora. Des Africaines et Africains qui ont pu s’arracher à l’idéologie néocoloniale et qui se battent pour construire une « Afrique libre et digne », comme l’appelait de ses vœux Thomas Sankara !

Demba Moussa Dembélé

Vice-président du Réseau international Frantz Fanon

Ligue internationale de la lutte des peuples

Dakar, Sénégal

Alerte ! La menace contre l’Algérie se précise


US Air Force Espagne

L’Algérie se savait menacée, convoitée. Elle a suivi de près, sans broncher (sauf quand il l’a fallu) toutes les manigances de l’adversaire. Elle a même plié et accompagné certains des plans de l’ennemi pour temporiser et se mettre en position de les déjouer. Elle a vu des bases hostiles s’installer à l’est, au sud, et à l’ouest de ses frontières, sans compter les bases diffuses à l’intérieur. Lire la suite Alerte ! La menace contre l’Algérie se précise

Guerres et paix


can-stock-photo_csp3241618Il y a eu la guerre d’Afghanistan, suivie peu après par la guerre d’Irak. Il y a eu ensuite la guerre de côte d’Ivoire, puis celle de Libye. Aujourd’hui on a la guerre en Syrie et au Mali. Nous n’en sommes qu’au début du siècle, et pourtant, nous avons démoli et massacré autant, sinon plus, que pendant les 50 dernières années du siècle dernier. Et on nous dit que nous vivons dans une période de paix. Nous avons fini par nous persuader que nous sommes en paix depuis bientôt 70 ans. Je n’ose imaginer ce que ce sera le jour où nous ne serons plus en paix.

Lire la suite Guerres et paix

Les tensions montent entre la France et le Qatar au sujet de la guerre au Mali et de la Tunisie


Al ThaniLes tensions s’aggravent entre la France et le Qatar avec des accusations que la pétro monarchie est en train de financer et d’armer des séparatistes et des militants islamistes liés à al-Qaïda au Mali et, plus généralement, de propager l’intégrisme islamique en Afrique.

Lire la suite Les tensions montent entre la France et le Qatar au sujet de la guerre au Mali et de la Tunisie

Les retombées de l’offensive occidentale au Mali


Déstabilisation de l’Algérie

par DAVID URRA

algeriausa_flagsBeaucoup de choses ont été écrites et réécrites sur les événements qui se déroulent au Moyen-Orient, mais il n’a pas toujours été facile de comprendre que ces événements sont le résultat d’un plan unique qui s’est développé dans l’ombre et n’est devenu visible que dans ses phases finales. Alors que les  «analystes» se limitent presque toujours à l’observation des événements tels qu’ils sont rapportés, les actions non déclarées sont plus difficiles à percevoir. La guerre psychologique/médiatique (Psy/Media Ops) se déroule dans l’ombre et ce n’est que par la compréhension de ses caractéristiques qu’il est possible de comprendre ce qui se passe réellement. Dans l’opération militaire en cours au Mali, tout indique que l’objectif réel est l’Algérie, qu’elle fait partie des priorités de l ‘«Axe de la guerre. »

Lire la suite Les retombées de l’offensive occidentale au Mali

L’Algérie entre la convoitise des uns, les visées et la revanche des autres : à l’ombre des « Printemps arabes »


Tribune libre de Amar Djerrad

algerie

Que de la propagande, subversion et mensonges contre cette Algérie qui devrait rester sous tutelle de prédateurs ou, au mieux, dirigée par des pantins. Qui peut mieux servir qu’un des siens félon ? Combien d’entre eux, par frustration ou revanche, ont choisi l’exil pour fustiger leur pays ou se mettre au service de forces hostiles ; sous l’étiquette d’« opposant ». L’un d’eux, à l’étranger, a poussé la débilité jusqu’à dire « …heureusement, que le peuple algérien, grâce aux opposants, sait pertinemment, que les dirigeants actuels de ce régime dictatorial ne sont pas algériens ! » Rien que ça !

Lire la suite L’Algérie entre la convoitise des uns, les visées et la revanche des autres : à l’ombre des « Printemps arabes »

BHL. La philosophie de l’imposture


Bhl2C’est avec une virulence inégalable que Socrate combattait les sophistes. Et il le paya très cher, car, tout compte fait, ce n’est pas Protagoras qui dut boire de la cigüe, mais bien Socrate dont les idées furent subtilement falsifiées. Certaines tendances exégétiques ont tendance à voir en Socrate une préfiguration christique dans la mesure où, certes, il s’agissait d’un martyr de la vérité prêt à périr au nom de ses convictions.


Lire la suite BHL. La philosophie de l’imposture

Même mort, Kadhafi reste une cible.


rafale_gbu12

Tout ce qui touche Kadhafi de près ou de loin reste dangereux. N’allez pas dans un restaurant qui a été fréquenté par le Guide libyen, vous prendriez de gros risques. Si vous allez au cinéma, assurez-vous qu’il n’y a jamais mis les pieds. Vous vous garantissez une meilleure longévité. Kadhafi fait encore peur. La démolition de la Libye n’a pas suffi. Son assassinat n’a pas calmé les esprits. La haine est toujours là, tenace. Comment expliquer, sinon, cet acharnement à démolir tout ce qu’il a touché, à détruire tout ce qui lui a appartenu, comme si on voulait éradiquer la moindre trace de son passage sur cette terre ?

Lire la suite Même mort, Kadhafi reste une cible.

Principes élémentaires de propagande de guerre ou Les dix commandements sans lesquels nos guerres sembleraient injustes


morelli-propaganda

 

Les dix « commandements » sont avant tout une grille d’analyse qui se veut pédagogique et critique. Elle n’a pas pour but de prendre parti, ou de prendre la défense des « dictateurs », mais de constater la régularité de ces principes dans le champ médiatique et social. Au ban des accusés, on retrouve tant les vaincus que les vainqueurs.

Principes élémentaires de propagande de guerre, (utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède…) est un livre de Anne Morelli paru en 2001, réédité en 2010 pour compléter la première édition avec les guerres d’Irak et d’Afghanistan, ainsi qu’une analyse du discours d’Obama « Prix Nobel de la paix ».

« Je ne tenterais pas de sonder la pureté des intentions des uns ou des autres. Je ne cherche pas ici à savoir qui ment et qui dit la vérité, qui est de bonne foi et qui ne l’est pas. Mon seul propos est d’illustrer les principes de propagande, unanimement utilisés, et d’en décrire les mécanismes. » [1] Il est néanmoins indéniable que depuis les dernières guerres qui ont marqué notre époque (Kosovo, guerre du Golfe, Afghanistan, Irak) ce sont nos démocraties occidentales et le champ médiatique qui leur correspond qui sont mis en question.

Lire la suite Principes élémentaires de propagande de guerre ou Les dix commandements sans lesquels nos guerres sembleraient injustes