Archives du mot-clé La Haye

La Syrie portera plainte contre la Tunisie devant le Tribunal de la Haye


syrie-tunisieC’est le journal syrien « Al-Watan » qui l’a annoncé hier 17 juin : la Syrie a constitué des dossiers à charge contre le gouvernement tunisien qu’elle va porter devant le Conseil de Sécurité de l’ONU et devant la Cour Internationale de Justice (CIJ). Principaux accusés, Rached Ghannouchi et Moncef Marzouki. Le premier pour avoir organisé l’expédition de jeunes Tunisiens en Syrie, le second pour avoir laissé faire cette opération criminelle pour plaire aux Qataris.

Soutenu par des juristes et des enquêteurs occidentaux indépendants, le gouvernement syrien a pu constituer un dossier accablant contre la Troïka au pouvoir et plus particulièrement contre la section des Frères musulmans en Tunisie, le mouvement Ennahda.

Ce dossier est principalement constitué par les témoignages des dizaines de terroristes tunisiens arrêtés en Syrie, par les plaintes des familles syriennes dont ces terroristes ont massacré leurs proches et pillé leurs maisons, par des documents ultra-secrets qui prouvent l’implication directe des autorités tunisiennes, politiques, policières et douanières, et même par les plaintes de deux familles tunisiennes dont les enfants ont été tués par l’armée arabe syrienne et dont nous ne révèlerons pas les noms pour des raisons faciles à deviner.

Deux experts Allemands qui ont contribué à la constitution de ce dossier ont déclarés qu’au-delà des meurtres et des pillages, qui relèvent du simple droit pénal, la somme des affaires collectées pourrait en revanche relever du crime contre l’Humanité. C’est la raison pour laquelle le gouvernement syrien s’adressera d’abord à la Cour Internationale de Justice (CIJ), dont le siège est à la Haye et qui constitue le principal organe judiciaire des Nations Unies.

C’est plus exactement par le biais de la Russie, qui est membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, que les Syriens comptent présenter à cette instance le dossier, qui sera aussi appuyé par la Chine, autre membre du Conseil de Sécurité. Avec ces deux alliés de taille, l’instauration d’un Tribunal Pénal International, à l’instar de l’ex-Yougoslavie ou du Liban, pourrait voir le jour pour juger certaines personnalités politiques tunisiennes, dont Rached Ghannouchi et Moncef Marzouki.

Toujours selon « Al-Watan », le même dossier a été constitué contre le gouvernement turc, qui n’est par contre pas concerné par les crimes contre l’humanité, puisque les Syriens n’ont pas arrêtés des terroristes de nationalité turque. L’implication du gouvernement turc se limiterai au soutien logistique aux terroristes en assurant leur transfert jusqu’aux frontières turco-syriennes.

Tunisie-Secret a déjà révélé plusieurs fois le degré d’implication de la Tunisie dans l’exportation des terroristes tunisiens vers la Syrie. Preuves à l’appui, nous avons démontré l’implication de Rached Ghannouchi en personne, qui a confié cette mission criminelle à Saïd Ferjani, l’homme de l’ombre. C’est ce dernier qui a coordonné toute l’opération avec l’un des anciens proches collaborateurs de Ben Laden, le terroriste libyen Abdelhakim Belhadj.

L’ancien terroriste Habib Ellouze, qui est aujourd’hui membre de l’Assemblée constituante, et l’obscurantiste Adel Almi, ont donné des consignes pour que leurs imams dans les différentes mosquées du territoire tunisien se chargent de l’endoctrinement et du recrutement des futures djihadistes. Les jeunes Tunisiens qui ont été envoyé au Djihad ont été tous entrainés en Libye, soi-disant pour un stage d’étude coranique, avant de prendre l’avion vers la Turquie. Toute cette opération qui s’est étalée sur plus d’une année a été financée par des fonds saoudiens et qataris.

Degré supérieur de l’abjection, parmi ces centaines de jeunes envoyés en Syrie avec leur consentement ou par ruse, il y avait un jeune handicapé qui s’appelle Hamza Iqbal. Selon son frère Mohamed, il ne pouvait pas porter une arme mais servir lui-même de chaire à canon pour un attentat suicide.Tunisie-Secret.com

Karim Zmerli

Témoignage des parents des terroristes Tunisiens emprisonnés en Syrie.

 

http://www.tunisie-secret.com/

La CPI se révèle n’être qu’un autre Guantanamo


CPI la HayeIls s’étaient pourtant donné beaucoup de mal pour lui donner un aspect respectable, lui peaufiner un caractère universel. Ils lui ont affecté de grands juristes  attifés de leurs grandes robes solennelles censées représenter la sérénité de la justice. Cette belle entité universelle, c’est la Cour Pénale Internationale, la CPI, sise à La Haye. Cœur sur la main, ils avaient juré, grâce à elle, de lutter contre l’impunité, les injustices et les crimes contre l’humanité partout dans le monde. Aucun dictateur ne devait plus dormir sur ses deux oreilles.

Depuis sa création, il en est passé du monde sur le banc des accusés. La CPI remplit donc pleinement la mission qui lui avait été confiée. C’est nous qui n’avions pas compris. Nous croyions bêtement aux définitions du Larousse des notions telles que ‘’dictateurs’’,  ‘’crimes de guerre’’, ‘’génocide’’ ou ‘’crimes contre l’humanité’’. Nous ne savions pas que toutes ces notions n’existent pas en elles-mêmes, elles se décrètent. Et pas par n’importe qui. Elles ne concernent pas n’importe qui, non plus. Pour être concerné, if faut certaines conditions basées sur le critère géographique, pour ne pas dire racial. Seule l’Afrique est concernée.  Il semble que ce continent grouille de dictateurs avérés ou en devenir, entourés de massacreurs et de génocidaires.

On avait quand même fini par comprendre cette petite vérité. Mais une vérité peut en cacher une autre. Que, de manière évidente, les clients de la CPI soient tous noirs, tout le monde avait commencé  à s’y faire. Facile. Toutes les prisons anglaises, américaines, ou françaises, n’ont-elles pas une surreprésentation de la population bronzée par rapport à leur nombre dans la société ? Mais la révélation, qui vient d’être mise en évidence, dans le cas du Président Laurent Gbagbo, c’est qu’il n’y a besoin, finalement, d’aucun motif pour incarcérer quelqu’un qui a été décrété dictateur, ou auteur de crimes contre l’humanité.

Après plusieurs mois d’incarcération, la CPI annonce n’avoir pas de preuves lui permettant de confirmer les charges contre Laurent Gbagbo. En clair, ils disent : « nous vous accusons sans preuves ». S’ils osaient, avec tous les risques que cela comporte pour leurs carrières, ils auraient même pu rajouter que les preuves dont ils disposent  accusent sans ambiguïté quelqu’un d’autre..

Accusé et maintenu en détention sans preuves. Ça ne vous rappelle rien ? Guantanamo, bien sûr. Nous y voilà. Tous ces grands mots, tous ces maquillages et faux semblants n’avaient d’autres buts que de camoufler une réalité. L’empire doit se doter de camps d’internement pour recevoir tous ses ennemis. Si on peut l’habiller d’oripeaux juridiques, tant mieux, sinon nécessité fait loi. Laurent Gbagbo restera enfermé, jusqu’à ce qu’on en trouve la raison.

Au-delà de l’injustice faite au président Gbagbo, à la côte d’Ivoire et à l’Afrique, une autre vérité saute aux yeux. Cette entité juridique ne devrait pas s’appeler CPI mais CPS, pour Cour Pénale Supranationale. Elle est l’œuvre des pays dits démocratiques, mais échappe complètement aux peuples de ces pays, et ne parlons même pas des peuples africains qui fournissent la matière première pour son fonctionnement. C’est l’illustration même du monde d’aujourd’hui, où différentes structures censées être d’émanation populaire, ne sont en fait que des structures dictatoriales et des machines à broyer. Avec toujours la même excuse qui consiste à dire : « ce n’est pas parfait, mais il vaut mieux ça que rien, en attendant mieux ». Alors, messieurs les africains (ou les cobayes ?), patience …

Avic

L’avocat du président Gbagbo vient-il de pré-annoncer le verdict de l’audience de confirmation des charges?


Laurent GbagboUn tweet du professeur Dov Jacobs avocat du président Gbagbo semble ne laisser aucun  doute quant au verdict de l’audience de confirmation des charges qui eut lieu dans les locaux de la CPI  à la Haye en hollande du mardi 19 au jeudi 28 février 2013 . Le verdict attendu depuis plus de trois jours n’est toujours pas arrivé, ce qui laissait déjà entrevoir la possibilité de tractations dans les coulisses. Ce matin, le professeur Dov Jacobs a publié un tweet dont la traduction en français est:  « On vient juste de me dire que dans des affaires juridiques, il y’ a des dimensions politiques… Mes illusions sont brisées » .

TwitterGbagboIl y’a très peu de chances que ce tweet n’ait pas été inspiré par le procès en cours contre le président Gbagbo. Rappelons en effet que lors de l’audience de confirmation des charges, le bureau du procureur avait basé  ses accusations sur des preuves absolument ridicules. C’est ainsi par exemple qu’une chanson de campagne électorale, interprété par des ressortissants du nord de la Côte d’Ivoire  en faveur du président Gbagbo, avait été brandie comme preuve d’un génocide imaginaire contre les populations du….Nord de la Côte d’Ivoire.

Ce verdict s’il se confirmait, ne ferait qu’envenimer la situation déjà très tendue en Còte d’Ivoire, avec les partisans du président Gbagbo qui s’estiment persécutés par la justice ivoirienne et internationale. La CPI au lieu d’apaiser les tensions viendrait donc jeter de l’huile sur le feu…

http://cotedivoireinfo.wordpress.com/2013/05/31/lavocat-du-president-gbagbo-vient-il-de-pre-annoncer-le-verdict-de-laudience-de-confirmation-des-charges-freegbagbo-cpi-afp/

Source :ACC – Côte d’Ivoire

Affaire Gbagbo: Frédéric Taddeï torpille la CPI


Les juges de la Cour pénale internationale de La Haye examinent en ce moment les preuves rassemblées contre Laurent Gbagbo afin de décider s’il y a lieu de poursuivre l’ancien président ivoirien pour crime contre l’humanité. Ne devrions-nous pas en profiter pour examiner de notre côté les preuves accumulées contre la CPI et juger si cette cour mérite, oui ou non, de poursuivre son travail?
Lire la suite Affaire Gbagbo: Frédéric Taddeï torpille la CPI