Archives du mot-clé Lampedusa

Union Européenne : accueillir les demandeurs d’asile avec des drones !


ob_f43a34_drone-europeen-source-enjeux-infoIl y a cinq ans, j’ai eu l’honneur douteux d’une entrevue avec un représentant du parti flamand d’extrême-droite, Vlaams Belang.

Après avoir écouté cette femme éructer ses bêtises paranoïaques à propos de la police qui aurait « peur » d’entrer dans certains quartiers de Bruxelles, « où commandent les musulmans », j’ai demandé si elle avait quelque chose contre moi. Comme ressortissant irlandais, je suis un étranger en Belgique, expliquai-je. Ce n’était pas un problème, répondit-elle, parce que « vous êtes probablement de la même religion que nous ».

La catastrophe au large de Lampedusa me rappelait cette conversation bizarre et inquiétante.

Au milieu du XIXe siècle, mes ancêtres ont fui la faim et la misère dans des « bateaux cercueils », mourant souvent à bord. L’émigration massive hante l’Irlande de nouveau aujourd’hui. Pourtant, contrairement aux Africains qui ont péri avant d’avoir pu atteindre le rivage italien, nous pouvons en général voyager en toute sécurité.

Un groupe de survivants du bateau naufragé près des côtes de Lampedusa, la semaine dernière, où des centaines de passagers sont morts noyés – Photo : EPA/Ettore Ferrari
Un groupe de survivants du bateau naufragé près des côtes de Lampedusa, la semaine dernière, où des centaines de passagers sont morts noyés – Photo : EPA/Ettore Ferrari

L’adaptation à une nouvelle vie à l’étranger n’est jamais facile. Mais, au moins , les démagogues voudront bien de nous parce que nous sommes de la même « race » – ou, comme ils préfèrent dire : de la même religion.

Parfois, cependant, je ne suis pas si sûr que l’écart entre les partis extrémistes comme le Vlaams Belang ou l’Aube dorée et les partis politiques « dominants » soit si éloigné que cela.

Nick Griffin, un truant britannique du Parti national et maintenant installé comme élu au Parlement européen, a une fois provoqué un tollé général en affirmant que les bateaux transportant des migrants devraient être pris pour cibles par l’armée. Si Griffin avait été juste un tant soit peu nuancé dans ses propos, sa proposition aurait été peu différente finalement de la politique officielle de l’UE.

La réponse immédiate de Cecilia Malmström, commissaire aux affaires intérieures de l’UE, à la catastrophe Lampedusa, était pour vanter un nouveau système de surveillance des frontières appelé Eurosur. Selon Malmström , après sa mise en service en décembre, le système aidera les autorités à sauver les bateaux qui rencontrent des difficultés.

Contrairement à ce que Malmström a affirmé, Eurosur n’est pas une initiative humanitaire. Au contraire, son objectif principal concerne ce que la Commission européenne appelle « l’immigration clandestine » – un terme péjoratif alors que de voyager d’un pays à l’autre en quête d’une vie meilleure est tout sauf un crime.

Eurosur est en partie le fruit d’un projet de 15 millions d’Euros investis dans la recherche scientifique et lancé en 2010. Bien que principalement financé par l’UE, le projet voit une importante participation de gros fabricants d’armes comme l’entreprise BAE de Grande-Bretagne BAE , EADS franco-allemande, et Indra en Espagne.

Eurosur s’inscrit donc dans la longue liste des projets financés par l’Union Européenne en matière de sécurité maritime. L’OPARUS est un autre projet qui réunit BAE, EADS et les sociétés françaises Thales et Dassault. Sa mission est d’examiner comment les drones peuvent aider à intercepter les Africains ou les Asiatiques qui tentent d’entrer en Europe. L’Israélien des Industrie Aérospatiales (Israel Aerospace Industries – IAI), fabriquant des drones utilisés dans le bombardement des civils gazaouis, est également dans le coup.

Au cours de ma discussion avec Malmström, je l’ai à deux reprises contestée en cherchant à savoir pourquoi voulait-elle que des avions de guerre prennent pour cible une poignée de personnes appartenant à la catégorie la plus misérable de la planète. Mon interlocutrice a tenté de se débarrasser de moi en prétendant que l’utilisation des drones à des fins de violence n’est que pure coïncidence.

Il ne fait guère de doute que l’Union Européenne est en train d’adopter une approche de plus en plus militarisée envers les questions de l’immigration et des demandes d’asile.

Par ailleurs, l’agence européenne de gestion des frontières, Frontex, jouera un rôle très significatif dans la supervision d’Eurosur. L’agence est dirigée par Ilkka Laitenen, un général de brigade finlandais. Il siège au comité consultatif pour l’Agenda de la Défense et de la Sécurité

Ce dernier est un groupe de réflexion tributaire du financement de l’industrie de l’armement. Laitenen et son staff entretiennent également des contacts réguliers avec l’Agence Européenne de Défense, un organe mis en place afin d’attirer et de développer des affaires pour les fabricants d’armes du continent.

A l’instar d’Eurosur, Frontex s’est mis à chercher à se procurer les drones jugés appropriés pour repérer et poursuivre les immigrés. L’agence est également connue pour avoir invité des fabricants de drones américains et israéliens à faire une présentation de leurs marchandises meurtrières devant son staff. Dans le même contexte, le Ministère Américain du Commerce a recommandé aux producteurs d’armes du pays de garder un œil sur le Frontex, car il pourrait offrir des « opportunités d’exportation » pour les États-Unis.

Par ailleurs, Cecilia Malmström a critiqué à juste titre les autorités Grecques pour avoir approuvé un nombre très réduit de demandes d’asile, tout en refusant systématiquement l’asile aux réfugiés syriens ayant fui la guerre civile dans leur pays.

Il ne faut pas oublier que Malmström supervise le travail de Frontex, la même agence qui n’a pas empêché les abus de la Grèce au sujet du droit d’asile. En janvier 2011, la Cour Européenne des Droit de l’Homme qui siège à Strasbourg, a jugé que les centres de détention des demandeurs d’asile en Grèce étaient dans un tel état de délabrement que le fait d’y placer des gens équivalait à des actes de torture. Frontex a, pour rappel, fourni des bus pour transporter les demandeurs d’asiles vers ces centres.

Par conséquent, il est reproché à l’agence d’être un sous-traitant pour la torture.

Je ne peux cependant pas m’empêcher d’observer que l’une des principales vantardises du Parti Conservateur Britannique lors de sa récente conférence annuelle était le fait d’avoir réduit l’immigration. Cet orgueil et cette fierté doivent être placés dans le contexte d’une guerre idéologique plus vaste menée contre les pauvres d’Europe et de contrées encore plus lointaines. Et comme dans chaque guerre, les principaux bénéficiaires sont ceux qui construisent les instruments qui alimentent ces guerres.

David Cronin

Article original en anglais : The Militarization of Immigration Policy. Greeting Asylum-Seekers With Drones,

Traduction : Info-Palestine.eu

Vous voulez rendre service à l’Afrique ? Foutez-lui la paix !


afriqueÀ Lampedusa, les morts se comptent par dizaines. Une tragédie, évidemment. Dénoncée par le pape François ; mais que dire d’autre à sa place ? Bien commentée par notre consœur Gabrielle Cluzel, laquelle réplique que nous n’y sommes pour rien… Quand on évoque ce fameux « nous », comprendre ces hommes et femmes qui n’ont pas forcément la maîtrise — c’est le moins qu’on puisse prétendre — des leviers de pouvoir.

Puis, Nicolas Dupont-Aignan, pour ne citer que lui, qui pointe du doigt les responsabilités européennes de ce naufrage ; vocable de « naufrage » à prendre ici à tous les sens du terme. Ainsi, « nous » ne sommes pas responsables, mais « ceux » qui nous dirigent, oui, à cause, évidemment de :

• L’abolition de nos frontières, donc perméabilité de ces dernières, au nom d’une Europe ayant, justement, vocation à devenir sans frontières.

• Cette politique étrangère erratique voulant qu’à force de bombarder tous nos voisins, de la Serbie à la Libye, en attendant l’Iran et la Syrie – même si heureusement, tel que prévu sur ce site, la folie belliciste semble se calmer –, on ne fasse que nourrir le troupeau des réfugiés potentiels.

• Pis, une politique de portes et de fenêtres ouvertes à tous vents qui ne remonte pas à hier. Le capitalisme mondialisé a toujours eu besoin de nouveaux gueux, prêts à être payés des queues de cerise, ce qui permet encore et toujours de tirer à la baisse les salaires des Français allogènes. En ce sens, le « sans-papiérisme » de notre extrême gauche française n’est jamais que le cache-sexe ou l’idiot utile d’intérêts économiques les dépassant de loin. De très loin.

Si l’on veut prendre de la hauteur et du recul, il ne serait pas incongru de repenser les rapports entre notre Vieux Monde et ce tiers-monde qui n’en finit plus d’émerger. Entre dingueries républicaines à la Jules Ferry, voulant qu’il soit de l’impérieux « devoir des races supérieures d’apporter l’esprit des Lumières aux races inférieures ». Tout en soldant les comptes de ce complexe de « l’homme blanc », toujours culpabilisé parce qu’éternel colonisateur. Mais tous les peuples « forts » ont un jour colonisé leurs voisins « faibles »… Ce fut vrai pour les Arabes, les Mongols, les Espagnols, les Grecs, les Turkmènes, les Portugais, les Juifs, les Allemands et, souvent, les Anglais. Et même les Français, et encore doit-on en oublier ; mais « nous » pas plus que les autres, qu’on se le dise…

Ce complexe du dominateur vis-à-vis de l’ancien dominé produit également des effets mortifères. Étonnante mixture de complexes d’infériorité et de supériorité. De post-colonialisme humanitaire finalement plus nuisible que le colonialisme à la sauce Tintin au Congo. Comme quoi la dépendance aux Pères blancs et au catéchisme était probablement moins néfaste que celle à la dette du FMI, définie par le président sénégalais Abdoulaye Wade comme étant signée de la « marque du Diable ». La preuve en est que lorsque son homologue algérien a remboursé la sienne par anticipation, les banquiers de la haute ont fait la gueule ; parce que cela n’arrangeait sûrement pas leurs petites affaires.

En effet, on peut aussi voir les choses ainsi : vous voulez rendre service à l’Afrique, qu’elle soit maghrébine ou subsaharienne ? Foutez-lui juste la paix, arrêtez de la maintenir dans la culture de l’assistanat et peut-être nous la foutra-t-elle enfin, cette paix que tous appellent plus ou moins de leurs vœux.

Nicolas Gauthier Journaliste, écrivain.

Source : http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/voulez-rendre-service-lafrique-foutez-paix,37643

Pour compléter le texte ci-dessus,  voici une vidéo avec le témoignage d’un africain en Libye après la prestation de l’OTAN.

Lampedusa : la chute de Kadhafi épouvante désormais l’Europe


Tribune libre Résistance

dilemLa récente tragédie de Lampedusa a stupéfié les millions de personnes qui ont pu observer, impuissantes, les corps de ces réfugiés émerger des flots. On a pu entendre comme d’habitude les mêmes rengaines (« plus jamais ça ! »), comme si l’avenir ne nous promettait pas déjà de nouveaux drames.

Le funeste voyage de ces migrants commence dans le port libyen de Zuwarah (102 kilomètres de  la capitale Tripoli). C’est un petit port qui n’aurait aucune importance stratégique si les chalands chargés de désespérés ne partaient pas de là. Selon la protection civile italienne, pas moins de 12.000 migrants s’entassent dans des camps de rétention insalubres dans l’attente d’un avenir meilleur. Venus de Somalie, du Tchad, du Niger ou de l’Érythrée, ils ont tout perdu en fuyant les guerres, la violence et la faim.

Amnesty International affirme avoir visité sept de ces centres, et fait état pour chacun d’eux « de preuves de mauvais traitements assimilables à la torture pour certains cas ». « Plusieurs détenus, y compris des femmes, ont été frappées brutalement à l’aide de tuyaux d’eau ou de câbles électriques », ajoute l’association en affirmant avoir recueilli par ailleurs des témoignages de détenus blessés par balles lors d’émeutes. Les tortionnaires d’aujourd’hui sont les « héros » qui ont hier combattu et renversé Kadhafi avec l’aide ô combien précieuse de l’OTAN. Ces bandes de mercenaires profitent maintenant de la quasi anarchie résultant du démantèlement de l’État libyen et font leur beurre avec le trafic d’êtres humains ; un trafic très lucratif puisqu’il dégagerait un bénéfice de quatre milliards de dollars par an, soit un peu moins de 10 % de la richesse de la Libye.

En effet, il faut compter entre 1.500 et 2.000 euros pour embarquer à destination de l’Europe. Une somme astronomique quand on connaît les conditions dans lesquelles les candidats à l’émigration ont quitté leur pays. Alors, ils n’ont d’autre choix que de s’entasser dans ces camps de rétention dans l’attente de réunir les fonds nécessaires. S’il y a assez d’argent, ils pourront tenter la traversée jusqu’à Lampedusa dans un bateau de pêche mal en point. Dans le cas contraire, ils embarqueront dans des canots pneumatiques qui s’arrêteront irrémédiablement à 30 ou 40 miles des côtes italiennes ; on leur confiera un téléphone satellite en leur demandant d’appeler les autorités italiennes qui viendront les cueillir quand ils seront en panne.

La prophétie de Kadhafi avant sa chute semble se concrétiser. Les innocents payent désormais le prix de l’avidité des bandes criminelles, les mêmes qui ont été engagées par l’Occident au nom des droits de l’homme.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/