Archives du mot-clé Maison des Saoud

La guerre de la terreur Wahabi-Likudnik – Pepe Escobar


Saudi IsraeliaLe double-attentat suicide à la bombe de l’ambassade iranienne à Beyrouth, qui a fait au moins 23 morts et 170 blessés, fut une de facto attaque terroriste s’étant passée le 11/19. Du côté de la numérologie, bien évidemment 9/11 vient de suite à l’esprit, ainsi que le cas de la guerre déclarée de Washington contre le terrorisme développant ses métastases et largement mis en œuvre par des formes suintantes du “renseignement” saoudien. Ne vous attendez pourtant pas à ce que l’occident condamne cela comme un acte terroriste. Regardez les manchettes de la presse, tout est normalisé Lire la suite La guerre de la terreur Wahabi-Likudnik – Pepe Escobar

Nos princes arabes hyper militarisés – Pepe Escobar


prince saoudiensLa vie est belle si vous êtes un membre du Club contre-révolutionnaire du Golfe, officiellement connu sous le nom de Conseil de coopération du Golfe (CCG). Vous pouvez écraser le Printemps arabe à volonté. Vous pouvez louer des crétins partout dans le dar-al-Islam pour accentuer la division sectaire sunnite-chiite. Vous pouvez être profondément impliqué dans la destruction de la Syrie. Vous pouvez traiter une partie importante de votre propre population comme des citoyens de troisième classe.

Non seulement vous vous en sortez, mais vous êtes récompensé avec des jouets coûteux. Et même dans certains cas particuliers – l’Arabie Saoudite – avec un siège de deux ans au Conseil de sécurité de l’ONU.

Sans compter que la Maison des Saoud s’en est brillamment sorti dans la manipulation de l’Islam en tant que pilier de sa «légitimité». La Maison des Saoud contrôle le Hajj – qui a eu lieu cette semaine, une énorme opération logistique qui « légitime » son rôle de leader de l’islam sunnite, et automatiquement, l’ensemble du monde islamique. Les musulmans éclairés sont cependant tout à fait conscients de la tromperie – autant qu’ils sont conscients de la façon dont la Maison des Saoud est en train de transformer la Mecque en un hôtel de luxe ‘’payer-pour-prier’’ de style Las Vegas. Qui profite? Certainement pas les pèlerins.

Cette semaine, l’Agence de coopération pour la sécurité de la Défense américaine a annoncé qu’elle avait informé le Congrès de la vente de matériel  lourd, du nec plus ultra, à l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU). Qui comprend  des  » munitions diverses et du matériel connexe, des pièces détachées, la formation et le soutien logistique» ; 6,8 milliards de dollars US pour Riyad et 4 milliards de dollars pour Abu Dhabi .

Militariser « nos » salauds wahhabites est la plus délicieuse des affaires pour le complexe militaro-industriel-Orwellien Panopticon. Séquestration? Budgets serrés? Qui s’en soucie? Il y a une source inépuisable de richesse pour les entrepreneurs dans le Golfe – Ceci est intégré dans le narratif de la bienveillante superpuissance  « bienfaitrice » de ces faibles monarchies  qui détiennent le monopole sur le pétrole et le gaz et qui les défendent contre toute sorte de malfaiteurs, un jour, le malfaiteur est l’Irak, le lendemain, l’Iran, le jour suivant ce pourrait être leur propre peuple ; donc on doit y être préparé.

De temps en temps Israël se doit de froncer les sourcils, mais c’est juste pour le show. Israël et le CCG ont une alliance de facto contre le bloc appelé dans la région l’axe de la résistance – l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Hezbollah. Israël n’empêcherait pas la GCC de se gaver de F-15 Eagle, F-16 faucons du désert, un assortiment de missiles de croisière, des bombes guidées par satellite et plein de matériel de communication high-tech. En gros, juste une  innocente « coopération militaire et de défense».

Il y a des problèmes dans cette relation chaleureuse, bien sûr. Actuellement, la Maison des Saoud est livide face à la possibilité d’une solution négociée pour le dossier nucléaire iranien – immédiatement après l’accord russo-américain sur les armes chimiques de la Syrie. Pourtant, aujourd’hui la Maison des Saoud a même réussi à trouver une tribune pour exprimer sa colère ; l’Arabie Saoudite vient d’obtenir un des sièges tournants de deux ans au Conseil de sécurité de l’ONU pour la première fois – au détriment du Pakistan en tant que représentant de l’Asie-Pacifique.

La Maison des Saoud s’est toujours abstenue de compétition pour un siège au Conseil de sécurité par le passé. Mais maintenant – face à sa version fabriquée d’une «menace existentielle», qui n’est pas seulement l’Iran, mais aussi Assad en Syrie – il est temps d’agir.

Alors préparez-vous à voir un royaume pétrolier médiéval en colère et vivant dans la peur, célèbre pour son bilan spectaculaire pour les droits de l’homme et les droits des femmes, si friands de coups de fouets et de décapitations, pontifier sur la scène mondiale à propos de … droits de l’homme. C’est ce que le Think Tankland américain décrit comme «la recherche d’un rôle plus actif dans les instances internationales clés ». Lorsque cela s’applique à «nos» salauds, bien sûr, sinon il s’agit  « d’Etats terroristes » qui tentent de renverser l’ordre international.

Un certain nombre de princes de la maison des Saoud est  maintenant plongé dans une bataille mortelle pour la succession en Arabie  Saoudite – puisque le roi Abdallah s’apprête à rencontrer son créateur. Ces princes, sont-ils  dignes de Machiavel? Ne retenez pas votre souffle.

Machiavel nous a enseigné que la volonté individuelle est aussi cruciale que le jeu de puissance internationale dans la détermination des décisions de politique étrangère. Le Florentin a souligné comment fortuna (Dame Fortune) peut être capricieuse, et comment l’histoire peut être aléatoire. Alors, comment un grand prince peut-il gouverner son état? En déployant virtu (la vertu).

Non, cela n’a rien à voir avec le méli-mélo culpabilisateur chrétien, qui se trouve également être un pilier essentiel du concept de «l’exceptionnalisme américain». Cela a tout à voir avec les valeurs classiques prédominantes dans le monde antique – de la Grèce à la Perse. La Vertu dans le sens de la connaissance, la force, le courage et la ruse.

Ainsi, en vertu de cette règle d’or, Vladimir Poutine est certainement qualifié comme un prince digne. Deng Xiaoping aussi certainement. Hassan Rouhani en Iran pourrait se révéler être du même calibre. Mais qu’en est-il de ces princes arabes coléreux, peureux, intolérants, lourdement militarisés ? Vous n’avez pas besoin d’être un pèlerin à la Mecque pour trouver votre réponse.

Pepe Escobar

Traduction Avic

http://www.counterpunch.org/2013/10/21/machiavelli-in-the-house-of-saud/