Archives du mot-clé militaires

Les militaires et les citoyens français mobilisés contre la guerre en Syrie (vidéo)


militaire-contre-la-guerreIl n’y a pas que les militaires américains qui refusent de faire la guerre aux côtés d’Al-Qaïda. Ce sont maintenant les militaires français qui s’y mettent. Combien seront-ils dans quelques jours ? Nombreux, j’espère. Mais quelque soit leur nombre, par leur geste ils auront au moins tenté de sauver l’honneur de la France, bien mal en point depuis quelques temps.

Avic

Non_a_la_guerre_en_Syrie

3468692_3_8409_une-manifestation-contre-l-intervention-en_f308e32912147eacc3d60fa675d36e8a

La démocratie militaire


Tribune libre MARSEILLEALBATROS

Général SisiLes Etats-Unis étaient dans une fausse ambiguïté sur la situation en Egypte et le secrétaire d’Etat américain l’a levée au Pakistan en déclarant que l’armée est intervenue pour rétablir la démocratie. Le propos suscite la controverse aux Etats-Unis mêmes où certains remarquent que John Kerry a choisi de faire sa déclaration dans un pays où, au nom de leurs intérêts, les Américains se sont accommodés, voire ont soutenu les intrusions de l’armée en politique.

Bien entendu, John Kerry a pris soin de dire que les violences subies par les manifestants sont «inacceptables» et que cela «n’est pas rétablir la démocratie». Mais c’est une exception de forme à un soutien de fond qui n’a rien de surprenant. Même si les Américains avaient des lignes de contact avec les Frères musulmans, l’armée égyptienne est l’allié stratégique par excellence, celui qui veille à ce que l’ordre géopolitique ne soit pas perturbé. Et à ce que Camp David soit respecté. Les Israéliens, eux, ont demandé publiquement et sans doute par des voies plus informelles à ce que les Américains ne la jouent pas trop «principe». Et au fond, ils ne la jouaient pas. En s’abstenant de parler de «coup d’Etat», ils ont choisi les militaires contre la démocratie.

Les médias qui parlent d’embarras américain se trompent clairement. Israël le sait, toute démocratisation dans un pays comme l’Egypte aboutira inéluctablement à une remise en question de Camp David et à un rapport très différent aux Palestiniens. Quand l’armée égyptienne intervient et reprend le peu de pouvoir qu’elle avait concédé, c’est Camp David qui est encore plus protégé. Quant aux Palestiniens, il suffit, pour ceux qui ont le cœur à ça, de se brancher les «télés mille collines» d’Egypte pour prendre la mesure de la campagne haineuse et raciste qui est menée contre eux. Quand un processus démocratique échoue – et en Egypte il ne peut être question de démocratie quand une moitié d’Egyptiens est traitée déjà en «terroriste -, Israël, la «prétendue seule démocratie au Proche-Orient», est tranquille. Et ce n’est pas exagéré de reproduire la fameuse formule «ce qui est bon pour General Motors est bon pour les Etats-Unis» en disant que pour l’establishment de Washington, «ce qui est bon pour Israël est bon pour les Etats-Unis».

Washington en soutenant la démocratie du général Sissi a cependant pris la précaution de faire savoir que le droit de manifester doit être respecté. Ce n’est pas tout à fait inutile au moment où le pouvoir égyptien a des velléités d’en découdre en désignant les espaces où les pro-Morsi organisent leur sit-in de «menaces à la sécurité nationale». Mais il faut en convenir, John Kerry n’a fait que confirmer un choix d’intérêt qui a été déjà fait par l’administration américaine. Il n’y avait aucun embarras, il y avait juste une gestion de la communication à faire. Désormais avec les déclarations de John Kerry on n’est plus dans le faux-semblant. L’intérêt prime. Washington devra cependant s’en souvenir : elle n’a pas, une fois de plus, de leçon de démocratie à donner. Même si du haut de sa surpuissance Washington pense qu’elle peut faire passer au monde entier l’idée biscornue qu’il suffit d’être l’ami des Américains pour bénéficier du label de démocratie. Sissi l’est, Sissi est donc démocrate. C’est court et c’est américain.

par M. Saadoune

http://www.lequotidien-oran.com/?news=5186217

Des haut-gradés de l’armée française rêvent-ils d’un putsch contre le gouvernement ?


formation-initialeUne revue militaire appelle certains membres de l’armée française à renverser le gouvernement… C’est l’accusation portée par un spécialiste des questions de défense

Même si cette information ne concerne qu’une infime minorité des militaires français, la présence dans la liste de haut-gradés suspectés d’être factieux pose question.

La « Revue de l’Arsenal », publication militaire d’extrême droite, appelle des haut-gradés de l’armée française à provoquer un coup d’État en France, en 2013.  C’est sur son blog que Jean-Dominique Merchet, le journaliste le mieux informé de France sur les questions militaires a dévoilé l’information dans un billet intitulé : « Cette extrême-droite qui fantasme sur un coup d’Etat militaire. » Il y explique : « Un groupe royaliste qui se revendique du Printemps français appelle à un «coup de force» de la part d’officiers catholiques ». Galvanisés par les manifestations contre le mariage gay, à l’extrême droite « catho-tradi », certains ont manifestement envie de ne pas s’arrêter là…

Qu’apprend-on sur le blog de Jean-Dominique Merchet ? Que certains militaires, y compris au plus haut sommet de l’Etat, seraient dans une dérive factieuse. Et Jean-Dominique Merchet donne des noms. A l’origine de l’affaire, une Revue militaire intitulée la « Revue de l’Arsenal » qui, dans un article évoque « le grand mécontentement » des armées et qui contient un appel au putsch.  Autour de cette revue, gravitent des groupes extrémistes et traditionalistes : le printemps Français, Lys Noir (et le Mouvement du 6-Mai jusqu’à présent inconnu), qui se sont illustrés par leur jusqu’au boutisme dans le combat contre le mariage homosexuel.

« Ce n’est pas l’appel au putsch qui est jugé préoccupant en tant que tel, mais le fait que plusieurs officiers généraux catholiques de renom soient, pour l’occasion, présentés comme les fers de lance d’un combat contre « le cabinet franc-maçon » du ministre Jean-Yves Le Drian : Benoît Puga, chef d’état-major particulier du président de la République François Hollande, Pierre de Villiers, major général des armées, et Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris qui a quitté ses fonctions actives depuis un an », estime le Monde daté de samedi dans un article très détaillé sur le sujet.

Interrogé par la Dépêche de ce samedi, Jean-Dominique Merchet ajoute : Les militaires « qui ne sont pas dans cette mouvance me félicitent d’avoir écrit un article, mais ceux qui sont dans la mouvance du Printemps français me font la gueule. Il y a 250 000 militaires dans le pays, mais le «Lys Noir» est une infinie minorité qui cherche à avoir un impact sur les autres, car elle est très présente ».

Source: SO