Archives du mot-clé Moubarak

Pour une relecture complète des évènements en Égypte


Points de vue alternatifs

A poster of deposed Egyptian President Mursi lies amid the debris of a cleared protest camp outside the burnt Rabaa Adawiya mosque in CairoDans un contexte où les dernières tensions en Égypte (combinée avec les soucis budgétaires aux USA) ont conduit les États-Unis à stopper temporairement l’aide militaire allouée à l’Égypte (ce qui posera à court et moyen-terme certains problèmes diplomatiques) et que les Frères Musulmans et les organismes liés ont tous été interdits, des journalistes de Reuters ont mené une longue enquête pour déterminer les ressorts de la destitution de Mohamed Morsi.

Source : article de Reuters

Informations contenues dans l’article

– Tandis que les médias avaient l’attention fixée sur les évènements du Caïre fin janvier 2011, des évènements d’importance se jouaient dans la prison de Wadi-el-Natrun où 34 membres des Frères Musulmans, arrêtés récemment, y ont été libérés (dans des conditions troubles qui vont bientôt être examinées et que certains mails de Wikileaks permettent de mieux cerner) conduisant à une série de nombreuses évasions en série dans d’autres prisons qui ont totalement débordé la police égyptienne, lui ont fait perdre sa maîtrise des évènements et ont laissé un profond traumatisme chez les officiers et la base (des centaines de policiers et agents de sécurité ont été tués dans ce jour appelé « Vendredi de la Rage »). Ce profond traumatisme dans le ministère de l’Intérieur appelait une vengeance chez de nombreux officiers selon les sources officielles de Reuters.

– « Quand le chef des armées Abdel Fattah al-Sisi est apparu à la télévision en juillet 2013 pour annoncer la fin de la présidence de Morsi et des plans pour les élections, il était largement admis que les dirigeants militaires égyptiens avaient été les chevilles ouvrières derrière la contre-révolution dans le pays. Mais des dizaines d’entretiens avec des responsables de l’armée, de la sûreté d’État et de la police, ainsi que des diplomates et des politiciens, montrent que c’est le ministère de l’Intérieur qui a été la principale force derrière la destitution du premier président démocratiquement élu de l’Egypte. »

– L’article identifie alors les méthodes des agents du renseignement du ministère de l’Intérieur. Ils identifiaient des militants qu’ils rencontraient et quand les militants leur soumettaient leurs craintes que l’armée et le ministère de l’Intérieur allaient donner le pays aux Frères Musulmans, ils leurs conseillaient (et leur donnaient un soutien logistique pour) de descendre dans les rues pour manifester contre Morsi (qui faisait face à ce moment aux soucis inhérents à une transition délicate du pouvoir). Bien que les militants « conseillés » par les renseignements ne fassent pas partie de ceux qui ont lancé les premiers grands mouvements et notamment le mouvement Tamarrod, les sources du ministères de l’Intérieur affirment qu’ils ont largement bénéficié du soutien du ministère de l’Intérieur (tandis que les médias se contentaient de parler « d’apprentis sorciers » qui voulaient changer le monde). Ce soutien mobilisait de très nombreux fonctionnaires du ministère qui lançaient, faisaient circuler et signaient eux-même les pétitions avant de rejoindre les manifestants dans les rues.

– L’article souligne ensuite que cette opération a été rondement menée, deux ans après avoir perdu son pouvoir suite à la « révolte contre Moubarak » (facilitée par les éléments rappelés ci-dessus), le ministère de l’Intérieur le récupère en mettant en scène une répression sanglante des Frères Musulmans. Les membres du ministère sont désormais dépeints comme les héros et les sauveurs du pays. Cela alors que deux ans auparavant c’est leur soi-disant brutalité qui aurait conduit à la révolution contre Moubarak. La confiance étant revenue dans les rangs du ministère de l’Intérieur celui-ci parle ouvertement de rétablir le type de sécurité (telle que pratiquée sous Moubarak) notamment via l’Unité de Sécurité Politique (qui était redoutée à l’époque) tout en promettant de ne pas reproduire les « violations passées« .

– L’article souligne que la clé de cette reprise en main a été «  la capacité du ministère de l’Intérieur à tisser des liens beaucoup plus étroits avec l’armée, l’institution la plus puissante et respectée en Egypte. C’était une tactique qui a commencé presque aussitôt que Moubarak a démissionné. »

– Dès les semaines suivants la chute de Moubarak des réunions furent organisés dans les académies de police abordant la question de comment « faire face » (ou gérer – to handle) aux Frères Musulmans (selon des policiers ayant assistés aux réunions). Les officiers de rang intermédiaires et inférieurs refusaient la possibilité de transiger avec une force politique influencée par les Frères Musulmans. Les officiers supérieurs ont tenté de les rassurer en leur disant d’attendre le bon moment pour agir contre eux, mais cela n’a pas réellement calmé les ardeurs. Un officier supérieur de la Sureté d’État affirme qu’ils n’y avaient pas d’ordres officiels pour désobéir à Morsi mais que les agents à la base refusaient d’être des « outils de la Fraternité » (en raison du ressentiment des évènements de 2011 mais également des années 90). Les tensions sont allées croissantes quand Morsi a amnistié 17 militants islamistes condamnés pour des assassinats de policiers dans les années 90.

– Quand Morsi a décidé de s’octroyer plus de pouvoir fin 2012 (sans doute pour remédier justement à cette absence d’autorité sur les forces de sécurité) et que les premières manifestations se sont déclenchées [sans doute avec les méthodes de juillet 2013], la police a refusé d’intervenir, et même de prendre en charge les militants et manifestants qui lui étaient livrés par les forces Pro-Morsi. Alors que des militants favorables à Morsi étaient tués dans des heurts consécutifs à ces évènements, les informations relayées étaient celles des militants anti-Morsi battu par certains partisans de celui-ci. Morsi a alors fait une erreur en annulant une réunion demandée par l’armée pour réfléchir sur la manière de « calmer l’orage ». Le message implicite adressé à l’armée et qui était de rester en dehors de la politique est très mal passé dans les rangs des militaires .

– En janvier 2013, Morsi a changé le ministre de l’Intérieur pour un homme jugé moins proche des anti-Morsi, Mohamed Ibrahim. Néanmoins celui-ci, ancien assistant du ministre de l’Intérieur pour les affaires pénitentiaires a entrepris de se rapprocher des éléments de l’armée et notamment du général Sisi avec qui il établissait des contacts directs et qu’il complimentait régulièrement pour sa gestion des diverses crises. Le général Sisi (ou Sissi selon…) avait, selon l’article, le charisme pour inspirer les jeunes officiers dans lesquels Morsi ne voyait pas le danger (il avait déjà renvoyé les vieux officiers de l’époque Moubarak).

–  Les chefs de la police du pays ont commencé à faire passer le message selon lequel, les Frères Musulmans étaient indésirables . Des combats avaient lieu régulièrement dans les rues « rendant les policiers aussi durs et impitoyables que l’armée » et alimentant leur détermination.

– Dès le début 2013, des officiels du ministère de l’Intérieur et des officiers de l’armée ont commencé à se rencontrer pour évoquer l’avenir du pays et des Frères Musulmans selon des officiers ayant participé aux réunions. Le ministère de l’Intérieur soutenait que les Frères étaient une « menace pour la sécurité nationale » et qu’ils devaient quitter le pouvoir. Usant des méthodes rhétoriques utilisées dans les années 90, les officiels du ministère de l’intérieur a suggéré aux officiers de l’armée d’assimiler tous les islamistes à des terroristes. C’était une perte de temps de croire qu’ils pouvaient offrir quelque chose à l’Égypte selon des membres du ministère (influencé par les conflits de 90 et les évasions de 2011). « Les Frères ont un problème avec l’Etat égyptien », a déclaré le responsable de la Sécurité d’Etat. « Je suis certain que Morsi est venu de mettre en œuvre le plan de la Confrérie … Ils ne croient pas en la nation d’ Egypte pour commencer. »

– Le message commençant à se diffuser au sein de la police et de l’armée à un rang de plus en plus élevé, Sisi a averti Morsi que son gouvernement n’allait pas pouvoir durer. Morsi aurait alors envisager de profondes restructurations de la police et de l’armée qui ont soudé encore un peu plus les officiers contre lui (la version inverse est soutenue par les Frères Musulmans).

– Les pressions se sont intensifiées sur l’armée lorsque le Tamarrod a débuté (qui n’a fait qu’avaliser ce qui était perçu, souhaité et projeté dès le départ par des éléments puissants du ministère de l’Intérieur). Néanmoins le mouvement Tamarrod n’a fait que poursuivre le mouvement de fond qu’illustre une réunion de 3 000 officiers de police mi-juin et qui a débouché sur l’expression d’une volonté de destituer Morsi. Les mouvements de colère de la population débouchant sur la destitution de Morsi étaient appelés par les officiers du renseignement : « La révolution de l’état ».

– Malgré la violente répression qui a suivi sur le terrain (allant parfois à l’encontre des instructions des officiels qui voulaient que des dispersions aux canons à eau soient préférées aux « gaz lacrymogènes, balles et bulldozers »), le ressentiment et la rhétorique employée pour justifier le renversement de Morsi ont permis également de justifier une très forte brutalité et de nombreux morts. Ainsi les propos des responsables de l’armée : « Nous avons aussi des troupes sur le terrain qui savent que cette décision (de recourir à des moyens plus modérés) ne peut jamais être mise en œuvre lorsqu’il s’agit de tout ce qui touche à cette organisation terroriste. La force doit être utilisée et elle ne peut jamais être évitée avec ces gens. » répondent étrangement aux propos tenus par le « co-fondateur » du Tamarrod dans une interview à l’Humanité interrogé sur la dispersion par la force des sit-in : « C’était une mesure nécessaire parce que nous n’avions pas affaire à des sit-in pacifiques mais à des foyers du terrorisme. Il fallait évacuer ces sit-in.« . La confiance en la police et l’armée est également affirmée : « Nous faisons confiance aux forces de l’ordre et à l’armée pour éviter à l’Égypte un scénario à la syrienne ou l’installation d’al-Qaida. » qu’on peut mieux comprendre désormais.

– « Deux ans après l’évasion de la prison de Wadi el-Natrun, le ministère de l’Intérieur détient à nouveau le pouvoir. Il a annoncé qu’il allait utiliser des balles réelles lorsqu’il ferait face à des manifestants qu’il accuse d’ « effrayer les citoyens. » Les camions utilisés par les forces de sécurité anti-émeute autrefois redouté sont maintenant recouverts d’inscriptions : « La Police du Peuple ». Le gouvernement a emprisonné les principaux dirigeants de la Fraternité dans le but d’ écraser le plus ancien mouvement islamiste en Egypte. Fonctionnaires Frères musulmans sont maintenant confrontés à des procès dans le cadre des manifestations d’Ittihadiya« . [Il est même allé jusqu’à dissoudre le mouvement, sur la base de documents soi-disant retrouvés dans les sièges des Frères Musulmans].

– Tout le monde n’adhère pas à cette ligne répressive, et les conditions de détention des membres des Frères semblent être pires que celles des pires heures du régime de Moubarak. Les avocats qui défendent ceux-ci confient ne pas dormir longtemps au même endroit…

Conclusion et discussion :

Alors que des mouvements dit « tamarrod » essaye de se structurer en Tunisie ou en Libye, il apparaît que, loin de la vision médiatiquement véhiculée d’une révolte populaire spontanée contre un régime illégitime, les racines de la révolution « de l’état » soient paradoxalement à rechercher dans les racines de la chute de Moubarak . Dès la chute de celui-ci, de vieux ressentiments et de récentes blessures se sont combinées au sein d’un appareil d’État qui perdait de son pouvoir… L’hostilité de la base des forces de sécurité aux Frères Musulmans et un habile rapprochement avec l’armée ont fourni le terreau (situation économique difficile, absence de sécurité, tensions…) sur lequel une révolte populaire a pu naître soutenue par la base des forces de sécurité. Morsi était alors condamné à l’échec. De retour au premier plan, la nouvelle alliance entre le ministère de l’Intérieur et l’Armée tente de purger le pays de la présence des Frères alimentant de nombreuses craintes (droits de l’homme, violences, extension aux opposants politiques etc…).

Le quotidien Al-Ahram titrait hier : « Tamarrod : marche arrière toute » En soutenant la comparution des civils devant les tribunaux militaires, Tamarrod semble avoir renié ses positions. Beaucoup accusent désormais ce mouvement, à l’origine de la destitution de Morsi, de soutenir aveuglément les méthodes de l’armée. »

« La colère et la frustration des partisans du président islamiste Mohamed Morsi, destitué début juillet, ont provoqué depuis lors des violences meurtrières. Celles-ci ont engendré une répression féroce de la part des forces de l’ordre à l’encontre des Frères musulmans, ce qui a renforcé l’animosité à leur égard ainsi que la polarisation du peuple égyptien. » (Lalibre.be). Le cercle vicieux est démontré, même si la volonté de l’appareil d’État de purger la société égyptienne des Frères Musulmans (tous assimilés comme terroristes) joue aussi beaucoup et n’est que superficiellement traitée. // « L’interdiction d’activité dont la justice a frappé les Frères musulmans il y a 15 jours va sans doute encore renforcer cette marginalisation. « Les Frères ne vont plus pouvoir être actifs sur le terrain, ou financer leurs activités sociales. S’ils auront peut-être encore la capacité de collecter de l’argent, ils auront plus de mal à le distribuer sous forme d’aides sociales », souligne M. Moniquet. « Il est probable que certains se tournent vers d’autres types d’actions et repassent à la violence« .

L’Égypte est partie pour connaître de longs mois, voire années de violence et de tensions qui déboucheront sur quelque chose de totalement inconnu à l’heure actuelle.

Egypte: Dans l’oeil du cyclone – Andre Vltchek


Bâtiment du gouvernement incendié au Caire.
Bâtiment du gouvernement incendié au Caire.

Ils disent que des milliers de personnes sont mortes pendant et après le  coup d’Etat du 3 Juillet 2013 en Egypte. Les chiffres semi-officiels et ceux des conservateurs parlent de 1.600 victimes.

Une fois de plus les gens disparaissent, des gens meurent. Durant les manifestations, des tireurs d’élite ont été positionnés sur les toits des grands immeubles au Caire et à Alexandrie. La peur est partout.

Dans toute la région, une grande vague de répression est en cours. Les alliés des Occidentaux arrêtent et assassinent l’opposition : en Egypte, en Turquie, au  Bahreïn et en Arabie Saoudite …

Il est largement admis, au moins parmi ceux qui sont encore dans la résistance, que le président Morsi, leader des Frères musulmans, a trahi la révolution. Puis, alors que les protestations populaires secouaient le Caire, Suez, Alexandrie et d’autres parties du pays, l’armée égyptienne est ‘’intervenue’’, effectuant ce qui a été qualifié en Occident comme« coup d’Etat sans effusion de sang ».

A cette époque, certaines personnes se sont réjouies, même les plus pauvres, mais seulement pour un temps extrêmement court. Les meurtres ont commencé presque immédiatement, et les chars ont pris position dans tout le pays.

Non seulement l’armée n’avait pas l’intention de ramener la révolution sur une voie socialiste (ou au moins une certaine orientation sociale),  mais il est vite devenu évident qu’elle était en train de faire revenir le pays, essentiellement et rapidement, vers le régime de Moubarak.

Ce n’est pas très étonnant puisque l’armée égyptienne bénéficie d’un énorme soutien financier et idéologique de l’Occident, depuis des années et des décennies.

***

Cette fois, j’ai passé une semaine avec les membres de l’opposition égyptienne, principalement avec l’Organisation Socialiste Révolutionnaire. J’ai également visité certaines manifestations des Frères musulmans à Alexandrie, au cours desquelles, deux personnes ont perdu la vie.

Il s’agit clairement d’un moment inquiétant pour le pays. À peu près tout peut arriver à tout moment. Les répressions brutales des forces armées deviennent presque une routine quotidienne. Des centaines de personnes meurent chaque semaine.

Mais le peuple égyptien est fort et déterminé. Ils ne sont pas toujours idéologiquement prêts (résultat de plusieurs décennies de lavage de cerveau par le régime de Moubarak), mais au moins ils se rendent compte qu’ils sont pauvres, trompés et exploités. Beaucoup d’habitants de taudis, qui ont d’abord soutenu le coup d’Etat militaire, se retournent maintenant contre le pouvoir des forces armées. Les gens veulent, ils exigent, la justice sociale.

Dans notre récent entretien, Noam Chomsky a dit que l’Egypte et d’autres pays de la région en sont là où l’Amérique latine était il y a quelques années.

Dans le passé, l’Egypte se déplaçait sur une trajectoire patriotique et socialiste, mais les forces impérialistes étrangères l’ont déraillée.

Aujourd’hui, à nouveau, il y a une chance que le processus interrompu il y a plusieurs décennies, puisse reprendre. Mais il est clair que le régime et ses institutions ne vont pas disparaître du jour au lendemain, sans un combat brutal.

En fin de compte, la vraie révolution peut revenir, et elle peut triompher. Mais des milliers d’Egyptiens devront peut-être mourir durant le processus, en luttant pour un monde meilleur.

 

Harangue des manifestants.
Harangue des manifestants.

 

Sans-abri à la place Tahrir au Caire.
Sans-abri à la place Tahrir au Caire.

 

Les visages des Frères musulmans à Alexandrie.
Les visages des Frères musulmans à Alexandrie.

 

Une des innombrables institutions militaires.
Une des innombrables institutions militaires.

 

Mariage égyptienne pendant le soulèvement national.
Mariage égyptienne pendant le soulèvement national.

 

Bâtiment détruit à côté du mur du Caire.
Bâtiment détruit à côté du mur du Caire.

 

Scène de rue au Caire.
Scène de rue au Caire.

 

".. Et ensuite ils y vont et ils meurentr."
« .. Et ensuite ils y vont et ils meurent. »

 

Barre de fer et Frères musulmans à Alexandrie ; des durs.
Barre de fer et Frères musulmans à Alexandrie ; des durs.

 

Logements pour classes moyenne selon les normes locales.
Logements pour classes moyenne selon les normes locales.

 

Frères musulmans à Alexandrie - et ils y vont!
Frères musulmans à Alexandrie – et ils y vont!

 

Près de la place Tahrir.
Près de la place Tahrir.

 

Militaires omni-présents.
Militaires omni-présents.

 

Manger à l'extérieur.
Manger à l’extérieur.

 

Une ville en paix ?
Une ville en paix ?

 

Recrutement de nouveaux jeunes membres de l'Organisation Socialiste Révolutionnaire.
Recrutement de nouveaux jeunes membres de l’Organisation Socialiste Révolutionnaire.

 

Contrôle dans les rues au Caire ... ces jours-ci.
Contrôle dans les rues au Caire … ces jours-ci.

 

Un mur au Caire, protégeant  l'ambassade américaine.
Un mur au Caire, protégeant l’ambassade américaine.

 

Des jeunes qui protestaient contre la disparition d'un militant.
Des jeunes qui protestaient contre la disparition d’un militant.

 

De quoi ont-ils peur?
De quoi ont-ils peur?

 

Wassim Wagdy l'un des leaders de l'organisation socialiste révolutionnaire.
Wassim Wagdy l’un des leaders de l’organisation socialiste révolutionnaire.

 

Murs de protection des édifices gouvernementaux.
Murs de protection des édifices gouvernementaux.

 

Deux figures de l'opposition.
Deux figures de l’opposition.

 

Un dur à cuire de chez les Frères musulmans.
Un dur à cuire de chez les Frères musulmans.

 

C’était normalement une station de métro.
C’était normalement une station de métro.

 

Ils veulent le retour de Morsi.
Ils veulent le retour de Morsi.
L'émeute des Frères musulmans à Alexandrie.
L’émeute des Frères musulmans à Alexandrie.

 

Ce jour-là, deux personnes sont mortes ...
Ce jour-là, deux personnes sont mortes …

 

Andre Vltchek

Traduction par Avic

http://www.counterpunch.org/2013/09/17/egypt-in-the-eye-of-the-storm/

Egypte: la «Restauration» à l’ombre des Saoud et de Tel Aviv


Tribune libre Byblos

abdallah_al_saoud_et_netanyahou_01Une révolution, une vraie, est une succession de batailles avec des victoires et des défaites, des percées et des retours en arrière, des sursauts et des bons en avant. En trois ans, les Egyptiens ont ainsi successivement balayé trois «gouvernements» : la tyrannie Moubarak, puis celle du Scaf (le Conseil suprême de forces armées mise en place pour la transition) et, bien sûr tout récemment, les Frères musulmans. Il faut dire que la déception des Egyptiens face à l’équipe Morsi a été d’autant plus énorme que les attentes étaient grandes. Le régime instauré par les Frères s’est révélé aussi brutal, sanguinaire et incompétent que celui de Moubarak. Prière de «dégager» donc ! Sauf que la reprise en main de l’armée a aujourd’hui des parfums de «Restauration» avec en prime, les Saoud et Tel Aviv en embuscade.

De l’élection à l’éjection
Propulsés aux affaires, les Frères Musulmans auront été en dessous de tout. Et à ce titre, les mouvements populaires qui ont abouti à leur éviction étaient donc parfaitement légitimes, fondés, et s’inscrivaient dans la continuité logique d’une révolution authentique qui ne pouvait s’accommoder de la mise en place d’un clone de Moubarak affublé d’une barbe. Car en un an de règne, c’est bien ce à quoi ont assisté les Egyptiens.
Petit rappel des faits :
– Le 30 juin 2012, Morsi gagne la présidentielle avec 51,7% des voix.
– Durant les 5 premiers mois, sa gouvernance patine, mais il trouve le temps de libérer des douzaines de prisonniers pourtant convaincus de terrorisme, et dont certains ont même trempé dans l’assassinat de l’ancien président égyptien Anouar el-Sadate.
– En novembre 2012, Morsi se fend soudain d’un décret présidentiel lui accordant d’immenses pouvoirs, dont celui de voir ses futurs décrets incontestables par aucune Cour de justice. La manœuvre est si énorme qu’un million et demi d’Egyptiens descend dans la rue pour protester, soutenus en cela par de nombreux partis. Il y aura 5 morts.
– Quelques semaines plus tard Morsi dissous la Cour suprême, taxée de trahison… Dans la foulée, il vire le Procureur général pour le remplacer par un de ses sbires.
– Un mois plus tard, il annule la Constitution et nomme une commission formée essentiellement de membres de son parti ou de sa mouvance pour rédiger un nouveau texte. Le texte est adopté par 18% des Egyptiens seulement, lors d’un référendum pour le moins discutable.
– Durant toute cette période, l’économie égyptienne s’enfonce dans le marasme le plus complet. Le chômage double et la livre perd 20% de sa valeur.
– Durant toute cette période, les disparitions se poursuivent, les arrestations et les détentions arbitraires continuent, et l’on torture autant qu’avant dans les prisons égyptiennes.
– Le 30 juin 2013, des millions d’Egyptiens révoltés se massent alors à nouveau Place Tahrir et dans tout le pays en réclamant le départ de celui qui, en un an, a réussi à réinstaurer un régime tout aussi toxique que le précédent, trahissant tout espoir de changement.
Le passif des Frères est énorme, leur échec est absolument total.

Washington hors-jeu
La sanction tombe le 3 juillet, le général Abdel Fatah Al-Sissi, chef d’état-major de l’armée égyptienne, annonce la destitution de Mohamed Morsi. C’est le retour de l’Armée aux Affaires.
Sauf que les Frères ne l’entendent pas de cette oreille et mobilisent leurs troupes. Le sit-in s’organise et prend de l’ampleur.
Du côté de l’Etat-major égyptien, les grandes manœuvres se préparent.
Des campagnes de propagande anti-Frères sont lancées à grande échelle dans le pays. Les rédactions des journaux et télévisions égyptiennes collaborent sans réserve, déçues qu’elles sont elles aussi de la pitoyable gouvernance des Frères.
Dans le plus grand secret, des tractations sont pourtant entamées entre le Scaf et les Frères pour éviter le bain de sang.
Washington alors entre en jeu et plaide la cause de la modération. Le secrétaire à la défense US, Hagel, tente à maintes reprises de convaincre al-Sissi de composer. Dans la balance : le milliard de dollars et demi d’aides que les US donnent encore annuellement à l’Egypte pour garantir la survie de l’accord de pays avec Israël, et le libre-passage sur le Canal de Suez.
Mais Al-Sissi reste inflexible.
Il sait que les Américains ont davantage besoin d’allouer cette aide à l’Egypte, que lui de la recevoir.  Cette manne ne couvre en effet que le 20% des besoins actuels de l’armée égyptienne. En revanche, l’aide en question représente une forme de blanchiment de capitaux dont les Etats-Unis ont besoin, et en particulier le Pentagone puisque la plus grande partie de cette manne lui revient au travers des achats d’armements de l’armée égyptienne, armement parfois totalement inutile à ladite armée, mais nécessaire à l’opération de blanchiment en question.
Le général égyptien sait donc qu’il peut compter sur le lobbying du complexe militaro industriel pour maintenir cette «aide» qui lui est indirectement destinée…  et pour l’heure, le calcul d’al-Sissi reste payant. Au demeurant, les fournisseurs d’armes ne manquent pas dans le pipeline d’Al-Sissi le cas échéant.
La décision de briser les Frères est donc prise, les modérés prennent congé.
La répression commence le 14 août. L’extrême violence de l’intervention, les centaines de morts et l’arrestation des cadres des Frères musulmans ne laissent planer aucun doute sur la volonté du Scaf d’en finir avec la Confrérie.
L’ampleur du massacre est un message.
La parenthèse des Frères au pouvoir est terminée en Egypte.

Riyad et Tel-Aviv jubilent
C’est que d’autres acteurs ont également avancés leurs pions dans l’affaire.
A commencer par la maison des Saoud, qui voyait d’un très mauvais œil l’arrivée au pouvoir des Frères musulmans en Egypte, craignant la contagion en cas de réussite de leur gouvernance.
Contrairement à l’idée reçue, le Royaume Saoudien est en effet bancal. C’est un agglomérat de forces antagonistes pilotées par des princes gavés de pétrodollars et miné par les dissensions. C’est aussi un Royaume en proie à une forte contestation interne où les Frères possèdent des relais importants. Dans les années 1950-60 nombre de ses cadres s’y sont en effet installés en fuyant les persécutions subies en Egypte, en Syrie, en Irak ou en Algérie. Les Frères musulmans ont également participé aux contestations qui ont ébranlé le Royaume. Comme le rappelle Alain Gresh, la vision politique des Frères «— un Etat islamique, certes, mais bâti sur des élections — diverge de celle de la monarchie, fondée sur l’allégeance sans faille à la famille royale saoudienne. Celle-ci a d’ailleurs préféré financer les divers courants salafistes, dont le refus d’intervenir dans le champ politique et l’appel à soutenir les pouvoirs en place, quels qu’ils soient — la famille royale comme M. Moubarak —, la rassuraient.»
Ce n’est donc pas un hasard si, aussitôt les menaces de suspension d’aides proférées par les Européens et les Américains, les Saoudiens ont immédiatement réagi en assurant qu’ils compenseraient ces éventuelles pertes auprès du nouveau pouvoir égyptien.
Washington est ici débordé par son «allié» dans la région, allié impossible à désavouer désormais puisqu’il vient de le nommer bourreau en chef de la Syrie en remplacement du Qatar, viré de ce rôle pour incompétence.
Même offensive de Tel-Aviv, qui préfère bien évidemment n’importe quelle dictature militaire à ses portes plutôt que de voir des islamistes diriger l’Egypte. Tel-Aviv a donc très tôt mouillé la chemise en activant ses relais à Washington – et dieu sait s’ils sont nombreux – pour empêcher la suspension de l’aide américaine. Même chose en Europe où les ambassadeurs israéliens ont été mandatés pour convaincre les Européens qu’il valait mieux un pouvoir militaire que le chaos islamiste.
C’est un intéressant développement qui confirme l’existence de cette alliance contre-nature entre le royaume corrompu des Saoud et l’Etat-voyou israélien avec, au milieu, des Etats-Unis de plus en plus hors-jeu et otages de leurs alliés.

Et maintenant ?
Et maintenant retour à la case départ serait-on tenté de dire, avec un Scaf à nouveau tout puissant au Caire, ce qui laisse sans doute penser aux anciens cadres du régime de Moubarak que le cauchemar révolutionnaire touche à sa fin.
Et l’annonce de la libération sous condition du vieux Raïs doit bien sûr renforcer ce sentiment.
La Restauration donc, avec en prime les Saoud et l’entité sioniste en embuscade.
Sauf que voilà. Nous venons probablement d’assister à un soubresaut de la révolution, un retour en arrière peut-être, mais qui sera nécessairement suivi d’un rebond.
La rue n’en est plus à un gouvernement près.
Et le Scaf serait bien inspiré de prendre rapidement de la distance avec ses nauséabonds soutiens s’il ne veut pas  se voir inscrit une deuxième fois sur le tableau de chasse de la révolution.

PS: et pour terminer sur une note plus légère, voici le sms sans commentaire d’un ami marocain: « Moubarak libre, Morsi en prison, El Baradei à Vienne. C’est retour en 2010. Qui a dit qu’on ne pouvait pas remonter le temps ? »

See more at: http://www.entrefilets.com/egypte%20restauration.html#sthash.42BGLfVV.dpuf

 

Et maintenant, un message de la part de nos sponsors (saoudiens) – Pepe Escobar


532999-capture-d-ecran-du-chef-de-l-armee-egyptienne-le-general-abdel-fattah-al-sissi-le-3-juillet-2013-au-Il est là, le nouveau pharaon d’Egypte, Pinochet Sisi, plein d’insignes / gloire . Les sous-titres sont superflus. C’est la remise des Oscar pour le général Abdel Fattah al-Sisi. Il a remercié ses sponsors / producteurs. Quand il cite «l’Arabie saoudite » la salle est en délire. Quand il mentionne [le roi] « Abdullah » la salle est en délire.

Quelle performance. Un biopic transparaît. Il rêve déjà de Jack Nicholson jouant son personnage à l’écran. Notez le sourire d’autosatisfaction, tellement il est confiant d’avoir dupé les légions de «progressistes» arabes – des gauchistes laïcs aux Nasséristes – en leur faisant croire qu’il défend les intérêts du « peuple égyptien » sans cesse invoqué.

Notez la « Lutte contre le terrorisme » en haut à gauche du petit écran. Voici Sisi comme Deubeulyou – en mode Mission accomplie. Qui se soucie que l’Egypte ait été réduite en un état totalement en faillite (et en sang) ? Qui se soucie des manchettes terribles –  » des activistes du Sinaï exécutent 25 policiers égyptiens» rivalisant avec «la Junte étouffe 38 détenus dans un car de police»? Il a remporté la «guerre contre le terrorisme» – en tant que nouvelle tête du serpent, un serpent qui n’était jamais parti.

Prenez place et profitez du spectacle. Le clou du spectacle est que l’ancienne tête du serpent pourrait être libérée dans les prochaines 24 heures. Pour le plus grand bonheur de la Maison des Saoud, qui l’aimait comme un des siens, les charmeurs de serpents sont sur le point de libérer Hosni Moubarak. «Printemps arabe? » – On peut facilement imaginer l’ancienne tête du serpent murmurant. « Ne me faites pas rire. » Et il ne fera pas – au moins en public. Ce «printemps arabe», cette invention Google, n’est jamais arrivée. Vous pouvez tous rentrer chez vous maintenant – et y rester. Le serpent va vous protéger et défendre les intérêts du « peuple égyptien ». Mais rappelez-vous, si vous êtes contre nous, vous êtes un terroriste. Et nous viendrons vous chercher.

Nous allons décider de ne pas décider

Les producteurs de l’épopée égyptienne sont aussi ravis que leur star. Quel grand succès au box-office. Qui se soucie que Caniche-land – comme dans l’Union européenne – convienne d’une réunion «d’urgence» ce mercredi pour peut-être « suspendre son aide » au Glorieux Sisi? Qui se soucie de ce que le Congrès américain soit tenté de suivre le même chemin? [1]

Imaginez la scène, avec des éclats de rire dans la tanière des producteurs à Riyad. Pour l’administration Obama ce fut – et reste – un coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat, même si ça marchait comme un coup d’Etat et on en parlait comme un coup d’Etat. Mais les impératifs catégoriques ne s’appliquent pas ici. Alors le congrès décide qu’il ne va pas dire si c’est un coup ou non. Et l’administration Obama décide de ne rien dire de ce qu’il pourrait décider – ce qui « reprogramme » le tout.

Quelle que soit la non-décision prise, les producteurs s’en foutent. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, l’éternel Saud al-Faisal, a déjà promis que les producteurs et les autres coproducteurs du Conseil de Coopération du Golfe – comme dans les Émirats arabes unis – seront heureux de combler et peut-être même de doubler toute l’aide qui sera perdue par la glorieuse tête de l’ serpent Sisi.

Le New York Times a bataillé dur pour donner l’impression que Washington avait une emprise pour influencer le glorieux Sisi – et les producteurs – contre le lancement du coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat. [2] C’est éminemment risible (éclats de rires au repaire des producteurs à Riyad). La seule pépite dans le rapport est que la Maison des Saoud, les Émirats arabes unis et Israël ont frénétiquement incité, soutenu et fait du lobbying pour le coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat; Je l’avais  déjà signalé dans Asia Times Online.

Oups, Israël ; le glorieux Sisi ne pouvaient pas remercier ce producteur particulier dans son discours d’acceptation de l’Oscar. Comment pouvez-vous justifier cela à la rue arabe – que nous sommes les serviteurs des occupants de la Palestine? En ce qui concerne les Israéliens, ils s’en fichent; Sisi est «l’un d’entre eux », ils sont toujours « en contact étroit », et il ne ferait jamais rien pour annuler les accords de Camp David.

Sunny, I love you

L’administration Obama a sous-traité sa politique au Moyen-Orient à la Maison des Saoud à ses risques et périls. Quoi que dise le roi « Retour du mort vivant » Abdullah, ça marche. En fait, non ; quoi que fasse ‘’Retour de l’espion invisible’’,  Bandar bin Sultan, alias Bandar Bush qui a spectaculairement refait surface, fonctionne. La beauté du coup d’Etat qui n’est pas un coup d’Etat, et du discours d’acceptation de Sisi, c’est que Bandar, praticien éminent des arts sombres, n’est même pas mentionné.

Et pourtant, ce fut Bandar Bush qui, dans sa réunion récente de quatre heures avec le président Poutine, n’a pas obtenu ce qu’il voulait en Syrie ; mais il a obtenu ce qu’il voulait en Egypte. Le joueur d’échec Poutine a de suite vu l’ouverture, après tout, la confrérie des Frères Musulmans est un anathème à la fois pour la maison des Saoud et pour le Kremlin. Et s’il n’y a plus “d’aide” américaine à la junte de Sisi, – comme dans : nous vous donnons plus d ‘argent comme cela vous pouvez encore plus acheter nos armes – il n’y a plus rien qui empêche l‘industrie d’armement russe de remplir le vide créé.

Rien de tout cela bien entendu ne fera partir la crise tragique syrienne. Pendant le ramadan, ce fut Bandar Bush qui organisa l’acquisition silencieuse d’au moins 50 millions de dollars d’armes d’Israël, qui furent immédiatement envoyées dans le filet des gangs de mercenaires salafistes, djihadistes, soutenus par la maison des Saoud. Ceci après que Bandar Bush ait renforcé le bras du gouvernement Obama pour se débarrasser des Qataris – qui payaient les factures des frères musulmans en Egypte – et le laisser reprendre le djihad en Syrie.

Bandar a le vent en poupe. Il est maintenant à la tête d’un “djihad total” très ambitieux, d’une stratégie à trois volets en Syrie, en Irak et au Liban, manipulant le même vieux dada de la maison des Saoud de la haine sectaire, excitant les sunnites contre les “apostats” chiites, avec une grande emphase sur les attentats à la voiture piégée dans des zones civiles, comme l’a montré l’attentat très récent de la banlieue sud de Beyrouth Zahiyeh.

Ceci est une franchise de longue haleine avec beaucoup de suites en stock. Pour l’instant, il est au sommet du box-office en Egypte. Mais il pourrait bien y avoir un problème. Le mouvement Tamarod, qui a collecté 22 millions de signatures qui ont menées aux manifestations de masse créant l’ouverture pour le coup d’état qui n’en est pas un, demande maintenant non seulement l’annulation de “l’aide” américaine, mais aussi celles des accords de Camp David. [3]

Maintenant c’est une autre bombe – le cœur du problème tant que  les Etats-Unis et Israël sont concernés. Et si Tamarod arrive une fois de plus à obtenir 22 millions ou plus de signatures, ce qui est fort possible étant donné que l’absolue majorité des Egyptiens ne veulent pas de cette “paix” avec Israël ? Le glorieux Sisi aura-t-il le courage de déplaire à ses producteurs israéliens ? Bandar lui donnera-t-il le feu vert ? Le gouvernement Obama instaurera-t-il une “zone d’exclusion aérienne” au-dessus du Caire ?

Alors que le monde attache une myriade de ceintures de sécurité devant les tempêtes qui s’annoncent, les nouvelles en provenance de la Maison blanche sont quant à elles apaisantes. Il y a un nouveau membre dans la famille, un chiot nommé Sunny. Alors imaginez la famille chantant à table, à l’unisson: “ Dark days are gone/ bright days are here/ my Sunny one shines so sincere ». Coupez… Plan sur Sisi/Jack Nicholson dans toute sa splendeur: « Heeeeeere’s Johnny! »

Remarques:
1. administration Obama suspend tranquillement aide militaire à l’Egypte, mulls de coup d’Etat »- rapport , Russia Today, le 20 Août 2013.
2. Comment américaine espère une affaire en Egypte ont été minés , le New York Times, 17 Août 2013.
3. la campagne rebelle de l’Égypte lance une pétition pour annuler l’aide américaine, traité de paix entre Israël , Ahram en ligne, le 18 Août 2013.

Pepe Escobar

Traduction : Avic
http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-05-200813.html

Egypte : une partie à trois


A funeral convoy carrying the bodies of four Islamist militants drives through Sheikh Zuweid, in the north of the Sinai peninsulaD’un côté il y a le Général Sisi avec son armée et son gouvernement de transition. De l’autre, les Frères musulmans avec leur leader, Morsi, détenu par l’armée. Les deux camps avec leurs supporters se font face, prêts à en découdre, dans une ambiance malsaine pouvant mener à des affrontements sanglants.

La situation semble tellement simple que l’on a envie de dire : que le meilleur gagne. Mais tout le monde sait que ce n’est pas si simple. On voit bien qu’il y a quelque chose de plus dans l’équation égyptienne et personne ne peut mettre des mots sur cette chose. Outre les mots tabous de ‘’coup d’état’’ que l’on évite soigneusement dans certaines chancelleries et qui tendent à brouiller les évènements, on constate des faits, qui surviennent ici et là, qui viennent complétement démentir la présentation que l’on essaie de donner de ce qui se passe en Egypte.

Les snipers tout d’abord. Leur présence est récurrente tout au long des évènements depuis le début des manifestations populaires. Le problème saillant, c’est que ces snipers ne semblent appartenir à aucun des deux camps. Qui sont-ils ?

Le deuxième hic, aussi troublant, sinon plus, est en rapport avec les ‘’islamistes’’ du Sinaï, dont l’armée égyptienne (ou était-ce l’armée israélienne ?) a tué 4 membres ce week-end. Qui sont-ils ? D’islamistes à frères musulmans, tous les médias ont fait la transition sans précaution, car un long travail a été, et est encore, fait pour les assimiler. Malgré les dénégations des frères musulmans quant à leur présence dans le Sinaï, les médias préfèrent en rester à leur idée première.

Petit rappel. Tout de suite après la première révolution qui a vu tomber Moubarak, il y avait eu une attaque de ces combattants contre des gardes-frontière égyptiens. A l’époque, malgré les morts uniquement égyptiens, Israël s’était ‘’approprié’’ la destination de cette attaque. Malgré des raids de l’armée égyptienne sur le Sinaï, y compris au temps de Morsi, ces groupes ont toujours continué à sillonner la zone. Personne ne parlait alors de frères musulmans.

Ces groupes sous la désignation fourre-tout d’islamistes agissent tant sous la gouvernance des frères musulmans que sous la gouvernance transitoire des militaires. Encore une fois Qui sont-ils ? Se réveillant opportunément au moment où l’Egypte en a le moins besoin, cette troisième force semble n’être là que pour pousser l’armée à enclencher la répression.

Il faudra bien un jour chercher à identifier ces bandits et ceux qui les arment. Pour cela il faudra d’abord sortir du politiquement correct en cessant de les appeler ‘’islamistes’’ qui ne sert qu’à brouiller les cartes.

Avic

Les blogs alternatifs au secours de la désinformation !


Al-JazeeraCe que l’on pourrait appeler le ‘’syndrome d’Al-Jazeera’’ est en train d’envahir le monde de l’internet. A moins que ce ne soit juste qu’une réactualisation de quelque chose qui existait depuis toujours ?

Tout le monde se rappelle qu’Al-Jazeera fut, pendant très longtemps, LA source d’informations alternative permettant de contrebalancer les différentes propagandes guerrières conduites par les grandes chaînes américaines. Son apparition fut une sorte de bénédiction pour le monde arabo-musulman, premier concerné par la désinformation. Sa notoriété ne tarda pas à monter en flèche et il devint très vite LA référence alternative, donc synonyme de LA vérité. Jusqu’au … ‘’printemps arabe’’.

Au début des évènements de Tunisie, la chaîne Qatari était au top dans l’opinion arabo-musulmane. Même s’il y a eu quelques couacs, la façon dont elle a couvert les évènements ne laissait rien entrevoir de suspect. Elle nous présenta une belle révolution populaire qui finira par balayer un dictateur dans une sorte de lutte du bien contre le mal avec le triomphe du bien. C’était beau, et tout le monde a applaudi les héros. Al-Jazeera renforça un peu plus sa côte grâce à son ‘’excellent’’ travail d’information qui, pour une fois, bizarrement, ne différait en rien de celui de ses autres concurrents qui ont la réputation de ne diffuser que des mensonges.

Dans la foulée de la Tunisie, l’Egypte. Là, même ‘’bon boulot’’ en plus grandiose, mêmes héros (la rue) renversant un dictateur (hâtivement désigné comme tel). C’est l’apothéose pour Al-Jazeera. Sans prendre de pause, on sort des cartons le projet libyen. Mais quelques détails bizarres commencent déjà à faire poser quelques questions. Le Yémen, par exemple. Le ‘’printemps arabe’’ semble aussi avoir touché ce pays. Pourquoi la chaîne de la ‘’vérité’’ ne s’y intéresse-t-elle pas ? Il est vrai que la conjoncture politique y est un peu plus complexe, mais quand même. Il y a aussi le Bahreïn, avec tous les ingrédients du bon ‘’printemps’’ et sa Place de la Perle qui n’avait rien à envier à la place Tahrir.

Ces détails ne prendront leur importance que plus tard. Pour le moment, il faut s’occuper de la Libye. La Libye, ah la Libye. Il est vrai que Kadhafi n’est ni Ben Ali, ni Moubarak. Ce n’est pas un ancien pote à qui l’on peut demander gentiment de partir sans faire de vagues. Ca fait belle lurette que l’affaire est en réalité engagée, à coup de menaces, de menées psychologiques, financières, économiques. Ni le chantage, ni la séduction ne semblait avoir prise sur la dynamique du bonhomme. Il fallait en finir, et vite, en profitant de ces fameux ‘’printemps’’ et de la présence d’un écervelé tel que Sarkozy prêt à foncer dans n’importe quoi au nom d’une témérité et une Histoire françaises auxquelles il est parfaitement étranger. Et toutes les failles apparaissent. Al-Jazeera apparait pour ce qu’il est et a toujours été : un outil de propagande. La Syrie ne fera que le confirmer. Du coup on revient aux anomalies yéménite, bahreïnie, saoudienne. Tout prend son sens. On finit même par se demander si cette chaîne, tout au long de son histoire, n’a pas toujours avancé masquée, pour un objectif final qui est le chaos que nous observons aujourd’hui. C’est ça le syndrome d’Al- Jazeera.

Aujourd’hui, Al-Jazeera n’est presque plus rien. On est passé à autre chose. L’outil internet prend de plus en plus d’importance. Pour faire passer les messages, il y a, bien sûr, les médias de masse, mais qui sont de plus en plus délaissés au profit du support internet où l’on trouve de tout. On y peut brouiller les cartes comme on peut orienter les esprits en fonction du slogan communautariste du jour.

Il est troublant de constater à quel point, depuis la ‘’deuxième révolution égyptienne’’, deux mondes que l’on croyait inconciliables, incompatibles et que l’on croyait ne jamais pouvoir se rencontrer, ont adopté le même langage et ont les mêmes références. Ce sont, d’un côté, le monde de Mme Caroline Fourest et de l’autre, le monde de tous ceux qui dénonçaient ses visions manichéennes, faussées et sans nuances (en dépit de ses dénégations) du monde arabo-islamique dans une manœuvre programmée de mise à l’index d’une communauté pour un dessein inscrit dans un vaste programme dont elle-même n’en perçoit pas les contours. Quand Fourest et les siens ont mis en place tous ces concepts en ‘’…istes’’ dans lesquels ils pouvaient enfermer tous les musulmans qui refusaient de renoncer à leur islamité ou qui ne voulaient pas gommer leurs cultures d’origine, on avait remarqué que leur référence de refus n’était ni Al-Qaïda, les Wahabites ou les takfiristes, mais les Frères musulmans, dont pratiquement personne n’avait entendu parler en France. Tous leurs discours finissaient par se résumer ainsi : Le fléau des fléaux, étape ultime avant Al-Qaïda et le 11 septembre, c’est la case ‘’Frères musulmans’’. Al-Qaïda lui-même n’est à craindre que parce qu’il est le résultat de l’obscurantisme, du fanatisme des Frères Musulmans. Ainsi, pour tous ces salonards de Paris , Londres ou New-York, les talibans, les iraniens, les wahabites, les fondamentalistes de tous les pays, d’une façon ou d’une autre sont liés aux frères musulmans.Otez leur leur verre de champagne ou de whisky, et vous constaterez qu’ils savent que tout cela est faux. Mais le discours reste.

Curieusement, il y a une sorte d’offensive dans les blogs avec ce même langage. Il apparait même que tous les malheurs de la Syrie ne sont dus qu’aux manigances des Frères musulmans. Les Al-Nusra, Al-Qaïda, wahabites, salafistes takfiristes dont on parle depuis deux ans en Syrie ? Des Frères musulmans tout ça. Alors, pourquoi l’Arabie Saoudite les arme et les soutient pendant qu’elle les écrase en Egypte ? Histoire entre frères sûrement… On pourra se poser toutes les questions que l’on voudra, mais tous les maux de l’Islam, du Moyen Orient et du monde arabo-musulman en général trouvent leurs sources chez les frères musulmans.

Volontaire ou non, cette attitude fausse délibérément la réalité. De la part d’une Caroline Fourest, cela n’a rien d’étonnant ; elle fait son job. Mais quand on voit plein de textes envoyés dans toute la blogosphère, tous avec le même objectif, celui de concentrer l’attention sur les frères musulmans, on peut se poser des questions. Surtout quand on sait que la situation en Egypte, berceau de cette confrérie, est tout sauf claire. L’utilisation des blogs alternatifs pour diffuser certaines informations est d’autant plus intéressante que ces blogs se targuent d’être  vigilants et indépendants, basés sur des principes de refus des mensonges et de la manipulation. On joue ici sur la confiance des lecteurs, comme on a joué sur la confiance des téléspectateurs d’Al-Jazeera.

Avic

Egypte : vers un avenir de plus en plus sanglant – Par Robert Fisk


v2-egypt1-EPAAlors que la foule des pauvres se rassemble en soutien de Mohamed Morsi, les bien-nantis marchent derrière les images de leur général. Des centaines de milliers soutiennent le coup d’Etat – juste comme beaucoup ne le font pas.

Des centaines de milliers de personnes se sont rendues hier autour de la mosquée de Rabaa au Caire pour protester contre le coup d’Etat en Egypte, tandis que des centaines de milliers d’autres se déversaient dans la place Tahrir pour soutenir leur général favori , Abdel Fattah El-Sisi, qui a organisé le ‘’coup-d’état-que-nous-ne-devons-surtout-pas-appeler-coup-d’état’’.

Grotesque, sans précédent, bizarre. Appelez ça comme vous voulez. Mais, d’un côté, les hélicoptères plongeant joyeusement au-dessus Tahrir, et de l’autre, la ligne de la police anti-émeute avec leurs casques à visière et les troupes debout en face des barricades des Frères Musulmans, deux histoires différentes. Les journalistes ne devraient pas être des marchands de malheur, mais les choses n’avaient pas l’air trop bonnes au Caire hier soir.

La chose la plus triste – le plus tragique, si vous voulez -, c’est que les foules dans Nasr City, à proximité de la route de l’aéroport où se situe la mosquée, étaient aussi gaies et accueillantes que les masses dans Tahrir qui considèrent leurs homologues comme des «terroristes» plutôt que des partisans de Mohamed Morsi, le Président légalement et démocratiquement élu de l’Egypte qui a été renversé par l’armée il y a trois semaines. Les dizaines de milliers d’Egyptiens traversant les ponts sur le Nil ou transpirant sous une chaleur de 40°C sur la route de l’aéroport étaient aussi heureux que s’ils se rendaient à un match de football.

Mais la gaieté s’arrête là. Les Frères musulmans, hommes et femmes, avaient amené des photos de Morsi et avaient peint des étoiles de David sur la caserne militaire près de la mosquée. Ils avaient empilé des milliers de sacs de sable autour de leur campement de tentes et des tas de pierres à lancer à tous ceux qui essaient de les déplacer. Mais les soldats sur la route – eux aussi, il faut le dire, gais et très amicaux – tenaient des armes automatiques à côté de véhicules blindés français et de fabrication américaine, et des matraques en bois, et étaient flanqués de policiers en uniformes noirs de mauvaise qualité.

Il semblait qu’ils n’étaient qu’à quelques heures du moment où ils allaient charger les frères musulmans, et peu importe combien d’hommes barbus étaient en train de lire le Coran sur la chaussée – ce qu’ils étaient effectivement en train de faire – et il était difficile d’imaginer les heures qui allaient venir autrement que mortelles.

Un point qui se distingue – et ce n’est peut-être pas à la mode de dire ça -, c’est que les partisans des Frères musulmans étaient généralement pauvres et avaient l’air pauvres dans leurs abayas sales et sandales en plastique. Certains des manifestants de la place Tahrir, qui étaient vraiment révolutionnaires contre Moubarak en 2011, ont paradé sur les ponts du Nil brandissant des affiches du général al-Sisi. Et il faut dire, aussi douloureux que cela puisse être, que la vue de gens bien nantis brandissant la photo d’un général en lunettes de soleil – quoique merveilleux et très démocratique général – était profondément déprimante. Qu’est-il vraiment arrivé à la révolution du 25 Janvier 2011?

«Nous aimons les soldats, mais nous n’avons pas besoin du général », a crié une femme en foulard près de la mosquée Rabaa, mais Sisi est maintenant un visage bien connu, l’homme qui va faire revenir l’Egypte dans sa véritable voie révolutionnaire, si vous pouvez oublier pour le moment que le premier président réellement élu dans l’histoire égyptienne moderne est probablement incarcéré dans une de ces baraques que nous longeons si allègrement sur ​​la route de l’aéroport.

Mais l’Egypte a besoin d’un gouvernement. En revenant de Nasr City pour me rendre au centre du Caire, ce soir, ma voiture a été bloquée dans un embouteillage parce que les familles rivales se battaient dans une fusillade à travers l’autoroute. Environ 1.000 Cairotes s’y étaient joints en jetant des pierres à partir d’une passerelle. Deux miles plus loin, une femme d’âge moyen avait été traînée par une moto et était allongée, souffrante, sur la chaussée. Bon nombre de conducteurs qui l’ont vue ont continué leur chemin, le nez de leurs familles pressé contre la vitre pendant que cette dame gisait bras et jambes écartés sur l’autoroute dans sa robe noire. Le proche avenir se présente mal.

Traduction Avic

Par Robert Fisk

http://www.independent.co.uk/news/world/africa/robert-fisk-on-egypt-as-impoverished-crowds-gather-in-support-of-mohamed-morsi-the-wellheeled-march-behind-their-images-of-the-general-8734453.html

La farce démocratique égyptienne


Tribune libre –  Pierre MILLE

Mohamed-MorsiLe 30 juin 2012, Mohammed Morsi prit le pouvoir en tant que successeur de Moubarak. A l’occasion du 1er anniversaire des élections quand cet entretien a eu lieu, des affrontements sanglants sont survenus dans le pays. Samir Amin, philosophe et économiste égyptien, directeur du Forum du Tiers Monde à Dakar, parle de l’année passée en Egypte avec les Frères au pouvoir, interrogé par Giuseppe Acconica.

Acconcia : Que pensez-vous de la campagne de manifestations Tamarod?

Samir Amin : La campagne  pour la demission de Morsi est magnifique. Des millions de gens ont signé leurs noms après avoir mûrement réfléchi à la question : quelque chose que les médias grand public internationaux ont complètement ignorée. Ils représentent la majorité des électeurs mais ils n’ont aucune voix. Les Frères Musulmans ont le pouvoir et aiment à penser qu’ils contrôlent 100% des voix.  C’est ainsi qu’ils ont placé leurs membres dans tous les secteurs publics. Leur façon de gérer le pays provient d’une sorte de capitalisme de connivences qui ne laisse aucune place à des figures de l’opposition ou à des technocrates qui même sous le regime de Moubarak avait un peu de pouvoir.

Acconcia : Cela se passe lors de la pire crise économique depuis des décennies.

Samir Amin : C’est plus qu’une crise économique. Les islamistes n’ont que des réponses ultra-libérales à donner à la crise : ils ont remplacé la clique de bourgeois capitalistes qui étaient les amis de Moubarak par des hommes d’affaires réactionnaires. De plus, leur but est  tout simplement de vendre tout le secteur public. Les frères sont détestés par les égyptiens parce qu’ils continuent les mêmes politques que leur prédécesseur.

Acconcia: Peut-être pire encore dans le cas du projet de loi de finance islamique?

Samir Amin : C’est du vol que de metre un prix de vente dérisoire sur des biens qui valent des miiliards de dollars. Il ne s’agit pas des privatisations habituelles que les régimes réactionnaires affectionnent, vendre des biens au prix du marché. C’est une fraude pure et simple, bien plus qu’une privatisation.

Acconcia: Si on se rappelle les étapes de l’année passée avec les Fréres au pouvoir : Morsi a gagné au bout de 8 jours d’incertitude qui ont abouti à l’élimination du nassériste Hamdin Sabbah, au premier tour. Les élections de 2012 ont-elles fait l’objet de manipulations?

Samir Amin : Il y a eu une fraude électorale massive. Hamdin Sabbahi aurait pu passer pour un deuxième tour, mais l’ambassade américaine ne voulait pas. Les observateurs européens ont écouté leurs collègues américains et regardé de l’autre côté pour ne pas voir la fraude en question. De plus, les cinq millions de votes pour Sabbahi étaient parfaitement honnêtes et le fruit d’une grande motivation. D’un autre côté, les cinq millions de votes pour Morsi proviennent du segment le plus misérable de la population, dénuée de conscience politique : le vote de gens que l’on peut acheter pour un peu de pain et un verre de lait.

Acconcia : Diriez-vous que les heurts les plus violents entre la présidence et les manifestants ont eu lieu en novembre dernier comme conséquence du décret présidentiel qui a étendu les pouvoir de Morsi?

Samir Amin : Morsi a démarré par quelques semaines de rhétorique démagogique promettant d’écouter les autres mouvances électorales. Après cela, il est devenu rapidement évident que le Président était une marionnette  entre les mains des pays du Golfe qui tiraient les ficelles en cachette. Il était devenu un simple instrument de la volonté du murshid, Mohammad Badie, guide suprême des Frères Musulmans.

Acconcia : Le soutien aux palestiniens a été terminé aussi?

Samir Amin : les Frères Musulmans égyptiens soutiennent Israël, tout comme les pays du Golfe et le Qatar. Ils ont toujours adopté un discours anti sioniste mais c’était juste une tromperie à long terme. L’émir du Qatar, par exemple, est habitué à dire des choses puis à faire l’opposé étant donné l’absence totale d’opinion publique. Maintenant l’Egypte  soutient la pire faction des opposants en Syrie à l’instar de la plupart des puissances occidentales réactionnaires. Le résultat final est que la majorité des armes occidentales fournies aux rebelles est utilisée pour financer le pire résultat en Syrie.

Acconcia : Est-ce pour cela que Morsi a soutenu la création d’une zone franche au Sinaï, pour favoriser les relations économiques avec Israël?

Samir Amin : C’est une grande perte pour l’Egypte. Les effets de la nouvelle zone franche ne seront pas l’industrialisation telle qu’on nous le laisse l’imaginer mais la mise en œuvre d’une gigantesque fraude fiscale. Cela va renforcer les petites mafias et le démantèlement du secteur public. En fin de compte, les frères vont accepter toutes les conditions de l’IMF et les prêts attendus seront en conséquence débloquer malgré le fait que la corruption et les scandales financiers se soient propagés dans tout le pays.

Acconcia : Donc comment voyez-vous l’acceptation de la Constitution telle qu’elle a été rédigée par les Frères Musulmans en décembre dernier?

Samir Amin : C’est la dictature de la majorité. Toutefois, les juges ont affiché une très forte résistance et une lutte sans précédent contre la ratification des résultats du référendum constitutionnel.  Mais il est clair que le but ultime de Liberté et Justice est de construire une théocratie sur le modèle iranien.

Acconcia : Pour conclure,  n’y a-t-il rien à garder de cette année sous le gouvernement Morsi?

Samir Amin : le prolétariat analphabète est facilement manipulé et a fortiori n’obtiendrait pas grand-chose d’un bouleversement suite au renversement de Morsi. De plus, la division qu’entretiennent les Frères Musulmans avec l’armée qui reste dans les coulisses prête à intervenir, est pleine d’ambiguïtés. Le personnel militaire, en tant que classe, est corrompu; une corruption garantie par l’aide américaine, et cette classe est soigneusement composée des différentes classes, divisée en courants politiques dont beaucoup d’entre eux sont proches des Frères et des Salafistes. Cependant, avec des élections normales, et avec une période de préparation démocratique, les Frères seront battus. Mais si ce n’est pas le cas, alors en octobre il y aura un climat plus répressif et le vote sera manipulé par une falsification massive comme la dernière fois.

Traduction : Pierre MILLE

Egypte : Et maintenant ? Les 3 indicateurs à suivre


Armée égyptienneLa deuxième révolution égyptienne a été beaucoup plus courte que la première. 4 jours. Il est vrai que Moubarak était beaucoup plus assis, et depuis plus longtemps. Il est vrai aussi que les égyptiens commencent à avoir un certain savoir faire.

En peu de temps donc, ils ont réussi – à ce qu’il semble, en tout cas – à virer leur président fraîchement élu. Et après ? On ne fait pas des révolutions que pour chasser ses dirigeants. C’est le meilleur moyen de s’en faire déposséder. On a vu comment les Frères Musulmans ont manœuvré pour récupérer la première révolution à leur compte. On se rappelle encore, au plus chaud des manifestations, les barbus très discrets qui disaient à qui voulait les entendre (c’est à dire au monde entier) : « nous ne voulons pas du pouvoir, nous voulons juste soutenir le mouvement ». On a vu ce que ça a donné.

Après Moubarak, tout le monde disait : Quel que soit celui qui le remplacera, ça ne pourra pas être pire. Ça a été pire. Aujourd’hui, la question se pose à nouveau pour l’après Morsi. Peut-il y avoir encore pire ? Pour ma part, j’aurai envie de poser la question différemment : où veut-on mener l’Egypte ? Et en arrière-fond, pourquoi ce coup d’état ?

Il s’agit bien d’un coup d’état militaire noyé dans un coup d’état militaro-populaire. Beaucoup d’indices tendent à montrer que le populaire n’était là que pour justifier le militaire. On se rappelle qu’après la première révolution, l’armée s’est retrouvée dépositaire du pouvoir, du jour au lendemain, comme si l’Egypte était destinée à avoir un super pouvoir militaire aux côtés d’un pouvoir civil secondaire. On a connu ça en Turquie. On se souvient aussi que Morsi, aussitôt après sa prise de fonction, avait contrecarré ce scénario par une sorte de coup de force.

Les militaires sont donc de retour en Egypte. Pour quoi faire ? Là est toute la question. Les mouvements populaires ont un double avantage : D’abord justifier tout ce qui en découlera, et, surtout, par leur ampleur et toute la charge médiatico-émotionnelle qu’ils véhiculent, masquer tous les détails d’un processus visant à un résultat que l’on ne constate que bien après. Les détails sont pourtant bien là, et bien visibles. Du jour au lendemain, une population anonyme sort spontanément dans la rue pour manifester son mécontentement. Chacun sort avec sa pancarte imprimée avec le slogan du moment, en anglais s’il vous plaît, qu’il avait du conserver dans son grenier au cas où. Pancarte accompagnée d’un drapeau américain, et parfois du pays, qui étaient rangés dans le même tiroir, toujours au cas où. Une fois dans la rue, chaque manifestant se retrouve au milieu d’autres manifestants qui, comme lui, avaient aussi prévu le coup et avaient prévu les mêmes pancartes, les mêmes drapeaux, les mêmes mots d’ordre, toujours en anglais qu’il ne pratiquent pas sauf en cas d’insurrection. Ça rappelle ces insurgés libyens que l’on voyait à la télé faisant le  »V » de la victoire, alors même qu’ils ne parlent pas un mot d’anglais, ne connaissant le mot victoire que dans leur langue, l’arabe dans lequel, que je sache,ce V n’a aucune signification.

Tout montre que ces révolutions ne sont pas destinées à l’intérieur, mais à un public extérieur, nous. Ne pas voir une solide organisation derrière ces mouvements c’est jouer l’autruche. Ne pas voir que cette organisation est orchestrée par des gens d’une culture différente de la masse qui manifeste, c’est être aveugle.

Aujourd’hui comme hier, on retrouve dans les mouvements de masse égyptiens les mêmes signes, parmi bien d’autres. Maintenant que la première étape semble réussie, quelle sera la suite ? N’étant pas dans le secret des dieux, nous ne pouvons qu’interpréter indirectement les signes. Dans le cas de l’Egypte, trois éléments fondamentaux sont à prendre en considération:les rapports avec Israël, les relations avec l’Iran et l’attitude vis à vis de la Syrie. En fonction de ces trois éléments, nous pouvons déjà avoir une certaine compréhension de cette révolution elle-même, et aussi en deviner les dessous. L’éclairage sur ces facteurs se fera assez rapidement car la situation en Syrie est telle qu’elle oblige tout le monde à abattre ses cartes et se positionner très clairement.

Surveillons-les donc.

Avic

Bravo Maki, mais fais gaffe quand même…


barack-obama-g-et-le-president-senegalais-macky-sall-se_956466Dans quelques années on saura si ton discours face à Obama te vaudra des ennuis ou non. Mais tu peux, d’ores et déjà te préparer aux ennuis. Tu viens de balayer d’un revers de main les ordres provenant de plus haut que toi, portées par le plus grand des messagers qui soit : Barack Obama.

Le président américain était venu pour te donner les directives du lobby homosexuel, qui n’est lui-même que l’instrument du moment. Ces directives sont que c’est au tour du Sénégal d’entrer dans la danse.  Libéralisation de l’homosexualité, et mariage pour tous à terme. Le Sénégal est le pays de choix pour la pénétration de cette idéologie – il s’agit bien d’idéologie et non de mœurs comme on s’efforce de le faire croire – dans le continent africain. D’abord parce le Sénégal est un des pays les plus francisés d’Afrique, et la France vient de signer, dans la douleur, son entrée dans la ‘’marche de l’histoire’’. Si l’on veut profiter de l’effet domino pour l’Afrique, quel meilleur pays que le Sénégal pour servir de point d’entrée ?

Une autre raison a également poussé au choix de ton pays. Il est musulman et chrétien. Une caractéristique  qui en fait une porte d’entrée idéale du lobby dans le monde musulman.

Comme tu as dû le constater, ils ne s’embarrassent pas de détails pour arriver à leurs fins, en dépit de la résistance des populations.  Ni les us, ni les coutumes, ni les mœurs ne feront le poids devant les nouvelles valeurs suprêmes. Tout le monde doit adhérer et se soumettre. Les récalcitrants, qu’ils soient grands rabbins ou papes, sont impitoyablement éliminés.

Ne crois pas que ton coup de main au Mali te sauvera. La reconnaissance est un sentiment inconnu d’eux. Regarde tous les derniers départs : Ben Ali, Moubarak, le cheikh Hamad Ben Khalifa, tous de bons serviteurs zélés. Regarde Erdogan qui est en train de se débattre au fond de la nasse. Il avait pourtant donné tous les gages. On murmure aujourd’hui que le premier ministre du Bahreïn est sur la sellette.

Le Sénégal est trop important pour eux pour que tu puisses te permettre de manifester aussi directement et aussi clairement ton opposition à leur projet. On t’a connu plus prudent. Il est vrai que tu n’avais pas trop le choix. Si tu avais réagi différemment sur le sujet, tu aurais eu, non seulement  toute la population sénégalaise, y compris les homosexuels, contre toi, mais, pire, tous les grands chefs religieux sur le râble. Tu es assez bien placé pour savoir ce que cela veut dire…

Si mes soupçons se confirment, je crois bien que tu es piégé. On n’a pas envoyé un ambassadeur, ni même un Hollande pour te délivrer le message. On a choisi le top du top des messagers : Obama himself. C’est dire l’importance du message. Maintenant qu’il s’est acquitté de sa mission, le processus est lancé et, quoi que tu fasses ou dises, tu seras perdant. Bien sûr, tu peux démissionner dès maintenant pour t’éviter des jours sombres dans l’avenir. Mais tu ne le feras pas. Tu as brigué cette place, tu ne vois pas encore la nécessité de l’abandonner, comme ça, après avoir tant patienté pour arriver au sommet. Il te reste donc la solution de te faire d’autres amis, de te trouver, soudain, des intérêts stratégiques communs avec la Chine ou la Russie. Discrètement. Sinon tu accélèrerais ton départ et le rendrais plus douloureux. Rappelle-toi tous tes collègues qui avaient tenté le coup, de ATT à Gbagbo en passant par Bozizé. Même le prince saoudien Khaled ben Sultan, ancien ministre de la défense, ancien très bon collaborateur, ancien très bon ami, s’est vu signifier son congé pour quelques voyages de trop à Beijin.

Ce qu’ils voudraient, c’est que tu fasses comme Hollande. Passer en force, contre vents et marées. Même si elle ne sert pas à grand-chose pour le moment, ils ont obtenu leur loi. Ce serait intéressant d’avoir les chiffres des mariages homosexuels dans les deux ans à venir. Je suis persuadé qu’il n’y en aura pas tant que ça, car la loi n’est pas destinée à ça. Elle a d’autres buts qui n’ont rien à avoir avec le mariage ou l’adoption. Mais n’anticipons pas. Ils nous diront où ils veulent en venir le moment venu. En attendant, si ça peut te rassurer, sache que ton collègue, François Hollande, est lui aussi, bel et bien ferré. Désormais, il fera ce qu’on lui dira, ou on lâchera le million de manifestants ‘’Manif pour tous’’ dans la rue. Et cette fois la manif ne sera pas si pacifique que ça, car il y aura de vrais casseurs pour ne pas dire plus. C’est dans leurs méthodes, pour tenir les gouvernants. Ils leur font faire des choses impopulaires et s’en servent ensuite en cas de besoin avec l’aide de la population mécontente.

Il y a peut-être un moyen de t’en sortir. Explique-leur, par le biais d’Obama par exemple, que le Sénégal, contrairement aux apparences, n’est pas l’occident. Une loi de mariage pour tous n’a aucune chance de passer ni avec toi, ni avec un éventuel successeur. Ils pourraient te remplacer par tous les présidents qu’ils veulent, les sénégalais ne l’accepteront pas, pour l’instant. Fais-leur comprendre que ces choses-là, chez toi, sont régies par autre chose que des lois, autre chose de bien plus puissant. Dis-leur enfin que leur dada n’a aucune signification dans la tête d’un villageois de la Casamance ou du Fouta. Si tu leur expliques bien, même s’ils ne comprennent pas tout, tu peux peut-être t’en tirer, en attendant qu’ils ne trouvent autre chose.

Avic

Qui veut la tête d’Erdogan ?


Turquie576773Des révolutions de couleur, des printemps révolutionnaires, on commence à en avoir l’habitude. De la mascarade de Roumanie qui a fait tomber et assassiner Ceausescu à la comédie de Damas responsable d’une guerre encore en cours, nous avons appris beaucoup de ces révolutions toutes accompagnées de leurs snipers en mission commandée et de leurs meneurs professionnels, secondés par les technologies modernes de communication. Toutes ont visé à faire tomber un régime. Avec le recul, on a toujours fini par constater que ces ‘’révolutions’’ n’avaient de révolution que le nom, et que c’était toujours les mêmes manipulateurs qui tiraient les ficelles.

Comment alors ne pas se poser des questions devant chaque nouvelle autre révolution ? Ne pas le faire c’est penser que les précédentes manipulations n’étaient que des accidents conjoncturels. Or tout le monde sait que ce n’est pas le cas. On pourrait, également penser que ces mouvements populaires ne sont dirigés que contre des ‘’dictateurs’’, c’est à dire contre des régimes non amis de l’occident.  Les évènements récents nous ont montré qu’il n’en était rien. De grands amis tels que Ben Ali ou Moubarak ont été balayés en moins de deux, alors que tout le monde pensait qu’ils disposaient de soutiens solides. Kadhafi et Al Assad aussi étaient reçus en amis peu avant de se recevoir un coup de poignard dans le dos. Que dire de ce très grand ami que fut Saddam Hussein que l’on a amicalement poussé à envahir le Koweït pour mieux l’anéantir. Certaines amitiés sont mortelles.

Dans la marche du monde, l’amitié n’a jamais été protectrice. Elle ne le sera pas plus pour Erdogan qu’elle ne l’a été pour toutes ces personnes qui, du jour au lendemain, se sont retrouvées avec le titre de ‘’ plus grand dictateur de tous les temps’’. Fera-t-il partie du lot de ces nombreux ‘’amis’’ sacrifiés au nom des intérêts supérieurs de l’oligarchie ? Personne ne le sait encore, pour le moment. Seul l’avenir nous le dira. Mais l’on sait déjà que dans ces cas-là, l’appui des autres dirigeants mondiaux, fussent-ils  les plus puissants, ne changera rien à l’affaire. Ils pourront tout juste l’accompagner dans sa chute pour qu’elle soit moins douloureuse. On se rappelle Hosni Moubarak. On prend ici la mesure du pouvoir réel des présidents, comme s’ils n’étaient là que pour la mise en œuvre des programmes déjà décidés ailleurs et par d’autres.

Si les manifestations continuent – et elles n’ont pas l’air de vouloir se calmer, il y a de bonnes chances pour qu’Erdogan aille retrouver d’autres copains au cimetière des dictateurs, le Qatar ou éventuellement l’Arabie Saoudite, ou le bizutage risque d’être dur, vu l’appui qu’il a fourni pour la chute de certains d’entre eux. Qu’a-t-il bien pu faire pour mériter la disgrâce ? Ou peut-être, que n’a-t-il pas fait ? Lui reproche-t-on l’échec de la Syrie ? Ou d’avoir gardé deux fers au feu en maintenant des liens avec l’Iran ? Ou encore sa position vis-à-vis des gisements de gaz au large de Chypres ? On peut rajouter que beaucoup de grands projets, dans lesquels la Turquie tenait un rôle essentiel, ont capoté. C’est le cas par exemple du projet du gazoduc Nabucco, mis à mal par Gazprom, ou du projet  de percement du canal reliant la Mer de Marmara à la Mer Noire. (Voir l’article sur le remodelage de l’Europe Centrale et l’Europe de l’Est).

Comme souvent dans les changements de régimes, nous ne saurons rien avant de voir qui va être mis à sa place. Parfois il faut même attendre un certain temps, après les premières actions du nouvel arrivant, pour avoir une idée des causes de la destitution de l’ancien ‘’dictateur’’. En attendant, les évènements s’enchaîneront de manière logique, et personne n’aura rien vu venir. Pourtant, il existe des signes qui montrent que ces manifestations ne sont pas anodines. Outre que ce que nous savons de ce type de révolte-révolution, un autre évènement  noyé dans l’actualité turque devrait nous interpeler. Les attentats survenus il y a un mois à Reyhanli. Devant la cacophonie des déclarations, j’avais alors émis, dans un article à chaud, l’hypothèse qu’il pourrait y avoir des luttes internes au sein de l’élite turque.  Les médias n’en parlent presque plus et sont passés à autre chose : les manifestations. Les deux évènements, à moins d’un mois d’intervalle, pourraient bien être liés, ne serait-ce que parce que les révolutions et les attentats sont souvent manipulés et téléguidés. Il ne serait donc pas étonnant qu’une même main soit derrière tout ce qui se passe en Turquie.

Un autre signe, indirect celui-là, est la façon dont les médias traitent le sujet. Il est étonnant de constater comment Erdogan est subitement devenu ‘’orgueilleux’’, ‘’autoritaire’’, ‘’convaincu d’avoir été choisi par Dieu pour diriger la Turquie’’, ‘’formé dans le parti islamo-nationaliste extrémiste’’,  ‘’coupé de l’opinion, devenu incapable d’en saisir les humeurs’’, etc… Il n’est pas encore devenu un dictateur, mais le matériau est déjà en place. (Voir article Rue 89). Certains journaux insistent déjà sur le lâchage dont il a fait l’objet lors de son voyage au Maroc (où il n’a pas été reçu par le roi Mohamed VI) et en Tunisie (où il a fait face à l’hostilité de la foule). Pour faire bonne mesure, certains parlent de ‘’régime poutinien’’. Pourquoi se gêner quand on peut en avoir deux pour le prix d’un.

Quels que soient ceux qui veulent la peau d’Erdogan, ils travaillent sur du velours.  Le premier ministre turc a réussi l’exploit de se faire haïr par à peu près tout le monde, y compris par ceux qui l’adulaient et le mettaient sur un piédestal il y a à peine deux ans. S’il était submergé par la révolution, peu de gens le pleureront. Mais l’oligarchie aura gagné, encore une fois.

Avic

Erdogan menacé de « Dégage », par Pepe Escobar


le-premier-ministre-turc-recep-tayyip-erdogan-s-exprime-le-3_1144660Est ce que c’est le Printemps Turc ?

Non, enfin pas encore? Est ce que le premier ministre turc Recep Erdogan est le nouveau Moubarak ? Non, enfin pas encore.

 L’Histoire nous met constamment en garde qu’il suffit juste d’une petite étincelle pour allumer un grand feu politique. L’étincelle récente à Istanbul a été fournie par un petit groupe de trés jeunes environnementalistes organisant un sit in pacifique, type Occupons, dans le parc Taksim pour protester contre la destruction prévue de l’un des espaces verts publics restants dans le centre de la ville, Gezi Parc.

La destruction de Gezi parc est la suite d’un racket mondial du néolibéralisme qui a fait ses preuves; Il sera remplacé par un simulacre – dans ce cas une réplique des Barraques de l’Artillerie Ottomane – hébergeant, quoi d’autre, encore un autre centre commercial. C’est essentiel de noter que le maire d’Istanbul, appartenant également au parti au pouvoir, le Parti Justice et Développement ( AKP) est propriétaire d’une chaîne de magasins de vente au détail qui fera du centre un tueur. Et l’homme qui détient le contrat pour ce « redéveloppement » n’est autre que le gendre d’Erdogan.

Comme prévu la répression de la police contre les manifestants auquels se sont joints des hauts responsables du principal parti d’opposition en Turquie, le Parti Républicain du Peuple (CHP) a été violente. Et rapidement le motif environnemental s’est transformé en un  » A bas le dictateur » style Tahrir.

Dés Samedi le parc Taksim était bondé de dizaines de milliers de personnes; une multitude avait traversé le pont du Bosphore venant du côté asiatique d’Istanbul, frappant sur des casseroles et des poêles style Argentine 2002 cacerolazo, violant ouvertement la loi interdisant aux piétons de traverser le pont. La police s’est empressée d’intensifier les moyens de répression passant aux canons à eau, à l’aspersion de poivre et aux gaz lacrymogènes.

Le comportement des médias turcs pour la plupart lâches a été comme prévu stupéfiant – peut être pas surprenant quand on sait qu’il y a 76 journalistes en prison accusés de soutenir  » le terrorisme » et d’autres « crimes » non spécifiés. Cela peut aussi être interprété comme le reflet de l’influence sur un allié précieux des US et de l’OTAN – du type :  » OK écrasez quelques cranes mais ne tuer personne ».

La presse écrite au moins a quelque peu fait amende honorable. Hurriyet- qui avait l’habitude d’exercer ses facultés critiques – a retrouvé une certaine dignité avec des titres tels :  » Erdogan n’est plus le tout puissant ». Zaman – qui fait partie du réseau du mouvement islamiste modéré Gulen – s’est montré inquiet face au pouvoir illimité D’Erdogan et de l’AKP, publiant des éditoriaux condamnant sa conduite « excessive » et soutenant les manifestants.

Pendant ce temps aux US et dans l’UE Ankara n’a pas vraiment été condamnée – juste l’habituel insipide « préoccupé ». La Turquie après tout est l’image CNN du pays fétiche ; il est complètement  » au diapason » avec son image de marque d’une autocratie néoliberale à succés ( tout comme les petro monarchies du Conseil de Coopération du Golfe). Etre violemment condamnés et menacés de frappes sont les privilèges de l’Iran et de la Syrie.

Qu’on l’amène au pont

Comment se peut-il que tout ait commencer avec le « redéveloppement » du parc Gezi. En fait cela est juste un petit détail d’un plan gigantesque- une petite tranche de mega projets de l’AKP dans tout Istanbul qui exclut totalement l’avis de la société civile.

La Turquie est peut être devenue la 17ème plus importante économie mondiale mais sa croissance n’est que de 3% par an en 2013 ( même si cela est bien mieux que l’Europe). L’AKP a certainement noté que le miracle économique turc repose sur des pieds d’argile basé sur des produits à basse valeur ajoutée trés dépendants des marchés – dans l’agriculture, la petite industrie et le tourisme.

Arrive le projet de troisième pont sur le Bosphore – faisant partie d’une nouvelle autoroute de 260 Km reliant Thrace à l’Anatolie de 2.6 milliards de $ us, contournant la métropole d’Istanbul et l’un des carrefours clés de l’UE pour le corridor de transport Europe Caucase Asie (TRACECA).

Lors des élections de 2011 Erdogan a démarré sa campagne en se vantant d’un « projet fou » un canal de 50 Km de la Mer de Marmara à la Mer Noire devant être achevé en 2023 – centenaire de la République turque – pour un coût de 20 milliards de $ us. L’objectif est non seulement de décongestionner le Bosphore mais aussi de construire un troisième pont et un troisième port pour déplacer l’axe d’Istanbul vers le Nord de la ville pas encore développé. Cela inclurait deux nouvelles villes de même qu’un troisième aéroport.

L’AKP a décrit cette politique ambitieuse comme une « transformation urbaine ». Le prétexte c’est le risque d’un important tremblement de terre – tel celui de 1999. Pour ce qui apparaît comme une importante affaire juteuse de spéculation foncière, Erdogan et l’AKP s’appuient sur deux agences gouvernementales. TOKI et KIPTAS qui ont fixé des prix bien trop élevés pour le turc moyen. La cible principale ce sont les classes moyennes supérieures qui votent AKP.

L’AKP est complètement obsédé par le contrôle d’Istanbul – qui représente 85 sièges sur les 550 au Parlement ( Ankara la capitale n’en bénéficie que de 31). Erdogan et sa clique ont été depuis 1994 à l’avant garde du Grand Istanbul comme membres à l’époque du parti Refah. Erdogan a commencé sa conquête de la Turquie à partir de l’ancienne capitale ottomane.

Les mega projets sponsorisés par l’AKP ont été conçus comme l’ultime plateforme pour faire émerger la Turquie dans l’aire post mondialisation tirant un maximum du cliché de « pont entre des civilisations ». Après tout 50% des exportations turques proviennent d’Istanbul. De ce marketing politico urbain de ces mega projets dépend la crédibilité mondiale de la Turquie au sein des suspects habituels les « investisseurs internationaux ». Cela n’a rien à voir avec la cohésion sociale ou le respect de l’environnement. C’est juste d’affirmer que le mouvement du parc Taksim a complètement saisi les implications de cette logique de développement autoritaire et cupide.

Il y a t-il des Amis de la Turquie ?

Erdogan a peut être admis en grommelant que les forces de police avaient suréagi. En fait il ne peut rien faire d’autre que d’accuser les manifestants qualifiés de « pilleurs » d’être « liés au terrorisme » et d’avoir des « liens glauques » ; leur seul but serait de faire perdre les élections parlementaires de 2015 à l’AKP. Erdogan s’est vanté de pouvoir faire descendre dans les rues 1 million de supporters de l’AKP pour chaque 100 000 manifestants actuels. Et bien 5000 d’entre eux sont déjà parvenus à caillasser son bureau à Besiktas.

Les manifestations se sont déjà étendues à Izmir, Eskisehir, Mugla, Yalova, Bolu, Adana et même dans les fiefs de l’AKP tel Ankara, Kayqseri et Konya. Ils sont des dizaines de milliers. Chaque nuit à Ankara et Istanbul ( même dans les zones résidentielles endormies) on peut entendre les klaxons de voitures et les habitants tapant sur leurs casseroles et leurs poêles de leurs balcons , cela pourrait atteindre plusieurs centaines de milliers de personnes.

A l’évidence le mouvement du parc Taksim/Occupé Gezi/ A Bas le dictateur s’étend rapidement au secteur laîc de la Turquie complètement opposé à l’AKP et au mélange trés personnalisé de néolibéralisme dur et conservatisme religieux d’Erdogan.

Les turcs laïcs voient clairement comment Erdogan essaie de profiter un maximum d’un « processus de paix » fumeux avec les Kurdes du PKK afin de pouvoir récolter un maximum de votes pour un référendum constitutionnel. Le référendum détruirait le système parlementaire et installerait un système présidentiel – à portée de main d’Erdogan dont le mandat de premier ministre se termine en 2015 et qui meurt d’envie de rester en politique comme président.

Erdogan bénéficie peut être d’une solide majorité en Anatolie conservatrice. Mais il se peut qu’il joue aussi avec le feu. C’est un homme qui il y a plus de 2 ans criait : »Moubarak doit écouter son peuple » – et de même Assad en Syrie. Actuellement la majorité des Turcs rejette totalement le « soutien logistique » d’Ankara aux gangs syriens de « rebelles ».

Cerise ironique sur le gâteau c’est Damas qui maintenant met joyeusement en garde Erdogan de réduire la répression violente, écouter « son peuple » ou démissionner.

Et la suite ?

Erdogan installe une zone d’exclusion aérienne au dessus d’Istanbul ( ou l’OTAN installe une zone d’exclusion aérienne au dessus d’Erdogan) ?

Les « rebelles » kurdes reçoivent une aide directe de Damas, de Teheran et du Hezbollah ?

Damas appelle à une réunion internationale des « Amis de la Turquie » ?

Pepe Escobar 03/06/2013 Asia Times Online

Article en anglais

Traduction Mireille Delamarre