Archives du mot-clé norman finkelstein

La Fin de la Palestine ? Norman Finkelstein


Norman-black-shirtLe Secrétaire d’Etat américain John Kerry était à nouveau au Moyen-Orient cette semaine, menant des entretiens intensifs avec des responsables Israéliens et Palestiniens et d’autres acteurs régionaux. Il a été largement rapporté que son objectif est de parvenir à un « accord-cadre » comme prélude à un règlement définitif du conflit israélo-palestinien. Lire la suite La Fin de la Palestine ? Norman Finkelstein

Norman Finkelstein glisse une quenelle sur BHL et sa clique !


photo-Main-basse-sur-la-memoire-les-pieges-de-la-loi-Gayssot-2011-6
Moi je dirai que Mr Finkelstein est jaloux car le seul exemplaire qui existe au monde se trouve chez nous et non en Amérique. De plus, la France est le seul pays au monde à délivrer le diplôme de  »nouveau philosophe » dès la Lire la suite Norman Finkelstein glisse une quenelle sur BHL et sa clique !

Les “progressistes” au lit avec Bibi


Gilad Atzmon

Tikun-OlamUne fois de plus émerge un schéma familier: Nos “progressistes” unifiés, une véritable synagogue, un collectif de grands humanistes, prêtent leur soutien aux opprimés. Cette fois-ci c’est le “peuple syrien” qu’ils désirent libérer et leur ennemi est de manière évidente Bachar Al-Assad.

C’est un schéma que nous ne connaissons que trop bien maintenant. Avant la “guerre contre la terreur” nous avons été les témoins des intenses campagnes des groupes d’activistes féministes et homosexuels pour le droit des femmes en Afghanistan. Le type progressiste n’approuve pas non plus l’état actuel des affaires de la révolution iranienne. Trop souvent les voyons-nous insister pour nous pousser à libérer les Iraniens. Cette semaine, nous voyons une fois de plus le front uni de Tariq Ali, Ilan Pappe, Frederic Jameson, Norman Finkelstein et d’autres gens bien intentionnés. Ils veulent clairement que “nous libérions les Syriens”. Ils font ouvertement campagne pour renverser le régime de Bachar Al-Assad ( to topple Bashar al-Asad’s regime). Ils en appellent aux “peuples du monde” de faire pression sur le régime syrien afin de faire cesser l’oppression et la guerre contre “le peuple syrien”. “Nous demandons, disent-ils, que Bachar Al-Assad quitte immédiatement le pouvoir sans aucune excuse ainsi, la Syrie pourra commencer une convalescence rapide vers un futur démocratique.”

Nous y sommes. Ali, Jameson, Pappe, Finkelstein et compagnie, à la lumière des récentes attaques israéliennes sur la Syrie, seriez-vous assez gentils, gentlemen, de nous dire qui soutenez-vous ? Est-ce Assad ou Netanyahou que vous épaulez ?

On peut se demander comment nos progressistes, malgré leur bonne volonté et leurs crédits humanistes, ont pu faire pour se retrouver une fois de plus au lit avec Bibi ?

La réponse est en fait simplement embarrassante. La philosophie progressiste est la dernière forme avancée de choix idéologique. S’auto-étiqueter progressiste implique de manière évidente que quelqu’un d’autre doit être un “réactionnaire”, C’est un point de vue élitiste auto-suggéré qui est intolérant et suprémaciste de manière inhérente.

Le progressisme est un précepte dévoué à l’idéologie du “Tikun Olam” (changer le monde). Il est fondé sur l’idée que ceux qui ont des idées progressistes “savent mieux”. Ils savent ce qui est bien et mal, juste et incorrect. Le progressisme sait comment différencier entre le kosher et le taref. Les voix progressistes dans ce cas précis, ne veulent pas voir le fait, embarrassant, que c’est actuellement l’armée syrienne, largement sunnites, qui combat les soi-disant “rebelles syriens”, qui ne sont en grande partie qu’un rassemblement de mercenaires étrangers.

Peut-être que nos interventionnistes progressistes pourraient lire un peu plus souvent quelqu’un comme Robert Fisk – après tout, Fisk pourrait aussi bien être le seul journaliste fiable de langue anglaise dans la région. “Le mot démocratie et le nom d’Assad ne sont pas compatibles dans une grande partie de la Syrie.” Nous dit Fisk, mais il continue: “Je pense plutôt que les soldats de ce qui est officiellement nommé l’Armée Arabe Syrienne, se battent plus pour la Syrie que pour Assad. Et ils se battent et peut-être même maintenant, sont-ils en train de gagner une guerre ingagnable.”

En gardant ceci à l’esprit, je m’attendrais à ce que les intellectuels progressistes, dont certains sont des historiens et politologues respectés, soient un peu plus sophistiqués et se posent un peu plus de questions avant que de donner un feu vert moral à Israël pour déclencher un nouveau conflit mondial.

Je tendrais à penser qu’il serait grand temps que nos humanistes progressistes s’engagent dans une enquête éthique préliminaire. Ils se rendraient compte une fois pour toute, ce qui constitue les bases morales pour toute forme d’intervention. Je pense qu’avant que vous ne prêchiez le “Tikun Olam” et clamiez de “rendre le monde meilleur” au nom de ce qui est habituellement cité comme étant la “société civile” et le “droit international”, vous devriez penser à vous corriger en premier lieu.

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

http://www.informationclearinghouse.info/article34858.htm