Archives du mot-clé Police

Impunité pour les agresseurs d’Alain Soral


alain-soral-_9_Le parquet du Procureur de la République a informé Alain Soral du classement de sa plainte contre X suite à son agression d’avril 2013.

Alors qu’il dînait dans un restaurant du 6e arrondissement de Paris le 5 avril 2013, Alain Soral avait été attaqué par une dizaine d’hommes masqués. Il était parvenu à se défendre et, avec l’aide du personnel du restaurant, s’en était sorti sans blessures. Lire la suite Impunité pour les agresseurs d’Alain Soral

Le cocaïnomane N. Bedos est aussi pochtron !


Nicolas Bedos attends the 'Amour et turbulences' Premiere - LilleC’est qu’il est courageux le Nicolas avec 3 litres d’alcool dans le sang et 5 grs de cocaïne dans les narines ! C’est que ça menace les flics, ça insulte tout le monde…

Nicolas Bedos condamné pour injures envers la police

Il a fait de la provocation son fonds de commerce. Mais cette fois, son humour l’a emmené … à la case justice. L’humoriste Nicolas Bedos a été condamné vendredi à 2000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Paris pour des «injures publiques» envers les policiers. Lire la suite Le cocaïnomane N. Bedos est aussi pochtron !

Nous avons testé pour vous… les geôles de la République


sipa_00674233_000023Paris, 26 janvier : 250 personnes en garde à vue. Comment la police en est-elle venue à opérer des arrestations massives après une manifestation autorisée ? Enquête d’un journaliste qui a eu le tort d’oublier sa carte de presse… Lire la suite Nous avons testé pour vous… les geôles de la République

Hollande/Gayet: L’appartement secret lié au grand banditisme?


Tribune libre Pierre Royant

hollande_gayet_ouvJe m’étais promis de ne pas mettre mon grain de sel dans cette histoire de cœur de François Hollande. Mais devant la tournure politique qu’elle commence à avoir, certaines questions se posent. Lire la suite Hollande/Gayet: L’appartement secret lié au grand banditisme?

Londres : trois femmes libérées après 30 ans d’esclavage


scotland-yard-930_scalewidth_630Trois femmes ayant travaillé dans des conditions d’esclavage pendant quelques trente années ont été sauvées d’une maison du sud de Londres jeudi matin, ont rapporté les médias locaux.

Selon le journal le Guardian, les victimes sont une Malaisienne de 69 ans, une Irlandaise de 57 ans et une Britannique de 30 ans. Lire la suite Londres : trois femmes libérées après 30 ans d’esclavage

vidéo « Honte à la police francaise »


Tours : la vidéo « Honte à la police » qui fait réagir, même l’IGPN

Joue-les-Tours-une-interpellation-violente-filmee-et-postee-sur-YouTube_image_article_largeCette vidéo amateur filmée par le pseudo « Nasser tkt » depuis un immeuble du quartier sensible de la Rabière, à Joué-les-Tours, près de Tours, ce dimanche 18 août, a déjà été vue plus de 1 570 000 fois à l’heure où nous postons cette Zapnet et a fait beaucoup réagir sur Twitter avec le mot-dièse #bavure et le titre « Honte à la police française ». Elle a même abouti, selon les informations du Lab, à la saisie de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Selon La Nouvelle République, le déroulé des faits est le suivant :
« La police voulait interpeller une voiture qui zigzaguait avec sept personnes à son bord. Le conducteur, qui présentait des signes d’ivresse, a refusé de se soumettre au test d’alcoolémie. Il était, selon les forces de l’ordre contactées par La Nouvelle République, très énervé. L’une de ses passagères s’est montrée elle aussi très agacée contre les policiers. Elle aurait alors essayé de voler la radio portable du policier, qui serait tombée à terre, empêchant le fonctionnaire de demander des renforts. »
Le conducteur aurait ensuite été contrôlé avec plus d’un gramme d’alcool et, faisant l’objet d’une fiche de recherche, il a été écroué à la maison d’arrêt de Tours, ajoute le quotidien. La femme matraquée a été, elle, convoquée au tribunal en octobre pour répondre d’outrages et de rébellion.
Les moments importants de la vidéo :
  • vers 47 secondes, on voit le policier frapper la femme à coup de matraques et lui dire « Dégage ! » ;
  • à 1’49, le policier lui envoie un jet de gaz lacrymogène pour la faire reculer ;
  • à 6’30, le policier dit : « Elle m’a mordu la salope. ».

Mathieu Rigouste «La domination des surexploités est l’un des piliers de la police»


Tribune libre zorro.montmartre

article_photo_1351945385684-1-HD

Entretien réalisé par 
Mehdi Fikri

Dans son livre la Domination policière, une violence industrielle (Éditions la Fabrique, 2012), Mathieu Rigouste analyse les pratiques de la police en banlieue, calquées sur les modèles de gestion coloniaux.

Dans votre livre, vous parlez de « ségrégation endocoloniale » pour définir le contrôle social et policier dont font l’objet les «colonisés de l’intérieur», notamment dans les quartiers populaires. D’où vient et comment procède ce système ?

Mathieu Rigouste. De la même manière que la société capitaliste fonctionne à plusieurs vitesses, il y a différents types de polices, qui contrôlent différentes strates de la population. La strate surexploitée – les immigrés et leurs enfants – fait l’objet d’un contrôle particulier. La domination de ces surexploités est l’un des piliers de la police. Ainsi, le contrôle au faciès n’est pas une dérive, c’est une pratique ancienne et structurelle, un dispositif central. Depuis le début du XXe siècle, un système de ségrégation et de contrôle se déploie pour encadrer la main-d’œuvre issue des colonies que le capitalisme industriel concentre aux abords de ses grands centres d’accumulation de profit. Dans les années 1930, il existait une police des colonisés en métropole. La brigade nord-africaine (BNA) quadrillait les « quartiers musulmans » de Paris, y opérait des raids et des rafles, et alimentait des fichiers de surveillance politiques et sociaux. La BNA a été dissoute à la Libération en raison de son caractère explicitement raciste.

Vous établissez une « archéologie » des pratiques de la police dans 
les quartiers populaires, qui remonte au début du siècle dernier. En quoi l’histoire coloniale de la France 
est-elle la matrice de sa police ?

Mathieu Rigouste. À partir de 1953, la préfecture de police de Paris crée une nouvelle unité : la brigade des agressions et violences (BAV). L’accent n’est plus mis sur la « race » des colonisés, mais sur leur supposée « criminalité », et le fonctionnement reste le même. L’objectif est de pénétrer les milieux nord-africains, notamment pour paralyser les actions du FLN. Dans les commissariats de banlieue, certains anciens des BAV participent à la création « brigades spéciales de nuit », qui donneront ensuite naissance aux BAC d’aujourd’hui. De la BNA aux BAC, en passant par les BAV, c’est le même schéma de ségrégation raciale qui prévaut. Et le parcours d’un homme comme le commissaire François 
Le Mouel, ancien des brigades spéciales de nuit et théoricien de « l’anticriminalité », résume assez bien le processus de reconversion des répertoires de guerre coloniale dans le contrôle des pauvres et des enfants de colonisés. La guerre d’Algérie a formé les classes dirigeantes et les futurs cadres de la police contemporaine.

Quelles sont les nouveautés dans 
les pratiques modernes des BAC ?

Mathieu Rigouste. L’un des principaux changements, c’est que les BAC sont des unités « proactives », régies par la notion de productivité. « Proactives »: c’est-à-dire qu’elles sont capables de créer leur propre marché. Et elles sont très créatives dans ce domaine. Défier les jeunes du regard est l’exemple typique du système proactif. C’est une technique qui est censée permettre de révéler le « crime caché dans la population ». Si quelqu’un fuit ou s’esquive quand le policier le fixe, c’est qu’il a quelque chose à se reprocher. Mais, en réalité, cette attitude provoque la rébellion et offre de nouvelles possibilités d’intervention là où il n’en existait pas. On a parfois tendance à considérer qu’il s’agit d’attitudes de policiers particulièrement zélés, racistes ou frustrés, or il s’agit bien d’une technique d’État, une mécanique de police socioraciste et systémique.

Autre nouveauté, le développement de la sécurité privée…

Mathieu Rigouste. Ce secteur est accolé aux forces de police classique. C’est ce que l’on appelle la « coproduction de sécurité ». L’histoire des BAC est indissociable de celle des marchés de la coercition et de la sécurisation. Le Flash-Ball, arme de guerre israélienne, a ainsi envahi les banlieues aussi parce que l’armement sublétal, qui permet de frapper quotidiennement en réduisant le risque de tuer, constitue un grand marché économique. Pour le Flash-Ball comme pour le Taser, de grandes campagnes de lobbying accompagnent la dotation des policiers en nouvelles armes. Le contrôle social est devenu un marché lucratif.

Il y a de nombreuses mobilisations populaires dans les quartiers contre la domination policière. Comment ont-elles évolué dernièrement ?

Mathieu Rigouste. Depuis les années 1970, des comités Vérité et j ustice sont créés dans les quartiers, pour dénoncer telle ou telle bavure policière, obtenir l’égalité de traitement et protéger les générations suivantes. Ces mobilisations sont portées par les familles des victimes et peuvent parfois durer une dizaine d’années. Elles ont, face à elles, la police, la justice, les médias. Et il devient évident pour de plus en plus de gens que ces révoltes sont légitimes.

L’Affaire Ajimi en appel à Aix

Le procès en appel des trois policiers, condamnés en première instance à du sursis pour leur implication dans une interpellation musclée qui avait conduit à la mort d’Abdelhakim Ajimi, à Grasse en 2008, a débuté hier à Aix-en-Provence. Le jeune homme de vingt-deux ans était mort asphyxié le 9 mai 2008, les deux policiers ayant comprimé sa cage thoracique et pratiqué une clé d’étranglement autour de son cou. Le 24 février 2012, deux policiers avaient écopé de dix-huit et vingt-quatre mois avec sursis pour homicide involontaire, un troisième de six mois avec sursis.

Entretien réalisé par 
Mehdi Fikri

http://humanite.fr