Archives du mot-clé Quai d’Orsay

Un gouvernement français au service de l’étranger ?


1105677Les crises ont ceci de positif, c’est qu’elles clarifient beaucoup de situations et dessinent un peu mieux les lignes de fracture en faisant tomber les masques. La crise syrienne n’a pas échappé à la règle. Outre la vraie nature du terrorisme international, elle nous a révélé une Europe-colonie et surtout, en ce qui nous concerne, une France moribonde à cent lieues de ce qu’elle croit encore être ou de ce que des millions de gens dans le monde pensaient qu’elle était.

Au temps de Sarkozy, avec Bernard Kouchner comme ministre des affaires étrangères le flou était encore possible. Aujourd’hui, avec François Hollande, flanqué d’un Manuel Valls et d’un Laurent Fabius tout devient clair. La politique, en France, ne se résume plus qu’à des manœuvres électorales. Pour les médias comme pour le citoyen préprogrammé, parler de politique c’est discuter sur le rapport de force entre les hommes et les groupes politiques, chercher à savoir qui sera élu ou qui sera battu, polémiquer sur des déclarations dont on a déjà mesuré le vide mais dont on ne peut s’empêcher de parler et, toujours, tout ramener à l’éternel et stérile combat Gauche-Droite rehaussé d’une touche d’extrêmes, des deux côtés pour faire bonne mesure.

Mais la vraie politique, celle qui détermine l’avenir des français et de la France, se joue ailleurs. Et celle-là est déterminée à l’étranger. Le gouvernement est complètement gangréné par des agents qui, soit par leurs actes, soit en le proclamant ouvertement, sont plus au service de l’étranger qu’au service de ceux qui les ont élus. En assumant leur double emploi, ces agents semblent apparemment mieux payés par leurs employeurs étrangers que par le peuple français. Mais le résultat est là, les citoyens ne comptent pas.

Avec la crise syrienne, les exigences et les pressions extérieures sont devenues telles que beaucoup de masques sont tombés. Tous ces agents ne servent pas qu’à gérer les affaires de la France à partir de l’extérieur. Ils servent également à apporter, dans un contexte international, le poids de la France qui, malgré tout, a encore de beaux restes à dilapider.

Du ministère de l’intérieur au ministère des affaires étrangères, en passant par le ministère de la défense, on ne sait plus qui travaille pour qui. Voir à ce sujet cet article de La Plume à Gratter. Au Quai d’Orsay, les choses semblent encore plus graves. Les derniers restes d’une diplomatie, qui fut jadis célèbre dans le monde, sont en train de se faire définitivement annihiler. Les diplomates arabisants, connaissant tous les problèmes des pays arabes de manière fine et qui ont fait leur preuves au moment où la France avait besoin de défendre ses propres intérêts, sont en train de se faire dispatcher un peu partout dans le monde, qui en Amérique du Sud, qui en Europe du Nord, remplacés par d’autres diplomates plus à même de défendre les intérêts étrangers. Un article de Georges Malbrunot nous détaille quelques-unes de ces mutations. Cela veut dire que même les ambassadeurs, représentant la France et les français, sont nommés de l’extérieur.

Vu de l’extérieur, les observateurs doivent s’amuser en se demandant jusqu’à quel point ce peuple, fier de sa révolution, de sa puissance et de son histoire, va accepter d’être avili. Jusqu’à quand acceptera-t-il qu’on lui crache ouvertement à la figure sans réagir et oser encore manifester quelque fierté ?

Avic

Vers la déconfiture de la France en Syrie


Tribune libre AlMutanabi Jasmin

60343359_014785990-1

Hélas, diplomatiquement et militairement la France s’est laissé piéger. On imagine le tollé international qu’aurait soulevé une coalition uniquement composée des Etats Unis et de l’Arabie Saoudite. Il fallait à la conjuration un compère de moralité, un indigné patenté, un tampon socialiste pacifiste droit-de-l’hommiste.

Ballot, le Président français, sans doute instrumentalisé par le jeu de malice des Saoudiens et des Israéliens, s’est empressé de remplir la fonction. Les bleus du Quai d’Orsay n’ont rien vu venir; ils se sont abstenu de poser des conditions. Maintenant, il est trop tard pour faire machine arrière et le dégagement diplomatique vers l’Iran qui s’amorce permettra tout juste de temporiser. Reste que la facture risque d’être salée. Car la table de la diplomatie française a proprement été renversée!Dans le monde arabe, la fracture est consommée. Désormais, la chose est entendue et répétée: Paris est inféodé. Oubliée la posture de De Gaulle dénonçant l’arrogance israélienne, balayée la main tendue de Giscard aux Palestiniens, révolue la politique équilibriste de Mitterrand, effacée l’audace de Chirac, amnésiées les bizarreries de Sarkozy. Désormais France USA c’est kif kif. La posture du médiateur ami de tous est révolu. Les accrédités du corps d’Orient sont discrédités.

A Pékin, nos plénipotentiaires rament, à Moscou, ils plongent, partout ailleurs, ils tentent d’expliquer en apnée que Paris reste la capitale d’une nation libre et indépendante dont l’influence dépasse largement les faubourgs de Bamako. A l’Assemblée Générale des Nations Unis, les pays en espoir de développement et les pays émergents ricanent. A Bruxelles, les piliers fissurés de l’Union Européenne menacent de s’effondrer; celui de la Politique Etrangère et de Sécurité Commune (PESC) est ébranlé, l’Europe de la défense est une histoire ancienne oubliée, la force européenne d’action rapide est une galéjade du siècle passé.

Qu’importe, sous les ors des Palais hypothéqués de la République Française l’illusion de la grandeur demeure. Le conseil de sécurité, le véto, l’arme nucléaire, autant de dissuasions inopérantes qui servent encore de prétextes pour parader et confondre offensive militaire et défilé du 14 juillet.

L’Elysée fébrile tonne et gronde mais le porte-avion reste à quai. L’aéronavale qui n’est pas en capacité de «punir» sans l’assistance d’Israël et de l’US Army attend le feu vert pour appareiller. Sur zone, quelques centaines de matelots patientent en faisant des ronds dans l’eau. Des chasseurs bombardiers sont pré-positionnés en méditerranée.

Le scénario est au point: quelques Rafales iront larguer des missiles Scalp «fire and go» à bonne distance des côtes syriennes. L’armée française est surtout crédible au sol. Elle excelle dans le sale boulot, celui de risque-sa-peau. Comme en Bosnie et en Afghanistan. En Syrie, à l’inverse de la Libye et du Mali, les opérations ne se limiteront pas à quelques canonnades à distance. Il faut s’attendre à encaisser les coups qui viendront en retour. Les combats au sol seront inévitables et contrairement aux Américains qui sous traitent aux armées privées (Blackwater/Academi) et aux Saoudiens qui disposent d’un réservoir de Pakistanais, l’armée française n’a ni mercenaires ni supplétifs à sacrifier. A moins que le Tchad et le Mali…

La guerre zéro mort étant illusoire, Paris et Tel Aviv évaluent le nombre de victimes que son opinion est prête à supporter. Le pouvoir syrien fait exactement le même calcul. Il prépare sa riposte en conséquence sachant que quelques centaines de victimes suffiront à faire lever les pouces des attaquants. Car en dehors des révoltés syriens, des moujahdines fanatisés et des révolutionnaires hachichés, qui est prêt à mourir pour la Syrie? Même à très bon prix car l’argent n’est pas un problème depuis que l’Arabie s’est engagée à couvrir l’intégralité des dépenses de guerre: «without any limit» a précisé le ministre salafiste.

Mais, la population française en majorité hostile à l’engagement de Hollande ne supportera pas la vue d’une goutte de sang et il est à craindre que dans l’hexagone, la guerre consolidera une alliance de circonstance entre la droite parlementaire, une partie de la gauche et même le Front National!

La perspective de sortie de crise s’annonce donc avec un retour sur investissement négatif. Car après le cessez le feu, la mise en accusation de Bachar, la construction des murs d’une Syrie fractionnée en ruine… In fine, au terme de la pantomime diplomatique et sanglante, qui sera le dindon de la farce?

http://hybel.blogspot.fr

via http://oumma.com/174259/vers-deconfiture-de-france-syrie

Brésil – subversion : Quelques éléments de réflexion et d’analyse


Dilma-ROussefEtant en train de préparer un article pour un site ami , je ne ferais pas d’analyses . Le lecteur pourra éventuellement se reporter au journal Le Monde qui a fait preuve d’un peu d’honneteté intellectuelle en parlant de  » gens aisés  » [ qui défilent dans la rue ] . [ lien ]  Je présenterais juste quelques éléments de reflexion pour le public Français . Ces éléments ne constituent pas LA réalité mais certains aspects de la réalité de ce mouvement que je pense utile de mettre à la connaissance du public Français

Le jeune  » basané  » qui braille sur la photo ci-dessous à côté du jeune masqué  » contre le système  » porte un tee-shirt  Misfits  et une casquette  NY Yankees  . Le prix du tee-shirt est de R$ 35 ( 35 réaux ) [ lien ]  et le prix de la casquette est de R$ 80 [ lien ]   soit un total de R$ 115 . A São Paulo le salaire minimum est de R$ 755 [ lien ] , le tee-shirt et la casquette représentent 15% du salaire minimum soit l’équivalent en pouvoir d’achat Français de 200 Euros ! Il faut y rajouter le blouson , les pantalons et les chaussures qui doivent se trouver dans la même gamme de qualité  et on arrive facilement à 30% voir 40% du salaire minimum . A titre de comparaison , 50 voyages de bus-metro [ avec correspondances ] mensuels à R$ 3 représentent une charge de R$ 150 . Sur la deuxième photo prise à Rio , le tee-shirt vert A-FITCH peut être évalué à lui seul à R$115 .[ lien ]

Brésil-Manifs3

 

17jun2013---em-sao-paulo-manifestantes-contra-o-aumento-da-tarifa-do-transporte-coletivo-fazem-marcha-pela-rua-da-capital-1371525647596_1920x1080Contrairement à ce que laisserait croire ce reportage de la chaîne de propagande du Quai d’Orsay France 24 , [ lien ] le smartphone – outil indispensable à la mobilisation citoyenne ©™ – reste un produit reservé à des personnes disposant d’un pouvoir d’achat substantiel , même acheté avec des mensualités . Le prix d’un smartphone [ je ne parle pas des iphones qui peuvent atteindre R$ 1700 ] oscille entre R$ 590 [ 75% du salaire minimum soit 1050 Euros de pouvoir d’achat équivalent Français ] et R$ 1290 [ 170 % du salaire minimum soit 2380 Euros de pouvoir d’achat équivalent Français ] [ lien ]

Smatphones1Comme toujours les grandes causes reçoivent les soutiens des grands intellectuels ! A Moscou le  » cercle de Moscou  » par la bourgeoisie Moscovite a vu le soutien de Xénia Sobtchak . Au Brésil ce sont les vedettes des telenovelas qui défendent les opprimés descendus dans les rues Brésiliennes ! [ lien ]

Fotos TML-001Toujours un aspect qui est éludé : Le caractère racial , au delà du caractère de classe , de ces manifestations . Photos de manifestations à Salvador de Bahia , l’une des villes la plus  » noire  » du Brésil ! [ lien ]  [ lien ]

Bresil2Enfin les barbouzeries que l’on trouve dans ces événements : La police de la ville de Porto-Alegre a apréhendé un groupe anarchiste qui possédait les données de tout les organes de sécurité de la ville et le matériel pour des graffitis subversifs – pixos [ page Wikipedia ] [ page wikipedia ]  – et pour préparer des cocktails Molotov . [ lien ]

BrésilFr24L’organe de propagande du Quai d’Orsay France 24 restant silencieux sur ce point , montrant même des fleurs guerreduvietnamiennes  [ lien ] il est bon de signaler que des casseurs se sont attaqués jeudi soir au palais de l’Itamaraty , siége du MAE Brésilien . Des vitres ont été brisées et un début d’incendie a eu lieu . Le palais de l’Itamaraty , plateforme de projection de la diplomatie d’influence Brésilienne qui se décline dans l’organisation de cette Coupe des Confédérations et dans la Coupe du Monde contestées par les manifestants [ lien ] , a été sauvegardé par l’intervention de fusillers-marins . C’est une nouvelle militarisation de la sécurité des centres de pouvoir à Brasilia .[ lien ] A tire d’information , Brasilia possède les transports publics les moins chers du Brésil .[ lien ] mais c’est la ville qui a connu les manifestations les plus violentes contre les institutions fédérales[ Congrés , Itamaraty , tentative avortée contre le Planalto ]  et même la cathédrale . [ lien ]

Photo-7-Bresil-m

BresilManLa diaspora Brésilienne en Israël appelle à la démission de la Présidente Dilma Rousseff . On s’étonne de pouvoir encore s’étonner ! [ lien ] Les expatriés Brésiliens ont voté en majorité pour José Serra à Tel Aviv [ d’ou le jeu de mots sur la pancarte ]  et pour Dilma Rousseff à Ramallah .

israelprotestoguilaesp2

http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-bresil-subversion-quelques-elements-de-reflexion-et-d-analyse-pour-le-lectorat-fran-ais-118643255.html