Archives du mot-clé Stéphane Hessel

Comment l’Union européenne finance l’occupation de la Palestine


Des écoliers palestiniens privés d’électricité à cause du blocus israélien de la bande de Gaza
Des écoliers palestiniens privés d’électricité à cause du blocus israélien de la bande de Gaza

L’Union Européenne a-t-elle fini par avouer qu’elle paie la facture pour l’occupation de la Palestine ? C’est ce qu’a peut-être fait un de ses émissaires, de façon détournée. Lars Faaborg-Andersen, ambassadeur de l’Union européenne à Tel Aviv, a mis en garde récemment sur les conséquences de la décision de l’Union de couper son assistance à l’Autorité Palestinienne dans le cas où les pourparlers de « paix » actuels se révélaient stériles. « Je pense qu’en Israël on se rend compte que cet argent est crucial pour la stabilité de la Cisjordanie et à Gaza » a dit le Danois. « Si nous ne fournissons pas cet argent, je pense qu’il est fort probable qu’Israël devra fournir bien davantage ». Lire la suite Comment l’Union européenne finance l’occupation de la Palestine

L’accusation d’antisémitisme : Un filon dangereux qui s’épuise


par UJFP

« Qui sème le racisme récolte la tempête
Qui sème la résistance récolte notre solidarité »

palestine-antisemitismeIl y a bien longtemps, le fabuliste La Fontaine, reprenant Esope, nous a narré cette belle histoire de l’enfant qui n’arrête pas de crier au loup. Il finit par être discrédité. Un jour, le loup arrive pour de bon mais plus personne ne le croit.

Les supporters inconditionnels de la politique israélienne n’ont pas lu Esope et leur imaginaire est bien pauvre. Ils s’épuisent à dégainer sur tout ce qui émet le moindre doute sur le rouleau compresseur colonial israélien, hurlent au loup, et traitent immédiatement les impudent-e-s « d’antisémites ».

Lire la suite L’accusation d’antisémitisme : Un filon dangereux qui s’épuise

Après Chavez, qui sera le nouveau « diable » ?


masque-diable

« Ce sont toujours les meilleurs qui s’en vont ». On entend cette formule presque à chaque enterrement. Elle est tellement utilisée qu’elle en a perdu son sens, pour ressembler à ces expressions que l’on place quand on n’a plus rien à dire. Mais, aujourd’hui, elle est pleinement vraie. Avec la disparition de Hugo Chavez, précédée de peu par celle de Stéphane Hessel,  la formule reprend son sens. Ces deux hommes avaient un point commun : un grand amour de l’humanité. Oui, ça existe. Et ça étonne certains. Ca les hérisse même, car aimer l’Homme c’est ne pas accepter qu’on lui fasse du mal. Chavez et Hessel étaient tous deux des défenseurs des plus faibles. Ils voulaient le bonheur et la liberté pour tous. A leurs yeux, la liberté est un bien et un droit universel, non pas seulement  pour les individus, mais également pour les peuples, tous les peuples.

Lire la suite Après Chavez, qui sera le nouveau « diable » ?