Archives du mot-clé tchétchène

Bachar al-Assad, nouveau Che Guevara !


Che-AssadLa Russie en compagnie des Etats-Unis et l’UE est en train de mettre sur pied la Conférence de Genève 2 consacrée au problème syrien. Mais derrière le rideau des palabres diplomatiques, on sent un creux cosmique de contenu, car la soi-disant opposition syrienne non seulement se fait de moins en moins représentative, mais qui plus est, perd sur tous les fronts militaires de cette guerre subversive concoctée par les Américains selon la formule d’un Laurence d’Arabie. Essence éphémère et hautement éthérée, la résistance énigmatique au sein d’un pays solidaire avec son président, apparaît de plus en plus comme un scion occidental enté sur l’ancien olivier syrien. Cette pousse n’est qu’une vulgaire envie rejetée par le tronc et se mourant à petit feu. L’opposition a vécu et l’initiative belliqueuse des incendiaires de la planète fit long feu. Lire la suite Bachar al-Assad, nouveau Che Guevara !

USA : la chasse aux Tchétchènes est ouverte


boston6.jpgIl ne fait pas bon être tchétchène aux Etats-Unis actuellement. Ils ne sont pourtant pas nombreux là-bas. C’est peut-être pour cette raison que pour eux l’american dream va se transformer en cauchemar. Puisqu’ils sont en petit nombre, ils doivent tous se connaître, et donc, forcément connaître les deux frères Tsarnaïev, donc encore être avoir eu vent des attentats de Boston .  C’est le raisonnement qu’a dû tenir le FBI en Floride.

Selon  la chaîne de télévision Local 6 News, un ressortissant tchétchène a été tué dans la nuit de mardi à mercredi dans un échange de tirs avec un agent du FBI à Orlando, en Floride.

Malheureusement, cette version est contredite par un ami du tué (tchétchène lui aussi) qui avait été arrêté en même temps que lui. D’après cet ami qui s’appelle Kusseib Taramov, il s’agit d’Ibrahim Todashev, boxeur tchétchène qui connaissait personnellement Tamerlan Tsarnaïev. Toujours selon Kusseib Taramov, Ibrahim Todashev niait être impliqué dans les attaques et assurait qu’il ne connaissait Tsarnaïev que de loin. Pour le moment il n’y a pas eu de déclaration officielle du FBI

Et bien sûr, trop c’est trop. Les racontars des officiels ne passent plus comme une lettre à la poste. L’historien et journaliste Ingo Niebel y voit une élimination pure et simple. Selon lui « l’élimination des tchétchène pourrait signifier que quelqu’un essaie de se débarrasser des preuves de compliquer l’enquête ».

 

« Les autorités américaines elles-mêmes créent cette impression qu’il pourrait y avoir autre chose derrière cette affaire d’attentats à la bombe. Soudain, tous les suspects sont en train de mourir, ainsi que les témoins. C’est le procureur qui va avoir des problèmes avec les témoins contre l’accusé. Et, par conséquent, cela crée une certaine impression que quelqu’un pourrait être en train de nettoyer tout ça », dénonce l’expert.[…]

 

« Une caractéristique de la politique étrangère américaine, est qu’ils peuvent décider qui est un terroriste et qui ne l’est pas. Les groupes armés qui collaborent dans l’intérêt de Washington ne sont jamais considérés comme terroristes entre guillemets, mais des insurgés, rebelles ou ce qui conviendra selon la situation », a déclaré le journaliste.

Il reste qu’on homme a été abattu uniquement parce qu’il était tchétchène. Au temps des tsars, quand on s’attaquait ainsi à des populations à cause de leur origine, on appelait ça pogrom. Et aux Etats-Unis ça s’appelle comment ?

Avic

Le terrorisme, de Boston à Moscou en passant par Damas


tchetchenie_319Depuis la fin de l’URSS, l’un des mythes fondateurs de la politique étrangère euro-américaine envers la Russie se base sur la situation dans le Caucase. Dès 1994, l’état russe fait face à une rébellion armée qui prône l’indépendance et fera rapidement appel à des cohortes de mercenaires étrangers pour mener cette soi-disant guerre d’indépendance de Tchétchénie. Lire la suite Le terrorisme, de Boston à Moscou en passant par Damas