Le SM-3 Bloc IB de Deveselu n’a pas passé l’épreuve de vérité


La précipitation pour la certification su système antimissiles naval SM-3 Block IB, modifiés pour être opérationnel à partir de 2015 sur  terre, plus précisément à Deveselu, a forcé les Américains à effectuer deux tests absolument hors de propos.

Après le quatrième essai du nouveau missile SM-3 Block IB du 18 Septembre, le 3 Octobre, l’Agence de défense antibalistique des Etats-Unis (MDA) a répété la procédure, selon le même scénario d’interception de deux missiles balistiques de moyenne portée (2000 km) dans le polygone de Kauai dans l’océan Pacifique. Le MDA a ciblé toutes les capacités antimissiles balistiques des SM-3 Block IB montés sur le destroyer USS Lake Erie, pour intercepter deux missiles balistiques lancés simultanément du centre de Reagan dans l’Atoll de Kwajalein (îles Marshall).

Il est connu que, après le lancement et l’accélération (qui prend 3-5 minutes), les missiles balistiques sont poussés jusqu’à  une vitesse de 4-7 km/s (15 000-27 000 km/h), quelque part à 80 – 100 km du site de lancement et à une hauteur de 150-200 km, c’est-à-dire dans l’espace. La phase de vol de croisière est un vol suborbital dans l’espace sur une orbite elliptique sur une période de 10-20 minutes. Dans la première partie, la fusée continue à monter jusqu’à son apogée, où l’altitude maximale correspond à la vitesse minimale (1700-1900 km / h) après quoi, sous l’action de la force gravitationnelle, la fusée commence à descendre, donc avant son rentrée dans l’atmosphère, le missile balistique subit une accélération pour atteindre la vitesse de 7.4 km / s (15000 à 27000 km / h). La phase terminale du vol correspond à l’entrée dans l’atmosphère (à une altitude de 100 km) jusqu’à l’impact au sol ou la détonation d’une charge nucléaire et prend moins de  2 minutes.

popsci_1958_icbm_trajec_f-harvey

Il est à noter que dans les deux tests (Septembre et Octobre), le destroyer USS Lake Erie a été placé dans la zone de l’apogée du missile balistique-cible. Le nouveau missile antibalistique SM-3 Bloc IB n’avait qu’à monter à une altitude maximale de 160 km pour agir contre le missile balistique cible (qui se trouve alors à son apogée). Fondamentalement, en raison de la réduction de sa vitesse du missile balistique-cible à 1700-1900 km / h,  (comme un MiG-21 LanceR évoluant dans la stratosphère), la performance de la SM-3 Bloc IB ne diffère pas des systèmes opto-électroniques de contrôle sur les missiles air-air longue portée russe ou occidentale.

En extrapolant ces tests en Roumanie, il ressort qu’un SM-3 Block IB lancé de Deveselu est capable d’intercepter un missile balistique russe, qui est lancé à partir de la Sibérie et ayant son apogée au-dessus de la Roumanie, et dont la cible serait dans le désert du Sahara (où il y a des bases américaines). Bien qu’il ait été prétendu que la vitesse maximale est de 9,600 kilomètres/heure (2,66 km / s), le missile SM-3 Bloc IB n’a pas encore été testé pour des missiles balistiques évoluant à la vitesse de 15.000-20.000 km / h, ciblant un objectif situé à une distance de 100-500 km de l’emplacement de la batterie antimissile balistique (qu’elle devrait, en théorie, défendre). Etant donné que la partie descendante de la trajectoire du missile balistique, avant la rentrée dans l’atmosphère, du missile SM-3 Bloc IB n’a pas de test prévu pour l’année prochaine, on ne saura jamais si la batterie SM-3 Block IB de Deveselu, est en mesure de défendre quelque cible que ce soit en Roumanie, à moins que ce ne soit  tout simplement un objectif destiné à attirer comme un aimant les tirs de missiles russes.

Traduction Avic

Par Valentin Vasilescu, pilote d’aviation, ancien commandant adjoint des forces militaires à l’Aéroport Otopeni, diplômé en sciences militaires à l’Académie des études militaires à Bucarest 1992.

Article connexe : Que pèse le bouclier ABM américain déployé en Roumanie face à l’arsenal nucléaire stratégique russe ?

8 réflexions sur « Le SM-3 Bloc IB de Deveselu n’a pas passé l’épreuve de vérité »

  1. @Avic
    Encore merci pour votre travail.
    Je voulais ajouter quelques mots sur l’article.

    En fait ça confirme ce que tout le monde suspectait. Hormis les tests en labo, et autres tests mis en place par les compagnies d’armements, sur le terrain, ce prétendu bouclier ne pèse pas bien lourd face aux missiles balistiques même relativement anciens.

    En témoigne les dernières opérations – qui furent d’une cruanté et d’une barbarie sans égale dans l’histoire, cependant défendues par une bonne partie de l’intelligentsia juive française- qu’a éffectué IDF contre la Bande de Gaza, à savoir Cast Lead, et Pillar defense.

    Iron Dome, aurait intercepté -si on en croit la propagande de l’état hébreux- dans le meilleur des cas 30% des missiles Kassam. Dont il faut rappeler que c’est une roquette artisanale, dont la technologie date des années 20.
    Quand Israèl affirme que seuleument 30% des missiles kassam ont été interceptés, vous pouvez d’emblée diviser le chiffre par au moins 10.

    Les résultats étaient tellement catastrophique que le gouvernement israèlien s’était résolu à stoper l’offensive contre le Hamas, et levant partiellement le blocus de la bande de Gaza, blocus cependant renforcé par l’ancien Président déchu Morsi.
    Il n’en demeure pas moins que l’echec des offensives israèliennes est du essentiellement aux missiles Kassam qui ont reussi à paralyser l’économie Israèlienne, et à pousser le Natanyahu à se cacher dans les abris, comme les dirigeants du Hamas, face aux avions d’IDF. Les conséquences furent catastrophiques pour Israèl. Heureuseument pour Netanyahu, le salut est venu des présidents de l’Egypte Morsi et Sissi qui ont renforcé de façon dramatique le blocus contre la bande de Gaza.

    Il est douteux que ce prétendu bouclier ait encore un avenir, dont les seuls effets étaient surtout psychologiques. Si tant est qu’on y croit. Faire croire que…

    Le bouclier Iron Dome c’est à peu de chose prés la même technologie que SM-3 Block.
    En réalité il n’a aucunes chances de faire quoi que ce soit contre les nouveaux missiles balistiques russes et iraniens.
    Il faut noter que l’Iran travaille en ce moment sur des missiles dotés de la technologie MARV, c’est à dire Têtes multiples et maneuvrables, v. Wikipedia.
    L’Iran dispose déja de la technologie MIRV, ce qui rend presque impossible une interception.
    Si l’Iran, sous embargo dispose déjà ce genre de technologie, je vous laisse imaginer ce que la Russie, et la Chine disposent dans leur arsenal infiniement plus modernes et plus puissant.

    En conlusion:
    Pour l’instant la technologie ne permet pas encore d’intercpeter des missiles balistiques, peut être que ça sera le cas un jour, prochainement où pas, toujours est il que ça reste dans l’hypothèque. Ce qui en cas de conflit est desastreux comme nous venons de le voir.

    Il en ressort que le succés du bouclier antimissiles, n’engage que ceux qui le croient…..et surtout ceux qui payent.

  2. La conclusion qu’il faudrait tirer de ce prétendu bouclier anti-missiles étant donné son inéfficacité plus qu’avéré, sont les suivantes :

    – Assurer la continuité d’un semblant de leadership etatsuniens, même si personne n’est dupe. A part les états baltes – démantelée au lendemain de la fin de l’URSS-, la Roumanie, la Pologne. Espérer produire un appel d’air, afin que d’autres pays d’Asie centrale viennnent rejoindre le cartel d’anciens satelites sovietiques, profondément anti-russes.

    – Bien entendu assurer complexe militaro-industriel une manne inespérée en ces temps de crise, et de reduction budgétaire.

    – Et surtout pour les USA, grace au pretexte du bouclier anti-missiles, profiter de l’aubaine pour pouvoir écouter et donc espionner -le pillage technologique est entre autre un objectif recherché, grace aux écoutes des communications, étant donné qu’une bonne partie des secrets circulent via la toile- avec de puissants radars, les communications russes et tout ce qui se rattache à l’OTSC. Vous noterez que c’est qu’il se passe sur l’autre versant du pacifique, où les US sont entrain de déployer un bouclier anti-missiles pour sois disant intercepter les missiles balistiques nord coréens. Donc espionner la Chine.

    Il est regretable que dans ce contexte, les directions russes et chinoises ne soient pas assez agréssives, surtout vis à vis des pays frontaliers de la Russie. Il est inacceptable que des pays comme -entre autre- les pays baltes par exemple deviennent indépendants dans l’unique objectif d’irriter la Russie. L’histoire a prouvé, que parier sur l’oligarchie US n’est jamais le bon choix, Saddam Hussein, Moubarak, Milosevic, le Shah d’Iran en savent quelque choses. L’oligarchie mondialiste a toujours carressé l’objectif de s’installer en Russie. Lorsque l’on voit la Russie, c’est un pays immense qui regorge de richesses, et une population trés dynamique. Si vous ajoutez à ça, qu’une bonne partie l’élite de l’oligarchie -juive pour la plupart- origine de Russie.

    Dans ce contexte que pèsent les pauvres petits états baltes et la Pologne ?
    Un voisin doit tout faire pour vivre en paix avec ses voisins, c’est une question de bon sens. Si le voisin ne cherche que l’animosité, comme c’est le cas des pays baltes, la Pologne, la Géorgie, etc.. tôt où tard ça finira en conflit. Ca sera eux et eux seuls les grands perdants.

  3. Plusieurs choses me dérangent dans cet article. Pour avoir une petite idée de ce que je veux dire je propose ce schéma:
    http://imageshack.us/photo/my-images/26/synabm.jpg/
    Il ne peut donc être question d’aller chercher des missiles tirés depuis la Sibérie.

    S’il est légitime d’avoir des doutes sur la capacité du système AEGIS il ne faudrait toutefois pas perdre de vue que ce système est encore en cours de développement et que ce programme n’a à ma connaissance pas d’équivalent dans le monde. C’est le seul système qui ambitionne d’aller chercher la cible bien au-delà de l’altitude limite atteinte par les systèmes rivaux tels que le S400 ou HQ9 qui plafonnent à 30 km* et ne peuvent donc traiter que des missiles en phase terminale. Il est ici question d’aller chercher la cible au-delà d’une limite atmosphérique fixée à 100 km. Et cela a beaucoup de sens. Détruire un MB avant qu’il n’atteigne son apogée, déploie ses leurres puis mirve (pour certains modèles) réduit considérablement le risque.

    Si Russes et Chinois se plaignent tant de ce système c’est parce qu’ils craignent de le voir devenir un jour performant et parce qu’il vient en complément du système Patriot.

    * En progrès puisqu’un essai de S400 a permis de détruire une cible à 56 km d’altitude.

  4. @Diablo:
    C’est un excellent commentaire, si vous avez d’autres élélments d’informations complémentaires, je suis prêt à revoir ce que je pense dudit bouclier anti-missiles.

    De la propagande! C’est ce que m’inspire généralement les déclarations US au sujet de leur armements. Une surévaluation, au regard des carracteristiques réelles au combat.
    Il se trouve qu’à l’heure actuelle les performances de l’armée US ne m’ont jamais subjuguées, mis à part leur propagande, qui est une arme réelement efficace, surtout contre les naifs.

    J’ai souvenir que durant la guerre du golfe, en 1991, les patriots étaient sensés intercepter la plupart des scuds irakiens. Cependant, un rapport du congrés avait conclu subrepticement que dans le meilleur des cas, seul 10% auraient pu être interceptés. En réalité le chiffre était tombé à 0. Et si vous regardez le chiffre réelle du bouclier israélien -même financement, même technologie-, les chiffres ne sont pas reluisants.

    Une autre intoxication ça s’est passé durant la guerre contre la Serbie, et pour le Kossovo, les US avaient employé massivement des missiles de croisières tomahawk. Tout le monde vantait à ll’époque la puissance des Tomahawk, puis en catimini, devant l’évidence de l’inéficacité de l’utilisation des missiles de croisière, l’action de Raytheon avait plongé en bourse. Ca en dit long sur les performances de l’US Army. Heureusement que Milosevic dont l’envie de resister était faible, avait jeté l’éponge, poussé par un Yeltsine pas trés enclin non plus à résister.

    A tel point que durant cette guerre du Kossovo, un Mig 29 -pourtant la Serbie sous embargo, trahie par la Russie de Yetlsine- a reussi à abattre un F-117.
    Pour l’US Air Force, ce fût le choc.
    Et des exemples comme ça, il y en a plein.

    Sincérement Diablo, je suis prêt à revoir ma copie, et ce que je pense de l’US hardware, cependant en l’absence de preuves plus convaincantes, je ne peux me résoudre à penser autre chose que ce pseudo-bouclier anti-missilles n’est pas autre chose que de la communication.

    Cordialement.

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s