Bachar Al Assad le rebelle


bachar-al-assad-Quelque part, il doit y avoir quelqu’un qui est en train de se livrer à des expériences sur les humains. Ces expériences viseraient à tester jusqu’où on peut remplacer le réel par le virtuel sans que les humains ne s’en rendent compte. Depuis quelques années on assiste à toutes les formes possibles de falsifications et de distorsion de la réalité ayant des conséquences concrètes sur notre vie quotidienne et même servant de base pour toutes nos décisions.  Si expérimentation il y avait, l’expérience serait concluante. Notre vie réelle peut bel et bien être basée sur du virtuel.

Ceux qui ont compris cette facette de l’esprit humain l’utilisent sans vergogne pour réaliser leurs desseins. La méthode en est fort simple. On commence d’abord par faire comme si, en mettant en place des situations à partir desquelles se créeront d’autres situations qui, elles-mêmes, serviront de bases pour encore d’autres développements, et ainsi de suite, le tout tendant à aller vers l’objectif final. A une certaine étape, on en a oublié la fausseté initiale pour ne voir que l’enchainement logique des évènements  au moment où on les observe. Cette méthode a été utilisée à maintes reprises, notamment dans la création des états après la seconde guerre mondiale. L’état d’Israël en est un bel exemple, mais pas seulement. La plupart des états africains aussi. Ces états créés artificiellement, consacrant des peuples qui n’en sont pas, divisant des populations qui elles, formaient de vrais peuples, sont devenus  des réalités sociologiques, économiques et politiques, sources de conflits et de guerres.

Avec le 21ème siècle, on atteint les sommets en matière de transformation du virtuel en réalité. Grâce à l’accroissement des vecteurs de l’information et du règne de l’image sur nos vies, les techniques  se sont affinées. Les dernières innovations de ces techniques sont en train de s’appliquer à la Syrie. Après deux ans de manipulation où chaque situation découle de la situation précédente, on vient de passer à une étape supplémentaire visant à éliminer l’obstacle Assad, en une sorte de plan B ou C (on ne les compte plus). Quels sont les nouveaux développements ?

Après avoir créé un peuple syrien virtuel, opposé à Bachar El Assad car maltraité de tout temps par une dictature toute aussi virtuelle, on enchaine par des évènements logiques découlant de cette virtualité. Une coalition nationale d’opposition (ne tenant aucun compte de l’opposition déjà existante) est vite créée pour résister à l’oppression. Pour se défendre des massacres virtuels, la coalition se dote d’une armée composée de combattants syriens virtuels (mais terroristes djihadistes authentiques) qui mettent la Syrie à feu et à sang. Comme on peut s’y attendre, ces combattants confrontés à une armée régulière tombent comme des mouches. Mais, paradoxalement, ils ne meurent jamais. Dès qu’un djihadiste tombe, il se transforme aussitôt en civil, faisant ainsi que l’Armée syrienne tue des civils virtuels en masse.

Deux ans de conflit, deux ans de virtualité, et la Syrie résiste toujours. Tous les scénarios habituels ont été tentés, en vain. Le scénario à l’irakienne, avec ses tentatives de soudoyer les généraux, n’a rien donné. Le scénario libyen, avec ses défections de hautes personnalités, non plus. Les massacres organisés à la roumaine, pas d’avantage. Le tout dans une ambiance de terrorisme au quotidien comme au Pakistan, en Afghanistan et en Irak, un terrorisme semblant dire : »nous sommes toujours là, nous ne lâcherons rien, nous avons encore assez de réserve de chair humaine pour vous faire plier… ».

Puisque tous les scénarios classiques ont échoué, on en essaie d’autres, inédits, mais découlant toujours des situations antérieures.  Une coalition d’opposition existe déjà. Elle avait été virtuellement légitimée comme opposition officielle dès sa création. Dans la foulée, elle était devenue représentative du peuple syrien. Comment, en vertu de quoi, ça n’a aucune importance, on est encore dans le virtuel. Avec le terrain déjà ainsi préparé, il est aisé de passer à l’étape suivante. L’opposition devient un gouvernement. Il suffisait juste de lui mettre un premier ministre à sa tête. Un pays en plein chaos, sans gouvernement légitime, accaparé par un clan, ayant une coalition représentante du peuple contrainte à l’exil, ce pays avait tout à fait le droit de se choisir un gouvernement.  Comment ne pas y avoir pensé plus tôt ?

Un premier ministre, un gouvernement, il ne reste plus qu’à avoir des représentations à l’international. Quelques ambassadeurs sont déjà en place dans certaines capitales des amis virtuels de la Syrie. La Ligue Arabe vient d’octroyer le siège de la Syrie au gouvernement virtuel. Il est maintenant question d’aller chercher le fauteuil de l’ONU.

Toutes ces manœuvres ont une finalité : transformer un gouvernement virtuel en gouvernement légitime et envoyer le gouvernement légitime dans le néant et faire comme s’il n’avait jamais existé. Un vrai tour de passe-passe. Dans les jours ou semaines à venir, il est fort possible qu’on entende parler de l’armée syrienne comme d’une armée de mercenaires équipée et entrainée par le Hezbollah, l’Iran et Moscou. Bachar Al Assad deviendrait le chef des rebelles terrorisant des civils innocents. Sa tête sera peut-être mise à prix.

Ce scénario semble exagéré, mais pourtant on a vu pire. Qui se souvient pourquoi il est possible à la France d’octroyer l’ambassade de Syrie à la coalition ? On se rappelle que la France avait renvoyé l’ambassadrice syrienne à la suite des massacres de Houla, tout en sachant parfaitement de quoi il retournait. Malgré l’enquête ultérieure et malgré l’évidence, la France n’a pas changé sa position. En fait, une situation virtuelle n’a pas besoin d’être crédible. Son but est uniquement de servir de tremplin à d’autres évènements, dans une sorte de course effrénée vers le but final qui, ici, est « Bachar El Assad doit partir ». Dans certains cas, il est même souhaitable que la situation initiale ne soit pas crédible, mais elle doit rester assez floue pour engendrer des prises de position tranchées sur des éléments invérifiables, ce qui permet d’occulter toute discussion sur les décisions prises par les metteurs en scène. Par exemple, quand bien même Assad serait un dictateur, au nom de quoi faut-il aller tuer des syriens pour le déloger ? Si l’occident est investi du droit divin de supprimer les dictateurs, pourquoi celui-ci et pas celui-là ? Si on accepte que des milliers d’individus descendant dans la rue soient considérés comme représentatifs d’un peuple, pourquoi ne pas aussi l’accepter en France, en Espagne, en Grèce, en Arabie Saoudite ou au Bahreïn ? Il y a des questions comme celle-là à chaque étape des scénarios virtuels que l’on nous monte, mais tout est fait pour qu’il n’y ait pas lieu de les poser. On agit d’abord dans une sorte de réaction réflexe – et donc facilement compréhensible – laissant les questions complexes pour plus tard. Et plus tard, c’est jamais, car le déroulement des évènements est tellement rapide qu’il ne sert plus à rien de s’interroger sur des évènements qui sont déjà dépassés. A un stade avancé, toute interrogation autre que celles du moment est considérée comme du conspirationnisme, du négationnisme ou autres ismes créés pour la circonstance.

Dans le cas de la Syrie, nous en sommes à un stade très avancé. Ce qui s’est passé il y a deux ans ? C’est du passé. Les massacres de Houla ? Trop vieux. Même les armes chimiques commencent à s’estomper, alors que l’enquête à leur sujet a à peine commencé. Que sortira-t-il de ce nouveau scénario ? Sans doute rien, comme d’habitude, car l’obstacle à franchir est toujours là, se renforçant de jour en jour : la Russie. Malheureusement, les agresseurs continueront, tant ils seront persuadés qu’ils y arriveront un jour. Tant qu’ils n’auront pas épuisé toutes les possibilités de virtualisation qu’offre le monde d’aujourd’hui, ils continueront, comme Vil Coyote acharné à la poursuite de Assad – Bip Bip.

Vilcoyote

Avic

10 réflexions sur « Bachar Al Assad le rebelle »

  1. S’il-vous-plaît, pourriez-vous appliquer cette même excellente démarche à la création de l’État d’Israël en partant, par exemple, de la construction du premier temple de Jérusalem dont on n’a trouvé nulle part la moindre trace (cf. Schlomo Sand, Comment fut inventé le peuple juif ou encore I. Finkelstein et A. Silberman, La Bible dévoilée)?

    1. Je vous assure que ça me démange tous les jours. Mais pour ce qui concerne Israël, il y a tellement de choses à défaire qu’il faudrait presque un bouquin, et encore. Je suis justement en train de relire l’excellent ouvrage de Shlomo Sand. Je pense que l’article sortira tout seul dès j’aurai trouvé le maillon par lequel commencer.

    2. Ravie de vous retrouver ici, Byblos. vos remarques sont toujours pertinentes.
      Demain, sera-t-il un monde virtuel? et la vérité émanera-t-elle des écrans comme vérité absolue.
      ce qu’on nous donne à voir nous rend aveugle chaque jour un peu plus mais n’empêche pas Hélas les imbéciles de se croire de mieux en mieux informés et de s’en vanter comme des imbéciles heureux.
      marie(ancienne d’infosyrie)

      1. Ravi @Avicennes de vous trouver et ainsi marie, Byblos ….entre autres auxquels je me rejoindrai de temps à autre à vous (si vous m accepteriez!!) tout en rendant hommage à Mr Louis DENGHIEN, qui a géré L Ecole d InfoySyrie avec fermeté et Brio…
        J espère Avicennes, que nous irons, comme prévu, iza allah rad, bientôt( j espère de tout coeur cet été) en Syrie fêter la Syrie qui vaincra et joindre l agréable à l utile en mangeant aussi ensemble Makdous, Chinklish, sSmaké Harra, Koubi Nayé, Kasset Arak, Bozr wa Khomboz ( mou lal 3assafir donc!) wa Kouchk

        Bien à vous.
        ch.genève2

  2. Tout aussi ravi de vous lire sur cet excellent site.

    Je pense que le monde virtuel est aussi ancien que l’accession de la créature à la pensée. Mais les légendes et les mythes qu’il fallait mettre des siècles à fabriquer prennent aujourd’hui beaucoup moins de temps à construire à cause des moyens de communication immensément plus étendus et plus rapides.

    Il a probablement fallu quelques siècles pour fabriquer le mythe du temple de Salomon ou celui du «retour» de l’exil d’Égypte, alors qu’il n’y a aucune trace archéologique ni de l’un ni de l’autre. Par contre, en quelques dizaines d’années on a «établi» cette vérité indiscutable d’une «terre sans peuple pour un peuple sans terre» à propos de la Palestine. Et à peine quelques mois pour faire de l’invité d’honneur au défilé du 14 juillet un criminel qui ne mérite pas d’exister aux dires de Laurent Fabius dans un nouveau langage diplomatique que nous sommes en train d’apprendre.

  3. Excellent! Excellet!
    L´article est d´une simplicité enfantine. C´est ce qui fait sa force.
    L´humanité a été zombifiée et nous avons perdu la raison. Le bon sens! On nous traite comme des …
    Je demande à tous ceux qui ont lu cet article de continuer à résister jusqu´à ce que la bête crêve.
    Vive la Résistance

    1. Merci, Makandal.
      Un des moyen de résister est justement la simplicité et de l’exiger des embrouilleurs qui utilisent la complexité pour noyer l’essentiel.

      1. Merci avic,
        Ton article est très intéressant et véridique.
        Puis je commenter en trois points? Navré pour la longueur:

        1—Remplacer le réel par le virtuel, ceci ne ne s appelle t il pas une guerre médiatique dans le sens plein? Cette guerre a le même pouvoir de nuisance et de morts qu une guerre dite traditionnelle. Cette guerre a émergé depuis la guerre de la sécession en Amérique il y a 2 siècles (des photos par reporters, des vrai(e)s cette fois autant les photos que les reporters et qui frappaient l opinion et sont rentrés dans le CV des guerres). Aujourd hui, cette guerre en Syrie (avant Libye,Irak…) est gérée par Al Jaz et ces consorts: On ment, on inverse la réalité, on crée des mannequins articulés d Assad pour simuler son assassinat avec des voitures en feu et qui sont « faussement immatriculées » Damas et on tourne des scènes de guerre dans les studios…etc…
        l Officine Salafiste Destructrice de l Humain dite OSDH qui est à Londres se charge des scoops et des faux chiffres de morts par l armée de « Bachar » et donne l impression que Zéro mort a eu lieu par l opposition.

        2—Est ce que les Atlantistes ne créent-ils pas le chaos pour qu on pense que c est virtuel et/ou inimaginable?. Ils nous disent: on ne va pas armer les radicaux, mais il faut armer l opposition, d après le Newyork Times:165 cargos dont 35 depuis la Croatie et qui représentent 3500 tonnes d armes moyennement lourdes , plan monté par la CIA mais les USA réfutent de tel plan (normal de le réfuter puisqu il est clandestin mais il est fait déjà). Ces armes sont arrivées en Turquie pour être transférées vers la Syrie. On annonce en France il y a 3 jours que la crainte est sérieuse quant au risque que ces armes ne tomberaient entre des mains « non-saines » et c est joli tout ça! Mais, le même jour de l annonce, le ministre de la défense se rend en Turquie sur 2 jours pour étudier la modalité de la livraison et les garanties « exigées » de l opposition( comme ceci peut être: ge signe si dessou qué gi ni donne pas ces zarmes aux Djihadistes , parole de Kachaf (Kachaf=scout)). Une fois tout ce « bordel » a déjà eu lieu (Wa Da3et al tassé wa al sabouné) on supplie l OTAN ou sa succursale l ONU d intervenir avec la bénédiction « légitime » de l opinion publique mondiale et on sur enchère: On vous a dit tout ça depuis 2 ans… etc…

        3—Quand une traîtresse des golfistes arrive et qui était très inattendue, devrait-on penser au virtuel? Non. Car c est la traîtresse et l indécence desquelles l opinion n est pas informé en sont la cause sans oublier certes le gaz en méditerrannée inclus la Syrie + hameçon placé en Sy. et tendu à l Iran+ république et non pas Emirs et Rois+ pays laïque + affaiblir la cause palestinienne défendue par Sy.et Iran et l Algérie ( bientôt l Algérie pourrait avoir les mêmes pêchés précités de la Syrie et se faire attaquer, malheureusement…)

        Donc , le virtuel expliquerait l invisible ou ce qu on n a pas compris. Quand je tiens un discours simple aux « voisins » en Europe, ils comprennent vite: Remplacer n importe quel président ( avec ses défauts) par des assassins psychopathes (qui décapitent Cheik Al hassan RIP à Alep hier et la plante sur le minaret de sa mosquée et son corps est trainé par un pick up car il est « Pro-Assad, ça les horrifie et que 15 jeunes RIP étudiants d architecture à Damas ont été tués par un mortier sans qu ils soient tous ni pro ni contre ni rien, ils comprennent que changer un président avec une opposition pareille delaquelle il n y a pas pire devrait être interdite voire in-imaginable

        Bien à vous.
        Bonnes Fêtes de pâques à ceux qui les célèbrent..

Postez un commentaire. Restez dans le sujet de l'article svp. Les agressions personnelles et les insultes seront bannies.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s